La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La théorie de linformation Claude E. SHANNON 1948: « A Mathematical Theory of Communication » -théorie de linformation Jamal Dine ESSARRAJE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La théorie de linformation Claude E. SHANNON 1948: « A Mathematical Theory of Communication » -théorie de linformation Jamal Dine ESSARRAJE."— Transcription de la présentation:

1 La théorie de linformation Claude E. SHANNON 1948: « A Mathematical Theory of Communication » -théorie de linformation Jamal Dine ESSARRAJE

2 « La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information » « La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information » Albert Einstein Albert Einstein

3 La théorie de l'information est née des préoccupations techniques des ingénieurs de la télécommunication qui voulaient mesurer l'information et étudier à quelle loi elle est soumise (bruit, entropie, chaos). La théorie de l'information est née des préoccupations techniques des ingénieurs de la télécommunication qui voulaient mesurer l'information et étudier à quelle loi elle est soumise (bruit, entropie, chaos).

4 La théorie de linformation de Shannon et Weaver (1949) Née au sein du monde des ingénieurs travaillant dans la téléphonie dans limmédiat après-guerre Née au sein du monde des ingénieurs travaillant dans la téléphonie dans limmédiat après-guerre Première réponse mathématique qui permet de mesurer les quantités dinformations émises,transmises et reçues Première réponse mathématique qui permet de mesurer les quantités dinformations émises,transmises et reçues Répond à la préoccupation de reconstituer le plus fidèlement un message transmis par un émetteur Répond à la préoccupation de reconstituer le plus fidèlement un message transmis par un émetteur

5 La communication est définie comme la transmission de linformation entre deux lieux ou deux personnes La communication est définie comme la transmission de linformation entre deux lieux ou deux personnes Condition pour que ce transfert dinformation puisse avoir lieu : Condition pour que ce transfert dinformation puisse avoir lieu : –Prendre la forme dun message codé Le codage permet daccroître le nombre de messages par lignes et de les protéger contre les dégradations Le codage permet daccroître le nombre de messages par lignes et de les protéger contre les dégradations

6 Modèle de Shannon et Weaver Source information Emetteur Canal RécepteurDestination Source de bruits MessageSignal Message

7 Pour définir l'information Shannon et Weaver s appuient sur un principe de la thermodynamique (science des machines à feu) énoncé par Carnot : dans un système physique, l'énergie tend à se dégrader. Par exemple lorsque l'on met de l'eau chaude dans une baignoire qui se trouve dans une salle de bain froide, au bout d'un moment celle-ci sera tiède mais l'eau du bain aussi. Le tout devient homogène, indifférencié, cela mène à la mort du système, à l'entropie (en thermodynamique principe qui décrit le degré croissant de désordre dans le fonctionnement d'un système ; en communication, degré d'incertitude). Pour définir l'information Shannon et Weaver s appuient sur un principe de la thermodynamique (science des machines à feu) énoncé par Carnot : dans un système physique, l'énergie tend à se dégrader. Par exemple lorsque l'on met de l'eau chaude dans une baignoire qui se trouve dans une salle de bain froide, au bout d'un moment celle-ci sera tiède mais l'eau du bain aussi. Le tout devient homogène, indifférencié, cela mène à la mort du système, à l'entropie (en thermodynamique principe qui décrit le degré croissant de désordre dans le fonctionnement d'un système ; en communication, degré d'incertitude).

8 Unité dinformation Unité dinformation selon Shannon (1948) lunité est le bit un système contient N-bits dinformation sil peut contenir 2N caractères

9

10 TRANSMETTRE LINFORMATION redondance redondance

11 Transmettre La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation 0 codage 1

12 Transmettre La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation codage 1 111

13 Transmettre La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation codage Transmission 1 111

14 Transmettre La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation codage Transmission erreurs (2ème principe)

15 Transmettre La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation codage Transmission erreurs (2ème principe) Reconstruction

16 Transmettre La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation La théorie du codage utilise la redondance pour transmettre les bits dinformation codage Transmission erreurs (2ème principe) Reconstruction à réception (correction)

17 Laccès du grand public au Web en 1989, nest quune étape vers une « société de linformation », dont lémergence se situe au lendemain de la seconde guerre mondiale. Une révolution technologique aux profondes implications culturelles et politiques. Laccès du grand public au Web en 1989, nest quune étape vers une « société de linformation », dont lémergence se situe au lendemain de la seconde guerre mondiale. Une révolution technologique aux profondes implications culturelles et politiques.

18 La question décisive : La question décisive : Qui contrôle le réseau mondial dinformation ?

19 Autoroutes de linformation/ information superhigways Autoroutes de linformation/ information superhigways Cette appellation est utilisée pour la première fois en 1993 par Al Gore, alors vice président des USA. Cette formule veut frapper la nation américaine pour la préparer à entrer dans lère de linformation Cette appellation est utilisée pour la première fois en 1993 par Al Gore, alors vice président des USA. Cette formule veut frapper la nation américaine pour la préparer à entrer dans lère de linformation

20 Internet et le web : deux choses différentes Internet et le web : deux choses différentes Une génération les sépare et surtout leur nature et leur fonction les distinguent. Une génération les sépare et surtout leur nature et leur fonction les distinguent. Internet est le résultat de la mise e réseau de milliers de réseaux informatiques ( le réseau arpanet crée en 1969 par le gouvernement américain, adopte le protocole TCP/IP au début des années 1980 et devient internet) « une ville non habité » Internet est le résultat de la mise e réseau de milliers de réseaux informatiques ( le réseau arpanet crée en 1969 par le gouvernement américain, adopte le protocole TCP/IP au début des années 1980 et devient internet) « une ville non habité »

21 Et le WEB Cest quoi ? Et le WEB Cest quoi ? En 1989 le World Wide Web est proposé au grand public : cest une application, tel un super logiciel riche de nombreuses fonctionnalités: En 1989 le World Wide Web est proposé au grand public : cest une application, tel un super logiciel riche de nombreuses fonctionnalités: -La recherche avancée par lhyper texte -La recherche avancée par lhyper texte -Ladressage -Ladressage -La navigation dune page à lautre -La navigation dune page à lautre

22 Conséquence Conséquence La ville est habitée, on y trouve le téléphone la télé les medias, ouverture des commerces, on y circule, on y vit… La ville est habitée, on y trouve le téléphone la télé les medias, ouverture des commerces, on y circule, on y vit…

23

24 Transmettre Les Hommes utilisent aussi la redondance pour confirmer linformation reçue Les Hommes utilisent aussi la redondance pour confirmer linformation reçue

25 Transmettre

26 Transmettre Les Hommes utilisent aussi la redondance pour confirmer linformation reçue redis le !

27 Certains disciples de C.Shannon ont poursuivi cette approche, comme W.Weaver. Celui-ci définit la notion de redondance. Pour lui, la répétition des élément du message en évite la perte : cest un surcroît de signaux sémantiques. Cela facilite le décryptage ou linterprétation du message. Sans être vraiment indispensable à la transmission du message, elle permet de surmonter les bruits. Certains disciples de C.Shannon ont poursuivi cette approche, comme W.Weaver. Celui-ci définit la notion de redondance. Pour lui, la répétition des élément du message en évite la perte : cest un surcroît de signaux sémantiques. Cela facilite le décryptage ou linterprétation du message. Sans être vraiment indispensable à la transmission du message, elle permet de surmonter les bruits. Les applications de ce principe ont favorisé lévolution du téléphone, de la télécopie, de la télévision. En communication, la reformulation à pour but : Les applications de ce principe ont favorisé lévolution du téléphone, de la télécopie, de la télévision. En communication, la reformulation à pour but : de réduire lincertitude dans la compréhension des messages ; de réduire lincertitude dans la compréhension des messages ; de maintenir la relation avec linterlocuteur. de maintenir la relation avec linterlocuteur.

28 Cest à Norbert WEINER que lon doit la notion de feed back (la rétroaction). Un retour de linformation par la réponse, ce qui donne le sens et la qualité au message émis précédemment. A partir de ce moment la communication se distingue de linformation. Cest à Norbert WEINER que lon doit la notion de feed back (la rétroaction). Un retour de linformation par la réponse, ce qui donne le sens et la qualité au message émis précédemment. A partir de ce moment la communication se distingue de linformation.

29 Lobjectif de SHANNON est de dessiner le cadre mathématique à lintérieur duquel il est possible de quantifier le coût dun message, dune communication entre les deux pôles de ce système, en présence de perturbations aléatoires, dites, bruit, indésirables parce quempêchant l "isomorphisme " Lobjectif de SHANNON est de dessiner le cadre mathématique à lintérieur duquel il est possible de quantifier le coût dun message, dune communication entre les deux pôles de ce système, en présence de perturbations aléatoires, dites, bruit, indésirables parce quempêchant l "isomorphisme "

30

31 Par ailleurs, la théorie de Shannon, est bel est bien laboutissement de travaux qui ont commencé, dans les années dix, avec les recherches du mathématicien russe Andrei MARKOV sur la théorie des chaînes de symboles en littérature. Et puis aussi par les suggestions de laméricain Ralf Hartley qui a proposé en 1927 la 1ère mesure précise de linformation associée à lémission de symboles qui donnée naissance au (bit) binary digit. Et puis la fameuse prophétie du mathématicien britannique Alan TURING, qui consiste a concevoir une machine capable de traiter linformation et communiquer. Par ailleurs, la théorie de Shannon, est bel est bien laboutissement de travaux qui ont commencé, dans les années dix, avec les recherches du mathématicien russe Andrei MARKOV sur la théorie des chaînes de symboles en littérature. Et puis aussi par les suggestions de laméricain Ralf Hartley qui a proposé en 1927 la 1ère mesure précise de linformation associée à lémission de symboles qui donnée naissance au (bit) binary digit. Et puis la fameuse prophétie du mathématicien britannique Alan TURING, qui consiste a concevoir une machine capable de traiter linformation et communiquer.

32 Mise en évidence de la notion de code Mise en évidence de la notion de code Modèle largement utilisé mais critiqué Modèle largement utilisé mais critiqué Modèle linéaire Modèle linéaire –Ne prend pas en compte la rétro information Ignore la signification du message Ignore la signification du message –Difficile de considérer la signification du message indépendamment des partenaires de la communication

33 Pour LASSWELL (sociologue), le processus de transmission de linformation peut se décrire par 5 questionnements : Pour LASSWELL (sociologue), le processus de transmission de linformation peut se décrire par 5 questionnements : qui ? qui ? dit quoi ? dit quoi ? par quel canal ? par quel canal ? à qui ? à qui ? avec quel effet? avec quel effet?

34 Qui ? – Analyse des agents qui sont à la source de la communication et les mécanismes de production de linformation collective Dit quoi ? –Analyse du message Par quel moyen ? –Analyse du canal

35 À Qui ? –Définition des récepteurs –Analyse de laudience –Ces études cherchent à déterminer les différentes catégories de public Avec quels effets ? –Détermine un vaste champ danalyses psychosociologiques

36 Les nouvelles technologies de linformation et des communications (NTIC) remettent en cause de manière fondamentale les façons dentrer en relation les uns avec les autres. Les nouvelles technologies de linformation et des communications (NTIC) remettent en cause de manière fondamentale les façons dentrer en relation les uns avec les autres.

37 Lordinateur HAL (du film Lodyssée de lespace 2001) comprends lhomme,dialogue avec lui dans sa langue exécute ses commandes et ressent les émotions. Lordinateur HAL (du film Lodyssée de lespace 2001) comprends lhomme,dialogue avec lui dans sa langue exécute ses commandes et ressent les émotions. Quel bonheur !ou quel horreur !!! Quel bonheur !ou quel horreur !!!

38 A-t-on affaire à des humains virtuels ? A-t-on affaire à des humains virtuels ?

39 Le test peut être présenté sous forme dun jeu, «jeu dimitation». Il nécessite trois joueurs, un homme (A), une femme (B), et un troisième joueur qui posera les questions (C), et qui peut appartenir à lun ou lautre sexe. Ce dernier restera dans une pièce séparée de celle où se trouve le couple. Le but du jeu, pour ce troisième joueur, est de déterminer, chez les deux autres joueurs, qui est lhomme et qui est la femme. Il les connaît sous le nom de X et Y, et doit dire, au terme du jeu, soit «X est A et Y est B», soit «X est B et Y est A». Pour ce faire, il a droit à des questions du type : «X peut-il me dire de quelle longueur sont ses cheveux ?» Supposons que X est en fait A, cest à X de répondre. La règle du jeu, pour A, cest de tenter dinduire C en erreur. Par conséquent, il pourra répondre, par exemple : «jai les cheveux coupés au carré, les plus longues mèches atteignent environ vingt-deux centimètres.» Le test peut être présenté sous forme dun jeu, «jeu dimitation». Il nécessite trois joueurs, un homme (A), une femme (B), et un troisième joueur qui posera les questions (C), et qui peut appartenir à lun ou lautre sexe. Ce dernier restera dans une pièce séparée de celle où se trouve le couple. Le but du jeu, pour ce troisième joueur, est de déterminer, chez les deux autres joueurs, qui est lhomme et qui est la femme. Il les connaît sous le nom de X et Y, et doit dire, au terme du jeu, soit «X est A et Y est B», soit «X est B et Y est A». Pour ce faire, il a droit à des questions du type : «X peut-il me dire de quelle longueur sont ses cheveux ?» Supposons que X est en fait A, cest à X de répondre. La règle du jeu, pour A, cest de tenter dinduire C en erreur. Par conséquent, il pourra répondre, par exemple : «jai les cheveux coupés au carré, les plus longues mèches atteignent environ vingt-deux centimètres.»


Télécharger ppt "La théorie de linformation Claude E. SHANNON 1948: « A Mathematical Theory of Communication » -théorie de linformation Jamal Dine ESSARRAJE."

Présentations similaires


Annonces Google