La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Objectifs, méthodologie & contextepage 3 2. Résultats page 7 3. Le Centre des usages en ligne et le Café des usagespage 43 Annexespage 44 2 Sommaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Objectifs, méthodologie & contextepage 3 2. Résultats page 7 3. Le Centre des usages en ligne et le Café des usagespage 43 Annexespage 44 2 Sommaire."— Transcription de la présentation:

1

2 1. Objectifs, méthodologie & contextepage 3 2. Résultats page 7 3. Le Centre des usages en ligne et le Café des usagespage 43 Annexespage 44 2 Sommaire

3 Pourquoi Microsoft a lancé cette étude Référence des Usages ? Depuis 3 ans Microsoft France multiplie les initiatives pour mieux comprendre limpact de lévolution des usages des NTIC dans la sphère professionnelle (Petit précis defficacité collective, 2006 ; Centres des Usages, 2008 ; Centre des usages en ligne et Café des usages, 2009). Cette étude donne une cartographie complète des usages professionnels en France quels que soient les types dorganisations, leur taille et les catégories professionnelles auprès dun échantillon de personnes. Microsoft depuis sa création est au cœur des innovations et a toujours été proche des utilisateurs. Le PC, et les logiciels Windows, Office sont utilisés par des millions de Français à la maison et au bureau pour créer, échanger des documents, analyser, communiquer. Cette étude est un outil qui devrait permettre à lensemble des décideurs en entreprise (pas uniquement les Directeurs des systèmes dInformation - DSI) de mieux décrypter les bouleversements qui sont en train de sopérer, de se situer et de prendre les bonnes décisions pour accompagner ces nouveaux usages. Cette étude nous permet de bien comprendre la réalité de nos clients et partenaires afin dadapter au mieux nos discours et notre offre. Microsoft a lambition dêtre à la pointe de linnovation et de proposer des solutions adaptées pour chacun de ces usages, présents et futurs. 3

4 1. Identification - Eranos des usages actuels et émergents des technologies en entreprise (point de vue sociologique) 2. Qualification - Added Value de ces usages par les utilisateurs eux-mêmes et confrontation avec les décideurs (focus groups, entretiens) 3. Quantification - Ifop des usages pour les mesurer et les localiser (sondage) 4. Illustration- BearingPoint avec cas dentreprises Oct 08 Janv 09 Juin 09 Sept 08 Une démarche en 4 étapes complémentaires et intégrées… 4

5 Voir méthodologies en annexes. La « Référence des usages des technologies de linformation au travail en France » est un projet collaboratif conduit entre Microsoft France et ses partenaires conseils & études (Eranos, Added Value, IFOP et BearingPoint). Il a pour objectif de bâtir une connaissance, tant qualitative que quantitative, de lutilisation effective et à venir des technologies de linformation dans les entreprises en France. Il suit une démarche en « entonnoir » conduite en 4 étapes : Lidentification (Eranos) a permis débaucher une cartographie des usages des technologies en entreprise actuels et à venir via une revue de la littérature, lavis dexperts et une approche sociologique. La qualification (Added Value) a ciselé et nourri cette cartographie via des focus groups, conduits auprès dutilisateurs et de directeurs informatiques, et des entretiens avec des décideurs. La quantification (Ifop) a mesuré le poids de ces usages et les outils associés auprès dun échantillon représentatif de utilisateurs en entreprise. Ce large échantillon a permis de prendre une photo de ce qui se passe exactement dans les différentes tailles dentreprises, selon les secteurs dactivités, les métiers, les fonctions, les âges etc. Lillustration (BearingPoint) a pour objectif danalyser ce qui se passe concrètement dans 2-3 grandes entreprises françaises (études de cas) et doffrir des recommandations de conduite au changement. Létude fait lobjet dune communication sur Internet qui permet de découvrir ses constats et ses enseignements et dy réagir.www.aucentredesusages.com Méthodologie 5

6 Voir démarche et méthodologies en annexes. Tous les jours, nous sommes 12 millions en France à travailler sur un ordinateur. Le PC, et les logiciels Windows, Office, Outlook sont utilisés par des millions de Français au bureau pour créer, partager des documents, analyser, communiquer etc. Les outils de Microsoft sont au cœur des usages. Nous fêtons cette année les 25 ans de Word. Ces 10 dernières années, avec larrivée de lInternet en particulier, les entreprises ont connu un bouleversement dans leur univers technologique. Forums, blogs, flux RSS, messagerie instantanée, téléphonie mobile, outils de travail collaboratif et réseaux sociaux intègrent peu à peu la vie active sous la pression de ce qui se passe déjà dans des foyers bien équipés et dune nouvelle génération née dans les années 80, pétrie de culture 2.0. Ainsi près de 21 millions de personnes en France utilisent tous les jours la messagerie instantanée Windows Live Messenger (« MSN » pour les initiés). 6 Contexte

7 Près d1 actif sur 2 utilise un ordinateur au travail 7 Si 13,8 M dactifs nutilisent pas un ordinateur au travail, 9 M dentre eux (62%) en utilisent un à la maison… Soit 46% 96% se connectent à Internet au travail et/ou à la maison

8 Depuis 2005, il y a plus d'ordinateurs dans les foyers français que dans les entreprises… 8 Source : Microsoft 61% des ordinateurs en France sont dans les foyers NB: 10.8 millions dordinateurs vendus en 2008 dont 5.8 millions à destination des foyers (54% des ventes). Croissance des ventes totales du marché de +13.9% vs 2007 (+19.7% à destination des foyers et +7.7% à destination des entreprises et organisations, y compris les établissements scolaires). Source IDC T

9 Légende : Téléphone fixe 91% 1 s 89% 2 Messagerie instantanée 50% 2 Traitement de texte 72% 3 Réseau social (Facebook …) 21% 2 Webcam 58% 1 Tableur 56% 3 Moteur de recherche Internet 92% 2 Logiciel de présentation 26% 3 9 Poids relatif des outils dans les foyers équipés d'un ordinateur: de nouveaux outils déjà bien présents… Attention: les chiffres ne servent ici quà illustrer les poids relatifs des outils entre eux. Ils ne sont pas strictement comparables entre eux quand ils sont calculés à partir de sources et bases différentes. Sources: 1. Référence des Equipements Multimedia, GfK-Médiamétrie, T Base foyers équipés dun ordinateur. 2. Observatoire des Usages Internet, Médiamétrie, T Base internautes dernier mois 11 ans et Etude Microsoft Office Awareness & Perceptions, France, Mars Base individus qui utilisent un PC à la maison. Lire des blogs 37% 2 Ecrire sur son blog 15% 2 Téléphone mobile 80% 2 Appareil photos numérique 85% 1 Poster sur des blogs 20% 2 Ecrire sur forums de discussion 17% 2

10 Légende : Téléphone 97 % s 96 % Messagerie instantanée 36 % Traitement de texte 89 % Réseau social (Facebook …) 16 % Webcam 13 % Ecrire un blog professionnel 13 % Tableur 82 % Moteur de recherche Internet 93 % Logiciel de présentation 66 % 10 Poids relatifs des outils parmi leurs usages quotidiens au travail: les standards sont encore très utilisés; les nouveaux outils émergent… Attention: les chiffres ne servent ici quà illustrer les poids relatifs des outils entre eux. Ils ne sont pas strictement comparables avec les précédents chiffres calculés parmi les foyers. Ils correspondent à des taux dutilisation des outils entre des usages quotidiens qui les concernent et non à des taux dutilisation parmi lensemble des actifs. Exemples de lecture: 93% des répondants utilisent un moteur de recherche sur Internet quand ils recherchent. 82% des répondants utilisent un tableur pour organiser, synchroniser ou analyser. Appareil photos/Camescope numériques 57% Ecrire sur forums de discussion 38 %

11 Nombre moyen d'outils : 12,4 Age Hommes/ Femmes Professions/ Cadres/ Managers Fonctions/ Métiers Taille d'entrepriseSecteur d'activité Hommes (12,6) Femmes (12) Services aux particuliers (13,1) Administration (13) Commerce (11,4) Managers (13,4) Cadres (13,1) Employés, ouvriers (11,7) R&D, informatique (16) Production, Logistique (13) RH (13) Industrie (11,5) 11 Une multiplicité doutils technologiques utilisés quotidiennement

12 Une façon de travailler autant en individuel quen équipe et plutôt avec des personnes internes à lentreprise… 12 En général, dans votre entreprise, vous personnellement, vous travaillez plutôt … ? En général, vous personnellement, vous travaillez plutôt avec des personnes… ? Base : Actifs utilisant un ordinateur au travail connectés à Internet Façon de travailler Interlocuteurs Autant de façon individuelle quen équipe 38% De façon individuelle 32% Internes à lentreprise 49% Externes à lentreprise 15% Autant internes quexternes 36% En équipe 30% 85% travaillent avec des personnes internes à lentreprise 68% travaillent en équipe

13 Echanges VERTICAUX (top-down ou bottom-up) Travail COLLECTIF Mettre à jour des données (24 %) Mettre à jour des données (24 %) Sorganiser (19 %) Analyser (11 %) Travail INDIVIDUEL Informer (28 %) Echanges HORIZONTAUX (peer to peer) Créer (14 %) Partager (32 %) Synchroniser (16 %) Communiquer (44 %) Gérer du temps (30 %) Travailler sur du contenu (39 %) Rechercher (31 %) Coopérer (7 %) Exemple de lecture : 32% des utilisateurs partagent ou ont des activités de partage tous les jours dans le cadre de leur travail. Cartographie des usages quotidiens des technologies au travail 13 22% des utilisateurs 41% des utilisateurs

14 « Entreprise en retard sur les technologies » « Entreprise à la pointe des technologies » « Organisation verticale, hiérarchique » « Organisation horizontale, d'égal à égal » 19% 18% 28% 35% 14 Déjà 18% des utilisateurs travaillent dans des entreprises à la pointe des technologies et organisées en mode horizontal

15 Communiquer Gérer du temps Travailler sur du contenu Travailler sur du contenu 15 = + - = = = - + = = + = + = + + = - - = + - = Managers Vente/ Marketing RH/Finance/ Juridique Employés Administrations Taille d'entrepriseAge Professions/ Secteurs Sexe Informer Analyser Créer Sorganiser Informer Analyser Créer Sorganiser = Exemples de différences dusages quotidiens par profil +/- ou =: significativement supérieur/inférieur ou égal vs les autres =

16 Les plus jeunes synchronisent (20%), créent (19%) et coopèrent (10%) plus que leurs aînés. Les hommes informent (31%) et synchronisent (19%) davantage que les femmes. Les managers partagent (38%), recherchent (38%), sorganisent (29%), synchronisent (20%), créent (18%) plus que la moyenne. Quand on travaille dans la vente/marketing, on informe (36%) et recherche (39%) plus que la moyenne des autres fonctions. On y analyse (5%) moins aussi. Dans les petites entreprises, on doit rechercher (35%), sorganiser (24%) et synchroniser (19%) plus que dans les grandes entreprises. On y analyse (7%) moins aussi. Dans les grandes entreprises, on doit partager (40%) plus que dans la moyenne des entreprises. Dans les administrations, on partage (42%), met à jour (33%), crée (23%) et coopère (17%) plus que dans la moyenne des autres secteurs. Exemples de différences d'usages quotidiens par profil 16

17 Moteur de recherche (93 %) s (92 %) Téléphone (90 %) Traitement de texte (93 %) Tableur-base de données (86 %) Logiciel métier (71 %) Traitement de texte (95 %) Images-Photos-Vidéos (79 %) Logiciel de présentation (77 %) Tableur-base de données Logiciel métier Logiciel Statistiques-Reporting (76 %) (72 %) (59 %) Téléphone (96 %) s (95 %) Traitement de texte (84 %) Téléphone (98 %) s (93 %) Traitement de texte (90 %) Téléphone (96 %) s/Fax (95 % / 80 %) Site Internet/Intranet (53 % / 45 %) Téléphone (90 %) s (89 %) Traitement de texte (80 %) L est beaucoup utilisé et presque pour tout… Utilisé en 1 er : Utilisé en 2 eme : Utilisé en 3 ème : Mettre à jour des données : 47 min Mettre à jour des données : 47 min Synchroniser : 14 min Analyser : 27 min Informer : 40 min Créer : 29 min Coopérer : 19 min Partager : 37 min S'organiser : 18 min Rechercher : 36 min 17 Téléphone (94 %) s (88 %) Traitement de texte (75%)

18 18 A quelle fréquence utilisez-vous les technologies suivantes pour « informer les personnes autour de vous » au travail ? Base : Informent des personnes autour deux « tous les jours ou presque » 98% 93% 90% 79% 69% 62% 61% 48% 46% 43% 42% 34% 30% 21% 16% 15% 12% 11% % Utilisent cet outil De temps en tempsSouvent % Utilisent cet outil Nombre moyen doutils utilisés pour informer : 9,2 Exemple: les outils utilisés pour informer. Les blogs, wikis, réseaux sociaux font leur percée… Informer

19 19 A quelle fréquence utilisez-vous les technologies suivantes pour « participer à lélaboration dun contenu commun » au travail ? Base : Participent à lélaboration dun contenu commun au travail « tous les jours ou presque » Des appels téléphoniques Des s Un logiciel de traitement de texte (de type Microsoft Word, Open Office Writer...) Un logiciel de présentation (de type Microsoft PowerPoint, Open Office Impress,...) Un agenda électronique partagé (de type Microsoft Outlook, Lotus...) Des vidéos, des photos, des images Des conférences téléphoniques à plusieurs Un logiciel de gestion des tâches (tâches dans Outlook, IBM Notes,...) 96% 95% 84% 75% 72% 66% 53% 51% Un appareil photos numérique / un caméscope numérique Des SMS / MMS envoyés depuis un téléphone mobile Des messages instantanés/chat Un logiciel de gestion de projet (de type Microsoft Project,...) Un site Intranet de lentreprise Des réunions virtuelles via ordinateur (de type visio conférence) Un site Extranet entre votre entreprise et vos clients/fournisseurs Un webcast / un podcast / publication vidéo ou sonore sur internet Un réseau social (de type FaceBook, MySpace, Viadéo, LinkedIn,...) Une webcam Un Wiki au sein de lentreprise 48% 46% 42% 40% 37% 34% 26% 25% 24% 12% De temps en tempsSouvent % Utilisent cet outil Nombre moyen doutils utilisés : 9,6 Exemple: les outils utilisés pour coopérer. Intranet, Extranet, réseaux sociaux après le téléphone et les s… Coopérer

20 20 Voici une liste de bénéfices que lon peut retirer de lutilisation de technologies pour communiquer au travail. Quels bénéfices retirez-vous le plus de votre utilisation des technologies ? Bases : Réalisent au moins un usage de communication « tous les jours ou presque » Communiquer 3 réponses possibles Bénéfices retirés des technologies pour :

21 21 Voici une liste de bénéfices que lon peut retirer de lutilisation de technologies pour gérer du temps au travail. Quels bénéfices retirez-vous le plus de votre utilisation des technologies ? Bases : Réalisent au moins un usage de gestion du temps « tous les jours ou presque » Gérer du temps 3 réponses possibles Bénéfices retirés des technologies pour :

22 22 Voici une liste de bénéfices que lon peut retirer de lutilisation de technologies pour produire du contenu au travail. Quels bénéfices retirez-vous le plus de votre utilisation des technologies ? Bases : Réalisent au moins un usage de production de contenu « tous les jours ou presque » Travailler sur du contenu Travailler sur du contenu 3 réponses possibles Bénéfices retirés des technologies pour :

23 Mettre à jour des données : 47 min Mettre à jour des données : 47 min Synchroniser : 14 min Analyser : 27 min Informer : 40 min Créer : 29 min Coopérer : 19 min Partager : 37 min S'organiser : 18 min Rechercher : 36 min Temps moyen estimé par jour 4h30* sur les technologies + 3h sur d'autres activités * déclaratif des utilisateurs. Communiquer : 1h20 Communiquer : 1h20 Gérer du temps : ½ h Gérer du temps : ½ h Travailler sur du contenu : 2h40 Travailler sur du contenu : 2h40 Les actifs passent 4h30 par jour sur les technologies… 23

24 Une large palette doutils technologiques 24 Pour certains usages, la "boite à outils" est toutefois plus grande : pour informer, coopérer ou s'organiser, certains actifs utilisent entre 8 et 9 outils différents. Une multiplicité qui a tendance à s'accentuer auprès de certaines populations : les salariés des grandes entreprises (13), les managers (13), les services aux particuliers (13) et l'administration (13) en utilisent plus. Le poids des images, des sons et des vidéos sont néanmoins bien présents parmi les outils utilisés, notamment par les jeunes. 4 usages, 12 outils Les plus jeunes semblent baigner dans cette société de la communication et des échanges d'informations : 66% partagent, 60% informent et 61% recherchent des informations dans leur travail chaque semaine. Pourquoi les plus jeunes gèrent-ils bien mieux l'info- bésité que leurs ainés ? La nature des outils qu'ils utilisent n'y est surement pas étrangère : réseaux sociaux, webcast, vidéos, photos, logiciels multimédia, messagerie instantanée font partie intégrante de leur quotidien. Une génération hyper connectée

25 Lentreprise daujourdhui : 2 cultures en interaction 25 « Faber »« Ludens » Posture: le « sachant », très méthodiqueL« apprenant », intuitif Travail : effort, dévouement, mérite, sacrifice, perfectionnisme Jeu, plaisir, fun, expérimentation, voire détournement et prise de risque Temps : orienté vers le futur, la planificationImplanté dans le présent, voire dans linstant Figures : le père, lingénieur, le pionnier, le héros, le chef, larbitre Le meneur, la tête de réseaux, lenfant, le navigateur, le mercenaire, lhomme du défi Mots clés : appliquer, structurerCréer, transformer, personnaliser Imaginaire dominant : rationalisation, domestication, contrôle, pouvoir, productivité, rentabilité, excellence Mise en relation, réseau, connexion, coordination, harmonisation, socialisation, débat, collaboration, participation Valeurs phare : le savoir, lexpertise, lindividu, la compétition et le savoir-faire La connectivité, le partage, le collectif et le faire-savoir Repères : textesImages, sons, vidéos et qui sinfluencent…

26 Le Faber est ici lhomme qui fait, cest donc lhomme travaillant qui se définit comme tel dans la mesure où il est capable de fabriquer, cest-à-dire de créer de toute pièce, de maitriser la nature, de domestiquer le temps, son environnement naturel et social, au sacrifice de son plaisir personnel. Le travail est ici valeur dabnégation et de vocation. Et cest tout le mythe du héros, et ses dérivations du self-made man, de laventurier qui apparaissent. Les figures sont très masculines et très patriarcales, et dont lentrepreneur est lactualisation. Travail versus loisir. Cette figure de lhomme au travail alimente donc toute une mythologie qui va directement influencer la manière de travailler, les sentiments de bien faire, les critères de réussite, et donc, les usages et les cultures du travail. Notons que cet imaginaire véhicule les notions de mérite, déthique de leffort et du sacrifice au profit de lœuvre et de louvrage. Figure mythologique. Cette culture impacte directement les usages en situation professionnelle : le Faber est supposé être un sachant, il hésite donc à se mettre en situation de demande dinformation (puisquil est censé savoir). Ceci limite donc les échanges. La logique individuelle prévaut dans cette culture ; elle nécessite donc une transformation importante pour accéder à des logiques de partage ou de collaboration qui sont toujours secondaires. Une culture individualiste et laborieuse. Le Faber a pour idéal de travail la rationalisation des données, dans une optique de contrôle et de maîtrise. La formulation dun travail passe par la forme textuelle. Il appartient à une tradition dite iconoclaste, cest-à-dire qui se méfie des images et des métaphores. Cette tradition a longtemps assimilé limage à la séduction et à lerreur. Le règne de lesprit. L e Faber sinscrit dans une temporalité longue du travail, projetée vers le futur. De manière indirecte, tout ce qui est immédiat peut être suspecté de légèreté, de manque de densité. De même que les documents courts ou dapparence simple peuvent être jugés comme incomplets. On distingue ici toute une tradition ingénieuriale à la française pour laquelle la lenteur assure une rationalisation, une décantation et une réflexion, toutes jugées plus riches, plus solides et plus fondées. Une tradition ingénieuriale à « la française ». Le Faber a tendance à rejeter des pratiques émergentes comme les outils issus de lespace privé et familial, il se méfie du jeunisme. Son vocabulaire et ses logiques argumentatives sont proches dun esprit martial, cest-à-dire en rapport avec les langages guerriers. De manière plus douce, on trouve également chez eux une culture issue du sport, ou de laventure. Ils sont donc sensibles aux annonces construites autour de ces champs sémantiques. Le Faber est un homme, plutôt de plus de quarante ans, qui a une culture très rationnelle, et très patriarcale, et qui prend ses décisions seul avant de les injecter dans un environnement social qui nest que secondaire. Les experts externes (J. M. Billaut, Ph. Mallein, M. Maffesoli) ont insisté sur les fondements de limaginaire professionnel de ces générations (la modernité, la nouveauté, la rationalité), et indiquent quune rupture est à prévoir pour la génération qui suit. Un monde dadultes rationnels. Portrait du « Faber » 26

27 Au-delà de désigner une seule génération, le Ludens (en référence à louvrage de J. Huizinga, ) est un imaginaire qui simpose et qui tend à remplacer concrètement le modèle social issu de notre société occidentale. En réaction à une société fondée sur leffort et le devoir du travail, le Ludens est une personne qui a le sentiment de devenir elle-même par le fait de savoir samuser, qui constitue, pour elle, le propre de lhomme. « Ils veulent être rémunérés super rapidement, j'ai l'impression qu'ils calculent leurs plans sur deux ans », « Ils viennent dans nos entreprises pour apprendre et après ils partent faire des trucs qui les éclatent plus ». Une transformation sociétale profonde. Au travail, le Ludens est un apprenant perpétuel. Le Ludens est sociable, il affiche un caractère de joueur. Moins individuel que le Faber, le Ludens se réalise dans la relation avec autrui, il est sensible à son environnement social et technologique. Les logiques collaboratives sont pour lui totalement naturelles, il travaille et vit dans une logique de mise en relation, de coordination, et de recherche dharmonisation. Dune génération qui est née avec les technologies, il a une capacité dappropriation très forte. « Ils arrivent et transforment tout : de leur bureau de travail, de leurs outils, ils cherchent à contourner les protocoles de sécurité et nont aucun respect pour la confidentialité ». Une culture du social et de la collaboration. Le Ludens revendique facilement des comportements ou une psychologie de jeune, voire denfant. Il est réceptif à un management plus horizontal, et on lui reproche volontiers son incapacité à accepter des informations directives. Son identité est liée à sa relation à ses réseaux damis et de relations de travail, de sorte quil pourra décupler ses capacités daction et de compréhension dans des environnements collectifs. « Avec eux, lentreprise nest plus un lieu fermé, concentré sur lui-même : cest un maillon de plus dans une chaîne sociale ». Des relations dégal à égal. Il est habitué à des formes managériales qui lobligent à sadapter à des équipes nouvelles et/ou de courte durée. De même il éprouve des difficultés à se projeter dans un calendrier de long terme. Sa valeur est sa capacité à simbriquer dans un système, dans un ensemble, il est une tête de réseau. Ici, la valeur de la personne est sa connectivité, et non pas sa valeur individuelle, comme létait le Faber. « J'ai un employé qui, deux heures après être arrivé dans les locaux, m'a envoyé une invitation Facebook : ça m'a un peu surpris, mais je me suis dis pourquoi pas ? ». Une facilité avec les environnements hétérogènes. Les technologies deviennent pour les jeunes générations un espace dinvestissement identitaire. Loutil prend une certaine épaisseur, et charge lexpérience de travail dune dimension symbolique. Ce phénomène qui était réservé au monde extra professionnel fait donc une entrée concrète dans le domaine des usages en entreprise. « Ils ne comprennent pas pourquoi ils ont des ordinateurs moins performants que ceux qu'ils ont à la maison : évidemment, eux ils peuvent les changer tous les ans, nous notre cycle de renouvellement c'est sur 3 ans au mieux », « J'utilise le portable de la boite pour mes appels persos ». Des territoires identitaires. Portrait du « Ludens » 27

28 Vers une maîtrise de plus en plus pointue des outils et des attentes de plus en plus poussées envers les technologies. Typologie des plus jeunes utilisateurs face aux technologies au travail 28 Niveaux d'attentes : Digital Creators Information flow obsessed Net Com Workers Techno Followers Digital Creators Information flow obsessed Net Com Workers Techno Followers Créer Informer Partager Mettre à jour des données Mettre à jour des données Synchroniser Sorganiser Rechercher Analyser Coopérer Principaux usages : Outils de création avancés, avec possibilité de paramétrage/personnalisation plus libres qu'aujourd'hui « Pouvoir mettre de la vidéo un peu partout » Les outils collaboratifs, le partage de l'information « Outlook, Access, Sharepoint, cest une technologie qui permet de partager des réunions, des documents, des agendas, permet dorganiser le travail et la vie personnelle. » Outils de création et de communication : plus d'instantanéité, des échanges plus fluides, des contacts mieux gérés « Jutilise Skype et autant MSN… tout est mélangé je suis en train de travailler et il y a des appels » L'accessibilité/ergonomie/simplicité : un profil qui a avant tout besoin d'être formé aux outils « J'ai l'impression dêtre à la ramasse… ça évolue tellement vite aussi. » Outils de création avancés, avec possibilité de paramétrage/personnalisation plus libres qu'aujourd'hui « Pouvoir mettre de la vidéo un peu partout » Les outils collaboratifs, le partage de l'information « Outlook, Access, Sharepoint, cest une technologie qui permet de partager des réunions, des documents, des agendas, permet dorganiser le travail et la vie personnelle. » Outils de création et de communication : plus d'instantanéité, des échanges plus fluides, des contacts mieux gérés « Jutilise Skype et autant MSN… tout est mélangé je suis en train de travailler et il y a des appels » L'accessibilité/ergonomie/simplicité : un profil qui a avant tout besoin d'être formé aux outils « J'ai l'impression dêtre à la ramasse… ça évolue tellement vite aussi. »

29 Une culture digitale très développée : un profil de créateurs de blogs, forums, pages web mais peu de collaboratif "Je crée des pages web pour des clients" Capable de personnaliser / modifier les outils IT mis à leur disposition Vision très créatrice : l'IT est un outil de travail fait pour créer des supports de communication Une culture digitale très développée : un profil de créateurs de blogs, forums, pages web mais peu de collaboratif "Je crée des pages web pour des clients" Capable de personnaliser / modifier les outils IT mis à leur disposition Vision très créatrice : l'IT est un outil de travail fait pour créer des supports de communication 1. Les « Digital Creators » : 4 niveaux de maturité technologique 29 Des personnes pour qui communiquer est très important, voire un mode de vie. Une culture digitale limitée aux outils de communication et aux outils sociaux Des personnes pour qui communiquer est très important, voire un mode de vie. Une culture digitale limitée aux outils de communication et aux outils sociaux 3. Les « Net-Com-Workers » : Vision très communication oriented : l'IT est un outil pour "communiquer et networker »"Je suis dans le département communication, il faut que j'organise des réunions, que je planifie des événements »"Je travaille beaucoup avec l'étranger; je fais beaucoup de téléconférence et de visio conférence », « J'utilise l'IM pour communiquer avec les collègues », « Skype » Vision très mobile : être joignable nimporte où, nimporte quand et optimiser les flux. Vision très communication oriented : l'IT est un outil pour "communiquer et networker »"Je suis dans le département communication, il faut que j'organise des réunions, que je planifie des événements »"Je travaille beaucoup avec l'étranger; je fais beaucoup de téléconférence et de visio conférence », « J'utilise l'IM pour communiquer avec les collègues », « Skype » Vision très mobile : être joignable nimporte où, nimporte quand et optimiser les flux. Une culture digitale pas forcément très développée mais une bonne connaissance des solutions IT pour les entreprises (SharePoint notamment)"SharePoint cest une technologie qui permet de partager des réunions, des documents, des agendas, permet dorganiser le travail et la vie personnelle » 2. Les « Information Flow Obsessed » : Forte importance des usages collaboratifs "Jaime bien rencontrer gens différents », « Travailler avec différentes personnes pas forcément en France, cest enrichissant », "Ouverture desprit", "Equipe", « Bonne ambiance », « J'aime travailler avec beaucoup de prestataires », « Faire aboutir les choses ensemble en servant les intérêts de chacun » « Des échanges » Vision très information oriented l'IT permet de mieux trouver les informations, mieux l'analyser et collaborer « Ce qui a vraiment évolué dans les entreprises depuis 5 ans, c'est la technologie, on travaille plus vite maintenant » Forte importance des usages collaboratifs "Jaime bien rencontrer gens différents », « Travailler avec différentes personnes pas forcément en France, cest enrichissant », "Ouverture desprit", "Equipe", « Bonne ambiance », « J'aime travailler avec beaucoup de prestataires », « Faire aboutir les choses ensemble en servant les intérêts de chacun » « Des échanges » Vision très information oriented l'IT permet de mieux trouver les informations, mieux l'analyser et collaborer « Ce qui a vraiment évolué dans les entreprises depuis 5 ans, c'est la technologie, on travaille plus vite maintenant » Des suivistes technologiques Une culture digitale embryonnaire (Facebook est utilisé mais peu investi) Des suivistes technologiques Une culture digitale embryonnaire (Facebook est utilisé mais peu investi) 4. Les « Techno-Followers » : Vision assez conservatrice, traditionnelle des IT : l'IT demeure un outil pour 'travailler"Je fais pas trop attention à ce que j'ai sur mon PC" "Quand j'arrive à la maison, je ne vais pas le connecter forcément » « Je passe déjà 8 heures sur un ordinateur, en dehors du bureau, j'ai envie de faire autre chose" Très faible connaissance des outils/applications bureautiques « avancées » (type SharePoint, Groove…) Vision assez conservatrice, traditionnelle des IT : l'IT demeure un outil pour 'travailler"Je fais pas trop attention à ce que j'ai sur mon PC" "Quand j'arrive à la maison, je ne vais pas le connecter forcément » « Je passe déjà 8 heures sur un ordinateur, en dehors du bureau, j'ai envie de faire autre chose" Très faible connaissance des outils/applications bureautiques « avancées » (type SharePoint, Groove…)

30 1. Les « Digital Creators » : 3. Les « Net-Com-Workers » : 4. Les « Techno-Followers » : 2. Les « Information Flow Obsessed » : 4 niveaux dattentes vs les technologies 30 Assez faible : se focalisent principalement sur l'accessibilité, lergonomie, la simplicité : un profil qui a avant tout besoin d'être formé aux outils Assez haut sur les outils de création et de communication : plus d'instantanéité, des échanges plus fluides, des contacts mieux gérés « Il faudrait des outils plus interactifs », « Trouver les personnes pour les réunions, parfois c'est vraiment pénible » Assez haut et principalement centré sur les outils collaboratifs, le partage de l'information "Le partage de linformation, cest un gros problème, linformation qui ne circule pas"; "Des informations sur une nouvelle procédure mal diffusées, boulette, branle-bas de combat", "Tout ce qui est archivage, quand on arrive sur un poste, il y a des choses très nébuleuses, on na pas les informations du passé » Assez haut et principalement centré sur les outils de création avancés, avec possibilité de paramétrage plus libres qu'aujourd'hui « Pouvoir mettre de la vidéo un peu partout », « Faciliter la création de pages web »

31 Sur le niveau d'équipement IT : « C'était négocié dans mon contrat d'embauche, il me fallait un ordi portable » Sur la rapidité des cycles d'évolution / les rythmes de travail « Cest vraiment la génération des 35 heures ! » EN RECRUTEMENT Une population exigeante Envie de samuser … ailleurs : « Cest dingue, un de leurs référents, cest cette boite qui a posté sur YouTube des vidéos où les employés se sont enregistrés en train de chanter !!!! Quest- ce quon peut faire contre ça ? » Envie de faire partie dentreprises (plus) innovantes et notamment en termes dIT Ultra opportunisme vs carriérisme: « Ils veulent être rémunérés super rapidement, j'ai l'impression qu'ils calculent leurs plans sur deux ans » ; « Ils viennent dans nos entreprises pour apprendre et après ils partent faire des trucs qui les éclatent plus » EN FIDELISATION Un turnover important dans cette catégorie d'âge Les plus jeunes en entreprise: un défi pour les RH... 31

32 Une opportunité pour les directions informatiques Au niveau du hardware : « Ils ont des ordinateurs plus puissants que les nôtres » ; « Ils veulent tous des écrans plats comme à la maison » Du software : « Ils utilisent des softs qui viennent du web, tout ce qui est réseau social » De la gestion de l'information : «Tout va super vite, ils n'ont même plus le réflexe de passer un coup de fil pour savoir qui aurait pu avoir l'info en interne » ; « Le problème aujourd'hui, c'est que l'information circule mieux en dehors de l'entreprise qu'au sein de l'entreprise» ; « C'est le cauchemar de la bande passante » ; « Ils ne comprennent rien aux règles élémentaires de sécurité, ça doit marcher comme à la maison » Davantage utiliser les solutions existantes : Envoi d'invitations Outlook vs téléphone Site FTP pour partager les dossiers Proposer des solutions IT plus performantes : Mise en place de blogs internes aux équipes Utilisation de l'IM comme outil professionnel Pousser des usages plus collaboratifs : « Jaime bien rencontrer des gens différents », « Travailler avec différentes personnes pas forcément en France, cest enrichissant » ; « Ouverture desprit » ; « Support de créativité » Risques: Léquipement de lentreprise peut être en décalage par rapport aux attentes des plus jeunes, ce qui peut générer de linsatisfaction. Certaines de leurs habitudes menacent potentiellement la sécurité et la confidentialité des données de lentreprise. Opportunités : Les directions informatiques voient toutefois une opportunité de se rapprocher des utilisateurs, résoudre de nouveaux challenges techniques et revaloriser leur rôle dans lentreprise :

33 Echanges VERTICAUX (top-down ou bottom-up) Travail COLLECTIF Logiciels de saisie… Indicateurs de présence, agendas partagés, accès à distance… Indicateurs de présence, agendas partagés, accès à distance… Moteurs de recherche Internet, Intranet et poste de travail… Moteurs de recherche Internet, Intranet et poste de travail… Travail INDIVIDUEL Flux RSS, s, messagerie instantanée, SMS Flux RSS, s, messagerie instantanée, SMS Echanges HORIZONTAUX (peer to peer) Webcasts, édition dimages, développement de sites web Webcasts, édition dimages, développement de sites web Portails, réseaux sociaux, visio conférences.. Portails, réseaux sociaux, visio conférences.. Intranet, Wikis, Blogs… Intranet, Wikis, Blogs… Logiciels de gestion de projet, gestionnaires de taches… Logiciels de gestion de projet, gestionnaires de taches… Communiquer Gérer du temps Travailler sur du contenu Logiciels de Business Intelligence, CRM, Reporting… Logiciels de Business Intelligence, CRM, Reporting… Coopérer: Partager: Créer: Synchroniser: Sorganiser: Analyser: Rechercher: Mettre à jour: 33 Une évolution vers des usages plus collaboratifs et de nouveaux outils Informer:

34 Echanges VERTICAUX (top-down ou bottom-up) Travail COLLECTIF Travail INDIVIDUEL Echanges HORIZONTAUX (peer to peer) Coopérer: Partager: Créer: Synchroniser: Sorganiser: Analyser: Rechercher: Mettre à jour: Informer: 34 Communiquer Gérer du temps Travailler sur du contenu Exemples doutils Microsoft

35 35 Notre vision Office 14 Une expérience utilisateur homogène et connectée : PC, Web et mobile; Le choix de linfrastructure: Microsoft Online Services CO-CREER Co-création en temps réel sur Excel et Excel Web CO-CREER Co-création en temps réel sur Excel et Excel Web RECHERCHER PARTAGER Accès universel interne/externe aux ressources RECHERCHER PARTAGER Accès universel interne/externe aux ressources SYNCHRONISER ANALYSER PowerPoint/ Word / Excel Mobile Analysez, validez… SYNCHRONISER ANALYSER PowerPoint/ Word / Excel Mobile Analysez, validez… COOPERER SharePoint mobile Documents pro, portail déquipe COOPERER SharePoint mobile Documents pro, portail déquipe

36 36 Cas dusage

37 Emergence dusages, sélection et standardisation Lusage perdure quand il touche toutes les générations Hier Aujourdhui Demain Traitement de texte Tableur Fax Moteur de recherche Réseaux sociaux Messagerie instantanée Blogs Visio conférence Agenda partagé 1985 : Word for DOS Webcast/Podcast Logiciel de présentation Webcam Wiki Intranet Extranet Outil de référence dans sa ou ses catégories dusages quotidiens* * Source : Référence des usages des technologies au travail, Ifop, Décembre 2008 Outil émergent 80% 20% Outil en devenir 37

38 De nouveaux outils qui transcendent les générations: exemple de Windows Live Messenger 38 Source : Médiamétrie/NetRatings, Tous lieux de connexion, Décembre 2008, Applications internet Incluses

39 Etre capable de fournir de nouveaux services répondant aux impératifs business / organisationnels / ou de satisfaction client Maitriser ses coûts de possession (surtout en temps de crise) Gérer la sécurité informatique de systèmes ouverts vers Internet ou vers des applications mobiles Prendre en compte de nouveaux modèles logiciels comme le SaaS/S+S Développer un mode de travail collaboratif (comme le Web 2.0) pour prendre en compte les changements de comportements des utilisateurs Accompagner les utilisateurs dans ces changements Prendre en compte les impératifs écologiques et les évolutions vers les Green Tech Des défis pour lentreprise 39

40 Les usages grand public précèdent les usages de demain dans le monde professionnel. Le monde du travail certes en décalage a entamé sa mutation vers de nouveaux usages inspirés du grand public. Presque 1 actif sur 2 (46%) utilise un ordinateur pour son travail, soit 12 millions dutilisateurs. Ils passent en moyenne 4h30 par jour à utiliser les technologies de linformation. Les entreprises accusent un retard technologique vs le grand public comme on pouvait sy attendre. Celui-ci est mieux équipé à la maison. On utilise en moyenne 12 outils technologiques au travail tous les jours pour effectuer les différents usages. Les 4 outils les plus utilisés sont, dans lordre, le téléphone (97%), l (96%), le moteur de recherche Internet (93%) et le traitement de texte (89%). Le fax (82%) reste un des outils les plus utilisés en entreprise. Cependant, on voit déjà poindre la messagerie instantanée (18% de lensemble des utilisateurs). Dautres outils commencent leur percée dans le monde professionnel : les Wikis, les blogs, les réseaux sociaux etc. Nous avons identifié 3 familles dusages : « Travailler sur du contenu », « Communiquer », et « Gérer son temps ». Ces 3 familles recouvrent 9 usages type des technologies en entreprise : mettre à jour des données, rechercher, analyser, créer, coopérer, partager, informer, synchroniser et sorganiser. En moyenne, les utilisateurs sont concernés par 4 usages au quotidien. Les usages les plus courants sont : partager (32%), rechercher (31%), informer (28%) et mettre à jour des données (24%). Eléments à retenir 40

41 Ces usages sont appelés à évoluer sous linfluence dune génération née dans les années 80 en particulier, qui développe ce que lon appellera ici un état desprit « ludens ». Toutefois les autres générations sy mettent aussi parce quil sagit davantage dun changement de paradigme, dune évolution que dun phénomène générationnel. Le « Ludens » se caractérise ainsi par une culture du social et de la collaboration, des relations dégal à égal, sa connectivité. Il a des attentes envers les outils technologiques quils maitrisent bien. Les « Digital Creators » sont ainsi les plus exigeants. Ce sont aussi les plus créatifs. Si les usages des technologies aujourdhui sont encore très individuels et seffectuent de façon très verticale (top-down), les usages des technologies demain seront collectifs et seffectueront de façon plus horizontale en mode 2.0 participatif. Au-delà, lentreprise devra intégrer aussi dans son management les bénéfices quapporte létat desprit « Ludens » pour renforcer sa créativité, son agilité et sa capacité dadaptation. Les directeurs informatiques devraient y voir aussi une opportunité pour regagner une proximité, une complicité avec leurs utilisateurs et pour relever aussi de nouveaux défis technologiques. Ces évolutions ont un impact sur les modes dorganisations, de management, sur la manière dont les organisations gèrent leur business. Plus que jamais elles ont besoin dêtre accompagnées et les décideurs conseillés. Eléments à retenir 41

42 La 4 ème et dernière étape de cette étude fait intervenir BearingPoint, cabinet de conseil en management et en technologie A partir de la matière produite durant les phases 1/2/3 par ERANOS, ADDED-VALUE et IFOP, BearingPoint effectuera un travail dillustration par la transcription de cas dusages au sein des Grands Comptes, en tentant de répondre aux questions suivantes : – Comment sont identifiés et perçus les nouveaux usages ? – Quels changements produisent-ils pour lentreprise ? – Quels impacts dans le comportement des collaborateurs et la culture des entreprises ? – Quelle démarche suivre pour faciliter l'adoption de ces nouveaux usages, promis à une explosion dans les prochaines années ? – Comment mesurer la valeur qu'ils apportent à l'entreprise ? Outre de vrais exemples « terrain » analysés sur 5 axes (Comportemental, Opérationnel, Managérial, Technologique, Financier), BearingPoint mettra en lumière une analyse suffisamment décontextualisée permettant à dautres entreprises de sy identifier, à travers une approche en 2 temps : – Appréhension des usages à travers le point de vue de plusieurs acteurs « métier », ainsi que par la vision de la DSI – Apport d'une vision élargie sur le sujet pour identifier les grands principes des "Cas dUsages" Rendez-vous au Café des Usages ! Contacts : Michael Tartar Erik Campanini 42 Létude continue: la prochaine étape sera lillustration par des cas dusages en entreprises

43 Poursuivons les échanges au Café des Usages 43

44 Annexes 44

45 Gérer du tempsTravailler sur du contenuCommuniquer INFORMER : informer ses collègues, supérieurs, clients et fournisseurs sur les projets; annoncer, publier des objectifs, des résultats, des conclusions; donner des nouvelles, pour tenir au courant. PARTAGER : partager et échanger du contenu, des documents, des informations pour faciliter le travail avec vos collègues, supérieurs, clients et fournisseurs sur un projet. SYNCHRONISER : synchroniser les plannings; mettre à jour son agenda ou celui des autres; tenir courant les membres dune équipe pour avancer en même temps sur un projet; débloquer des situations; coordonner les différentes actions. Lobjectif : fluidifier et optimiser le temps de réalisation des projets. SORGANISER : organiser les plannings; définir des priorités, assigner des tâches, des ressources, des délais; prendre des rendez-vous et gérer des agendas; organiser ses déplacements ou celui des autres. L objectif : ne pas prendre de retard. COOPERER : participer à lélaboration dun contenu commun avec dautres personnes aux expertises différentes des vôtres. CRÉER : mettre en forme des textes et les illustrer pour créer des supports d'informations, des dossiers, des présentations, des sites web. ANALYSER : analyser et structurer des données dans des tableaux, des graphiques. RECHERCHER : rechercher des informations sur Internet ou dans votre entreprise. METTRE A JOUR DES DONNEES : saisir, mettre à jour des informations dans des bases de données; les classer, hiérarchiser, archiver. Définitions des grands types dusages 45

46 1.Identification : Eranos Revue de la littérature universitaire et Microsoft, interviews dexperts externes (Jean-Michel Billaut, Nicolas Geraud, Philippe Mallein et Michel Maffesoli) et Microsoft France (Karim Manar, Daniel Milelli, Bernard Ourghanlian, Philippe Plot et Gwenaël Fourré), veille Internet, regards sociologique et sémiologique. 2.Qualification : Added Value 5 groupes de discussion, organisés à Paris, de 3 heures et 7 participants chacun parmi de jeunes actifs âgés de 25 à 30 ans. Chaque groupe représentait un type dentreprises ou organisations : les organisations publiques (hors secteur éducatif), les grandes entreprises privées de plus de employés, les grosses PME de 500 à 999 employés, les PME de 10 à 499 employés et un focus particulier parmi de petites entreprises particulièrement innovantes (agences de communications et start ups technologiques). 2 groupes de discussion parmi des responsables de service informatique dentreprises privées de plus de 500 employés et de 50 à 499 employés. 4 entretiens individuels avec des patrons de PME innovantes. La démarche méthodologique 46

47 3.Quantification : Ifop Etude réalisée auprès d'un échantillon de actifs français, représentatifs des actifs occupés utilisant un ordinateur pour leur travail. Terrain effectué du 19 au 24 décembre 2008 par questionnaire on-line sur système CAWI (Computer Assisted Web Interviews). La représentativité de léchantillon a été assurée par la méthode des quotas après redressement issus d'une étude de cadrage (sexe, âge, profession, région, taille d'entreprise, secteur, fonction, fréquence et durée de connexion). L'étude de cadrage a été réalisée en face à face entre novembre et décembre 2008 auprès dun échantillon national représentatif de actifs français selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession, région). Cette étude a permis d'obtenir le profil des actifs utilisant un ordinateur pour leur travail et montrait que 96 % sont connectés à Internet (depuis leur lieu de travail et/ou leur domicile). 4.Illustration : BearingPoint Animation dateliers de travail et de réflexion sur la transcription en entreprise (banque, assurance, industrie, service) des usages identifiés par ERANOS, mis en évidence auprès dune génération par ADDED-VALUE et quantifiés par IFOP. Les résultats de ces ateliers seront formalisés sous la forme détudes de cas dentreprises, décrivant au-delà des usages : La démarche danalyse du besoin métier, Le processus dimplémentation de solutions apportant de nouveaux usages orientés 2.0, Les impacts sur les différentes populations dutilisateurs, Les retours sur investissements identifiés et quantifiés, Lanalyse des éléments de conduite du changement ayant permis la généralisation de ces nouveaux usages et ladoption de ces solutions 2.0. La démarche méthodologique (suite) 47

48 Eranos est une société d'études qualitatives spécialisée dans le décryptage et lanticipation des imaginaires sociaux contemporains. La technologie est le révélateur de transformation sociétales profondes, elle constitue pour Eranos un terrain dobservation privilégié. Eranos accompagne les entreprises exposées à des marchés où le risque est lié à la compréhension des comportements sociaux (B to B, mass market, publics jeunes, communautés, viralité, …). Eranos a été fondée par des chercheurs en sciences humaines et sociales issus du CEAQ (un laboratoire de recherche en sociologie de la Sorbonne), et fournit à ses clients et partenaires une expertise fondée sur les travaux universitaires issus du laboratoire de Paris et des correspondants étrangers (Brésil, Corée, USA, Canada, Italie …). Eranos développe des méthodologies danalyse, de veille et de cartographie des phénomènes complexes dans une perspective qualitative à usage opérationnel. 48

49 Added Value est un cabinet international de conseil en marketing stratégique et en innovation. La vocation dAdded Value est dêtre un catalyseur de la croissance de ses clients. Le cabinet recueille et utilise une source variée d'insights (consommateurs, experts, tendances, benchmarking...) comme tremplin pour développer des idées et des stratégies marketing innovantes, capables dapporter de la valeur ajoutée aux marques et d'inspirer les équipes en interne. Les approches sont toujours sur mesure pour répondre parfaitement aux problématiques spécifiques de chaque client. Avec Added Value, tout commence par un insight, se poursuit avec la formalisation d'idées et se termine avec des recommandations stratégiques et opérationnelles. Added Value est présent dans 15 pays avec 25 bureaux et accompagne des clients tels que Danone, Vodafone, Pepsi, Colgate, Unilever, Seb, Cadbury, Levi's, AT&T... 49

50 Pionnier depuis 1938, lIfop est un des leaders sur le marché des sondages dopinion et des études marketing. En 2008, lIfop adjoint à son socle dactivité (Etudes dOpinion et études Marketing (Consumer, Services, Médias, Santé et Omnibus), Panels et Téléservices (à travers sa filiale Phone City), de nouvelles expertises : le Luxe, le Numérique, Le Corporate, et Le Planning Stratégique. Ifop renforce son activité qualitative en créant QualIfop, entité proposant un quali à 360° (métissage des méthodologies dapproche du consommateur, expertise quali internationale…). Les pôles dactivité de lIfop partagent une même culture des méthodologies de recueil et danalyse online et offline. LIfop intervient dans une cinquantaine de pays à travers le monde, à partir de ses quatre implantations : Paris, Toronto, Buenos Aires et Shanghaï. 50

51 Une présence dans 60 pays collaborateurs 900 consultants en France Transformer votre organisation ? Vous savez pourquoi. Nous savons comment Notre mission Transformer avec succès les organisations. Nous accompagnons nos clients depuis la formalisation de leur stratégie jusquà la mise en œuvre de leurs projets. Notre positionnement Nous sommes le seul cabinet indépendant spécialisé dans le conseil, à dimension internationale, qui sappuie sur une double compétence de conseil en management et technologie. Nos clients nous reconnaissent Un engagement, faire nôtres les priorités de nos clients avec des équipes expérimentées, engagées et à leur écoute. Une approche sur-mesure, en apportant non pas une mais LA solution. Des résultats mesurables et pérennes. Notre expertise Par pôle de compétences : Stratégie et Transformation dEntreprise, Relation Client, Supply Chain, Fonction Financière, Ressources Humaines, Technology Consulting. Par secteur dactivité : Entreprises Industrielles et Commerciales ; Services Financiers ; Secteur Public, Défense et Infrastructure ; Communication, Médias, Utilities et Energie. Nos services incluent le conseil stratégique et opérationnel, la mise en place dERP et le conseil en technologie de linformation. 51 CA 2007 France : 140 millions deuros (+ 16 % de croissance) Nos clients : les entreprises du CAC 40 et les administrations BearingPoint Un des leaders du conseil en management et technologie

52 ERANOS Contact Etude: Stéphane Hugon - - Tel : ADDED VALUE Contact Presse: Marina Cozzika – - Tel : Contact Etude : Michael Eude – - Tel : IFOP Contact Presse: Isabelle Grange – - Tel: Contact Etude: Rudy Bourles – - Tel: BEARINGPOINT Contact Presse: Erik Campanini - – Tel: Contact Etude : Michael Tartar - – Tel: MICROSOFT Contacts Presse: Guillaume Tourres - – Tel: Laure Montcel - Tel: / Pely Mendy - Tel: Contact Etude: Chantal Garnier : – Tel: Contact Marketing: Thomas Kerjean : – Tel : Vos contacts 52


Télécharger ppt "1. Objectifs, méthodologie & contextepage 3 2. Résultats page 7 3. Le Centre des usages en ligne et le Café des usagespage 43 Annexespage 44 2 Sommaire."

Présentations similaires


Annonces Google