La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MISE EN OEUVRE DE LA CONVENTION CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS EU DU PROTOCOLE DE KYOTO AU MALI.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MISE EN OEUVRE DE LA CONVENTION CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS EU DU PROTOCOLE DE KYOTO AU MALI."— Transcription de la présentation:

1 MISE EN OEUVRE DE LA CONVENTION CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS EU DU PROTOCOLE DE KYOTO AU MALI

2 Présenté par Dr.Ing. Sidi KONATE Maître de conférence à lECOLE NATIONALE DINGENIEURS ABT DE BAMAKO Coordinateur du projet IGES domicilié au STP/CIGQE Cel. :

3 Région Vulnérabilité de la Sahélienne Selon le GIEC (2007), la région sahélienne est lune des zones les plus vulnérables aux effets néfastes des changements climatiques. Les principaux facteurs de vulnérabilité au Sahel sont : une pauvreté généralisée (un PNB moyen de 360$ US par habitant et par an) ; des sécheresses cycliques qui ont fragilisé les ressources naturelles ; une grande dépendance (60 à 80% de la population active) à une agriculture pluviale et à un élevage très sensible aux aléas climatiques ;

4 Vulnérabilité de la Région Sahélienne une démographie en forte augmentation (un taux de croissance denviron 3,3% en moyenne par an) induisant une forte pression sur lenvironnement ; un faible niveau des structures et dinstitutions spécialisées ; une forte déforestation liée aux besoins énergétiques des populations (le bois de chauffe et ses dérivés constituent la principale source dénergie des populations sahéliennes).

5 QUELQUES IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES AU MALI

6 I. Quelques impacts des CC sur les ressources en eau Les conditions climatiques de lAfrique de lOuest, de sa partie sahélienne en particulier, connaissent des variations chroniques et de grande ampleur, surtout depuis le début des années La région a connu une rupture nette des séries pluviométriques et hydrométriques autour des années , avec 1970 comme année charnière.

7 I. Quelques impacts des CC sur les ressources en eau Evolution des précipitations au Sahel Source: Brooks, 2004

8 I Quelques impacts des CC sur les ressources en eau

9 I. Quelques impacts des CC sur les ressources en eau La baisse de la pluviométrie moyenne avant et après 1970 varie denviron 15% à Plus de 30% (20% pour le Mali). Cette situation a comme conséquence le glissement des isohyètes denviron 200 Km vers le Sud. Les débits des grands fleuves de la sous région ont connu des variations concomitantes et plus prononcées comparées à celles de la pluviométrie. On a ainsi connu une baisse moyenne de 40 à 60% des débits depuis le début des années 1970.

10 I. Quelques impacts des CC sur les ressources en eau La baisse des débits sest traduite par la réduction significative de la superficie des principales zones humides naturelles. Celle du Delta Intérieur du Niger a baissé de Km 2 au début des années 1950 à environ Km 2 en Lune des conséquences de la détérioration générale du climat est la prolifération des végétaux flottants (salade deau, jacinthe, typha, etc.) du fait notamment de la réduction de la vitesse découlement des cours deau, du changement de leur température, ainsi que de la détérioration de la qualité des eaux.

11 I. Quelques impacts des CC sur les ressources en eau Ces végétaux entravent : la pêche, la navigation, le fonctionnement des aménagements hydro- agricoles (cas de lOffice du Niger) et hydro- électriques Ils offrent des conditions idéales pour la multiplication des vecteurs des maladies hydriques comme le paludisme et lapparition de nouvelles maladies. Ils asphyxient plusieurs plans deau de la région notamment les zones humides dont la diversité biologique est reconnue dimportance mondiale.

12 I. Quelques impacts des CC sur les ressources en eau De même que la baisse de la pluviométrie et des écoulements de surface et souvent à cause de cela : la recharge des aquifères de la zone a sensiblement diminué. Par exemple dans le sous-bassin du Bani-Niger supérieur, les nappes phréatiques ont connu leur niveau le plus bas en La baisse du niveau des nappes phréatiques a des conséquences perceptibles sur les coefficients de tarissement (exemple du fleuve Niger à Koulikoro).

13 I. Quelques impacts présents des CC sur les ressources en eau (suite 9)

14 Le dessèchement et lensablement constituent les principaux facteurs de dégradation des oasis, et de leur mutation. Malgré l'existence dun potentiel considérable en eaux souterraines, son exploitation est confrontée à une répartition spatiale très irrégulière, aux difficultés de mobilisation et aux contraintes d'accès à l'eau (profondeur des nappes). I. Quelques impacts présents des CC au Mali sur les ressources en eau (suite 8)

15 I. Matérialisation des CC au Mali dans le secteur des ressources en eau (suite) Augmentation de température Stations °C °C Différence °C Kayes36,336,5+0,2 Bamako Senou 34,434,5+0,1 Sikasso33,733,9+0,2 Ségou34,835,3+0,5 Mopti35,035,9+0,9 Gao37,137,3+0,2 Kidal36,136,2+0,1

16 I. Quelques impacts présents des CC sur les ressources en eau (suite 1) Au Mali, on note de nos jours en moyenne une baisse de la pluviométrie de 20% entre la période 1951 – 1970 (période humide) et la dernière période de référence 1971 – 2000 (voir figure suivante) entraînant un déplacement des isohyètes de 200 km vers le Sud. Lisohyète 1200 mm nexiste plus sur la carte du Mali : ce qui prouve que le régime pluviométrique au Mali est très affecté par la variabilité et les changements climatiques.

17 I. Quelques impacts présents des CC au Mali sur les ressources en eau (suite 2) PLUVIOMETRIE ANNUELLE MOYENNE ( mm ) : PLUVIOMETRIE ANNUELLE MOYENNE ( mm ) :

18 I. Quelques impacts présents des CC au Mali sur les ressources en eau (suite 10) Sécheresse endémique depuis 1970 (Tendance à la baisse de la pluviométrie : –20%); Démarrage et fin difficile de la saison des pluies, poches de sécheresses (déficit deau) pendant la saison des pluies, diminution de la longueur de la saison (du nombre de jours pluvieux) de la production agricole, exode rural. Disparition des espèces végétales et animales. Ensablement des cours deau, dégradation de la qualité des eaux, diminution recharges des eaux de surface et souterraines, diminution des captures de poissons ; Augmentation des incendies de forêt ; Autres (destruction des routes, épidémie de méningite, forte chaleur, présence de poussière, des vents violents en début de saison etc.).

19 I. Quelques impacts présents des CC sur les ressources en eau (suite 7) La modification du système naturel des crues suite aux changements climatiques entre autre engendre une transformation importante dans les systèmes de production traditionnels basés sur les cultures de décrue et diminue également les zones de pâturages naturels entraînant ainsi des conflits fonciers entre agriculteurs et éleveurs. Ces ressources en eaux de surface et souterraines sont fortement menacées, entre autres par les gaspillages et/ou la gestion non rationnelle et/ou l'ensablement des cours d'eau, des lacs et des mares et/ou les pollutions diverses: pertes annuelles estimées à milliards de m³ d'eau dans le delta intérieur du Niger, dépôt annuel de 13 millions de tonnes de limon chaque année au niveau des grands cours d'eau.

20 I. Quelques impacts présents des CC sur les ressources en eau Le phénomène de désertification se manifeste aussi par lensablement qui affecte les habitations, les terres agricoles, les voies de communication, routières et fluviales, ainsi que les cours et points deau dont particulièrement le fleuve Niger.

21 I. Quelques impacts présents des CC Une catastrophe écologique suite aux aléas climatiques : la forêt morte du FARIMENKE dans le cercle de Youwarou (des centaines dhectares).

22 Image actuelle du lit dun bras de fleuve qui était intarissable il y a environ 40 ans (au Sud du mali ).

23 des crocodiles en détresse au bord dun cours deau qui est entrain de tarir

24 II. ETAT DE MISE EN ŒUVRE DE LA CCNUCC : PROJET PANA Le Projet PANA (Programme dAction Nationale dAdaptation) a été bouclé. Il avait pour but didentifier des projets prioritaires dadaptation aux effets néfastes des Changements Climatiques pour le Mali. Les experts ont dans ce cadre identifié dans un premier temps les zones vulnérables ; Ils ont ensuite élaboré des fiches de projets PANA pour ces zones à partir de la documentation existante.

25 II. ETAT DE MISE EN ŒUVRE DE LA CCNUCC : PROJET PANA Enfin des concertations locales ont été organisées dans les zones rurales. Les recommandations issues de ces concertations ont été intégrées dans les fiches de projets qui avaient été élaborées par les experts, ce document a été dabord validé au niveau national. Ensuite il a été soumis à la 13 ème Conférence de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP 13) qui sest tenu à Bali (Indonésie) du 03 au 14 Décembre 2007.

26 II. ETAT DE MISE EN EOUVRE DE LA CCNUCC : Projet PANA II. ETAT DE MISE EN EOUVRE DE LA CCNUCC : Projet PANA

27 II. ETAT DE MISE EN ŒUVRE DE LA CCNUCC : PROJET PANA 19 projets prioritaires dadaptation aux effets néfastes des changements climatiques ont été élaborés dans le cadre du PANA MALI ; Parmi ces 19 projets, un nommé « Vulgarisation des variétés améliorées et adaptées aux conditions climatiques des principales cultures vivrières ( mil, sorgho maïs et riz )» a été financé.

28 II. ETAT DE MISE EN ŒUVRE DE LA CCNUCC : FINANCEMENT BILATERAL Pour la mise en œuvre de la CCNUCC, le Mali a aussi bénéficié de financement bilatéral provenant de pays comme : –Les PAYS-BAS –LE DANEMARK –LA NORVEGE –LA SUEDE –LAllemagne (GTZ) –Etc.

29 II. EXEMPLES DE FINANCEMENT BILATERAL : NCAP (PAYS-BAS) PHASE I - 3 études ont été financées : –Élaboration dun scénario climatique pour le Mali ; –Vulnérabilité et adaptation des ressources en eau aux effets néfastes des changements climatiques dans les bassins du Sankarani et du Baoulé ; –Vulnérabilité et adaptation du mais et du coton aux effets néfastes des changements climatiques à Sikasso, Bougouni, Dioila, Koutiala.

30 II. EXEMPLES DE FINANCEMENT BILATERAL : NCAP (PAYS-BAS) PHASE II : dautres études ont été financées, elles concernent trois communes : Diouna, Massabla et Kiban –Perception des changements climatiques par les groupes sociaux les plus vulnérables dans les trois communes ; –Vulnérabilité des trois communes aux effets néfastes des CC et évaluation des coûts dadaptation ; –Étude sur les utilisateurs finaux des ressources en eau et dialogue avec le communautés ;

31 II. EXEMPLES DE FINANCEMENT BILATERAL : NCAP (PAYS BAS) PHASE II : toujours pour les mêmes communes : Diouna, Massabla et Kiban Identification et sélection des Technologies Appropriées de Gestion des Ressources en Eau. Élaboration de Stratégies dAdaptation des Ressources en Eau aux Effets des Changements Climatiques.

32 III. Quelques impacts potentiels futurs des changements climatiques au Mali Selon le scénario climatique élaboré pour le Mali Lanalyse des évènements extrêmes pour le climat futur ( Projet Climat/CNRST, 2003 ) a permis de comparer les occurrences de températures maximales supérieures à la moyenne maximale de la normale des horizons temporels 2050 et Les pluviométries pour différents horizons temporels peuvent être déterminées pour chaque ville. Lexemple de la localité de Sikasso est présentée sur la figure qui suit.

33 III. Quelques impacts potentiels futurs des changements climatiques au Mali Diminution de la pluviométrie et déplacement des isohyètes vers le Sud dans la localité de Sikasso entre 1960 et 2100

34 Cas des ressources en eau Lévaluation des impacts des changements climatiques par rapport aux ressources en eau se fait surtout par lestimation de la disponibilité de ces ressources pour la satisfaction des besoins liés aux différentes activités socio-économiques comme lagriculture, lélevage, la fourniture délectricité, etc.

35 Dans le cadre de cette étude, nous avons utilisé le modèle CRIWAR (Crop Irrigation Water Requirement ) Cest un modèle de simulation des besoins en eau des plantes lorsque celles-ci sont soumises aux effets des paramètres climatiques.

36 Nous avons utilisé la version CRIWAR 2.0, qui est un modèle de simulation des besoins en eau des plantes pour lirrigation. Il a été développé en 1996 par lILRI (International Institute for Land Recherche and Improvement).

37 Principe de ce modèle : le déficit en eau exprimé au niveau de la plante est calculé comme étant la différence entre lévapotranspiration et la précipitation effective. Pour traduire ce déficit en terme dimpact socioéconomique, il est nécessaire dévaluer ses conséquences sur les rendements et les productions des cultures et par conséquent sur la couverture des besoins alimentaires.

38 Cest pourquoi, on pourrait par exemple utiliser les résultats du modèle CRIWAR 2.0 dans un modèle dévaluation du rendement des cultures pour compléter lanalyse des impacts. Dans la structure de CRIWAR, on utilise des données climatiques, des données sur les surfaces cultivées et des données agronomiques liées aux types de culture.

39 Données dentrée : Les données climatiques utilisées dans le modèle sont les moyennes mensuelles des précipitations, des températures, des vitesses de vent, de la durée dinsolation et de lhumidité. Ces données ont été collectées pour les différentes localités de la zone détude pour la normale ainsi que les coordonnées géographiques des différentes localités. A ces données, il faut ajouter les superficies cultivées par spéculation.

40 Données de sortie : Les résultats fournis par le modèle après la simulation sont essentiellement lETP, la précipitation effective et le déficit en eau caractérisé par la différence entre les deux premiers paramètres. Les tableaux suivants représentent des exemples de formats de données dentrée et de données de sortie.

41

42

43

44 Détermination du rendement à partir des sorties du modèle CRIWAR : Selon le type de spéculation, le déficit en eau se manifeste à des périodes différentes du cycle de la plante. Pour traduire leffet de ce déficit sur le rendement, nous avons utilisé un modèle simplifié dans lequel nous avons considéré la disponibilité en eau comme étant le facteur le plus limitant. Ce modèle est basé sur une relation empirique (DOORENBOS et al, 1987) qui est la suivante :

45 Où : Ya = rendement réel récolté (kg/ha) Ym = rendement maximum récolté (kg/ha) Ky = coefficient de réponse du rendement Pe et ETP sont respectivement la précipitation effective et lETP obtenues à partir de la simulation avec CRIWAR.

46

47 Quelques résultats Pour analyser la vulnérabilité future du Mali aux effets néfastes des changements climatiques dans les secteurs des ressources en eau et de lagriculture, une étude a été réalisée et a porté sur cinq localités situées dans les zones à forte potentialité agricole tant au plan des cultures vivrières (qui sont essentiellement le mil, le sorgho, le riz et le maïs) que celui des cultures industrielles comme le coton.

48 Quelques résultats Ces localités sont situées dans les zones soudanienne, soudano-guinéenne et dans les localités de Bougouni, Dioila, Sélingué, Yanfolila, Koutiala et Sikasso). Deux de ces localités sont situées dans des bassins versants à savoir Sélingué dans le bassin versant du Sankarani et Bougouni dans celui du Baoulé.

49 Quelques résultats Létude a montré quil y aurait assez deau pour satisfaire les besoins en eau des différentes cultures prévues dans les deux bassins, mais cette eau pluviale serait mal répartie entre les différents mois et les différentes localités. Il en résulterait, pour certains mois et pour certaines cultures, un déficit en eau :

50 Quelques résultats Pour lensemble des localités concernées, un déficit de production variant entre 51 et 1518 tonnes de maïs à lhorizon 2025 serait constaté par rapport aux conditions de la normale ; · une baisse généralisée des rendements du cotonnier entre 2005 et 2025 sera observée. Les pertes de production se situeraient entre 150 tonnes en 2005 et tonnes en 2025 selon les localités ; · une baisse généralisée des rendements du mil/sorgho entre 2005 et 2025 serait observée. Les pertes de production se situeraient entre 80 tonnes en 2005 et 2524 tonnes en 2025 selon les localités ;

51 Quelques résultats Pour le riz fluvial, une baisse généralisée des rendements du riz entre 2005 et 2025 serait observée ; les pertes de production mil/sorgho se situeraient entre 150 tonnes en 2005 et 470 tonnes en 2025 selon les localités.

52

53 FIN MERCI POUR VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "MISE EN OEUVRE DE LA CONVENTION CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS EU DU PROTOCOLE DE KYOTO AU MALI."

Présentations similaires


Annonces Google