La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réalité de la critique sur un sujet de réflexion développé par H Yahya et controversé : « la réalité de la matière » comme dans son livre « l'éternité.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réalité de la critique sur un sujet de réflexion développé par H Yahya et controversé : « la réalité de la matière » comme dans son livre « l'éternité."— Transcription de la présentation:

1 Réalité de la critique sur un sujet de réflexion développé par H Yahya et controversé : « la réalité de la matière » comme dans son livre « l'éternité a déjà commencé »

2 H Yahya dit que ce monde matériel est une "matrice" sensorielle seulement existante dans notre cerveau soit une « perception » par l’âme dont Dieu est à l’origine et qui n’a pas d’existence à l’extérieur de nous et qu’il en sera de même pour l’enfer et le paradis Il se base en cela sur la science qui stipule l’impossibilité d’accéder aux « objets » originaux perçus par nos 5 sens lesquels ne sont pour nous qu’une interprétation de signaux électriques du cerveau et que l’envoi artificiel de ces signaux nous font percevoir ces objets pourtant absents Au final, seul Dieu nous entoure ainsi que les âmes crées et l’univers n’a pas de réalité matérielle mais est une sorte d’onde perçue

3 Ce thème de réflexion a été mal reçu et qualifiée de vision panthéiste non orthodoxe (mise en garde contre certaines déviances de l’orthodoxie, par Brahim ouelaa en particulier dans le magazine al Balagh n°4) Selon le degré de connaissance du lecteur (vision orthodoxe du Tawhid et vision d’ensemble de tous les ouvrages relatifs à ce thème) ou la qualité de la traduction en français des tournures arabes qui diffèrent suivant l’édition, Il y a le risque d’une lecture panthéiste (fait d’assimiler la création au créateur en considérant que seul Dieu existe) Ce thème de réflexion a été mal reçu et qualifiée de vision panthéiste non orthodoxe (mise en garde contre certaines déviances de l’orthodoxie, par Brahim ouelaa en particulier dans le magazine al Balagh n°4) Selon le degré de connaissance du lecteur (vision orthodoxe du Tawhid et vision d’ensemble de tous les ouvrages relatifs à ce thème) ou la qualité de la traduction en français des tournures arabes qui diffèrent suivant l’édition, Il y a le risque d’une lecture panthéiste (fait d’assimiler la création au créateur en considérant que seul Dieu existe)

4 Vision orthodoxe ou panthéiste ? - Quels reproches sont adressés à Harun Yahya ?  la distinction entre Dieu le créateur et la nature n’est pas assez nette (les sunnites rejettent toute forme de panthéisme tel le crédo « tout est Dieu et Dieu est tout » du dogme de l’unité attribué à Ibn Arabi ; un lecteur lisant H Yahya pourrait y tomber)  cette vision est dangereuse si certaines personnes lisent H Yahya superficiellement et pensent alors vivre une vie imaginaire comme dans un rêve sans responsabilité ni compte à rendre alors qu’il stipule que cette perception est une réalité pour nous et que le Paradis ou l’enfer est un changement de perception tout aussi vrai pour nous  un point semble gêner : c’est que Dieu a crée avant nous la Terre et les cieux : leur réalité attestée dans le coran ne pouvait être alors perception humaine, les hommes n’étant pas encore été crée sur Terre

5 1)H Yahya n’est pas panthéiste Citons pour preuve, une citation tirée d’un de ses livres (citation très claire malgré un assez mauvaise rendu de ses idées dans ce livre en particulier) où il est clairement établi la distinction entre Dieu le Créateur et Sa création : « Nous arrivons à la conclusion suivante : tout ce que nous voyons a été crée. Mais rien de ce que nous voyons ne peut être « créateur » par lui-même. Le créateur est différent et supérieur à tout ce que nous voyons avec nos yeux, un pouvoir supérieur qui est invisible mais dont l’existence et les attributs se révèlent dans chaque chose qui existe (tel l’attribut de créateur, de tout puissant etc.) » (« Le mensonge de l’évolution », p 239 de la deuxième partie « la véritable essence de la matière », édition Essalam) Mais il reste vrai, que celui qui lit sans la science du Tawhid (unicité de Dieu dans la seigneurerie, dans l’adoration et dans Ses Noms et Attributs) pourrait croire que H Yahya confond les deux en lisant : « ce n’est pas une alternative pour Allah d’exister en dehors de cette collection de matière (déformé par B Ouelaa dans « panthéisme et matrix » par « Dieu ne peut exister en dehors de cette diversité de matière »). Dieu est partout (dans le sens ou pour H Yahya, « dehors », il n’y a rien, pas de matière, puisqu’elle n’existe que par volonté divine de nous la faire percevoir ainsi). Rien ne peut exister hors de l’existence de Dieu » (la matière n’a pas d’existence propre) (tiré de « avez-vous réfléchie à la vérité ? » p 47, livre dans lequel il développe le plus cette approche)

6 2) H Yahya se penche sur un thème à priori licite : la création d’Allah o Citons pour preuve, un extrait de Abou Hamid al Ghazali : Surnommé « la preuve de la religion » pour avoir extrait de la religion toute influence étrangère Et l’avoir clarifié et éclaircie, en particulier dans son livre « la revivification des sciences religieuses » « seul est blâmable la réflexion sur l’Essence de Dieu -pureté à Lui- et Ses attributs- la plupart des raisons en sont incapables. Le peu d’éléments révélés par les savants - afin d’éviter l’anthropomorphisme comme le fait que Dieu le très Haut n’est pas tributaire du lieu matériel, qu’Il n’est ni dans l’univers crée ni en dehors de celui-ci, qu’il n’est ni lié à celui-ci ni séparé de lui, a rendu perplexe la raison de certaines personnes qui en vinrent à nier une telle description, car ne pouvant la saisir » (« Le livre de la méditation », éd Ennour, p 62, livre qui fait partie de « la revivification des sciences de la religion ») o H Yahya propose que Dieu seul nous entoure (non pas au sens physique du terme) mais dans le sens où « dehors », il n’y a rien (de connu) : pas de matériel (le monde matériel serait une perception de notre âme ou esprit immatériel) Néanmoins, l’ambition de percer le secret des cieux et de la Terre est illusoire voire prétentieuse car : « Dieu détient le mystère des cieux et de la terre » (S 11 v123)

7 3) H Yahya ne révèle rien de nouveau en réalité o H Yahya médite sur la création d’Allah et ne révèle rien de nouveau par rapport à ce qu’en ont déjà établi certains intellectuels musulmans anciens  Dieu ne peut faire partie de sa création -tributaire du temps et de l’espace matériel ni être comme elle, et lorsque Dieu dit qu’Il est "au ciel", c’est dans un sens d’élévation dont la modalité nous échappe (les savants sunnites rejettent tout anthropomorphisme comme toute interprétation imagée ou métaphorique ; ils ne polémiquent pas à ce sujet, délèguent sa connaissance (sens) à Dieu, en le dépouillant de tout défaut et de tout attribut des créatures : ainsi lorsqu’on dit que son trône déborde les cieux et la Terre, on ne peut comprendre par là que Dieu se trouve physiquement au-delà du ciel matériel en un lieu éloigné (anthropomorphisme) : l’établissement est connu mais Dieu seul en connait le Sens réel). Comme Ghazali, l’imam abou Hanifa dit dans son livre al fiqhou l abSat : « Dieu était alors qu’il n’y avait pas d’espace (au sens où nous l’entendons), il était avant de faire apparaître la création, Il était alors qu’il n’y avait ni lieu, ni création et Il est le créateur de toute chose » (l’omniprésence divine n’est pas limitée à l’univers crée où nous évoluons mais au-delà de ce qu’on imagine d’où il nous observe, voit, entends, réponds etc. )  Citons également l’imam Rabbani : « la substance des êtres crées n’est que néant. Il (Dieu) a crée tout à la sphère des sens et des illusions » ou encore « le monde matérialiste a une nature virtuelle étant une réflexion de l’existence de Dieu … il existe seulement avec la création d’Allah » dit Said Nursi

8 3) H Yahya ne révèle rien de nouveau en réalité o H Yahya médite sur la création d’Allah et rejoint certains scientifiques et philosophes occidentaux à ce sujet Quant au philosophe et scientifique Bertrand Russel, il écrit dans son « ABC de la relativité, p : « Quant au sens du toucher lorsque nous pressons la table avec nos doigts, c'est une stimulation électrique sur les électrons et les protons de nos bouts des doigts, qui résulte, selon la physique moderne, de la proximité des électrons et des protons existant sur la table. Si la même stimulation dans les bouts de nos doigts survenait d'une toute autre manière, nous devrions avoir des sensations, même si la table n'existait pas »... « il est bien entendu que si la matière en général, doit être interprété comme étant une somme d’occurrences, cela doit aussi s’appliquer … au nerf optique et au cerveau » La question suivante apparait, sur la couverture du célèbre magazine scientifique américain : « New Scientist », qui a traité du sujet dans son édition du 30 janvier 1999 ainsi que le souligne H Yahya dans « l’éternité a déjà commencé », p 29 : « Au-delà de la réalité : l’univers n’est-il vraiment qu’une information primaire trompeuse et la matière qu’un mirage ? »

9 4)H Yahya s’adresse en fait aux matérialistes afin de les amener à douter de la réalité de la matière en vue de les guider à Dieu en quelque sorte contraint par une démonstration du type mathématique L’intention et l’effort est louable, mais il serait plus juste d’orienter cette thèse vers des éditions non spécifiquement musulmanes ou de le spécifier dans ses livres. Rappelons toutefois que si l’effort est louable, nous savons que la foi ne peut provenir d’une quelque démonstration mathématique si étayée soit telle à moins d’une étincelle de foi déjà préexistante dans le cœur spirituel, le cœur étant le réceptacle premier de la foi : un souffle du cœur que la raison confirme avant sa réciprocité. « On peut ne lire dans les ayât (signes) que le hasard et la nécessité. Dans les 2 cas -seul le 2ième cas est ici cité-, nous voilà de retour à la case départ : la liberté du choix. La liberté des ayât quelque soit l'approche ne mène pas l'homme contraint et forcé, automatiquement et nécessairement à Dieu. S'il en était ainsi, la foi cesserait d'être liberté. Or Dieu a voulu que l'homme vienne à lui librement. Or la liberté est centrale de la condition humaine, elle exige qu'il n'y ait pas de contrainte, pas même celle de la preuve contraignante » ("Parole du Qoran pour aujoud'hui" de M Hertzog, éd Médiacom, 1998, p 16-17)

10 5)Il vaut mieux délaisser par scrupule religieux (doute) cette projection du monde et de la matière Cette vision du monde matériel vaut mieux être délaissée malgré son côté séduisant autant que pertinent intellectuellement parlant ceci bien qu’elle ne soit pas panthéiste - sauf comme nous l’avons vu d’une part par une lecture faussée soit par une mauvaise traduction soit une connaissance du Tawhid incomplète et d’autre part une lecture partielle ne permettant pas de comprendre sa pensée profonde voire lu avec mauvaise foi et mauvaise intention - Elle comporte un risque potentiel de mauvaise interprétation par la population musulmane et/ou peut être prise pour une vérité scientifique irréfutablement établie or Il y a une marge entre dire -et c’est une certitude scientifique que « notre façon de percevoir est relative à nous (nous percevons le monde extérieur différemment des animaux) et que nous n’avons accès qu’à l’interprétation de signaux électriques dans nos cerveaux mais pas à « l’objet original » et le fait d’affirmer avec certitude la simple hypothèse ou théorie philosophique que « cet objet n’est qu’un mirage n’ayant aucune consistance, ni réalité hors de nous » et ceci quand bien même la simulation artificielle de signaux électriques semblables nous amènent à se représenter l’objet en son absence physique par simple stimulus de nos 5 sens puisque nous n’avons pas accès à cet objet Dieu affirme dans le coran que la création des cieux et de la Terre (sous entendant aussi de ce qu’ils contiennent) est un mystère donc une vérité qui ne peut nous être dévoilée. Il ne s’agit pas de délaisser les ouvrages de cet auteur dont la qualité est remarquable mais d’avoir un regard critique envers ce thème. Que Dieu le récompense de ses efforts et de son apport à la communauté et n’oublions pas que nulle œuvre ne peut résister à un examen critique, et peut comporter des erreurs et ceci en raison de notre qualité de créature imparfaite

11

12 Pour finir, citons les propos de Y Qaradawi « L’Islam occupe une voie médiane entre deux idéologies : - d’une part ceux qui estiment que l’univers est la seule véritable existence et que toute autre chose - invisible et impalpable - n’est que pure illusion. Ce sont les matérialistes qui renient tout ce qui est métaphysique.

13 -De l’autre, ceux qui jugent que l’univers n’est qu’une illusion, sans réalité. Il affirment que c’est c’est un mirage dans une plaine, que l’assoiffé prends pour de l’eau. Si bien que, lorsqu’il s’en approche il se rends compte qu’il n’y a rien du tout. Pour eux, il n’y a qu’une seule existence, à savoir Dieu. Rien d’autre. Ce sont les tenants de l’unité de l’existence »

14 « Or, l’Islam considère que l’existence de l’univers est une réalité incontestable. Il passe de cette réalité vers une autre beaucoup plus importante, celle qui l’a crée, l’a agencé et régie. C’est Allah le Très Haut : « en vérité, il y a dans la création des Cieux et de la Terre et dans l’alternance de la nuit et du jour tant de signes pour des gens doués d’intelligence, qui, debout, assis ou couchés, ne cessent d’invoquer Dieu et de méditer sur la création des cieux et de la Terre en disant : « seigneur ! Ce n’est pas en vain que Tu as crée tout cela » (S3 v ) »

15 EN RESUME : H Yahya n’est pas en réalité panthéiste … car il sépare Dieu le créateur de sa création Il se penche sur un thème à priori licite : la création de Dieu et ne révèle rien de nouveau en réalité par rapport à ce qu’en disent les anciens savants musulmans Il s’adresse en réalité avec ce thème plus spécifiquement aux matérialistes afin de les faire douter de leur croyance en la matière … Il vaut mieux au final abandonner par scrupule cette projection du monde

16 Compréhension du monothéisme en Islam - Tawhid Réalité du panthéisme Compréhension du monothéisme en Islam - Tawhid Réalité du panthéisme

17 Tawhid al Asma wa Sifat Unicité des Noms et attributs divin entendu dans le sens absolu (dépouillés de toute imperfection humaine ou anthropomor- phisme) Tawhid al Asma wa Sifat Unicité des Noms et attributs divin entendu dans le sens absolu (dépouillés de toute imperfection humaine ou anthropomor- phisme) Tawhid ar Rouboubiyah Unicité de la seigneurerie Il est le Créateur qui subvient aux besoins de la création et la maintient sans partenaires Tawhid ar Rouboubiyah Unicité de la seigneurerie Il est le Créateur qui subvient aux besoins de la création et la maintient sans partenaires

18 Différents types d’association ou chirk dans la foi en Dieu seul

19 Association dans Sa Seigneurerie Chirk par association : C’est le fait d’allouer à Dieu le créateur des partenaires dotés du pouvoir de création, sauvegarde etc. dans la gérance du monde (hindouisme, trinité chrétienne) Chirk par négation C’est l’athéisme sous toutes ses formes : - la philosophie de Nietzche, Sartres ; - le panthéisme qui ne sépare pas Dieu de sa création (unité divine) alloué justement ou pas à Ibn Arabi (Dieu est tout et tout est Dieu). Ses partisans s’en détachent, disant que Dieu seul possède l’existence absolue alors que sa création n’existe que par Lui

20 Association dans l’adoration Chirk majeur : adorer quoi que ce soit en dehors de Dieu ou au même titre que Dieu comme d’adresser des prières :. à des idoles (païens mecquois qui les prenaient pour des intermédiaires entre eux et Dieu : S12 v106). à des saints (catholiques, « tidjani » qui attendent l’intercession du maitre de leur confrérie … et tiennent pour vrai qu’il soit au courant si oui ou non ils ont fait leurs actes d’adoration comme le tasbih, ce qui constitue également un chirk par déification). à Jésus déifié (protestants et catholiques) Il existe aussi le chirk mineur tel l’intention non dirigée vers Dieu seul qui, contrairement aux autres Chirk ne s’oppose pas complètement à la foi

21 Association dans Ses Attributs Chirk par humanisation : - le fait de donner à Dieu des attributs humains de sa création (repos après la création de l’univers, déception d’avoir crée l’homme dans la Bible mal conservé au cours des siècles – rappelons qu’on ne put le toucher comme livre qu’au 9 ième S, fait d’attribuer à Dieu un lieu où il réside le ciel qui plus est une de ses créations ) Chirk par déification - le fait de doter d’attributs divins des partenaires supposés au Dieu créateur tel les païens mecquois - le fait de doter d’attributs divins la nature (athées) ou un être (les chiites ont décrété l’imam Khomeiny infaillible, doté du contrôle des atomes et de la connaissance du passé, futur et invisible en dépit de tout bon sens)

22


Télécharger ppt "Réalité de la critique sur un sujet de réflexion développé par H Yahya et controversé : « la réalité de la matière » comme dans son livre « l'éternité."

Présentations similaires


Annonces Google