La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’art de la Mésopotamie L’art sumérien (3500 - 2340 avant J.C.) L’art akkadien (2340-2180 av. J.C. puis 2125-2025) L’art babylonien (1760-1600 av. J.C.)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’art de la Mésopotamie L’art sumérien (3500 - 2340 avant J.C.) L’art akkadien (2340-2180 av. J.C. puis 2125-2025) L’art babylonien (1760-1600 av. J.C.)"— Transcription de la présentation:

1 L’art de la Mésopotamie L’art sumérien ( avant J.C.) L’art akkadien ( av. J.C. puis ) L’art babylonien ( av. J.C.) L’art assyrien ( av. J.C.) L’art néobabylonien ( av. J.C.) L’art perse ( av. J.C)

2 La Mésopotamie, pays entre deux fleuves • La Mésopotamie est constituée par des cités-états indépendants, chacune avec son dieu local, dont le souverain humain est le représentant. • La principale activité de construction est la construction des temples. La Mésopotamie disposant de peu de pierres, les constructions sont en brique crue et en bois, matériaux périssables. Les restes de cette architecture sont rares. • Entre 3500 av. J.C. et 3000 av. J.C., alors que l’Égypte s’unifiait sous le pouvoir du pharaon, une autre grande civilisation surgit au Proche- Orient: c’est l’art de la Mésopotamie.

3 L’art sumérien ( avant J.C.) Les statues de Dieux, prêtres et adorants, les yeux immenses, incrustés de matériaux de couleur, communiquent par leur regard. Les temples sont construits au sommet des plates-formes artificielles, appelées ziggourats. Ici nous voyons juste le premier des trois niveau du Ziggourat du roi Urnammu, Ur, vers 2500 av. J.C.

4 Nous avons comparé la stylisation en cônes et cylindres des adorants sumériens avec la stylisations cubique de la sculpture égyptienne. Chéphren (vers 2500)Temple d’Abu, Tell Asmar, (vers av.J.C.)

5 Un autre style, flexible et réaliste, se trouve dans les sculptures en métal, coulé ou assemblées, comme nous voyons dans ce support d’offrandes trouvé dans les tombes d’Our: ce bouc qui nous regarde entre les branches de l’arbuste est consacré au dieu Tammuz, incarnant le principe mâle dans la nature… Support d’offrandes, tombes d’Our, vers 2600 av.J.C.

6

7 Un autre exemple en est la tête de taureau de cette harpe, dont le côté est incrusté de figures mi-humaines mi-animales, 2600 av. J.C.

8 Étendard d’Our – le style sumérien Étendard D’Our, 2600 av. J.C. – face paix et face guerre, bois incrusté de nacre et de lapis-lazouli

9 Les représentations de l’Étendard D’Our nous montrent les similitudes avec le style égyptien: l’artiste sumérien représente aussi ses personnages torse de face alors que les pieds et la tête sont vus de profil, chaque figure se tenant sur une ligne de sol, les plus importantes étant les plus grandes (perspective d’importance). Étendard D’Our, 2600 av. J.C. – face paix, bois incrusté de nacre et de lapis-lazuli

10 Le registre inférieur de la face guerre nous montre les phases successives d’une action: le char part à l’assaut, les chevaux prennent leur élan, les chevaux galoppent piétinant les ennemies… Étendard D’Our, 2600 av. J.C. – face guerre, bois incrusté

11 Mais on ne confondrait pas ces personnages trapus, aux grandes têtes rondes avec les proportions élancées des personnages égyptiens: Hesi-Ra, Sakkarah, vers 2700 av. J.C. /Étendard D’Our, 2600 av. J.C. Hesi-Ra, Sakkarah, vers 2700 av. J.C., bois

12 La harpe à tête de taureau, le support d’offrandes en forme de bouc grimpant sur le buisson et l’étendard d’Our font tous partie des nombreux objets trouvées dans le tombeau royal d’Our (datant de 2600 av. J.C., découvert en 1822) où le roi a été enterré avec ses soldats, serviteurs, femmes, bétail, tous parées de leur accessoires et accompagnant leur monarque dans un geste de suicide collectif, ou bien de sacrifice humain massif….

13 Qui, découvert en 1822, impressionne l’imagination des romantiques: Delacroix, La Mort de Sardanapale, 1827

14 Reconstruction virtuelle de la ville d’Our

15 L’art akkadien ( av. J.C. puis )

16 L’art akkadien: la glorification personnelle du roi • Les Sémites, habitant la Mésopotamie du nord, gagnent le sud, adoptent la civilisation sumériennes mais sont mois attachés à l’idée de souverain représentant du dieux: Sargon D’Akkad et ses successeurs ( av. JC) sont les premiers à s’appeler roi. • Une nouvelle tache de l’art: la glorification personnelle du souverain, comme nous voyons dans ce portrait en bronze: Tête d’un souverain akkadien, Ninive, bronze, vers 2300 av JC

17 Où dans la stèle de Naram-Sin, commémorant une victoire du petit-fils de Sargon et de son armée, vers av. J.C.

18 Sumérien: Goudéa, prince de Lagash, vers 2150 av. J.C. • Les rois akkadiens sont chassés par les tribus du nord est, qui vont dominer la plaine de 2180 à 2125 av. J.C. • Pendant cette période, la cité état de Lagash et son souverain, Goudéa, gardent leur indépendance. • Goudéa réserva à nouveau le titre du roi au Dieu local, auquel il reconstruit le temple. Aujourd’hui sont préservés les statues de Goudéa qui ornait ce temple.

19 Nous y retrouvons les grosses têtes aux corps trapus de l’art sumérien, et le souverain espérant obtenir la faveur divine: Goudéa ici a sur ses genoux un projet architectural (un mur d’enceinte) qu’il offre à l’approbation de Dieu.

20 Art babylonien: Le code des lois de Hammourabi • La période entre 2000 et 1000 av. J.C est une période de désordre, le pouvoir central des souverains indigènes n’est exercé qu’entre 1760 et 1600, et c’est Babylone qui en est le centre, comme jadis Akkad et Ur. • Hammourabi, fondateur de la dynastie babylonienne, « le berger favori » de Shamash, dieu-soleil, a pour mission de faire régner la justice sur terre. Il nous laisse son code des lois, gravés sur stèle de diorite (vers 1760):

21 L’art assyrien ( av. J.C.): les palais, les reliefs • La cité-état d’Assur sur le Haut- Tigre, étend entre 1000 et 612 av. J.C. son empire sur toute la Mésopotamie et les régions environnantes. • De cette période nous restent des palais des rois assyriens, comme le palais de Sargon II ( av. J.C.). Le terme d'Assyrie (capitale Assur) est employé pour désigner le nord de la Mésopotamie, qui est un vaste plateau désertique.

22 Les Assyriens, comme les Sumériens construisent en briques, mais encadrent les portes de grandes dalles de pierre, décorés en relief qui ressemble à la sculpture en ronde bosse, comme ici avec ces taureaux aillés à cinq pattes et tête humaines ( av. J.C., porte de la citadelle de Sargon II)

23 Ce procédé est ancien: La porte des lions, fortification hittites, Anatolie (vers 1400 av JC) et palais assyrien: Taureaux aillés à cinq pattes et tête humaines ( av. J.C., porte de la citadelle de Sargon II) Terminologie: relief, sculpture, bas-relief, haut-relief, sculpture en ronde bosse

24 Art assyrien- décoration de palais • Les murs de ces palais sont décorés de longue série de bas reliefs illustrant les conquêtes des armés royales: nous y voyons apparaitre la narration picturale.

25 Le compte-rendu détaillé des campagnes militaires laissent peu de place à la glorification personnelle du roi; ce but est mieux atteint avec les scènes de chasse royale au lion, sujet fréquent car cette chasse est de caractère cérémoniaire.

26 Sur ces reliefs de Ninive nous voyons le courage, la force et le drame des animaux blessés. Ils sont étonnamment beaucoup plus expressifs que les hommes des reliefs montrant les armés pillant et saccageant les villes ennemies! La représentation des animaux dans l’art assyrien

27 Art néo-babylonien • av. J.C. dernière période florissante avant la conquête perse, le plus connu des souverains néo- babyloniens, est Nabuchodonosor, le constructeur de la légendaire tour de Babel. Terminologie: brique, brique crue/cuite, moulée, vernie. Arc, arc en plein cintre: luk, polukružni luk • A la différance de l’art assyrien et leur dalles de pierre sculptés, les palais néo-babyloniens sont décorés de reliefs architecturaux en brique moulée cuite et vernie. • Exemple: La porte d’Ishtar de l’enceinte sacrée de Nabuchodonosor à Babylone: nous y voyons aussi un arc en plein cintre, connu aussi des Égyptiens, mais ici utilisé dans une architecture solennelle.

28 Art néo-babylonien: Porte d’Ishtar, Babylone, vers 575 av. J.C. (restaurée au musée d’État à Berlin)

29 À gauche: la construction en brique fait découvrir les principes de construction d’arcs et de voûtes, connus aussi des Égyptiens, mais mis à l’honneur dans l’art mésopotamien. À droite: détail de la décoration de la porte d’Ishtar – brique moulée, cuite et vernie.

30 L’art perse ( av.J.C) • Dans l’art perse, peuple n’ayant pas oublié son origine nomade, le « style animalier » de la décoration des petits objets utilitaires, comme ici de ce gobelet, se retrouve repris à une échelle monumentale… Gobelet de Suse, vers av JC Louvre decor- animalier-bouquetins

31 L’Originalité de l’art perse: les colonnes couronnées de têtes de taureaux ou bison, combinant l’art assyrien (relief/ronde bosse) et le style animalier des ancêtres nomades: Chapiteau à taureaux, 510av. J.C., salle d’audience du palais de Darius I

32 Architecture perse: Palais à Persépolis • Culte religieux basé sur le dualisme du bien et du mal (lumière-obscurité) se célébrait en plein-air, il n’y a pas de restes d’architecture religieuse. • Les palais par contre sont impressionnants: tel celui de Darius Ier commencé en 518 à Persépolis qui est un mélange d’influences (salle de colonnes égyptiennes, colonnes élancées: influences grecques ioniennes).

33 Art Perse: le relief en décoration des mur est d’inspiration assyrienne, mais moins expressifs et avec plus de hiératisme et de stylisation: ces reliefs sont une décoration architecturale, et soumis à l’architecture.

34 Résumé: Le Proche–Orient Antique L’art de la Mésopotamie L’art sumérien ( avant J.C.) L’art akkadien ( av. J.C. puis ) L’art assyrien ( av. J.C.) L’art néo babylonien ( av. J.C.) L’art perse ( av. J.C) Entre 3500 av. J.C. et 3000 av. J.C., alors que l’Égypte s’unifiait sous le pouvoir du pharaon, une autre grande civilisation surgit au Proche-Orient: c’est l’art de la Mésopotamie.

35 L’art sumérien ( avant J.C.) Les temples sont construits au sommet des plates-formes artificielles, appelées ziggourats. Les statues de Dieux, prêtres et adorants, les yeux immenses, incrustés: de matériaux de couleur, communiquent par leur regard. La Mésopotamie est constituée par des cités-états indépendants, chacune avec son dieu local, dont le souverain humain est le représentant. La principale activité de construction est la construction des temples, en brique crue et en bois, la Mésopotamie disposant de peu de pierres. Les restes de cette architecture sont rares.

36 Les représentations de l’Étendard D’Our nous montrent les similitudes avec le style égyptien: l’espace organisé en registres superposés, représentation profil/face et perspective d’importance comme dans l’art égyptien, mais différence de proportions: personnages trapus, aux grandes têtes rondes. Étendard D’Our, 2600 av. J.C. – face paix, bois incrusté de nacre et de lapis-lazuli

37 L’art akkadien ( av. J.C. puis : la glorification personnelle du roi • Les Sémites qui gagnent le sud sont mois attachés à l’idée de roi-prêtre, représentant des dieux: Sargon D’Akkad et ses successeurs sont les premiers à s’appeler roi. Une nouvelle tache de l’art (akkadien): la glorification personnelle du souverain, comme nous voyons dans ce portrait en bronze. Tête d’un souverain akkadien, Ninive, bronze, vers 2300 av JC

38 Akkad ( av. JC) : la glorification personnelle du roi Tête d’un souverain akkadien (Sargon?), Ninive, bronze, vers 2300 av JC La stèle de Naram-Sin, vers av. J.C.

39 Goudéa, prince de Lagash, garde l’indépendance et reprends les idées sumériennes, et aussi le style sumérien (vers 2150 av.J.C.):

40 Babylone ( av. J.C.) Hammourabi et son code des lois Hammourabi, fondateur de la dynastie babylonienne, « le berger favori » de Shamash, dieu-soleil, nous laisse son code des lois, gravés sur stèle de diorite (vers 1760).

41 L’art assyrien ( av. J.C.): palais Porte de la citadelle de Sargon II, av. J.C. Les Assyriens, comme les Sumériens construisent en briques, mais encadrent les portes de grandes dalles de pierre, décorés en relief qui ressemble à la sculpture en ronde bosse, comme ici avec ces taureaux aillés à cinq pattes et tête humaines. Les palais sont décorés de longues séries de bas reliefs illustrant les conquêtes des armés royales: nous y voyons apparaitre la narration picturale.

42 Art assyrien- Les bas reliefs • Le compte-rendu détaillé des campagnes militaires laissent peu de place à la glorification personnelle du roi; ce but est mieux atteint avec les scènes de chasse royale au lion, sujet fréquent car cette chasse est de caractère cérémoniaire. • Comparez l’expression de l’ennemi tombant dans la bataille et du lion blessé: la représentation du drame des animaux est bien plus expressive.

43 Art néo-babylonien ( av. J.C.): Porte d’Ishtar, Babylone A la différance de l’art assyrien et leur dalles de pierre sculptés, les palais néo-babyloniens sont décorés de reliefs architecturaux en brique moulée cuite et vernie: Porte d’Ishtar de l’enceinte sacrée de Nabuchodonosor à Babylone, vers 575 av. J.C.

44 L’art perse ( av.J.C) Architecture de palais, car culte célébré en plain-air, ici le palais de Darius Ier à Persépolis, commencé en 518: mélange des styles (salles de colonnes égyptiennes, colonnes élancées grecques, style décoratif de l’art nomade repris à une échelle monumentale, reliefs assyrien…)

45 Art Perse: le relief décorant les mur est d’inspiration assyrienne, mais moins expressifs et avec plus de hiératisme et de stylisation: ces reliefs sont une décoration architecturale, et soumis à l’architecture.

46 Terminologie: relief, bas relief, haut relief. Sculpture, sculpture en ronde bosse. Brique, brique crue/cuite, moulée, vernie. Arc, voûte.


Télécharger ppt "L’art de la Mésopotamie L’art sumérien (3500 - 2340 avant J.C.) L’art akkadien (2340-2180 av. J.C. puis 2125-2025) L’art babylonien (1760-1600 av. J.C.)"

Présentations similaires


Annonces Google