La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX Réunion plénière Vendredi 23 septembre 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX Réunion plénière Vendredi 23 septembre 2011."— Transcription de la présentation:

1 ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX Réunion plénière Vendredi 23 septembre 2011

2 2 Déroulé La démarche globale Lhistorique, le contexte juridique et les objectifs Les orientations du Conseil général Les orientations de la CAF La méthode La gouvernance & les phases de travail LÉtat des lieux du Territoire La collecte de données & le portrait de Territoire Échanges & débat LÉtat des besoins Les résultats de lenquête quantitative et qualitative Échanges & débat Les suites de la démarche Prochaines étapes Perspectives

3 3 Le contexte juridique Une obligation réglementaire : 3 textes de référence Lanalyse des besoins sociaux (article R et du CASF) « Les centres communaux et intercommunaux daction sociale procèdent annuellement à une analyse des besoins sociaux de lensemble de la population qui relève deux » Le Centre Communal dAction Sociale (article L du CASF) « Le centre communal d action sociale anime une action générale de prévention et de développement social de la commune, en liaison étroite avec les institutions publiques et privées » Laction sociale (article L du CASF) « Elle repose sur une évaluation continue des besoins et des attentes des membres de tous les groupes sociaux »

4 4 Les objectifs Disposer dune vision clarifiée des besoins sociaux, sur la base dun diagnostic de territoire (données socio- démographiques, connaissance des publics et des dispositifs, actions développées sur le territoire…) Construire des indicateurs sociaux afin de suivre lévolution de ces besoins dans le temps Disposer dun outil daide à la décision permettant dadapter les interventions du CIAS et du CCAS Animer une action générale de prévention et de développement social local, en liaison étroite avec les partenaires locaux et institutionnels

5 5 Les orientations départementales Lanalyse des besoins sociaux constitue une orientation majeure du Conseil général de lArdèche dans le cadre des schémas sociaux Lobjectif est de construire un outil de pilotage partagé, alimentant des démarches de prospective et dévaluation de lefficience des actions conduites par le Conseil général et ses partenaires

6 6 La démarche dobservation ardéchoise

7 7 La gouvernance départementale

8 8 Le calendrier CalendrierPhases et missionsMéthodeLivrables Phase 1. État des lieux du territoire > Données socio-démographiques > État des lieux de loffre, des dispositifs et des actions Janvier 2011 > Recueil et traitement de données > Cartographies Phase 2. État des besoins/attentes de la population > Enquête quantitative auprès de la population > Enquête qualitative auprès des acteurs locaux Phase 3. Préconisations et plan dactions > Analyse globale des besoins sociaux > Feuille de route du plan dactions > Entretiens semi - directifs > Questionnaire > Groupes de travail thématiques > Séances de créativité Avril 2011 Mai 2011 Octobre 2011 Septembre 2011 Décembre 2011 > Rapport et power point de synthèse diagnostic de territoire > Rapport et power point de synthèse des investigations de terrain > Rapport final et power point > Restitution

9 9 La gouvernance InstancesMissionsCompositionCalendrier > Définition des orientations stratégiques et validation de la méthodologie de travail et des travaux conduits COCOBA, Ville dAnnonay, Conseil général, CAF Comité de pilotage > une réunion par trimestre, en fonction des étapes clés > Préparation des comités de pilotage > Suivi technique et régulier > Ajustements, décisions intermédiaires D. CHAUVET, V. ESCOMEL, J-L FLATTOT, C. GROSDIDIER, Y. MASSART, S. PASCAULT, Z. NICOLLET Comité technique > une réunion par mois > Approfondissement de problèmes spécifiques > Propositions thématiques Partenaires et acteurs locaux impliqués dans la thématique Groupes thématiques 2-3 réunions lors de la 3ème phase > Présentation de létat davancement de la démarche aux étapes clés (diagnostic, préconisations et plan daction) COCOBA, Ville dAnnonay, Conseil Général, CAF et lensemble des acteurs du Territoire Réunion plénière > 2 réunions durant la démarche

10 10 Létat des lieux du territoire

11 11 La collecte de données

12 12 La collecte de données (suite)

13 13 Les données socio-démographiques Élaboration dun tableau de bord détaillé et synthétique (avec graphiques associés) sur les données socio-démographiques à léchelle de la COCOBA, de la ville dAnnonay et du Département de lArdèche comme zone de comparaison, comprenant plusieurs volets :détaillésynthétique Évolution et structure de la population Famille et situation matrimoniale Emploi et population active Chômage Salaires et revenus dactivité Revenus et niveaux de vie Logement Diplôme et formation Démographie des entreprises

14 14 Portrait du Territoire

15 15 La communauté de communes du Bassin dAnnonay compte 16 communes et habitants en 2007 La densité de population de la COCOBA sélève à Elle est bien plus faible que la commune dAnnonay (814) et bien plus forte que la moyenne départementale (56) La densité moyenne de la COCOBA a progressé de 17% en près de 40 ans, passant de 142 en 1968 à 166,9 en 2007 Population

16 16 La population du Territoire a progressé de 4.3 % de 1999 à 2007 Cette progression nest pas homogène dune commune à lautre de la COCOBA : les communes dAnnonay, Boulieu-les- Annonay, Monestier et Vocance ont vu leur population diminuer, alors que les autres communes ont connu une progression plus ou moins importante, allant de 6.4 % pour la commune de Villevocance à 25.1% pour la commune de Saint Cyr Le taux dévolution annuel moyen pour la même période sélève à 0.5 % pour la COCOBA contre 1% pour le Département de lArdèche Évolution et structure de la population

17 17 Évolution et structure de la population Le taux dévolution annuel moyen dû au solde naturel est positif sur le territoire avec 0.4 %. Il est supérieur à la moyenne départementale (0.1%) Le taux dévolution annuel moyen dû au solde migratoire (0.2%) est quant à lui plus faible que pour le Département de lArdèche (0.9%)

18 18 Évolution et structure de la population Les jeunes âgés de 0 à 14 ans représentent une part plus importante à léchelle de la COCOBA (18.6%) que la moyenne départementale (17.7%) La part des jeunes a par contre plus fortement diminué pour la COCOBA (- 0.5%) que pour lArdèche (-0.2%)

19 19 Évolution et structure de la population La part des personnes âgées de 75 ans ou plus est plus faible à léchelle de la COCOBA (9.4%) quen Ardèche (10.6%) Elle a par contre plus fortement progressé pour la COCOBA (2.3%) que pour lArdèche (1.6%)

20 20 Évolution et structure de la population Les agriculteurs sont moins nombreux sur le territoire de la COCOBA (0.5%) que pour le Département (1.7%) Les cadres sont par contre légèrement plus nombreux à léchelle de la COCOBA (5%) quen Ardèche (4.8%)

21 21 Évolution et structure de la population La part des employés est plus faible pour la COCOBA (14.5%) que pour lArdèche (15.3%) La COCOBA se démarque de lArdèche par une part douvriers largement supérieure (19.2% contre 14.8%)

22 22 Évolution et structure de la population La part des personnes vivant en familles monoparentales est plus faible à la COCOBA (22.5%) quen Ardèche (23.6%) La COCOBA concentre un taux élevé de ménages dune personne (32.4% contre 31.6% en Ardèche) et particulièrement à Annonay (41.1%), Saint-Julien Vocance et Vocance La proportion de femmes seules est très élevée à léchelle de la COCOBA (19.6%) et particulièrement à Annonay (25,9%) par rapport à la moyenne départementale (18%)

23 23 Évolution et structure de la population La part des familles ayant un enfant est plus faible pour la COCOBA (18.4%) que pour lArdèche (20%) La part des familles nombreuses (familles ayant trois enfants ou plus) est bien plus élevée à léchelle de la COCOBA (10.2%) que la moyenne départementale (8.1%) et particulièrement pour les communes de Saint-Julien Vocance, Monestier et Saint-Cyr

24 24 Emploi - Population active Le taux dactivité des ans est légèrement inférieur à la COCOBA (70.2%) quen Ardèche (70.5%), notamment pour les communes de Monestier (61.8%) et de Saint-Julien Vocance (63.4%) Les femmes ont un taux dactivité plus faible à léchelle de la COCOBA (65.1%) que la moyenne départementale ( 66.2%) et particulièrement à Saint-Julien Vocance (56.4%), Thorrenc (63.1%) et Annonay (61.3%)

25 25 Emploi - Population active Le taux dactivité des moins de 25 ans est légèrement inférieur à la COCOBA (44.9%) quen Ardèche (45%), notamment pour les communes de Monestier (25%) et de Saint-Clair (29.3%) Le taux dactivité des ans est également inférieur à léchelle de la COCOBA (35%) que la moyenne départementale (35.3%). Ce taux dactivité est particulièrement élevé pour les communes de Talencieux (42.5%) et de Saint-Clair (41.2%)

26 26 Emploi - Population active La COCOBA se démarque de lArdèche par une évolution de lemploi largement inférieure (+1.1% contre 9.5%).

27 27 Emploi - Population active Contrairement aux autres communes de la COCOBA, Annonay, Villevocance, Vocance, Monestier et Vanosc ont connu une évolution négative de lemploi de 1999 à 2007 Il est à noter que la commune dAnnonay a perdu 658 emplois en moins de 10 ans ( en 1999 contre en 2007)

28 28 Migrations domicile-travail La COCOBA se démarque de lArdèche part une part de stables (personnes résidant et travaillant dans la même commune) largement supérieure (42.1% contre 38.7%) et ce particulièrement à Annonay (+ de 69.3%)

29 29 Chômage Le taux de chômage est plus faible à léchelle de la COCOBA (10.6%) que la moyenne départementale (11.3%) Les communes dAnnonay et Monestier se démarquent des autres communes avec un taux de chômage très élevé (15% et 14.3%)

30 30 Chômage La COCOBA enregistre un taux de chômage des ans plus important que la moyenne départementale (24.8% contre 23.1%) et inversement pour les ans (7.2% contre 8.9%)

31 31 Revenus et niveaux de vie La part des foyers fiscaux imposables en 2008 à léchelle de la COCOBA est largement supérieure à la moyenne départementale (52.5% contre 48.1%) et notamment pour les communes de Savas, Saint-Clair et Davézieux Cette tendance est inversée pour les communes de Saint-Julien Vocance, Monestier, Vocance, Villevocance et Annonay qui enregistrent une part élevée de foyers fiscaux non imposables

32 32 Revenus et niveaux de vie La part du revenu net moyen déclaré à léchelle de la COCOBA est largement supérieure à la moyenne départementale ( contre ) et notamment pour les communes de Savas, Saint-Clair, Davézieux et Roiffieux Le montant de limpôt moyen des foyers fiscaux imposables en 2008 est quant à lui plus faible pour la COCOBA quen Ardèche (1 315 contre ), à lexception des communes de Savas, Saint-Clair, Davézieux et Roiffieux

33 33 Logement Lévolution du nombre de logements à léchelle de la COCOBA est plus faible que la moyenne départementale (10.7% contre 13,4%) Les communes de Vernosc-les-Annonay, Saint-Cyr, Thorrenc et Talencieux se démarquent de cette tendance avec un nombre de logements qui a progressé de plus de 25% en moins de 10 ans

34 34 Logement La COCOBA se démarque de lArdèche par une part de résidences secondaires largement inférieure (4%, contre 19.9%), à lexception des communes de Saint-Julien Vocance et Monestier La COCOBA enregistre une perte de résidences secondaires plus forte que la moyenne départementale entre 1999 et 2007 (-0.4 points contre -0.3 points en Ardèche)

35 35 Logement La COCOBA enregistre une part de logements vacants plus forte que lArdèche (8.1% contre 7.2%) La part des maisons parmi les logements est plus faible à léchelle de la COCOBA (59.4%) quen Ardèche (73.6%). La commune dAnnonay se démarque des autres communes de la COCOBA par une part très faible de maisons parmi les logements (35.4%)

36 36 Logement La part des personnes vivant en 2007 dans le même logement quil y a 10 ans ou plus est légèrement supérieure à léchelle de la COCOBA (49.5%) que la moyenne départementale (49.3%) Par contre, la part des résidences principales construites avant 1949 est bien plus faible pour la COCOBA (27.2%) que pour l Ardèche (36.3%)

37 37 Logement La COCOBA enregistre une part de propriétaires plus faible (60.6%) quen Ardèche (66%), particulièrement pour les communes dAnnonay, Boulieu-les-Annonay, Saint-Cyr, Vocance Par contre, cette part a bien plus progressé à léchelle de la COCOBA (4.9 points) que pour le Département (2.9 points)

38 38 Logement Le nombre moyen de personnes par résidence principale est équivalent pour la COCOBA et lArdèche (2.3)

39 39 Diplômes-Formation La part des non diplômés est légèrement inférieure pour la COCOBA (33.4%) que pour le Département (33.8%) La part des titulaires du CAP, BEP ou BEPC est quant à elle supérieure à léchelle de la COCOBA (32.8%) par rapport à lArdèche (32.3%) et ce, particulièrement pour les communes de Savas, Saint-Cyr, Villevocance et Vernosc-les-Annonay

40 40 Diplômes-Formation La part des bacheliers est plus faible à léchelle de la COCOBA (13.8%) par rapport au Département (14.9%) La part des diplômés de lenseignement supérieur est quant à elle supérieure à léchelle de la COCOBA (19.9%) par rapport à lArdèche (19%) et ce, particulièrement pour les communes de Savas, Saint-Clair, Davézieux, Thorrenc et Talencieux

41 41 Lenquête quantitative

42 42 Les modalités Outil : Questionnaire Terrain : CIAS, CCAS, UT, CAF, Mairies du territoire, Transports en commun, Poste, marché, maison des services publics, centres sociaux, MJC, gare routière, déchetterie, galeries commerciales (…) Échantillon : habitants ou usagers du territoire Principes : en face à face par deux stagiaires et en « auto- administré » via les services publics et par téléchargement sur site Internet Calendrier : mi-juin 2011-mi août 2011

43 43 Les retours et le traitement 330 questionnaires traités et analysés sur le logiciel Sphinx 260 questionnaires en face à face par Tom et Pauline 70 questionnaires auto- administrés Un tableau de bord de synthèse a été élaboré Un tableau de bord

44 44 Profil des interrogés Age et sexe Une large majorité de réponses féminines (61.2%) Une moyenne dâge des répondants de 45 ans. Le plus âgé a 86 ans et le plus jeune a 16 ans

45 45 Profil des interrogés - Commune de résidence 89% des interrogés habitent la COCOBA, dont 53 % à Annonay 17 personnes résident en dehors de la COCOBA : Félines (3) Charnas (2), Satillieu (2), Saint-Romain dAy (1), Brossainc (1), Peaugres (1), Préaux (1), Saint-Etienne (1) et Saint-Pierre de Bœuf (1), Bogy (1), Sarras (1), Saint-Alban dAy (1), Quintenas (1)

46 46 Profil des interrogés Catégorie socio-professionnelle Les employés représentent la CSP la plus citée (35%), viennent ensuite les retraités (17%) et les artisans, commerçants ou chefs d entreprise (14%) 10% du panel nexerce aucune activité professionnelle

47 47 Profil des interrogés Composition du foyer Une majorité de répondants vit en couple (mariage, concubinage ou pacs) 57 % 30 % de personnes seules : (selon lINSEE : 32.4%)

48 48 Composition du foyer Enfants à charge Une majorité de répondants (26%) a 2 denfants à charge 20% des interrogés nont pas denfants 17% de non réponses

49 49 Composition du foyer Mode de garde 45 % des familles nutilisent pas de mode de garde Pour les familles qui utilisent un mode de garde (79 familles), le réseau familial est plébiscité pour 43 dentre elles. Les assistantes maternelles et le recours à la garderie périscolaire arrivent en 2ème position (11 personnes ). Le recours à la crèche arrive en 3ème position (7 personnes). Les emplois à domicile ou autre mode de garde restent marginaux

50 50 Composition du foyer Mode de garde - Niveau de satisfaction Une très large majorité des répondants est satisfaite du mode de garde utilisé (92%) Pour les « insatisfaits » (ayant recours pour la plupart à la garderie périscolaire), le coût élevé est la principale raison évoquée. Viennent ensuite les « contraintes horaires » et le « temps de garde à établir à lavance » qui correspondent en réalité à « linadéquation avec les contraintes professionnelles des parents »

51 51 Situation familiale Préoccupations des ménages Léducation des enfants est la préoccupation la plus partagée par l ensemble des répondants et représente 26% des réponses totales Pour 17%, lemploi constitue la 2ème préoccupation la plus citée La scolarité et la vie de couple (8,5%) arrivent en 3ème position D autres préoccupations sont soulignées : « Laccès aux soins », la « mobilité », « laccès au logement », « la prise en charge de la dépendance et du handicap », « la précarité », « laccès aux loisirs »...

52 52 Logement Type de logement La majorité des enquêtés résident dans une maison (57,3%) et en appartement (39.7%) 5 personnes interrogées sont sans domicile et 3 vivent en foyer d hébergement Les catégories « centre daccueil » ou « autre » n ont pas été citées

53 53 Logement Situation La moitié du panel est propriétaire (50%) La catégorie « hébergé(e) » arrive en 3ème position (6%) avec une majorité d étudiants et de personnes sans activité professionnelle

54 54 Logement Satisfaction La majorité des répondants sont satisfaits de leur logement (80%) Pour les 20% restants, deux réponses sont davantage citées parmi les motifs d insatisfaction : la taille du logement « trop grand ou trop petit » (7%) et le voisinage et lenvironnement (5.5%) « Linsalubrité/linconfort » et le coût élevé et « linadaptation » arrivent en 3ème position (4.5%)

55 55 Logement Satisfaction : approche croisée par situation Les locataires sont les plus insatisfaits de leur logement, en raison notamment dune taille inadaptée et de nuisances liées au voisinage et à lenvironnement Ceux qui souhaitent changer de commune privilégient notamment Davézieux ou Boulieu-les-Annonay pour les commerces ou la tranquillité

56 56 Logement Démarches 12% des personnes insatisfaites de leur logement ont effectué des démarches pour trouver un autre logement qui nont pas abouti pour la majorité dentre eux Hormis les dossiers en attente, les problèmes de garantie ou de caution, de revenus ou la localisation insatisfaisante sont les plus cités à part égale

57 57 Mobilité Moyen de locomotion habituel La voiture est citée comme le moyen de locomotion habituel le plus utilisé (72%) La marche à pied arrive en 2ème position avec 13% des interrogés Les transports en commun narrivent quen 3ème position avec 10% des réponses Le train et les taxis sont cités comme autre moyen de locomotion

58 58 Mobilité Budget La majorité des personnes interrogées nont pas répondu à cette question (67%), ce qui laisse supposer que pour la plupart, ils névaluent pas le budget mensuel quils consacrent à leurs déplacements Les 30 % restants y consacrent en moyenne un budget de 154 par mois

59 59 Mobilité Difficultés 25% des interrogés soulignent des difficultés de déplacement liées principalement : aux difficultés de stationnement aux coûts élevés de la voiture (achat ou entretien) à linsuffisance de loffre de transports en commun et aux horaires inadaptés au manque dinfrastructures (pistes cyclables) et à laménagement des routes (nombreux « sens uniques », « nombreux embouteillages ») au manque daccessibilité et notamment pour les personnes à mobilité réduite

60 60 Mobilité Transport à développer Un taux important de non-réponses (46% du panel) Pour les répondants, le bus est plébiscité comme type de transport à développer sur le territoire (33%), suivi par le train (12%)

61 61 Mobilité Utilisation des transports en commun : approche croisée par genre et par CSP La majorité des répondants (63%) serait prête à utiliser les transports en commun sils étaient plus développés, et particulièrement les femmes (42%) Les employés (34%), retraités (16%) et sans activité professionnelle (12%) sont les plus favorables au développement des transports en commun

62 62 Situation financière Source de revenus Plus de la moitié des répondants (55%) ont comme source principale de revenus un salaire 17% des répondants perçoivent une retraite 11% des enquêtés ont cité des « recettes dactivités » comme autre source de revenus (--> lien avec le panel artisans, commerçants et chef d entreprise)

63 63 Situation financière Revenus mensuels La majorité des répondants (30%) touche un revenu mensuel entre 1000 et 1500 Près de 14% des répondants perçoivent un revenu inférieur à 500

64 64 Situation financière Revenus mensuels : approche croisée par genre Les femmes sont plus touchées par labsence ou la faiblesse des revenus que les hommes La tendance sinverse pour les tranches de revenus supérieures à 1 500

65 65 Situation financière Revenus mensuels : approche croisée par CSP Parmi les personnes qui touchent plus de 3 000, on retrouve une forte proportion de cadres (46%) Les employés ont tendance à se situer dans la moyenne (32% perçoivent un revenu entre 1000 et 2000 )

66 66 Activité professionnelle Situation La majorité du panel (62%) est en situation demploi Parmi les autres catégories, on compte 16% de retraités, 9% de personnes au chômage et 5% détudiants

67 67 Situation professionnelle Type de contrat de travail La majorité des répondants (26%) sont employés en Contrat à Durée Indéterminée Le secteur libéral représente 16% du panel

68 68 Situation professionnelle Temps de travail : approche croisée par genre 74% des répondants en activité travaillent à temps plein 85% des personnes déclarant travailler à temps partiel sont des femmes

69 69 Situation financière Difficultés : approche croisée par genre et par âge Plus dun tiers des répondants (39%) déclarent rencontrer des difficultés financières, et ce particulièrement pour les femmes La tranche dâge ans (population active) est particulièrement touchée (30%)

70 70 Situation financière Difficultés : approche croisée par statut et par CSP Les personnes seules sont plus vulnérables aux difficultés financières (39%) Si les personnes sans activité professionnelle sont particulièrement touchées par les difficultés financières, les personnes en emploi ne semblent pas épargnées et notamment les artisans, commerçant et chefs d entreprise (50%) 4% du panel déclare avoir une procédure en cours de surendettement La majorité des répondants soulignent que ces difficultés sont principalement liées à « une faiblesse des revenus » et le « coût élevé de la vie : avec l arrivée de leuro, les prix ont été multipliés par 6 »

71 71 Situation financière Restriction budgétaire 23% des répondants rencontrant des difficultés financières rognent prioritairement sur les dépenses de « loisirs » 15.5% des personnes qui rencontrent des difficultés financières citent la réduction de leurs achats alimentaires pour limiter leurs dépenses

72 72 État de santé Perception générale La majorité des répondants juge son état de santé satisfaisant ou très satisfaisant (64%)

73 73 État de santé Perception générale : approche croisée par CSP Les retraités et les personnes sans activité sont ceux qui déclarent le plus avoir un état de santé insatisfaisant

74 74 État de santé Perception générale : approche croisée par couverture sociale et complémentaire Les titulaires de la CMU jugent leur état de santé plus insatisfaisant que les répondants affiliés à la sécurité sociale La tendance est la même pour les bénéficiaires de la CMU complémentaire, par rapport aux bénéficiaires dune mutuelle santé

75 75 État de santé Couverture sociale et complémentaire : approche croisée par genre Les hommes sont plus nombreux à déclarer un état de santé insatisfaisant (16%) contre 10% pour les femmes

76 76 État de santé Couverture sociale et complémentaire : approche croisée par genre et niveau de vie Les répondants qui touchent moins de 500 sont les plus nombreux à citer un état de santé insatisfaisant (48.30%)

77 77 Le Territoire Services publics La mairie est le service public privilégié pour la grande majorité des répondants (67%). Viennent ensuite la CAF (43%), la COCOBA et le CMS (16%) 13% du panel ne sest jamais rendu dans ces services du Territoire

78 78 Le Territoire Services publics - Usage La demande de renseignement est la raison principale daccès aux services publics (53%) Laide pour les démarches est la 2ème raison daccès aux services publics pour 24% des personnes interrogées, suivie de laide financière (21%) Les « demandes de papier » sont les principales autres raisons de s adresser aux services publics

79 79 Le Territoire Services publics - Réponses aux attentes 86% des répondants estiment que les services publics cités ont répondu à leurs besoins Pour les autres, les principaux motifs dinsatisfaction sont : le refus dune aide financière (« dépassement de plafonds » ) une lenteur et une lourdeur des démarches administratives (« dossiers complexes toujours en attente ») un manque de personnel qui induit notamment un « manque de temps accordé aux usagers »

80 80 Le Territoire Qualité de vie Plus de la moitié des répondants (55%) des répondants jugent la qualité de vie bonne ou très bonne, sur le Territoire de la COCOBA. Ils citent comme raisons de satisfaction « la qualité de lenvironnement », « la ruralité » et « les attaches familiales » Parmi les personnes qui estiment que la qualité de vie à la COCOBA est mauvaise ou très mauvaise (14%), les raisons invoquées sont : « le manque dactivité », le « manque d animation », « le nombre demplois insuffisants », « linsécurité »

81 81 Le Territoire Activités/Loisirs 58% des personnes interrogées ne pratiquent pas de loisirs sur le territoire, en raison notamment : du manque de temps (33%) du coût élevé (15%) du manque de choix (8%) du manque dinformation (7%) d état de santé (6%) … du manque denvie (5%) Les personnes pratiquant une activité sur le territoire citent notamment comme loisirs : marche à pied, piscine, gymnastique, bibliothèque et sport...

82 82 Remarques/Suggestions « Cette enquête est très bien, elle permet aux habitants de sexprimer » Les répondants (65%) suggèrent notamment : la dynamisation du territoire ladaptation de loffre de transport en commun la création de places de parking supplémentaires à Annonay la réhabilitation des petits commerces à Annonay et notamment le centre-ville lamélioration de la sécurité et léclairage laccessibilité pour les personnes âgées et handicapées laménagement despaces adaptés pour piétons et cyclistes le développement de centres aérés et dactivités pour les jeunes laccès à la culture...

83 83 Lenquête qualitative

84 84 Les entretiens --> 40 entretiens ont été réalisés en face à face auprès : délus : maires, vice-présidents et conseillers délégués de professionnels : responsables de structure daccueil et dassociations pour personnes âgées et personnes handicapées, responsables de structures daccueil enfance, responsables dorganismes sociaux, responsables associatifs, travailleurs sociaux

85 85 Manques repérés Information / coordination Manque de mutualisation et de lisibilité de laction des associations dun même secteur Contraintes financières « Les prestations sociales diminuent, en raison de restrictions budgétaires liées à une contrainte économique et non un choix politique » « Les subventions octroyées par la mairie naugmentent plus faute de moyens » « Il manque des moyens financiers mais surtout humains »

86 86 Manques repérés Précarité sociale et professionnelle « Des demandes financières qui explosent et principalement pour des impayés de loyers et de factures dénergie » « Le téléphone est un outil indispensable pour la recherche demploi, il représente cependant un coût très élevé » Problématique des « étrangers » et des sans-papier Logement Une forte proportion de logements sociaux vacants à Annonay, lié notamment à « la fermeture des commerces et aux pertes demplois. Certaines communes ne veulent pas accueillir de logements HLM, car le mot « social » fait encore peur! » Des difficultés de mixité de certaines populations regroupées dans les mêmes quartiers Des difficultés de maintien au logement, notamment pour les bénéficiaires du RSA. « Les conditions dhabitation sont mauvaises, avec des problèmes dinsalubrité, de chauffage, disolation et de nuisances sonores »

87 87 Manques repérés Enfance/petite enfance Manque de structures daccueil pour les ans Manque de modes daccueil adaptés « aux horaires de travail » des parents Jeunesse Des difficultés de prise en charge des adolescents par leurs parents : « carences éducatives et problèmes dautorité » Un manque daide pour les jeunes âgés ans : « il ny a pas de travail spécifique à leur encontre » Soutien à la parentalité Manque dassociations de soutien aux familles Gérontologie et Handicap Aide aux aidants et particulièrement pour « les familles qui soccupent financièrement et physiquement de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer » Nouvelles technologies et animation dans les établissements

88 88 Manques repérés Mobilité Des problèmes de déplacement sur le territoire, en labsence de véhicule « Leffet pervers de la voiture » « alors que la voiture est indispensable pour favoriser linsertion professionnelle, elle devient vite un frein car le budget dachat est trop important » Des problèmes de transport pour les personnes âgées, y compris en établissement Prévention et accès aux soins La santé nest plus la préoccupation principale des ménages les plus en difficulté. « Les soins optiques et dentaires sont les plus négligés car ils sont onéreux » Manque de prise en charge des personnes relevant du secteur psychiatrique. « De plus en plus de personnes sont en souffrance psychologique » « Le public daujourd'hui est de plus en plus fragilisé. Il est en demande de soutien psychique »

89 89 Suggestions Développement local Renforcer la compétence sociale de la COCOBA et « renforcer le sentiment dappartenance à la COCOBA » Mutualiser les moyens afin de préserver une qualité du service rendu, malgré un contexte financier contraint Développer des programmes de rénovation et de réhabilitation urbaine Organiser une opération de rencontre entre tous les organismes daide et les associations pour « mettre en commun les besoins, créer plus de clarté au niveau des aides sociales, parvenir à plus defficacité » Développer laccès aux nouvelles technologies, y compris dans les établissements pour personnes âgées

90 90 Suggestions Information/mutualisation/coordination « Améliorer la cohérence et la communication entre les différents partenaires, afin daméliorer la lisibilité des actions » « Mutualiser les fonds daide sociaux à léchelle intercommunale », permettant de dégager plus de moyens, de garantir lanonymat et de gommer les disparités entre les communes » Harmoniser les aides et le montant des aides pour lensemble des communes du territoire : « le montant attribué pour les colonies et les centres aérés sont différents dune commune à lautre » Santé « Développer des permanences avec lappui de psychiatres »

91 91 Suggestions Petite enfance Créer un Pôle « petite enfance » regroupant crèche familiale, relais assistant maternel, service multi-accueil, relais parents- enfants, afin doptimiser le fonctionnement, le coût et lefficacité de laccueil et de la prise en charge Développer dautres lieux daccueil enfants/parents (comme la Farandole) Créer un mode de garde adapté aux horaires des parents (ex : employés hôpital ou grande surface) et souple « pour les personnes qui sont en réinsertion professionnelle ou en intérim qui ont souvent besoin en urgence d un mode de garde temporaire »

92 92 Suggestions Logement Développer une offre dhébergement adaptée pour les étudiants ou les jeunes travailleurs Adapter certains logements à la population vieillissante Développer la mixité entre communes en matière de logement et « sortir » de la concentration de la plupart des logements sociaux à Annonay Développer des « points logement » (permanence) Mobilité Augmenter la fréquence des transports en commun Mettre à disposition des « mini-bus » dans les établissements pour personnes âgées « pour améliorer la mobilité et renforcer lanimation »

93 93 Suggestions Insertion Mettre en place des ateliers pédagogiques pour créer du lien social entre les différentes générations et promouvoir la mixité des publics Développer un projet de « garage social » (implication de bénéficiaires du RSA dans la mécanique pour l entretien des véhicules) Créer des ateliers de « gestion du budget » pour favoriser lautonomie des personnes fragilisées Développer des entreprises dinsertion adaptées à un public féminin

94 94 Les suites de la démarche

95 95 Prochaines étapes Octobre-décembre > Sur la base des échanges des participants : Synthèse en comité technique et comité de pilotage Constitution et réunions des groupes thématiques Janvier-Mars 2012 Préconisations et élaboration du Plan daction 2ème réunion plénière de restitution Restitution grand public

96 Merci pour votre attention et à très bientôt « Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin », Proverbe africain


Télécharger ppt "ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX Réunion plénière Vendredi 23 septembre 2011."

Présentations similaires


Annonces Google