La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’enseignement supérieur en Afrique: problématique des réformes Mamadou Ndoye, avril 2004.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’enseignement supérieur en Afrique: problématique des réformes Mamadou Ndoye, avril 2004."— Transcription de la présentation:

1 L’enseignement supérieur en Afrique: problématique des réformes Mamadou Ndoye, avril 2004

2 Le temps des réformes : n Royaume-Uni n Pays-Bas n Australie n Afrique du Sud n Chili

3 Les objectifs de la réforme : n Différenciation institutionnelle et / ou spécialisation n Diversification financière n Efficacité

4 1. Différenciation / Spécialisation n ÉTABLISSEMENTS PUBLICS  universités de recherche  universités d’enseignement  instituts polytechniques  instituts professionnels / techniques  établissements post-secondaires  enseignement à distance / apprentissage libre

5 Différenciation (suite) n ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS  universités  instituts polytechniques  instituts techniques  enseignement à distance

6 Part des inscriptions dans l’enseignement supérieur privé

7 Les établissements privés se développent rapidement... n Afrique subsaharienne : de 30 en 1990 à plus de 60 en n Indonésie : de 344 en 1980 à en 1994.

8 2. Diversification financière (approches commerciales) 4 location des installations 4 stages de courte durée 4 formations sous-traitées 4 publicité sur les campus 4 parrainage par des entreprises 4 enseignement à distance 4 perception de droits de scolarité complets pour les étudiants étrangers

9 Diversification financière (suite) 4 droits de scolarité partiels pour les étudiants du pays 4 recherche ; transfert de technologie 4 pépinière d’entreprises 4 vente de biens et de services 4 activités de conseil 4 investissement des provisions ; dotations 4 gestion de conférences

10 Enseignement gratuit ou payant... Gratuité n Norvège n Allemagne n Mexique n Ghana n Brésil n Argentine n Hongrie Droits de scolarité n Japon n Australie n Chine n Chili n Vietnam n Afrique du Sud n Portugal (minimes)

11 Recettes provenant des droits de scolarité, en % des dépenses de fonctionnement de l’enseignement supérieur

12 Nos étudiants ne peuvent pas acquitter des droits de scolarité… n VIETNAM : alors que le revenu par habitant est d’à peine 250 USD, le système d’enseignement supérieur fonctionne avec des droits de scolarité de 40 à 50 USD, ce qui lui permet de couvrir 19 % de ses dépenses. n CHINE : dans plusieurs grandes universités, les droits de scolarité représentent 40 % des revenus.

13 L’existence de droits de scolarité est davantage fonction de facteurs géographiques que de raisons économiques : n Les pays qui arrivent à couvrir au moins 10 % de leurs dépenses sont à part quasi égale des pays à faible revenu (13 %), à revenu moyen (17 %) et à revenu élevé (15 %). n L’Afrique, le Proche-Orient et l’Europe de l’Est sont les régions les moins efficaces en termes de couverture des dépenses, à l’inverse de l’Asie et de l’Amérique latine.

14 Les « bons élèves » n ROYAUME-UNI Université de Warwick : 91.3 millions de livres de recettes en 1998, soit 61 % de ses ressources totales. Université Cranfield : 83 % de son budget de fonctionnement sont assurés par des activités génératrices de revenus.

15 Les « bons élèves » n AUSTRALIE Université d’Australie méridionale : « Dans chaque faculté, des ‘directeurs commerciaux’ jouent un rôle essentiel : ils instaurent des réseaux de clientèle, nouent des relations avec les industriels et collectent des ressources auprès du secteur privé. »

16 Les « bons élèves » n OUGANDA Université de Makerere : « Entre 1995 et 1999, la part des ressources générées par des activités lucratives est passée de 17 % à 31 %. »

17 « L’État ne peut pas espérer être l’unique, ni même la principale, source de financement de l’ensemble du secteur de l’enseignement supérieur. » UNESCO, 1998 « Les établissements publics vont être amenés à couvrir une partie de leurs dépenses de fonctionnement avec des fonds non publics, à hauteur de 30 % (niveau indicatif). » Banque mondiale, 1994

18 « …les établissements d’enseignement supérieur sont tenus de générer 10 % de leurs ressources avec des activités lucratives. » Le gouvernement norvégien

19 « On constate que les établissements d’enseignement supérieur, dans les pays développés comme dans les pays en développement, prennent des dispositions pour faire évoluer leur culture institutionnelle et introduire les activités lucratives au cœur de leur mission. » Association des universités du Commonwealth, 1999

20 Alors, c’est la révolution ?

21 3. Efficacité à Augmenter la quantité de ressources disponibles en réduisant les coûts unitaires. Comment ?

22 à Augmenter l’efficacité 4 taux d’abandon 4 taux de redoublement 4 taux d’achèvement

23  Systèmes informatisés de gestion de l’information (SGI) 4 administration financière 4 gestion du personnel 4 dossiers étudiants 4 bibliothèques 4 achats 4 impression / publications

24  Gestion des ressources 4 eau 4 électricité 4 exploitation de l’espace

25  Méthodes de financement / critères d’allocation Recourir à des incitations explicites pour encourager les établissements à mieux utiliser leurs ressources.

26 Différents systèmes d’allocation n Budgets négociés n Budgets basés sur les intrants n Budgets basés sur les résultats n Budgets basés sur la qualité

27 Systèmes budgétaires : quelques exemples

28 La budgétisation basée sur les intrants est financièrement risquée SOLUTION : définir un niveau de coût unitaire pour une norme minimale acceptable et fixer un quota d’étudiants pouvant être pris en charge par le budget de l’État. Les autres étudiants devront acquitter des droits d’inscription. EXEMPLES : Chine, Europe de l’Est, Kenya, Ouganda, Tanzanie, Vietnam

29 Allocations par dotation forfaitaire à Encourager l’initiative, l’innovation, la réactivité et la responsabilité. EXEMPLES : Australie, Belgique, Chine, Danemark, Espagne, Thaïlande, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède

30 Autres mécanismes propices à une efficacité accrue : n fusions (Australie, Chine, Pays-Bas, Vietnam) n placement anticipé à partir des écoles secondaires, des établissements post- secondaires, etc. n conseils aux étudiants (informations sur le marché)

31 Perspectives...

32 Commentaire d’un entrepreneur : « Vous travaillez dans un secteur qui pèse des centaines de milliards de dollars mais votre réputation est désastreuse : faible productivité, fortes charges, mauvaise gestion et retard technologique. Vous allez finir comme le secteur de la santé : mal géré et non lucratif, il a été absorbé par le secteur commercial. »

33 Quelles perspectives ? n Un enseignement supérieur à but lucratif 4 universités d’entreprise 4 universités virtuelles 4 services d’apprentissage tout au long de la vie

34 Quelles perspectives ? n Un marché international de l’enseignement supérieur. 4 Franchises 4 Enseignement à distance mondialisé 4 Contrats pour le développement des ressources humaines 4 Didacticiels

35 Quelles perspectives ? n Des investissements éducatifs gérés. 4 droits de scolarité pré-payés 4 affectation des retraites à l’éducation 4 crédits d’impôts pour l’éducation 4 primes salariales à l’éducation

36 Quelles perspectives ? n Des partenariats éducatifs et commerciaux (edu-business) 4 activités ludo-éducatives 4 information / éducation 4 télématique 4 classes virtuelles

37 CONTENU CONCEPTION DÉLIVRANCE ASSISTANCE

38 Quelles perspectives ? n Convergence accrue entre les organisations productrices de savoir 4 maisons d’édition 4 réseaux de télévision 4 universités 4 bibliothèques et musées 4 instituts de sondage

39 Quelles perspectives ? n Les fonds publics serviront de plus en plus à financer l’accès des étudiants pauvres : 4 cartes de crédit / de paiement 4 offres de crédit à la consommation

40 Quelques pistes de réflexion : H il n’existe pas de solution unique à la question du financement de l’enseignement supérieur, bien au contraire. H l’élaboration de politiques pour le financement de l’enseignement supérieur est une question autant politique que technique. H il faudra désormais compter avec l’enseignement supérieur à but lucratif, futur grand acteur du secteur.

41 Fin Merci de votre attention !


Télécharger ppt "L’enseignement supérieur en Afrique: problématique des réformes Mamadou Ndoye, avril 2004."

Présentations similaires


Annonces Google