La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Différences entre les formes communautaires et le Knowledge Management Présenté par : Yannick Loez Jean-marc Maggio Fabrice Portier-Fozzani Marjorie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Différences entre les formes communautaires et le Knowledge Management Présenté par : Yannick Loez Jean-marc Maggio Fabrice Portier-Fozzani Marjorie."— Transcription de la présentation:

1 Les Différences entre les formes communautaires et le Knowledge Management Présenté par : Yannick Loez Jean-marc Maggio Fabrice Portier-Fozzani Marjorie Thouant

2 PLAN : 1.Présentation des formes communautaires (Caractéristiques, Fonctionnement, Intérêts) 1.Communauté de pratique 2.Communauté épistémique 3.Communauté d’intérêt 4.Groupe de projet 2.Présentation du KM Définition Processus 3.Similarités et Différences Communauté: Partie prenante du KM KM portant sur l’analyse et les interactions des communautés 4.L’évolution des outils : L’arrivée des TIC pour la gestion des connaissances TIC et KM Les communautés virtuelles : Les changements

3 PLAN : 1.Présentation des formes communautaires (Caractéristiques, Fonctionnement, Intérêts) 1.Communauté de pratique 2.Communauté épistémique 3.Communauté d’intérêt 4.Groupe de projet 2.Présentation du KM Définition Processus 3.Similarités et Différences Communauté: Partie prenante du KM KM portant sur l’analyse et les interactions des communautés 4.L’évolution des outils : L’arrivée des TIC pour la gestion des connaissances TIC et KM Les communautés virtuelles : Les changements

4 1.Présentation des formes communautaires: Les communautés Groupe auto organisé ayant :  Un partage et une attention sur un sujet  Une identité (reconnaissance dans la communauté)  Des connaissances en construction et qui se capitalisent R. Collin, KM forum, 2003

5 1.Présentation des formes communautaires: 1.1 Les communautés de pratique COP : groupe de personnes reliées de manières informelles qui interagissent, apprennent ensemble sur tous les aspects de leurs pratiques, partagent leurs savoirs, construisent des relations et à travers cela développent un sentiment d’appartenance et de mutuel engagement. D’après Wenger : DEFINITION

6 1.Présentation des formes communautaires: 1.1 Les communautés de pratique FONCTIONNEMENT Code (langage commun) Volontaires / non officiel Narration relations Évolutions Fluidité & Régénération Processus d’intégration Réseau informelle Dynamique de création des connaissances Métiers similaires

7 1.Présentation des formes communautaires: 1.1 Les communautés de pratique INTERETS Pour les membres :  A court terme :  Accès à l’expertise  Confidence  Sympathie entre collègues  Travail productif sur les objectifs  A long terme :  Développement personnel  Identité (par rapport à la COP)  Développement d’un réseau  Réputation Pour l’organisation:  A court terme :  Résolution de problème  Économie de temps  Partage des connaissances  Réutilisation des sources  A long terme :  Innovation  Appariation de nouvelles stratégies  Rétention de savoir dans l’entreprise

8

9 1.Présentation des formes communautaires: 1.2 Les communautés épistémiques « Petit groupe de travail composé d’agents travaillant sur un sous ensemble de questions mutuellement reconnues qui accepte une autorité procédurale reconnue de la même façon par tous, et jugée essentielle au succès de leur activité cognitive » (= relatif à la faculté de connaître) D’après Cowan & Al (1998) DEFINITION

10 1.Présentation des formes communautaires: 1.2 Les communautés épistémiques FONCTIONNEMENT Code (langage commun) Volontaires / non officiel Narration relations Évolutions Fluidité & Régénération Processus d’intégration Réseau informelle Dynamique de création des connaissances Métiers similaires Autorité Procédurale

11 1.Présentation des formes communautaires: 1.2 Les communautés épistémiques INTERETS Pour les membres :  A court terme :  Accès à l’expertise  Confidence  Sympathie entre collègues  Travail productif sur les objectifs  A long terme :  Développement personnel  Identité (par rapport à la COP)  Développement d’un réseau  Réputation Pour l’organisation:  A court terme :  Résolution de problème  Économie de temps  Partage des connaissances  Réutilisation des sources  A long terme :  Innovation  Appariation de nouvelles stratégies  Rétention de savoir dans l’entreprise Les intérêts sont les mêmes que pour la communauté de pratique, mais la notion de « processus organisé » vient renforcer le fonctionnement de la communauté.

12 1.Présentation des formes communautaires: 1.3 Les communautés d’intérêts Groupe de personnes ayant un intérêt commun DEFINITION FONCTIONNEMENT Identique au communauté de pratique EXEMPLE WIKIPEDIA

13 Wikipédia : –Communauté d’échanges de savoirs Processus communaux de réflexion avec participations actives. Nettoyage de vandalisme ou des spam : facile (historiques de page). Risque de pertes - maintenant - est réduit à néant. »http://wiki.crao.net/http://wiki.crao.net/  Un outil d’expertise Wiki <= obtention d’une grande expertise à moindre frais. Les formes communautaires (Exemple)

14 1.Présentation des formes communautaires: 1.4 Groupe Projet Sorte de communauté d’intérêt spécialisé pour la finalité d’un objet précis avec un organigramme de fonctionnement DEFINITION FONCTIONNEMENT Pouvant être multidisciplinaire et international EXEMPLE 3 D couronne solaire

15 Une communauté de Projet complexe formée de sous communautés pour Météo Spatiale <= 3D Solaire Communauté Physique solaire Communauté Imagerie Communauté 3D Soleil Terre D’après Portier-Fozzani & al., 2003 COSPAR NASA, NRL, MPAe,… OCA, Univ. Aston, … INRIA, ….

16 PLAN : 1.Présentation des formes communautaires (Caractéristiques, Fonctionnement, Intérêts) 1.Communauté de pratique 2.Communauté épistémique 3.Communauté d’intérêt 4.Groupe de projet 2.Présentation du KM Définition Processus 3.Similarités et Différences Communauté: Partie prenante du KM KM portant sur l’analyse et les interactions des communautés 4.L’évolution des outils : L’arrivée des TIC pour la gestion des connaissances TIC et KM Les communautés virtuelles : Les changements

17 2. Le Knowledge Management 2.1 Définition La gestion des connaissances ou ingénierie des connaissances, est l'ensemble des méthodes et des techniques permettant d'identifier, d'analyser, d'organiser, de stocker et de fournir des connaissances aux membres de l'organisation, en particulier les savoirs créés par l'entreprise elle-même (recherche et développement) ou acquis de l'extérieur (intelligence économique). Les acteurs de l'organisation ne doivent pas se limiter à la consommation d'informations, il faut qu'ils en soient également producteurs pour favoriser les échanges et pérenniser la capitalisation des connaissances. (wikipedia)

18 2. Le Knowledge Management 2.2 Les processus Capitalisation et diffusion –Capitalisation : Préserver, Actualiser, Diffuser / Réutiliser les connaissances –Codification : Extension (Vise à transformer les connaissances tacites en explicites) Abstraction (Structurer la communication entre les agents) Innovation –Création : Code et langage commun –Partage : Interactions sociales et motivation à échanger

19 PLAN : 1.Présentation des formes communautaires (Caractéristiques, Fonctionnement, Intérêts) 1.Communauté de pratique 2.Communauté épistémique 3.Communauté d’intérêt 4.Groupe de projet 2.Présentation du KM Définition Processus 3.Similarités et Différences Communauté: Partie prenante du KM KM portant sur l’analyse et les interactions des communautés 4.L’évolution des outils : L’arrivée des TIC pour la gestion des connaissances TIC et KM Les communautés virtuelles : Les changements

20 3. Différences et Similitudes 3.1 Les communautés parties prenantes du KM Constat –Les communautés sont une des sources possibles du KM –Nécessité de capitalisation formelle des informations –Nécessité de donner un sens : Appropriation pour l’entreprise JY PRAX,2005

21 3. Différences et Similitudes 3.1 Les communautés parties prenantes du KM Passage des communautés de pratique aux communautés de connaissances Nickelson, 2000

22 3. Différences et Similitudes 3.1 Les communautés parties prenantes du KM Blancherie, I-KM, 2005

23 3. Différences et Similitudes 3.2 KM portant sur l’analyse et les interactions des communautés Problématique –Identification / Contrôle / Diffusion des connaissances à partir des communautés Le KM nécessite –D’identifier –De mettre en valeur les bonnes pratiques –D’inciter au partage et à l’exploitation des connaissances et des pratiques Les interactions entre les communautés = 3

24 3. Différences et Similitudes 3.2 KM portant sur l’analyse et les interactions des communautés dimanche 11 décembre 2005 par Jean-Yves PRAX JY PRAX, 12/2005, « Les communautés de pratiques » dimanche 11 décembre 2005 par Jean-Yves PRAX

25 KM organisant les communautés dans une entreprise La rencontre de différentes communautés de Pratiques, de communautés de Projets, dans une seule organisation intégrée : R. Peltier & P. Herrerias, 2003

26 KM organisant les communautés dans une entreprise R. Peltier & P. Herrerias, 2003

27 PLAN : 1.Présentation des formes communautaires (Caractéristiques, Fonctionnement, Intérêts) 1.Communauté de pratique 2.Communauté épistémique 3.Communauté d’intérêt 4.Groupe de projet 2.Présentation du KM Définition Processus 3.Similarités et Différences Communauté: Partie prenante du KM KM portant sur l’analyse et les interactions des communautés 4.L’évolution des outils : L’arrivée des TIC pour la gestion des connaissances TIC et KM Les communautés virtuelles : Les changements

28 4. L’évolution des outils : Les TIC pour la gestion des connaissances 4.1 TIC & KM « Even if we should not take the ICT revolution as synonymous with the advent of the knowledge-based economy, both phenomena are strongly interrelated… The ICT system gives the knowledge-based economy a new and different technological base which radically changes the conditions for the production and distribution of knowledge as well as its coupling to the production system. » Foray et Lundvall (1996)  TIC & Gestion des connaissances = Phénomènes corrélés  TIC + KM => Nouvelles conditions de production et distribution du savoir

29 4. L’évolution des outils : Les TIC pour la gestion des connaissances 4.1 TIC & KM Distinction entre TIC & KM –« On peut utiliser des technologies informatiques sans faire de KM –On peut faire du KM sans outils –On peut faire du KM sans autre outil…que ce que l(on déjà…notamment pour les COPs Richard D. Collin Dugage, 2003 Les TIC appliquées au KM –Démultiplient les possibilités de collaboration au sein d’une communauté –Rendent possible de nouvelles formes d’interactions (les contraintes de temps et d’espace sont supprimées) Martin Roulleaux Dugage, 2004

30 4. L’évolution des outils : Les TIC pour la gestion des connaissances 4.2 Les communautés virtuelle Définition Le terme de « communauté virtuelle » désigne des personnes réunies via Internet par des valeurs ou un intérêt communs (par exemple une passion, un loisir ou un métier). L'objectif étant de créer de la valeur à partir des échanges entre membres (Thèmes : charte, modérateur) Les outils –Chat / Forum / Messageries / Groupware / Intranet etc. Les changements –Création de connaissance Possibilité d’interactions plus nombreuses Pertinence des informations –Modification de l’appropriation du partage –Capitalisation des connaissances Création de base de connaissance : Archive électronique

31 « Knowings » versus « Knowledge » LP Guillaume & H. Gibert (Schlumberger), 2003, KM Forum Pouvoir = Savoir Partagé

32 CONCLUSION Après avoir analysé les formes communautaires les plus courantes, nous avons mis en évidence l’importance de leur intégration au sein d’un processus KM d’entreprise. Les échanges efficaces sont basés sur la confiance Un bon processus KM englobe des formes communautaires complémentaires. Il doit inciter leur développement, et exploiter les connaissances crées après sélection constructive. Ainsi managé, il permet à l’entreprise d’être innovante

33 Bibliographie principale KM Forum, 2003 Chroniques des réseaux (Canada) Veille Magazine Etienne Wenger, 1998, « Systems Thinker », « Communities of practice : learning as a social system » Fred Nickols, 2003, « Communities of Practice A Start-Up Kit » Report of a workshop co-organised by the Bellanet International Secretariat, the Department for International Development (DFID), the Canadian International Development Agency (CIDA), The Deutsche Gesellschaft Fur Technische Zusammenarbeit (GTZ) and The Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC), 2005?, « Knowledge Management for Development Organisations » Michael A. Fontaine & David R. Millen (IBM Research), 2004, « Understanding the Benefits and Impact of Communities of Practice » JDNet Solutions (Benchmark Group), 2003, « Communautés de pratique : un partage des connaissances idéal » CAHIER SYNTHÈSE DES ACTES DU COLLOQUE, La gestion du savoir, 2003 Philippe Baumard,2002, «Les paradoxes de la connaissance organisationnelle » Yannick Geynet, 02/2003, «Les communautés de pratique, une nouvelle forme de gestion des connaissances » Anna Dening, 2004, “A STUDY OF CONCEPTS OF KNOWLEDGE MANAGEMENT AS EXPRESSED IN THE FRENCH AND ENGLISH LANGUAGES” Richard McDermott, 2000,« Knowing in Community: 10 Critical Success Factors in Building Communities of Practice »


Télécharger ppt "Les Différences entre les formes communautaires et le Knowledge Management Présenté par : Yannick Loez Jean-marc Maggio Fabrice Portier-Fozzani Marjorie."

Présentations similaires


Annonces Google