La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Les outils du changement formation- éducation des outils d’aide à la recherche de solution des démarches de coercition Armel Boutard.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Les outils du changement formation- éducation des outils d’aide à la recherche de solution des démarches de coercition Armel Boutard."— Transcription de la présentation:

1 1 Les outils du changement formation- éducation des outils d’aide à la recherche de solution des démarches de coercition Armel Boutard

2 Boutard Armel2 Les problèmes des rejets anthropiques Émissions Industrielles Urbaines Agricoles des Transports Naturelles rejets diffus dans l ’hydrosphère Limite de la troposphère Particules du vent solaire R-  et R-X UV bloqué par O 3 Effets photochimiques Impacts identifiés: effet de serre et changements climatiques «pluies» acides et pertes de productivité des écosystèmes diminution de la couche d ’ozone stratosphérique et effets biocides des ultraviolets effet d’écran des particules aux rayons solaires «smog» urbain (ozone troposphérique) et difficultés respiratoires Pollution diffuse des eaux par les produits organiques persistants (POP), risques à la reproduction

3 3 «Deux crises convergentes affectent l’homme contemporain: la première et la plus évidente concerne les rapports entre la population et l’environnement; la seconde, moins visible, mais tout aussi préoccupante, concerne l’homme et la relation qu’il entretient avec lui-même et avec ses prolongements constitués par ses institutions, ses idées, son entourage immédiat ou élargi à la communauté humaine, eu un mot la relation qu’il entretient avec la culture. Si ces deux crises ne sont pas abordées conjointement, aucune ne sera résolue. La technique seule ne peut apporter de solutions aux problèmes propres à l’homme et à ses éternels conflits; et inversement la technique ne sera jamais appliquée de manière rationnelle aux problèmes de l’environnement tant que l’homme n’aura pas commencé par dépasser les limites que lui imposent ses institutions, ses philosophies et ses cultures.» Edward T. Hall AU-DELA DE LA CULTURE Éditions du Seuil, 1979

4 Boutard Armel4 Jean Pichette, Le Devoir Le Devoir, 12/10/99 Le Devoir, 6/10/89

5 Boutard Armel5 Nature Effets Solutions Les problèmatiques environnementales dégradation des ressources dégradation des écosystèmes dégradation de la qualité de vie nouvelles connaissances (recherche) et innovations technologiques biophysique attitudes valeurs comportements changements Biodiversité culturelle Biodiversités: gènes, espèces et des écosystèmes Symptomes de la maladie planétaire

6 6 «La transformation accélérée par les hommes de l’environnement de la Terre n’est pas soutenable. Ainsi, la simple poursuite des activités «comme d’habitude» n’est pas viable, et doit être remplacée au plus tôt par des stratégies volontaires de bonne gestion préservant l’environnement terrestre compatibles avec les objectifs de développement social et économique» AVIS DE TEMPÊTE, J-L Fellous, Odile Jacob, 2003, 337 p. Déclaration de Copenhague (2001) des communautés scientifiques internationales de recherche sur le changement global

7 Boutard Armel7 L’impact environnemental de la vie au quotidien Activités humaines industrielle, minière, artisanales, commerciale, domestique contamination des milieux de vie approvisionnement en ressources Choix des individus rétroaction Avantages production de richesse collective et individuelle Désavantages atteintes au patrimoine biophysique et socioculturel

8 Boutard Armel8 Le marché (publicité) Nos gouvernements L’ONU C’est la faute aux autres ?

9 Boutard Armel9 L’importance des petites lignes ?

10 Boutard Armel10 L’importance des «petites lignes» Toutes les lessives sont toxiques pour l’environnement, y compris celles qui se réclament comme «vertes» Conclusions de tests conduits pendant 2 ans par l’Institut national de la consommation (INC) et plusieurs agences de l’eau. Revue60 millions de consommateurs, 26 oct. 2006, France

11 Boutard Armel11 Quel recyclage ? la boîte de mouchoirs OUPS! Là aussi il faut lire les petites lignes

12 Boutard Armel12 Nos gouvernements protègent le patrimoine environnemental ? Conclusion de la commission fédérale sur l’intégrité écologique des parcs nationaux 23/03/2000

13 Boutard Armel13 Heureusement, les chefs de gouvernement veillent !

14 Boutard Armel14 C’est l’ONU qui veille ?

15 Boutard Armel15

16 Boutard Armel16 L’utilité des groupes environnementaux politique de lutte à l’effet de serre Le Québec 16/3/1999

17 Boutard Armel17 La solidarité à l’internationale Le Devoir,7/04/2000

18 Boutard Armel18 Il faut que ça change ! 1.Les décideurs du monde de l’économie: les grandes entreprises multinationales les petites et moyennes entreprises 2.Les élus décideurs du monde politique: au niveau international au niveau national au niveau municipal 3. Les individus : dans leur vécu au quotidien dans leur action revendicative au collectif

19 19 Les intérêts particuliers des décideurs Dirigeants d’entreprisesMaires et élus 1.bien contrôler tous les paramètres de la gestion d’une entreprise 2.saisir les opportunités financières 3.protéger les «secrets industriels» de fabrication 4.s’adapter aux avancées des compétiteurs (contexte variable selon la taille de l’entreprise) 5.se conformer aux lois et règlements (conformité environnementale), anticiper les tendances 6.bien comprendre les enjeux environnementaux et adapter le concept de bonne pratique environnementale aux spécificités de l’organisation, et aux exigences des pouvoirs politiques et des consommateurs 7.limiter l’importance et le nombre des interventions (ex : formation) (time is money!) 8.profiter d’une image favorable de bon citoyen corporatif (image verte) 1.exercer un contrôle politique des activités municipales et des mouvements communautaires 2.comprendre les enjeux environnementaux dans leur relation aux valeurs esthétiques et socio-économiques du milieu 3.se conformer aux lois et règlements (conformité environnementale) 4.contrôler des dépenses municipales (dans une optique de "baisse des taxes" et de "déficit 0", il n’y a pas de bonnes dépenses) 5.autonomie municipale (éviter les regroupements de services ou de juridictions) 6.faire que sa municipalité ait une meilleure image que les municipalités voisines 7.assurer sa réélection (donner une image de gestionnaire dynamique)

20 Liste "d'éléments déclencheurs" propices à une action environnementale action légale  se conformer aux lois et règlements nationaux  se conformer aux normes internationales ou au code de bonne pratique adopté par des entreprises similaires ou villes voisines action politique  améliorer l'image publique et être perçu comme un innovateur  reconnaître le bien fondé de l'argumentation des groupes engagés  accepter la responsabilité du processus démocratique ou droits de l'Homme dans le Tiers-monde action économique  reconnaître la profitabilité des améliorations de rétrofitting (Pay back)  bénéficier des programmes de subventions à l'investissement  bénéficier des avantages financiers (baisse des coûts d'assurances, des taux d'emprunts, accès à des fonds «environnementaux»)  breveter des innovations technologiques de réduction des impacts nocifs  améliorer la compétitivité de l'entreprise action sociale  améliorer les conditions de travail  améliorer la vie communautaire (réduction des nuisances)  créer ou conserver les emplois action pour la santé et la sécurité  améliorer l'hygiène et la sécurité des employés  améliorer la santé publique action environnementale  conserver les ressources et contrôler les émissions (protéger la biodiversité)  minimiser le risque de déversements ou de rejets (gestion des risques)

21 21 Les citoyens corporatifs 1998

22 22 Les citoyens corporatifs 2000

23 Boutard Armel23 Tembec: une mission Être une entreprise intégrée et rentable, apte à transformer la ressource forestière en produits de qualité innovateurs et concurrentiels pour sa clientèle, tout en préservant l’environnement et en créant un climat social, culturel et économique bénéfique pour la région et sa population, ses employés et ses actionnaires. Tembec: les engagements Responsabilité environnementale: Adopter, dans tous les aspects de ses activités, des politiques et des directives assurant l’exploitation responsable ainsi que le rendement et le dévelopement durables des ressources, tout en protégeant la santé et la sécurité des ses employés, de ses clients et du public

24 24 hypermarchés Les citoyens corporatifs 2003 

25 Boutard Armel25 C’est la faute aux autres ?

26 Boutard Armel26 La responsabilité individuelle ?

27 Boutard Armel27 Le consommateur: la quête de la satisfaction Disponibilité des ressources et des services là où est le besoin  concordance de lieu instantanément  concordance de temps sous la forme désirée  concordance à l’usage en quantité suffisante  concordance aux besoins Facilité d’utilisation simple, fiable, encombrement minimum facilité de stockage pour de grandes durées Coût modique Inoffensif pour la santé du consommateur le syndrome du «Pas dans ma cour» Facteurs des impacts environnementaux

28 Boutard Armel28 Changer les comportements ?

29 Boutard Armel29 Ne pas confondre Qualité de vie et Standard de vie

30 Boutard Armel30 L’ERE -FRE Parce qu’un autre monde est possible

31 Boutard Armel31 Éducation sur les enjeux socio-écono-environnementaux et les conséquences de nos choix de vie Sensibilisation à l’importance d’agir à titre individuel Motivation à l’engagement Information quant aux alternatives accessibles dans un environnement de proximité

32 Boutard Armel32 Rôle de l’intervenant en ERE-FRE, modifier la perception liée au changement Provoquer le changement des comportements et des attitudes: des individus des élus et des dirigeants d’entreprises 2. équité dans le partage des biens et services 1. réduction de la consommation et de la pollution 1. d’abord perçu comme un «danger» 2. Le changement doit être une opportunité d’amélioration

33 Boutard Armel33 Les «mamelles» du changement Incitation Éducation Coercition l’action souhaitée par les militants environnementaux l’action souhaitée par les élus l’action qui, a priori, rassemble

34 : début du programme d’inspection d’Env. Can. La variation des rejets toxiques de produits de décoloration de l’aubier de 1983 à 1998 (Colombie Britannique) : programme volontaire d’auto-inspection 1989 : inspections d’Env. Can. plus fréquentes 1991 : actions combinées des deux paliers de gouvernements L’incitation a des limites!

35 Boutard Armel35 Agir ?

36 Boutard Armel36 Les outils de coercition 1. législation 2. tarification Buts: assurer le financement global des actions établir une structure des coûts proactive promouvoir les nécessités du changement selon les objectifs choisis

37 Boutard Armel37 La résolution de problèmes investiguer la situation repérer une situation problème définir les enjeux rechercher des solutions évaluer ces solutions choisir les actions optimales élaborer un plan d’action planifier la mise en oeuvre évaluer et relancer rétroaction clarification des valeurs

38 Boutard Armel38 Réduire RéparerRéemployer Récupérer RecyclerValoriser Techniques (Innovation): efficacité, adaptabilité, valorisation de particularités locales Sciences études des processus, interrelations impacts Sociétés changements de comportements d’attitudes de valeurs Éduquer Éliminer les risques La démarche des (5) R V E (2) en amont : ressources en aval : rejets

39 Boutard Armel39 La mise en œuvre du concept des RVE réduction réutilisation récupération réparation recyclage valorisation éducation récupération recyclage valorisation élimination éducation À la source Au collectif Actions Sensibilisation pour des changements de comportements Lois et réglements Incitation financières Partenariats Moyens Consigne Associations locales, friperies et ressourceries Compostage domestique Collecte sélective Centre de tri Éco-centre Centre de compostage Bourse des rejets dangereux Centre de traitement des DDD Site d’enfouissement Incinération

40 Boutard Armel40 Maîtrise des besoins RVE + Intégrer les RVE dans une démarche plus systémique de : Maîtrise de nos besoins Gestion de la demande EfficacitéÉconomies Technologies appropriées au milieu et valorisation d ’alternatives Autonomie Changements d ’attitudes Sciences et Innovations technologiques Formation: faire plus avec moins Éducation: mieux (et moins) consommer pour une satisfaction optimale Concertation: décentraliser et rechercher l’autosuffisance biorégionale

41 écologiquement saines, peu gourmandes en énergie, ne polluant peu ou pas matériaux et sources d’énergie obligatoirement recyclables ou renouvelables, fonctionnant très longtemps, artisanales, de faible spécialisation, intégrées à la nature, politiquement démocratiques, limites techniques fixées par la nature, troc local, compatible avec la culture locale, avec garde-fous contre les dangers d’utilisation, respectant le bien être des espèces naturelles, innovation régulée par le besoin, économie stable, bon pour l’emploi, décentralisatrice, à efficacité augmentée par la taille réduite, fonctionnement compréhensible par tous… et ainsi de suite. Les technologies douces: caractéristiques

42 écologiquement malsaines, gourmandes en énergie, polluantes, utilisant des matériaux et sources d’énergie non recyclables, ne fonctionnement qu’un temps limité, produites en masse, très spécialisées, aliénant la nature, politiquement consensuelles, limites techniques fixées par la richesse, commercialisation mondiale, destruction des cultures locales, technologies susceptibles d’utilisation dangereuse, fortement destructives des espèces naturelles, innovation régulée par le profit et la guerre, économie orientée vers la croissance, bonnes pour le capital, centralisatrices, à efficacité augmentée par la grande taille, fonctionnement trop compliqué pour être compris par tous… et ainsi de suite. Les technologies dures: caractéristiques

43 Boutard Armel43 Intégrer les préoccupations environnementales au quotidien Activités humaines industrielle, minière, artisanales, commerciale, domestique contamination des milieux de vie approvisionnement en ressources Choix des individus rétroaction Avantages production de richesse collective et individuelle Désavantages atteintes au patrimoine biophysique et socioculturel

44 Boutard Armel44 Des cycles à imaginer ! Ressources naturelles: énergies eau matières premières production de biens et services consommation rejets Responsabilisation des individus et des collectivités afin de limiter les quantités et la toxicité des rejets: changement de comportement innovation technologique Impacts nocifs des rejets: court terme: air, eaux, sols, écosystèmes moyen terme: atteintes aux (4) biodiversités long terme: changements climatiques, etc..

45 Boutard Armel45 La gestion des ressources

46 Boutard Armel46 Des choix porteurs d’effets Changements de comportements individuels surtout (exemple effort de recyclage ), actions d ’économies des matières vierges soutenues par les collectivités (société) Adoption d’alternatives, effort soutenu surtout par la recherche et l ’innovation technologique (sciences et techniques)

47 47 La Dégradation des sols Plusieurs variables type de production agricole niveau de mécanisation nature du sol relief conditions météorologiques La cause principale ? la perte d’humus Érosion des sols pente planée (10%) terre érodée (kg/ha) sol nu fumure minérale (céréales) fumure organique massive (céréales) Pollution diffuse des eaux 92% des matières organiques en suspension 79% des apports d’azote 53% des apports en phosphore Eutrophisation des plans et cours d’eau Dangers pour la santé méthémoglobinémie et nitrozamines

48 48 Le compostage ? réduction des quantités à l’enfouissement réduction du lixiviat et de la pollution diffuse des cours d’eaux (sols de proximité) production d’amendements pour les sols agricoles ou les serres «faire d’une pierre trois coups» !

49 Boutard Armel49 L’eau au Québec: une ressource naturelle patrimoniale un contexte canadien (aléna) une maîtrise de l’eau à élaborer

50 Boutard Armel50 Les nouveaux «gisements» énergétiques 1. Énergies renouvelables solaire (dont hydroélectricité) éolienne géothermique de la mer (chaleur, vague, marée, etc.) biomasse (plantations marines et terrestres) 2. Valorisation des énergies «résiduelles» (eaux usées, résidus solides et de biomasse) 3. Réduction des besoins par les économies d ’énergie Hydrogène


Télécharger ppt "1 Les outils du changement formation- éducation des outils d’aide à la recherche de solution des démarches de coercition Armel Boutard."

Présentations similaires


Annonces Google