La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Anatomie et physiologie de la dent & du parodonte Wafa Hasni Mohamed Néji Fatma Ktata.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Anatomie et physiologie de la dent & du parodonte Wafa Hasni Mohamed Néji Fatma Ktata."— Transcription de la présentation:

1 Anatomie et physiologie de la dent & du parodonte Wafa Hasni Mohamed Néji Fatma Ktata

2 Embryologie et Développement -La Dent : Odontogenèse -Le Parodonte : développement -Gencive -Cément -Desmodonte -Os Alvéolaire

3 La lame primitive dentaire

4 L’origine de l’émail et d’autres structures dentaires

5 STADE DU BOURGEON

6 VUE CORONALE ET SAGITTALE DU BOURGEON

7 STADE DE LA CUPULE

8

9 STADE DE LA CLOCHE

10 STADE DE LA CLOCHE (TARDIF)

11 Formation du cément

12 LE DESMOTODNTE

13 Formation de l’os alvéolaire

14 Anatomie- Histologie

15 Le tissu dur le plus minéralisé 96 % minéraux, 4% matériel organique et eau Dur, cassant, translucide, bleuâtre, épaisseur moyenne 1,5 mm Bâtonnets ou prismes + substance intersprismatique Stries de Retzius et bandes d’Hunter- schreger

16 Émail en microscopique optique: ensemble de prismes coupés longitudinalement

17 Émail. Section transversale des prismes. Aspect pseudoprismatique

18 1 stries de Retzius 2 périkimatie 3 dentine 4 pulpe Stries de Retzius et bandes d’Hunter- schreger

19 Le complexe pulpodentinaire CPD  la dentine  la pulpe La Dentine: Propriétés physiques et chimiques: - 70% minéral (cristaux hydroxyapatites +++) - 20% organique ( collagène +++) - 10% eau

20 Schéma des appositions péripulpaires de Dentine Variétés de la Dentine Dentine primaire (A) Dentine secondaire (B) Dentine réactionnelle ( C)

21 La prédentine D Dentine P la pulpe Pd prédentine Po Processus odontoblastiqes

22 Schéma d’une unité dentinaire 1.Jonction amélo-dentinaire 2.Tubuli dentinaires 3.Dentine péritubulaire 4.Dentine intertubulaire 5.Tubuli secondaires 6.Espace péricytoplasmique 7.Pronlongement cytoplasmique de l’odontoblaste 8.Front de minéralisation 9.Prédentine 10.Corps cellulaire de l’odontoblaste

23 Coupe transversale de dentine Tubuli sectionnés transversalement. prolongement odontoblastique occupant presque complètement la lumière des tubuli.

24 Dentine d’une dent humaine définitive (1mm de la pulpe) PD: dentine péritubulaire DI: dentine intertubulatire

25 Tubuli dentinaires en section longitudinale 1 Dentine péritubulaire 2 Tubuli dentinaires 3 Dentine intertubulaire

26 Organisation de la dentine intertubulaire: Les Calcosphérites

27 La Dentine interglobulaire de Czermack

28 Linges de croissance de la Dentine:Ligne de Von Ebner,Stries d’Owen

29 La jonction amélo-dentinaire

30 Jonction cémento-dentinaire C cément Si la strate hyaline D dentine C cément Si la strate hyaline D dentine

31 La Pulpe Comble la cavité centrale de la dent production de dentine, nutrition et sensibilité dentinaire 2 parties -la chambre plupaire -le canal pulpaire

32 4 zones pulpaires 1- zone odontoblastique 2- zone acellulaire de Weil 3- zone riche en cellules 4- zone centrale ( vaisseaux et nerfs ) Différentes zones pulpaires

33 Cellules de la pulpe Les odontoblastes Les fibroblastes Cellules mésenchymateuses indifférencieés Macrophages, lymphocytes, cellules de Langerhans Substance intercellulaire=SF+FC Vaisseaux sanguins et lymphatiques Vue d’ensemble de la pulpe

34 Le parodonte Supérficiel - la gencive Profond - le cément - l’os alvéolaire - LAD

35 La gencive Rose, ferme, granuleuse, piquetée en peau d’orange, contour festonné On distingue:  La gencive adhérante: séparée des dents par la ligne muco- gingivale  La gencive libre: séparée des dents par le sulcus, au fond duquel se trouve l’attache épithéliale

36 La gencive Histologie:  TC (B)+épithélium (A)+lame basale de trajet sinueux (A)  Epithélium =pluristratifié de type malpighighien ; plusieurs couches cellulaires: Couche germinative interne : mitoses  renouvellement cellulaire de l’épithélium  turn-over ( 4 à 9 j: sulcus (B) + gencives libres ; 8 à 15 j : gencive attachée ) Couche épineuse : surmonte la couche granuleuse Couche de kératine : variable selon le type de la gencive  Chorion gingival (D) : Cellules de base = fibroblastes + fibrocytes Infiltrat inflammatoitre  traumatisme gingival + environnement septique Fibres complétants les fibres desmodentales (F)

37 Le cément Tissu conjonctif dur, minéralisé, avasculaire ++ 65% CA 2+ et P, 23% substance organique (FC++) et 12% eau 60% cément recouvre l’émail 2 types de cément -cellulaire -acellulaire

38 Cément acellulaire. Au contact Cément cellulaire. Logettes renfermant du ligament parodontal des cellules (cémentocytes)

39 Ligament Parodontal (Desmodonte) TC spécialisé étendu entre cément radiculaire et os alvéolaire Cellules + compartiment extracellulaire = SF + FC Cellules :surtout fibroblastes +cellules mésenchymateuses indifférenciées Fibroblastes du Ligament Parodontal

40 Les Cellules du Desmodonte

41  collagène + élastique 1- collagène -faisceaux alvéolo-dentaires -ligament gingival Les Fibres Du Desmodonte

42 Faisceaux alvéolo-dentaires 1 fibres inter-radiculaires 2 fibres apicales 3 fibres obliques 4 fibres horizontales 5 fibres de la crête alvéolaire 6 ligament transseptal

43 1 Groupe alvéologingival 2 épithélium gingival 3 os alvéolaire 4 Groupe dentopériosté 5 fibres circulaires 6 émail 1 Groupe circulaires 2 versant buccal 3 cément 4 os alvéolaire 5 versant lingual 6 Groupe alvéologingival 7 Groupe dentogingival Ligament gingival

44 l’os alvéolaire -Tissu osseux=trame organique + phase minérale:cristaux de phosphtate de calcium  hydroxyapatite+++ - corticale externe et interne : recouvertes de gencive adhérente: os compact : système de havers(ostéones reliés par des canaux de Volkman) - paroi alvéolaire :siège de remaniement osseux permanent - septa interdentaires et interradiculaires : os spongieux ou trabéculé -limite cervicale = crête alvéolaire ou crête marginale Faible grossissement de l’os compact

45 Ostéoblastes: -sécrétion des précurseurs de le matrice ostéoïde, Ostéocytes: -dérivés des Ostéoblastes -le long des lignes d’apposition osseuse -dans une cavité =ostéoplaste ostéoclastes: -résorption osseuse - monocytes sanguins  préostéoclastes  ostéoclastes - remaniement osseux  le long de le paroi alvéolaire dans les zones en voie de résorption  formation de géodes de Howship Ostéoclastes et lacunes de Howship Différentes cellules de l’os alvéolaire

46 Physiologie  Eruption  Vascularisation  Innervation et sensibilité  Mobilité physiologique  Résorption physiologique  Sénéscence

47 Vascularisation  pulpodentinaire sanguine ( microcirculation pulpaire) Lymphatique  parodontale microcirculation parodontale Système lymphatique parodontal

48 Vascularisation du CPD pulpe très vascularisée (5% du volume pulpaire) Capillaires ++, près de la région odontoblastique ( 50 à 200 µm du mûr prédentinaire ) Certaines anses s’étendent entre les odontoblastes jusqu’à la prédentine La région centrale : très peu de capillaires Les veines quittent la pulpe en cheminant parallèlement aux artères anastomose artèroveineuse et veinoveineuses Rapport des anses capillaires avec la prédentine

49 Vaisseaux Lymphatiques Naissent dans la région coronale sous formes de petits vaisseaux aveugles  veinules  gros vaisseaux  foramen apical drainage dans les ganglions sous-maxillaires et sous-mentaux puis cervicaux Cette circulation intervient dans la pression du milieu extracellulaire pulpaire

50 Vascularisation du parodonte Vascularisation de la gencive Vascularisation du desmodonte + os alvéolaire Vascularisation veineuse Vascularisation lymphatique

51 a.b = a. buccale a.f = a. faciale a.ap = alvéolaire supérieure a.s = sublinguale a.m = a.mentonnière a.i =a. infraorbitaire a.p =a. grande palatine

52 Vascularisation de la Gencive SV = vaisseaux suprapériostés Sp = plexus sous- épithelal O.E = épithelium buccal ab = vx. de l’os alvéolaire Pl = vx. du desmodonte JE = épithelium de jonction Dp = le plexus dentogingival

53 Vaisseaux supra-périostés Anastomose avec vaisseaux du parodonte et de l’os alvéolaire Les Vaisseaux SupraPériostés

54 Plexus sous-épithélial

55 Plexus dentogingival

56 a.a.i. artère alvéolaire inférieure a.d. artère dentaire a.i. artère intraseptale rr.p rameaux perforants Vascularisation du desmodonte + os alvéolaire

57 Rameaux perforants et canaux du Volkman PL = desmodonte T = dent VC= canaux de Volkmann

58 1= v.s suprapériostés 2= v.s du desmodonte 3= v.s de l’os alvéolaire Réseau Polyédrique du Desmodonte

59 Vascularisation veineuse du Parodonte rapprochment des vaisseaux du desmodonte de la surface de l’os alvéolaire  capillaires du système veineux Drainage veineux  portion apicale du ligament où existe un riche plexus veineux  les grosses veines des septa interalvéolaire et interradiculaire

60 La position derepos de la dent conditionnée par la pression sanguine dans les vaisseaux du ligament: La position de repos de la dent conditionnée par la pression sanguine dans les vaisseaux du ligament:  toute modification du volume vasculaire influence la position de repos.  les minimes mouvements de la dent sont synchrones des pulsations atrérielles

61 Vascularisation extracellulaire

62 Cp = cervical profond sma = sous maxillaires sme = sous mentaux jd = chaîne jugulaire interne Système lymphatique du parodonte Fluide tissulaire capillaires lymphatiques vaisseaux Lymphatiques ganglions lymphatiques courant sanguin Trajet de la lymphe:

63 Innervation et Sensibilité  CPD – fibres sensitives - fibres vasomotrices - sensibilité du CPD : théories expliquant la génèse de la douleur pulpodentinaire - voies de la douleur pulpaire  PARODONTE - récepteurs : Morphologie, physiologie - projection centrale des messages d’origine parodontale - psychophysiologie des récepteurs

64 Innervation du CPD Branches sensitives maxillaires et mandibulaires du V Branches vasomotrices adrénergiques et cholinergiques

65 Les fibres sensitives Fibre Myélinisées Diamètre µm V.d.D M/sec TerminaisonsType de douleur Seuil d’excitabilité AδAδ OUI 1 à 5 6 à 30 RAPIDE PériphériquesVive -aiguëBas relativement C NON0,4 à 10,5 à 2 LENTE CentralesSourde lancinante Haut relativement fibres de type Aδ et C

66 Les fibres sensitives Fibres Aβ: récepteurs mécaniques, tactiles et thermiques. Foramen apical  zone acellulaire sous les odontoblastes (plexus sous odontoblastique ou plexus de Rasckow) Les terminaisons entrent en rapport étroit avec les odontoblastes certaines passent dans les interstices cellulaires et atteignent la prédentine en décrivant une boucle puis retournent à leur point de départ sous-ondntoblastique Quelques une entrent dans les tubules dentinaires et s’enroulent autour des prolongements cytoplasmiques

67 Fibres sensitives pulpodentinaires

68 Les fibres vasomotrices Elles contractent des rapports étroits avec la paroi contractile des vaisseaux Elles régulent la circulation sanguine Les fibres adrénergiques sécrètent l’adrénaline  contraction Les fibres cholinergiques  dilatation Ces fibres suivent le trajet des artérioles

69 La sensibilité dentinaire Stimulus :tactile + thermique Traduction: douleur diffuse 3 théories : 1 -la dentine contiendrait des terminaisons nerveuses directement excitées par les stimuli: médiateurs chimiques  pas de douleur 2 - L’odontoblaste agirait comme un récepteur couplé aux nerfs de la pulpe:origine des crêtes neurales+structure  odontoblaste= cellule sensorielle; terminaisons nerveuses+odontoblastes= relation étroite 3 - les récepteurs pulpaires seraient excités par le mouvement du fluide dans les tubules Les 3 théories de la sensibilité dentaire

70  théorie hydrodynamique: la mobilisation du liquide dans les tubules  répartition des liquides pulpaires  perception par les terminaisons nerveuses libres du plexus de Rashkow. In vitro: application d’un jet d’air  évaporation superficielle du liquide intratubulaire  pression pulpaire+forces capillaires  remplacé

71 In vivo: le même phénomène se produit Jet d’air Fraisage Chaleur sèche Sonde Solution hypertonique Chaleur sèche ou chaleur humide + dent intacte  pas d’évapopration  mouvement liquidien dirigé vers la pulpe Froid+couronne intacte  mouvement du liquide vers l’extérieur Extraction du fluide du tubule

72  tous les stimuli capables de déplacer les liquides intratubulaires provoquent la douleur: Flux tubulaires  déformation de la fibre nerveuse Libération de médiateurs périphériques algogènes Pulpe sensible aux augmentations de la pression intrapulpaire Mouvement liquidien vers l’extérieur assez rapide  différence de pression intrapulpaire  sensibilité des fibres nerveuses

73 Voies de la douleur pulpaire SNC sous noyau oral + noyau principal Voies lemniscales: noyau principal  VPM ipsi et controlatéral Voies extralemniscales

74 Innervation du Parodonte 2 types d’innervation :sensitive + autonome Innervation autonome - mal connue - uniquement des fibres sympathiques - pas de fibres parasympathiques - en contact étroit avec les VS -rôle: régulation de flux sanguin local

75 Innervation sensitive  Nerfs trijumeau et ses branches terminales -nerf alvéolaire inf. (mandibulaire) -nerf alvéolaire sup. (maxillaire)  Trajet des fibres nerveuses : - Nerfs interdentaires et interradiculaires : pénètrent l’espace desmodontal à travers les foramina de la lame cribriforme de l’os alvéolaire F. ascendantes  Apex F. descendantes  Gencive - tronc apical (nerf dentaire) se sépare des fibres pulpaires avant qu’elles entrent dans le canal (apex  gencive).  Variations régionales des terminaisons nerveuses - région apicale du ligament +++

76  Projection centrale des messages d’origine parodontale -corps cellulaires -noyau mésencéphalique -ganglion trijéminal - Rôles - réflexe ROG (non-nociceptif) contrôle inconscient de la position mandibulaire - élaboration des sensations parodontales type douleur, pression et tact des voies de la somesthésie trijéminale avec:  2ème neurone : CST( noyau P+ sous noyau oral)  3ème neurone : VPM  Terminaison : cortex SI

77  Nature des Fibres contrairement aux fibres pulpaires - Tous les calibres des fibres sensitives extéroceptives - Mélange de: grosses fibres myélinisées petites fibres amyélinisées - Fibres Aα du tronc apical  toutes vers le Desmodonte;

78  Les Récepteurs Parodontaux  morphologie A l’exception de certaines terminaisons spiralées pas de formes spécifiques : TL+ récepteurs encapsulés ou non  TL: - fréquence +++ -ramification en branches d’arbre -tout au long de la racine  contact du cément -origine: Fibres non myélinisées mais enveloppées d’une C. de Shwann -rôle: nocicepteurs +++ mécanocepteurs +  récepteur resemblant au corpuscule de Ruffini - autour de l’apex -dendritiques en ME  forme simple: une seule neurite  forme composée: plusieurs neurites -enveloppés de C.Shwanne au contact de F. collagène mécanorécepteurs - parfois entourée d’une capsule fibreuse incomplète

79  Récepteur en forme d’anse ou d’un anneau - partie moyenne du ligament - rôle inconnu  Terminaison en aiguille - rare - associé à l’apex - entouré d’une capsule fibreuse  conséquence de la présence de ces récepteurs - détection sans difficulté des petites forces appliquées sur ou entre les dents - arrêt du mouvement de fermeture par réflexe de transformation en mouvement d’ouverture si une particule inerte est détectée lors de la mastication

80  Physiologie des récepteurs parodontaux  Propriétés  Adaptabilité - R. adaptables ( RA) - R. non adaptables (RNA) - A activité spontanée accélérée ou inhibée par une stimulation (RAS)  Sensibilité à la vitesse d’application de la stimulation - RA  stimulation brusque  réponse maximale -RAS  relativement indifférents -RNA  réponse entre les 2 extrêmes  Seuil -très faible ( F de 1 g  activité) -ordre de seuil croissant RAS  RNA  RA -le déplacement minimal efficace :2 à 3 µm -stimulation mécanique:fibres visco-élastiques s’opposent au retour immédiat de la dent à sa position initiale. La réponse à une stimulation délivrée moins de 2 min après la précédente 

81  Sensibilité à l’intensité de la force appliquée - RP (RNA +++)  capacité à détecter de très faibles variations de l’amplitude de stimulation ( information codée par variation de la fréquence de PA  sommation temporelle) - 12 niveaux d’activité peuvent être discernés lors d’une augmentation progressive de stimulation de 0 à 200 g. - discrimination meilleure pour les + petits niveaux d’intensité - l’accroissement de la force est aussi traduit par l’augmentation du nombre de R excités (sommation spatiale)  Sensibilité directionnelle - Sensibilité à la direction + sens de la force -L’activité est maximale pour une direction donnée et nulle pour d’autre  Champ périphérique -un protoneurone innerve le parodonte d’une seule dent ou + -les propriétés sont toujours les mêmes quelque soit la dent stimulée

82  Psychophysiologie - stimulation mécanique du parodonte:  selon son intensité  sensation tactile, pression ou douleur  sensation proprioceptive  élaboration de la position mandibulaire. (avec autres récepteurs: ATM - muscles)  La Sensibilité Tactile - seuil absolu très faible = 0,5 gr - dent pulpée = dent dépulpée - seuil différentiel  minimal: gamme de force entre 50 à 500 gr -  de l’avant  arrière ; légèrement + bas :canine sup - la faculté de discerner 2 forces d’intensités voisines permet d’apprécier les variations d’intensité des forces masticatoires

83 -Autre approche = détection de l’ épaisseur du bol : traduit l’appréciation de la texture du bol par les RP: seuil absolu = la + petite épaisseur perçue (10 -30µm) seuil différentiel = la + petite variation d’épaisseur perçue MAIS proche du seuil absolu  l’anesthésie du parodonte  considérablement le seuil. objet + volumineux  l’anesthésie modifie peu cette appréciation d’épaisseur le seuil différentiel est voisin :denté et non denté la détermination de l’épaisseur de l’objet dépend aussi d autres récepteurs :l’ATM + muscles masticateurs

84 Mobilité Dentaire Physiologique  Migration dentaire physiologique Toujours du côté mésial ( extraction;abrasion points de contact) plusieurs théories - abrasion inter proximale + poussée mésiale - apposition osseuse distale - force des muscles masticateurs (buccinateur) MAIS aucune n’est retenue  Mobilité dentaire physiologique spontanée : =pulsations suivant des mouvements rythmiques synchrones des battements cardiaques déplacement d’origine vasculaire( 0,4 à 0,6 µm) induite :  Axialement force axiale  enfoncement dans l’alvéole (30 µm pour F = 1 à 10 N)

85 L’amplitude de l’ingression dépend de: -intensité de force -intervalle de temps entre les pressions successives dans une séquence (hystérésis)  Transversalement rotation de la dent autour de l’hypomoclion  effet au niveau desmodontal : coté version compression des fibres au dessus de l’axe + traction au dessous de l’axe force intense déplacement en 2 temps: immédiat:compression vasculaire + desmodontale déformation des tissus durs (os alvéolaire,,,,tissus dentaires) arrêt F :retour à la position initiale en 1 à 1,5 min Amplitude moyenne :100 à 150 µm : grossesse,trauma occlusal,ttt orthodonthique,parodontopathies (svt irreversible)

86 Résorption Physiologique Rhizalyse des racines des dents temporaires +++ Mode = ostéoclasique odontoclastes (# ostéoclastes osseux) détruisent le cément puis creusent des lacunes à la surface de la dentine Microscope à balayage 2 :types de résorption -destruction simultanée de dentine inter et intratubulaire lacunes régulières ( # lacunes de Howship) -l’autre détruit seulement la dentine intertubulaire lacunes irrégulières

87 Sénéscence Sénéscense du CPD + émail émail - moins perméable, fragile, foncée - craquelures, fêlures - prismes effondrés dentine -  susceptibilité de la pulpe aux stimuli externes  tubuli dentinaires – nombreux et obturés -  de la chambre pulpaire par apposition de dentine II - dentine + minéralisée, translucide pulpe - chambre pulpaire + canaux radiculaires se rétrécissent -  contenu fibreux, population cellulaire  autant que la vascularisation et l’innervation

88 Pulpe d’une incisive d’un sujet de 71 ans. (SD) dentine secondaire en grande quantité (P) Pulpe pauvre en odontoblastes Pulpe radiculaire riche En fibres et pauvre en cellules

89 sénescence du parodonte tissu gingival - moins granité - LMG inchangée, HGA varie avec l’âge - récession gingivale - lésions blanches plus fréquentes - épithélium gingival s’aiminicit 1/3 - Cellules langerhans  - les cellules du TC  -collagène insoluble  -modification athéromateuse

90 Cément - l’épaisseur cémentaire peut tripler, apposition apicale + linguale  DV maintenue - minéralisation ++, formation cémentaire acellulaire ++ Desmodonte - épaisseur desmodontale  de 25% - altération dégénératives : hyalinisation + calcification - insertion irrégulière des Fibres -  de nombre de F  tailles des espaces interstitiels - processus athéromateux :diminution des réponses inflammatoires, immunitaires, diminution de la capacité cicatricielle.

91 Tissu osseux - réduction du métabolisme osseux   cicatrisation  adaptation - cavité de résorption nombreuses, élargissement de la lumière centrale des systèmes haversiens - la vascularisation peut-être réduite - ostéoclastes  + petits - prolifération de cellules ostéogéniques - insertion moins régulière des FC sur l’os

92 Merci


Télécharger ppt "Anatomie et physiologie de la dent & du parodonte Wafa Hasni Mohamed Néji Fatma Ktata."

Présentations similaires


Annonces Google