La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ADAM Atelier international sur la gestion des zones côtières à Beg Meil FRANCE Du 29 mai au 4 juin 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ADAM Atelier international sur la gestion des zones côtières à Beg Meil FRANCE Du 29 mai au 4 juin 2010."— Transcription de la présentation:

1 ADAM Atelier international sur la gestion des zones côtières à Beg Meil FRANCE Du 29 mai au 4 juin 2010

2 ADAM Plan de l’exposé  Localisation des mangroves en Guinée  Problèmes/menaces  Réponses apportées par les acteurs  Stratégie adoptée  Actions menées  Résultats obtenues

3 ADAM PRESENTATION DE L’ONG ADAM Association pour le développement Agricole de la Mangrove Guinée Conakry

4 ADAM I. La zone côtière guinéenne 300 km de côte du nord au sud entre la Guinée Bissao et le Sierra Leone. Superficie : km2 soit 15% du territoire national. Population Basse Guinée, habitants ( 1995). Une zone côtière constituée d’un ensemble de basses plaines séparées du plateau continental par un talus en pente douce et d’une végétation de mangrove. Un régime d’évolution fortement influencé par l’océan Atlantique et les marées Superficie de la forêt de mangrove: ha en ha en ha en ha en1995 Une régression annuelle de 450 ha (4,2 %).

5 ADAM Cas étudié Mangrove de la baie de Sangareya habitants Pluviométrie : 2500 à 4000 mm/an Pluviométrie : 2500 à 4000 mm/an Température : 21,5 à 32°C Température : 21,5 à 32°C Végétation : Massif forestier important. Végétation : Massif forestier important. 3 espèces de palétuviers dominants: 3 espèces de palétuviers dominants:.Rhizophora (palétuvier rouge),.Avicenia (palétuvier blanc).Laguncularia racemosa

6 ADAM Carte de la Baie de Sangareya

7 ADAM Dégradation progressive de ressources de la mangrove par:  La forte pression des populations résidentes sur le milieu physique  L’exploitation intensive des ressources de cet écosystème aujourd’hui seuil critique  Riziculture (environ 42 % de la production de riz en Basse Guinée) elle entraîne le défrichement de grandes surfaces. activité dévastatrice de la mangrove (SDAM 1990).  Saliculture ignigene Production annuelle estimée à t 1 tonne de sel consomme approximativement 3,14 tonnes de bois.  Fumage du poisson. consommation moyenne de bois par tonne de poisson fumé : 3t. consommation moyenne de bois par tonne de poisson fumé : 3t.  Pratiques irrationnelles de récoltes des huîtres (coupe des racines de palétuviers) Problèmes/menaces

8 ADAM Fumage du poisson

9 ADAM L’exploitation du bois  mangrove bois de feu usage domestique ou commerciale.  bois de feu commercialisé pour cuisine, fumage des poissons et boulangers traditionnels.  bois de service pour construction

10 ADAM Exploitation du bois(port à bois) Port à bois de Touguisoury

11 ADAM Riziculture ha de mangrove sont convertis en rizière dont environ sont encore exploités; le reste est abandonné. Types de riziculture 1. Riziculture ouverte pratiquée dans les mangroves hautes (Konkouré). Grande consommatrice d’espace. Les risques sont liés au déficit pluviométrique. 2. Riziculture endiguée couvre la plus part des périmètres. L’insuffisance de maîtrise d’eau provoque l’enherbement, la réduction du rendement, ce qui entraîne l’abandon et de nouveaux défrichements.

12 ADAM Riziculture (suite) défrichante en amont

13 ADAM Stérilisante en arrière

14 ADAM Saliculture Méthode ignigène traditionnelle Grande consommatrice de bois Le bois de palétuvier est utilisé pour:  La construction des campements  la construction des filtres pour préparer les saumures  et surtout la cuisson des saumures pour en extraire le sel

15 ADAM Saliculture (suite)

16 ADAM Réponses apportées par les acteurs Campagne de sensibilisation pour une implication des populations dans la gestion rationnelle et durable des ressources de la mangrove Campagne de sensibilisation pour une implication des populations dans la gestion rationnelle et durable des ressources de la mangrove Répartition des unités d’aménagement (cas baie de Sangareya) Répartition des unités d’aménagement (cas baie de Sangareya) Formation des bûcherons en exploitation forestière Formation des bûcherons en exploitation forestière Installation des fumoirs améliorés Installation des fumoirs améliorés Formation aux nouvelles techniques de production de sel par évaporation naturelle Formation aux nouvelles techniques de production de sel par évaporation naturelle Formation des exploitants aux techniques de Réhabilitation des rizières traditionnelles Formation des exploitants aux techniques de Réhabilitation des rizières traditionnelles Introduction de semences améliorées de riz Introduction de semences améliorées de riz Reboisement des zones dégradées Reboisement des zones dégradées

17 ADAM Stratégie adoptée Cas du Projet Mangrove Inventaire forestier Inventaire forestier Répartition des unités d’aménagements Répartition des unités d’aménagements Sensibilisation autour de l’émergence des groupements forestiers Sensibilisation autour de l’émergence des groupements forestiers Formation des membres des groupements à l’exploitation forestière Formation des membres des groupements à l’exploitation forestière La mise en place d’équipes de contrôle forestier. La mise en place d’équipes de contrôle forestier. Installation des comités villageois de gestion des ressources de la mangrove Installation des comités villageois de gestion des ressources de la mangrove

18 ADAM Les actions menées en mangrove Le reboisement des superficies dégradées avec les essences de mangrove Le reboisement des superficies dégradées avec les essences de mangrove Le reboisement sur terre ferme avec des essences à croissance rapide Le reboisement sur terre ferme avec des essences à croissance rapide La réhabilitation des rizières traditionnelles La réhabilitation des rizières traditionnelles L’introduction de techniques de production de sel solaire (la saline guinéenne) L’introduction de techniques de production de sel solaire (la saline guinéenne) L’introduction et la diffusion des fumoirs améliorés L’introduction et la diffusion des fumoirs améliorés La mise en défens des zones sensibles à l’érosion et des zones de frayères. La mise en défens des zones sensibles à l’érosion et des zones de frayères.

19 ADAM Résultats obtenus UNS/ADAM 1. Saline guinéenne  Préfectures touchées: 4  Nombre de sites touchés: 34  Nombre d’UF touchées:1038  Nombre de cristallisoirs installés:5786

20 ADAM Résultats obtenus (suite) 2 Action RIZ  Préfectures touchées : 5  Nombre de CRD touchées 5  Nombre d’hectares aménagés :5600  Nombre d’exploitants formés : 1970

21 ADAM Contraintes Insuffisance de financement pour une large diffusion des techniques de production de sel solaire et de réhabilitation

22 ADAM Résultats obtenus (suite) 3. Reboisement et mise en défens  Trois préfectures touchés  Trois CRD  Superficie reboisé en mangrove 24 ha  Superficie sur terre ferme 24 ha  Superficie mise en défens: 30 ha

23 ADAM Réhabilitation des rizières traditionnelles de mangrove L’objectif est de sécuriser et améliorer sensiblement la production rizicole traditionnelle sur bougounis. avec une double vision : 1. Pour la protection du massif: o stabiliser la riziculture sur les parcelles existantes o reprendre une partie de celles délaissées grâce à des méthodes d'aménagement et de gestion hydrauliques simples à mettre en œuvre et adaptés aux moyens financiers des exploitants de la mangrove. o A cela s'ajoute un suivi-conseil agronomique qui a porté.. sur le respect du calendrier agricole,. sur l’amélioration des semis et. sur l’introduction de semences améliorées.

24 ADAM RIZICULTURE 2. Pour les populations utilisatrices de ces espaces o rehausser leur niveau de vie qui est particulièrement précaire; o une augmentation conséquente des rendements est attendue de l'amélioration de la maîtrise hydraulique des parcelles et des méthodes de culture.

25 ADAM PRESENTATION DES TECHNIQUES UTILISEES POUR LA REHABILITATION DES RIZIERES Objectif  Amener les exploitants à une meilleure maîtrise hydraulique de leurs parcelles, avec des ouvrages et des méthodes de gestion simple à mettre en œuvre par eux-mêmes, et adaptées à leurs moyens financiers.  Une bonne gestion hydraulique, couplée à l’amélioration et l’introduction de semences améliorées aura pour effet une augmentation conséquente des rendements et favorisera la stabilité de la riziculture sur les parcelles existantes

26 ADAM Techniques apportées  Les domaines rizicoles sont constitués de petits casiers endigués de moins de m² en général, progressivement construits en fonction de la topographie des lieux, et éventuellement protégés contre la mer par une digue de ceinture.

27 ADAM Aménagement proposé Le modèle d’aménagement mis en place s’inspire du modèle traditionnel que réalisent les paysans dans les parcelles de rizières de mangrove endiguée. o pas d’apport extérieur de matériaux d’emprunt tel que la latérite ou l’argile. o Les digues sont construites à partir de la terre issue de l’excavation d’un canal intérieur ou extérieur de la parcelle ou de deux canaux parallèles encadrant la digue.

28 ADAM LE MATERIAU 1. Le tuyau PVC 110. Peu onéreux. Peu onéreux. Fabriqués en Guinée. Fabriqués en Guinée. Longueur suffisante (6m), sans aucun raccordement, évite l’érosion de l’assise des digues et le creusement par les crabes de galeries le long du tuyau, phénomènes récurrents constamment rencontrés avec les autres types de tuyaux utilisés. Longueur suffisante (6m), sans aucun raccordement, évite l’érosion de l’assise des digues et le creusement par les crabes de galeries le long du tuyau, phénomènes récurrents constamment rencontrés avec les autres types de tuyaux utilisés. Souple et supporte les variations de tassement sur la largeur de la digue, contrairement aux buses en béton. Souple et supporte les variations de tassement sur la largeur de la digue, contrairement aux buses en béton. 2. Les pipes et les vannes à clapets, qui s’adaptent facilement dessus, forment avec le tuyau un ensemble parfaitement étanche qui permet de réguler finement, selon les besoins, entrées et admissions. L’évacuation des surplus d’eau est rapide et n’exige nullement la présence de l’exploitant. Les niveaux d’eau peuvent être réglés au centimètre près. Les admissions d’eau de mer, peuvent être programmées en saison sèche.

29 ADAM Vue en coupe d’un tuyau PVC 110

30 ADAM Pose de tuyau

31 ADAM Tuyau avec pipe dans le casier rizicole

32 ADAM Saline guinéenne Une alternative par évaporation naturelle sur cristallisoir pour remplacer la cuisson des saumures.

33 ADAM Pose d’un cristallisoir

34 ADAM Saline guinéenne

35 ADAM Saline guinéenne

36 ADAM ADAM Merci de votre attention

37 ADAM 1. Fonctions écologiques – Productivité biologique des eaux côtières – diversité des niches : frayères, abris pour plusieurs espèces de poissons – habitat d ’oiseaux migrateurs : zone humide selon la convention de Ramsar – habitat d’espèces rares: Lamantin, Varan du Nil, Tortues… – Ceinture de protection contre l’érosion cotière

38 ADAM 2. Fonctions économiques – Disponibilité de plaines cultivables avec une capacité naturelle de régénération – Disponibilité de tannes exploitation pour l’extraction de sel – Disponibilité de ressources en bois en fonction de l’accessibilité – Disponibilité de ressources halieutiques :

39 ADAM 3.Fonctions socioculturelles – Rotation des activités d’exploitation des ressources (saliculture – pêche, bûcheronnage – riziculture) – Existence de forêts et points d’eau sacrés – Existence de plantes médicinales – Existence de plantes comestibles


Télécharger ppt "ADAM Atelier international sur la gestion des zones côtières à Beg Meil FRANCE Du 29 mai au 4 juin 2010."

Présentations similaires


Annonces Google