La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AVEC MARIJO LYON - 3 - Les armoiries de Lyon remontent au Moyen Âge. C’était celles des comtes de Lyon. Elles sont constituées de gueules au lion d'argent.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AVEC MARIJO LYON - 3 - Les armoiries de Lyon remontent au Moyen Âge. C’était celles des comtes de Lyon. Elles sont constituées de gueules au lion d'argent."— Transcription de la présentation:

1

2 AVEC MARIJO

3 LYON - 3 -

4 Les armoiries de Lyon remontent au Moyen Âge. C’était celles des comtes de Lyon. Elles sont constituées de gueules au lion d'argent rampant (prêt à bondir) et lampassé. Aux environs de 1320 le chef d'azur à trois fleurs de lys d'or fut ajouté au lion, symbolisant la protection royale.

5 L’histoire de Lyon commença par Lugdunum, avec les Romains, au Ier siècle av. J.-C… A la tête de la plus grande province des Trois Gaules, elle fut rapidement la métropole religieuse, politique et économique. La Renaissance marqua son apogée et son expansion perdura aux XVIIe et XVIIIe siècles. La Révolution lui ayant donné un coup particulièrement fatal, l’Empire relança son ascension qui ne cessa plus et c’est une ville puissante qui entra dans le XXe siècle. Durant la seconde guerre mondiale elle devint capitale de la Résistance. Au XIXe siècle, elle doit surtout sa richesse au développement de l’industrie de la soie. La deuxième partie du XXe siècle apporte un nouveau défi, celui de l’Europe. Grâce au développement des transports dont l’aéroport de Satolas qui deviendra Saint-Exupéry, des infrastructures, des institutions culturelles puis du quartier d’affaires de la Part-Dieu, Lyon acquiert sa dimension européenne. Avec les 54 communes avoisinantes qui se sont regroupées en une seule communauté urbaine, l’agglomération lyonnaise est devenue la deuxième de France.

6 ENTRE RHÔNE ET SAÔNE

7 Entre la Saône et le Rhône, la Presqu’île constitue le cœur de Lyon. En 1966, lors de la construction d’un parking, on a découvert que le quartier de la place Bellecour, à l’origine marécageux avait été drainé à l’époque romaine, à l’aide d’amphores renversées. C’est cependant à la Renaissance que survient le premier aménagement de la place d’armes de Bellecour lorsque la ville s’étend petit à petit de la rive droite du Rhône à la rive gauche de la Saône. Les rues commerçantes se développent alors et hébergent merceries, passementeries, librairies, imprimeurs, etc. Au XVIIe siècle s’y installe l’industrie de la soie et la ville continue à s’étendre vers les Terreaux. La rue Mercière, qui fait suite au pont de Pierre, reste la plus importante jusqu’à ce que les percées haussmanniennes des voies qui deviendront la rue de la République et la rue Edouard Herriot, soient entreprises sous Napoléon III. Notons également que l’Hôtel-Dieu y fut installé dès le XIVe siècle et que la construction de l’Hôtel de ville au XVIIe en fait le centre de la vie administrative.

8 L’Hôtel de ville est le joyau principal de la place des Terreaux

9 Notre promenade part, en effet, de la place des Terreaux, au cœur de l’animation lyonnaise. C’est sur cette place que le marquis de Cinq-Mars fut décapité en 1642 après qu’il ait voulu conspirer contre Richelieu. Elle fut réaménagée en 1994 par Daniel Buren et Christian Drevet qui ont mis en place un dallage en granit avec 14 piliers et 69 jets d’eau. A l’est, l’Hôtel de ville, de style majoritairement Louis XIII, est l’œuvre de Simon Maupin. Après un incendie, en 1674, c’est Jules Hardouin- Mansart et Robert de Cotte qui donnèrent à la façade son aspect actuel. Les pavillons latéraux et le beffroi furent munis d’un dôme. Une statue équestre d’Henri IV a remplacé, en 1829, celle de Louis XIV détruite durant la révolution, sous un grand tympan de forme arrondie, en-dessous des armes de la ville. Côté sud de la place, le palais des Arts ou Palais Saint-Pierre abritait, aux XVIIe et XVIIIe siècles la plus ancienne des abbayes bénédictines de Lyon, celle des Dames de St-Pierre. Il est occupé par le Musée des Beaux-arts. Il marquait le côté religieux de la place.

10 De l’Hôtel de ville, la porte et sa poignée ainsi que l’un des chapiteaux décorant les fenêtres. Cet édifice marque l’aspect administratif de la place…

11 Face à l’Hôtel de ville, à l’autre extrémité de la place, la galerie des Terreaux représente le côté bourgeois, avec ses belles façades ornées de médaillons et de lambrequins artistiquement travaillés.

12 Face au musée, les façades représentant l’aspect populaire datant du XIXe siècle devant lesquelles a été déplacé la fontaine due à Bartholdi. Représentation allégorique de la Garonne, elle a été créée pour la ville de Bordeaux et rachetée par Lyon en 1889 pour l’Exposition universelle.

13 Façade du XIXe siècle. Sur un immeuble, en angle, une Vierge est présente. Nous en retrouverons un peu partout au cours de notre promenade.

14 Contournant l’Hôtel de ville, nous arrivons sur la place Louis Pradel dont l’originalité est d’être rafraîchie par un mini-ruisseau qui circule en droite ligne en son centre. Elle est décorée de l’énorme statue-fontaine d’Ipousteguy. A son extrémité opposée, elle rejoint les bords du Rhône par une vaste esplanade ornée d’autres sculptures, l’une de César et l’autre due également à Ipousteguy. Elle est longée par l’opéra qui fut réalisé entre 1829 et 1831 par l’architecte-chef du département du Rhône, Antoine-Marie Chenavard. De nos jours, son aspect a été complètement changé par l’adjonction, en 1993, d’une énorme verrière semi-cylindrique imaginée par Jean Nouvel…

15 Différents aspects de la sculpture La Pyramide d’Ipousteguy qui orne la vaste esplanade, côté Rhône. Elle abrite, dans ses entrailles, un métier à tisser, l’un des symboles de la vie ouvrière de Lyon.

16 Sculpture-fontaine d’Ipousteguy

17 L’opéra et la statue-fontaine d’Ipousteguy.

18 Non loin, l’accès aux services de l’Hôtel de ville et à la cour d’honneur, place de la Comédie.

19 Poursuivant notre route, nous croisons quelques-uns des multiples restaurants qui font la renommée de la ville. A droite, le restaurant célèbre « Chez Hugon » a adhéré à la charte de qualité et de respect de la tradition des « authentiques bouchons lyonnais.

20 Et nous ne manquons pas d’admirer aux passages quelques-uns des multiples immeubles du XIXe siècle.

21 Un guichet de banque attractif et une entrée du Musée des Beaux- Arts.

22 Maints immeubles sont ornés de portes magnifiquement décorées.

23 Tel que déjà mentionné, outre les décorations diverses, on retrouve très souvent à l’angle des immeubles ces Vierges à l’enfant. Au passage, je ne peux faire autrement que remarquer cette élégante inscription de nom de rue!

24 Ici se trouve l’établissement de Jean-Paul Lacombe, ancien chef étoilé de Lyon qui a fermé la renommée enseigne « Léon de Lyon » pour la remplacer par une brasserie plus abordable…

25 Décoration recherchée et plaque à la mémoire de Paul Lacombe, le père du propriétaire actuel, qui s’enorgueillissait de la découverte qui avait fait sa renommée…

26 Coincée entre deux immeubles, on remarque la chapelle du couvent des Dames de Saint- Pierre dont le portail roman est orné de la tiare papale et des clés de la papauté…

27 Sur la place Meissonnier, Lyon a voulu honorer l’un de ses citoyens méritants. Il s’agit de J.-P. Plenet mort en Il était le fils d’un ouvrier de la soierie qui, ayant fait fortune, fut un grand philanthrope et légua ses biens aux orphelins méritants.

28 Des petites places ombragées abritent des terrasses de café où il fait bon s’arrêter pour se reposer et se désaltérer… Et les petites rues invitant à la flânerie sont nombreuses dans ce quartier!

29 Nous rejoignons les bords de la Saône et, à l’angle de la rue de la Plâtière, nous découvrons ces immenses fresques à la gloire du livre et des écrivains. Elles ont été réalisées par la cité de la Création : 400 m2 d’étagères qui font le lien de Jean Gutenberg à Bernard Clavel. Traversant cinq siècles, on retrouve des auteurs de romans, de poésie, de théâtre, de B.D. qui s’inscrivent au dos de ces livres.

30 Sur le mur des Ecrivains, quelques extraits d’écrivains lyonnais donnent encore plus de vie à ce mur.

31 Comme dans le vieux Lyon mais en moins grande concentration, on peut admirer des tourelles de la période Renaissance. Et non loin, le lieu de culte de l’Eglise réformée.

32 Le Café des Fédérations, authentique bouchon lyonnais, tire son nom de l’hôtel municipal Major Martin qui, en face, est le siège des amicales de la ville.

33 Ci-dessus, le marché des produits frais et, à droite, un artisan a trouvé une façon originale de signaler sa présence avec cette charmante peinture murale. Ci- contre, une crêperie bien faite pour attirer les tout jeunes clients!

34 Grande diversité dans ce quartier : ci-haut, une Bourse du livre et, à droite, une Bourse Cinéchange.

35 Voici « La Martinière », lycée professionnel créé en 1906 grâce au legs du général Martin. Là furent formés les célèbres frères Lumière. Des mosaïques polychromes et un très beau portail en fer forgé annoncent l’Art décoratif très rare dans ce quartier… Le général ne fréquenta pas le lycée : il passa la majorité de sa vie en Inde où il mourut, à la tête d’une grosse fortune, le 13 septembre Neuf mois avant sa mort, il légua à sa ville natale, « deux cent mille sikas roupies », destinées à y « établir une institution pour le bien public » et « instruire un certain nombre de garçons et de filles ».

36 L’entrée en est marquée par un magnifique portail en fer forgé.

37 A proximité du lycée, la salle Moreau et son billard, également décorée façon Art nouveau. Non loin, une boulangerie artisanale est installée.

38 Revenant sur nos pas, un arrêt à l’église Saint-Nizier. Sur ce site, le premier édifice fut un temple romain remplacé par un oratoire à la Vierge puis, au Ve siècle, par une basilique à la mémoire des martyrs de Lyon. Au VIIIe siècle, elle fut ravagée par les Sarrasins. Rebâtie au IXe, elle devint siège de l’épiscopat. Au XIIIe, des paroissiens scandalisés par la richesse des lieux y mirent le feu! L’évêque Louis de Villard entreprit sa reconstruction au XIVe siècle et elle s’élabora progressivement.

39 Deux tours ornent sa façade : celle qui est surmontée d’une flèche en brique rose date du XVe siècle tandis que celle qui est dotée d’une flèche ajourée de style néo-gothique a été ajoutée au XIXe siècle. Le portail est surmonté d’une demi-coupole à caissons.

40 Cette église est perçue comme une zone d’accueil et de refuge. En 1975, elle fut occupée symboliquement par les prostituées qui protestaient contre le harcèlement policier et social qu’elles subissaient. En 2002, ce sont les sans-papiers qui l’ont monopolisée durant une dizaine de jours.

41 Sur le sol, une dalle émouvante : celle du tombeau des maîtres charpentiers en 1753.

42 Ci-dessous, le vitrail de la confrérie de la Trinité. Ci-dessus, la confrérie de la Trinité secourt les malheureux.

43 Après avoir bien marché, le repos est le bienvenu! Nous choisissons le café des Négociants.

44 Son décor intérieur est très recherché.

45 Après la pause, l’église Saint- Bonaventure… Elle seule subsiste du couvent des Franciscains (ou Cordeliers à cause de la corde qui leur servait de ceinture). Ils s’installèrent là au XIIIe siècle et construisirent l’église à partir du début du XIVe. Sa façade fut terminée seulement en Elle fut reconstruite en 1859 plus ornementée et élancée. Elle est dédiée à Bonaventure de Bagnoregio qui fut l’un des premiers ministres généraux de l’ordre, théologien et auteur de la biographie officielle de Saint François d’Assise.

46 Le chœur est la partie la plus ancienne de l’église.

47 Des chapelles sont aménagées tout le long des nefs latérales. Pratiquement tout le mobilier date des XIXe et XXe siècles.

48

49 La façade Second Empire du palais de la Bourse et du Commerce a été réalisée entre 1855 et 1862 selon les plans de René Dardel. C’est là que le 24 juin 1894 fut poignardé Sadi Carnot par l’anarchiste italien Sante Casderio.

50 Devant le perron d’accès à l’édifice, on trouve une allégorie du Rhône entraînant la Saône vers la mer. Elle fut réalisée en 1907 par le Lyonnais André Vermare. Le chambre de commerce et d’industrie de Lyon y est abritée de nos jours.

51 Façade arrière du palais de la Bourse et du Commerce.

52 Notre promenade se termine au bord du Rhône Toutefois, afin de compléter la visite de la presqu’île, je veux encore présenter quelques éléments de la partie plus au sud avec des photos prises lors d’une autre incursion dans la ville, au printemps.

53 Malgré la disparition d’une grande partie de l’abbaye lors des guerres de Religion, Saint-Martin d’Ainay fait partie des sites religieux les plus importants de la ville. Elle fut consacrée en 1107 et elle a conservé son caractère roman. On remarque son clocher-porche coiffé de quatre pyramidons et la décoration de sa façade en arcature serrée.

54 Il semblerait que les robustes colonnes viendraient de l’autel de Rome et Auguste qui s’élevait près de l’amphithéâtre de la Croix-Rousse.

55 Durant la Révolution, l’église devint grenier à blé ce qui lui évita la destruction..

56 Henri IV séjourna à l’abbaye à l’occasion de son mariage avec Marie de Médicis. Louis XIII et Richelieu y logèrent également. Enfin, Louis XIV y fit plusieurs séjours.

57 C’est par son extrémité est que j’abordai la place Bellecour. Ce clocher solitaire est le dernier vestige de l’hospice de la Charité construit en La place Bellecour est l’une des plus vastes d’Europe. Elle se nomma tour à tour pré de Belle-court, place d’Armes, place Royale, place Louis-le- Grand, place de la Fédération, place de l’Egalité, place Bonaparte… Tous ses immeubles furent détruits sous la Convention

58 Au centre de la place, domine une statue équestre de Louis XIV installée en 1825, réplique de la précédente fondue en A ses pieds, les allégories du Rhône et de la Saône avaient survécu. Cette place est le siège de toutes sortes de manifestations et c’est la raison pour laquelle je n’avais pu prendre de photos de cet ornement lors de mon passage…

59 Musique : Chabrier – Alexandre Tharaud Air de ballet (piano) Documentation prise dans le guide vert Michelin : Lyon Drôme Ardèche et dans le Piéton de Lyon – Rando éditions. Photos, conception et réalisation : Marie-Josèphe Farizy-Chaussé Novembre 2011 D’autres diaporamas sur :

60 AU REVOIR

61


Télécharger ppt "AVEC MARIJO LYON - 3 - Les armoiries de Lyon remontent au Moyen Âge. C’était celles des comtes de Lyon. Elles sont constituées de gueules au lion d'argent."

Présentations similaires


Annonces Google