La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La nouvelle étape de la politique de la ville : De la loi à la phase opérationnelle de la réforme Quelques éléments de cadrage Avril 2014.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La nouvelle étape de la politique de la ville : De la loi à la phase opérationnelle de la réforme Quelques éléments de cadrage Avril 2014."— Transcription de la présentation:

1 La nouvelle étape de la politique de la ville : De la loi à la phase opérationnelle de la réforme Quelques éléments de cadrage Avril 2014

2 Mise en perspective de la réforme « Feuille de route du gouvernement pour les habitants des quartiers » (Conseil des ministres du 22 août 2012) Concertation nationale « Quartiers, engageons le changement » (octobre janvier 2013) Comité interministériel des villes du 19 février 2013 Promulgation de la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine le 21 février 2014 Engagement n°27 du Président de la République de restaurer l’égalité républicaine entre les territoires

3 Les principes de la réforme Trois mots d’ordre au cœur de la réforme Simplification : Donner une meilleure lisibilité à la politique de la ville Efficacité et cohérence : Concentrer les moyens vers les quartiers et optimiser les leviers d’action publique dans le cadre d’une démarche intégrée Co-construction : Favoriser l’association des habitants aux politiques qui les concernent et combattre les discriminations dont ils sont victimes

4 Les grands chantiers de la réforme Refonte de la géographie prioritaire Lancement de contrats de ville de nouvelle génération, articulant l’urbain et le social et pilotés à l’échelle intercommunale Mise en place d’un nouveau programme national de renouvellement urbain Renforcement de la territorialisation des politiques de droit commun Nouvelle impulsion donnée à la participation des habitants Renforcement de la solidarité financière (création de la DPV) Renforcement de l’évaluation et création d’un nouvel observatoire Parallèlement au projet de loi : réorganisation de la gouvernance nationale (CGET et réforme du CNV) Pour mener ces chantiers : nécessaire intervention du législateur

5 Les grands jalons du processus législatif Passage du projet de loi en conseil des ministres Demande de la procédure accélérée par le gouvernement Adoption du texte par l’Assemblée nationale Adoption du texte par la Commission mixte paritaire Promulgation de la loi le 21 février 2014 (parution au JO le 22 février) Décrets d’application Adoption du texte par le Sénat 2 août Octobre novembre janvier 2014 Février 2014 Deuxième et troisième trimestre 2014

6 La structure de la loi « ville et cohésion urbaine » TitresPrincipaux articles I er Dispositions de programmation Objectifs de la politique de la ville, création du nouvel observatoire, rapport sur la dotation « politique de la ville » IINouveau programme de renouvellement urbain Prolongation du PNRU, lancement du NPNRU, amélioration de la concertation avec les habitants et locataires dans le cadre du NPNRU IIIDes instruments et de la gouvernance de la politique de la ville Création des quartiers prioritaires de la PV, grands principes des nouveaux contrats de ville, mise en place des conseils citoyens, conventions partenariales en faveur de la mixité sociale, renforcement des compétences des intercommunalités en matière de PV, instauration d’un pacte fiscal et financier dans le cadre des contrats de ville et modalités spécifiques pour les territoires de veille IVDispositions diverses, finales et transitoires Modifications des lois et codes existants pour intégrer les QPV, applicabilité de la loi à Saint-Martin, la Polynésie française et la métropole de Lyon, reconnaissance des discriminations territoriales, mesures en faveur de la réinsertion familiale et sociale des Chibanis, etc.

7 Les principaux textes d’application et rapports prévus par la loi Mai 2014 Juin 2014 Rentrée 2014 Eté 2014 Fin 2014 Décret sur la méthodologie de détermination de la géographie prioritaire Arrêté fixant le cadre de référence des conseils citoyens Circulaire relative aux contrats de ville Rapports sur la DPV, la fondation « Quartiers » et la création d’emplois et d’entreprises dans les QPV Décret sur le contenu et les modalités d’élaboration du rapport sur la PV soumis à débat dans les communes et EPCI signataires d’un contrat de ville Décret sur la liste des plans, schémas et contrats territoriaux devant intégrer les objectifs de la PV Décret liste des quartiers prioritaires

8 La réforme de la géographie prioritaire

9 Les principes de la réforme Simplifier et mettre en cohérence la géographie prioritaire L’objectif : remplacer les zones urbaines sensibles et l’ensemble des zonages existants par les « quartiers prioritaires de la politique de la ville », afin de : Concentrer les interventions publiques dans une logique d’efficacité (1300 quartiers contre 2500 aujourd’hui)

10 La méthodologie utilisée pour identifier les quartiers La maille territoriale utilisée : le « carreau » de 200 mètres par 200 mètres utilisé par l’INSEE Le critère : l’utilisation d’un critère simple, objectif et révélateur de la situation de décrochage des quartiers (le niveau de revenu des habitants) La définition : les « carreaux » ou « amas » de carreaux ayant plus de habitants (1500 habitants pour les unités urbaines de moins de habitants) ayant des ressources inférieures à 60% du revenu fiscal médian (chiffres 2011), avec une pondération du revenu fiscal médian national par le revenu fiscal médian de l’unité urbaine Des méthodes différenciées dans les outre-mer pour tenir compte des spécificités de ces territoires

11 Inscription de la réforme de la géographie prioritaire dans le cadre de la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine (article 5) Décret en Conseil d’État précisant la méthodologie retenue (début mai 2014) Allers-retours avec le local pour définir les contours précis des quartiers réglementaires Décret fixant la liste et les contours des quartiers (automne 2014) Entrée en vigueur de la nouvelle géographie dans le cadre des nouveaux contrats de ville une fois ceux-ci signés (à partir de l’exercice budgétaire 2015) Le calendrier Puis, révision de la géographie prioritaire : l’année précédant le renouvellement des conseils municipaux pour la métropole tous les 3 ans si la rapidité de l’évolution des besoins le justifie dans les outre-mer

12 Des carreaux…

13 … aux contours règlementaires

14

15 Sur la base d’une proposition du niveau national, le périmétrage s’effectue dans le cadre d’échanges entre le niveau national (CGET) et l’Etat local, ce dernier devant recueillir l’avis des collectivités territoriales et des bailleurs. Le périmètre définitif relève de la validation nationale. Les règles à respecter dans le cadre du périmétrage L’enveloppe de population des quartiers devra rester supérieure à 1000 habitants (ou 1500 selon les cas) et ne doit pas progresser de plus de 10% par rapport à l’enveloppe initiale (cette évolution étant appréciée à l’échelle de l’intercommunalité) Les revenus des zones modifiées doivent respecter le seuil de bas revenu Il n’est pas possible d’adjoindre des équipements (sauf lorsqu’ils assurent la continuité entre deux quartiers) et des espaces inhabités La superficie du quartier ne doit pas être étendue de manière démesurée Les propositions d’ajustements du périmètre de chaque quartier réglementaire doivent respecter les règles suivantes :

16 … et au quartier vécu

17 L’inscription des quartiers dans les contrats de ville Contrat de ville Quartiers réglementaires Territoires vécus Territoires de veille

18 Territoires, contrat et avantages TerritoiresIdentificationAvantages Quartier réglementaire Au « rue par rue » par décret Observation locale et veille partenariale par les acteurs du contrat Mobilisation renforcée et adaptée du droit commun et fléchage des fonds européens Avantages automatiques (abattement TFPB, etc.) Crédits spécifiques Projets de renouvellement urbain si le quartier figure parmi les quartiers éligibles définis par arrêté ministériel pris sur proposition de l’ANRU Quartier vécu Pas nécessaire- ment de péri- métrage fin Définition dans le cadre du contrat Mobilisation renforcée et adaptée du droit commun et fléchage des fonds européens si impact avéré et significatif sur la situation des habitants du quartier réglementaire correspondant Crédits spécifiques si impact avéré et significatif sur la situation des habitants du quartier réglementaire correspondant Projets de renouvellement urbain : – si le quartier figure parmi les quartiers éligibles définis par arrêté ministériel pris sur proposition de l’ANRU ; – et si les opérations sont conduites à proximité du quartier réglementaire et permettent de répondre aux dysfonctionnements urbains identifiés au sein de ce quartier Quartier de veille Pas nécessaire- ment de péri- métrage fin Définition dans le cadre du contrat Observation locale et veille partenariale opérée par les acteurs du contrat Mobilisation du droit commun Poursuite jusqu’à leur terme des conventions adulte-relais Pérennisation du cadre du PRE

19 Les contrats de ville de nouvelle génération

20 La préparation des contrats de ville de nouvelle génération Trente ans de pratiques contractuelles et d’expérimentations CIV du 19 février 2013 définissant une nouvelle génération de contrats de ville Propositions issues de la concertation nationale + Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 donnant une base légale aux contrats de ville Octobre 2012 – janvier 2013 Préfiguration des contrats de ville sur douze sites pilotes Juin 2013 – février 2014 A venir : une circulaire et un kit méthodologique

21 Les grands principes des contrats de ville (article 6 de la loi) Des contrats adossés au projet de territoire porté par l’intercommunalité  Généralisation du portage intercommunal Un cadre unique pour les enjeux de cohésion sociale, de développement urbain et de développement économique Une meilleure implication des politiques publiques sectorielles avant même la mobilisation des instruments spécifiques  Inscription dans le cadre du contrat d’engagements concernant les politiques de droit commun de État et des collectivités territoriales Une large mobilisation des acteurs  Acteurs institutionnels (services et opérateurs de l’État, tous les niveaux de collectivités territoriales, CDC, bailleurs sociaux, etc.), acteurs de la société civile et habitants des quartiers Des contrats calés sur le mandat municipal et mieux articulés avec les outils contractuels et de planification existants  Documents d’urbanisme, CPER, programmation européenne, etc.

22 Une gouvernance locale remaniée Régions et départements signataires obligatoires des contrats de ville Clarification concernant les rôles respectifs du président d’EPCI (animation et coordination) et du maire (mise en œuvre dans le cadre de ses compétences propres) dans le cadre des contrats de ville (article 6) Renforcement et harmonisation de la définition de la compétence « politique de la ville » des différents types d’EPCI dans le CGCT : élaboration du diagnostic, définition des orientations, animation et coordination des dispositifs et programmes de soutien aux actions des communes (article 11) Côté collectivitésCôté Etat Nouvelle articulation entre le niveau régional de l’Etat et le niveau départemental Renforcement de l’interministérialité : –mise en place des équipes inter-services –ARS, DASEN, Directeur départemental de Pôle emploi et procureur signataires des contrats de ville aux côtés du préfet Les instances prévues dans la loi : instance de pilotage du contrat, instances spécifiques pour le renouvellement urbain et conseil citoyen

23 Les contrats de ville dans la loi ville Meilleure articulation entre les contrats de ville et les autres plans, schémas et contrats existants, notamment : les CPER (articles 1er et article 6) le PLH (article 17) : nécessaire prise en compte des objectifs des PRU Définition dans la loi des points incontournables des contrats de ville (article 6) Objectifs poursuivis, notamment chiffrées Actions à conduire Moyens humains et financiers mobilisés, notamment au titre du droit commun Moyens d’ingénierie Indicateurs permettant de mesurer les résultats obtenus Désignation de la structure chargée de l’évaluation + pour les sites concernés par le NPNRU : fixation des orientations et du cadre de référence des futures conventions de renouvellement urbain Dans le cadre du contrat de ville, élaboration d’une convention partenariale visant à définir une stratégie concertée en matière d’attribution de logements afin de favoriser la mixité sociale (article 8)

24 Les principaux enseignements de la préfiguration Pour le niveau national : Fournir un cadre national relativement détaillé pour guider le travail local, mais suffisamment souple pour permettre aux contrats de s’adapter aux besoins locaux Renforcer l’effort d’outillage et d’accompagnement Ajuster la méthodologie de définition des nouveaux contours des quartiers prioritaires Pour le niveau local : Ne pas considérer la négociation des contours comme un préalable à l’élaboration du contrat Ne pas faire de la mobilisation du droit commun une fin en soi mais une réponse à des besoins identifiés Prioriser les enjeux thématiques et les actions à conduire pour donner au contrat du sens et de l’ambition Ne pas traiter les problématiques urbaines au travers du seul prisme du NPNRU Associer l’ensemble des acteurs le plus en amont possible de la démarche Prévoir dès le début de la démarche les modalités d’association des habitants

25 Contrats de ville : Les grandes échéances Échéances nationalesÉchéances locales Mai Juin Septembre Décembre Printemps 2015 Décret méthodologie géographie Mandat de négociation du volet PV des CPER Arrêté conseils citoyens Circulaire contrats de ville Diffusion progressive du kit méthodologique et mise en place d’un dispositif dédié d’accompagnement Décret-liste des QPV Profiter de la période de constitution des équipes municipales et intercommunales puis de la période de réserve liée aux élections européennes pour mener les travaux préparatoires à caractère technique Engagement de la négociation avec un travail concomitant sur : la définition des contours des QPV l’élaboration du contrat de ville (diagnostic, enjeux, etc.) L’accompagnement de la montée en charge des conseils citoyens la consolidation du volet territorial des CPER (livraison fin août 2014) A partir de la rentrée 2014 : Définition des moyens mobilisés par chacun des signataires et élaboration des actions à conduire, le cas échéant dans le cadre de conventions d’application (RU) Signature des contrats à la fin de l’année 2014 (avec possibilité de dérogation jusqu’à juin 2015) pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2015

26 L’accompagnement des acteurs locaux Un kit méthodologique « contrats de ville » : Questions-réponses actualisé (mai 2014) Outils spécifiques concernant la géographie prioritaire et la connaissance des territoires (mai 2014) Des fiches-ressources sur le processus contractuel, la gouvernance et l’ingénierie locales (à partir de mai 2014) Des éléments de cadrage et d’accompagnement concernant la participation des habitants (cadre de référence des conseils citoyens fin mai 2014) Un référentiel thématique (à partir de juillet 2014) Un cadre de référence sur la prévention et la lutte contre les discriminations (avril 2014) Des documents types (modèles de contrat et de maquette financière) (septembre 2014) Une méthodologie d’évaluation des contrats de ville (automne 2014) Un guide sur la dimensions européenne des contrats de ville (juillet 2014) Un dispositif complet d’animation et de formation Des conférences régionales ou interrégionales de sensibilisation (à partir de mai) Une formation de 5 jours sur la méthodologie d’élaboration du contrat (à partir de juillet) Des formations ciblées sur certaines thématiques (développement économique, politiques de peuplement, etc.) (à partir de septembre)

27 La mobilisation des politiques de droit commun

28 « Par le haut » Signature de conventions d’objectifs : avec les principaux ministères avec les opérateurs et partenaires de État avec les associations nationales d’élus. « Par le bas » -Déclinaison territoriale des conventions nationales par le préfet de région -Signature des futurs contrats de ville par l’ensemble des acteurs -Mise en place des équipes interministérielles Un principe inscrit dans la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine (articles 1er et 6) Une nouvelle méthode pour lever le droit commun

29 Les conventions interministérielles (1) Cadrage de la démarche par la circulaire du Premier ministre du 30 novembre 2012 relative aux conventions d’objectifs en faveur des quartiers populaires A terme : traduction des engagements pris dans le cadre des contrats de ville de nouvelle génération Dès maintenant : une déclinaison sur l’ensemble des territoires, mais avec une application différenciée dans les quartiers selon les réalités territoriales et les besoins identifiés Circulaire PM du 26 mars 2014 sur la mise en œuvre des conventions interministérielles comprenant en annexe un tableau de bord de suivi contenant des indicateurs à renseigner

30 Les conventions interministérielles (2) Quelques exemples d’engagements pris par les ministères : Emploi : ciblage de 30% des emplois d’avenir vers les quartiers prioritaires, adaptation de l’offre de service de Pôle emploi Jeunesse et sports : ciblage des crédits du CNDS, 25% des services civiques au bénéfice des jeunes des QPV ; Transports : majoration de 10% du taux de subvention pour les opérations de désenclavement concernant les QPV dans le cadre du nouvel appel à projets « transports collectifs et mobilité durable » Justice : implantation des 100 bureaux d’aide aux victimes, des nouvelles structures d’accès aux droits (MJD et PAD) prioritairement dans les QPV

31 Les conventions interministérielles (3) Quelques exemples d’engagements pris par les ministères : Défense : actions spécifiques des RLJC à destination des jeunes des quartiers Intérieur : doublement du nombre de DCPP et d’ISCG ESS : soutien à la généralisation des clauses d’insertion à tous les marchés publics Éducation nationale : convergence de la géographie prioritaire et de l’éducation prioritaire, ciblage des moyens mobilisés dans le cadre de la Refondation de l’école (25% des postes dédiés à la scolarisation des moins de 3 ans et des postes créés dans le cadre du dispositif « Plus de maîtres que de classes )

32 Le renouvellement urbain

33 L’objectif : Poursuivre la dynamique du PNRU en traitant les espaces insuffisamment ou non traités par le premier PNRU Le nouveau programme national de renouvellement urbain 5 milliards d’euros sur 10 ans avec le même modèle de financement que pour le PNRU Les opérations finançables : Aménagement urbain réhabilitation, résidentialisation, démolition et production de logements Création, réhabilitation et démolition d’équipements publics Réorganisation d’espaces d’activité économique et commerciale Toute autre investissement contribuant au renouvellement urbain  Dans le cadre de ces opérations : contribution au traitement des copropriétés dégradées et de l’habitat indigne Le vecteur juridique : l’article 3 de la loi « Ville » modifiant la loi du 1er août 2003

34 Les quartiers du NPNRU Quartiers éligibles au NPNRU : l’ensemble des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) tels que définis à l’article 5 Quartiers retenus : un sous-ensemble des QPV présentant les dysfonctionnements urbains les plus importants Procédure de définition de ces quartiers :  Pour les quartiers retenus : la production de logements sociaux s’effectue à l’échelle de l’unité urbaine  Possibilité d’opérations isolées (pour 500 millions d’euros environs au niveau national), à la main des préfets, en dehors des quartiers de cette liste mais toujours au sein des QPV Analyse multicritères des QPV conduite par l’ANRU tenant compte notamment de l’état du parc de logements, de la diversité des fonctions et de l’habitat, et de la desserte des quartiers Sur la base de cette analyse, proposition du conseil d’administration de l’ANRU (mai 2014) Arrêté du ministre chargé de la ville arrêtant la liste (automne 2014

35 Réaffirmation du principe d’association des habitants à la définition, la mise en œuvre et l’évaluation des projets de renouvellement urbain Des outils nouveaux : les conseils citoyens (article 7) et les maisons du projet (article 3) Possibilité, pour l’ANRU, de financer des actions de concertation et des actions portant sur l’histoire et la mémoire des quartiers La participation des habitants dans le cadre du NPNRU Des garanties données par la loi « Ville » (articles 3 et 7)

36 Une démarche intégrée Nécessité de travailler un volet urbain, même en dehors des quartiers du NPNRU, mobilisant les outils et moyens de droit commun (politique patrimoniale des bailleurs, gestion urbaine de proximité, interventions de l’ANAH, articulation entre contrats de ville et outils de planification en matière d’habitat, d’urbanisme et de transports, politique concertée en matière d’attributions de logements, etc.) Inscription des conventions de renouvellement urbain dans le cadre des contrats de ville, afin de traiter, au sein d’un seul et même outil, les dimensions sociale et urbaine de la politique de la ville, avec une attention soutenue sur les enjeux situés à la charnière de ces deux dimensions (gestion urbaine de proximité, l’accompagnement du relogement, la tranquillité publique, etc.)  Un outil pour travailler ces enjeux : l’accord cadre ACSé-ANRU, dont les engagements seront repris dans le cadre du CGET

37 La reconnaissance des habitants des quartiers

38 La participation des habitants Inscription dans la loi du principe de co-construction de la politique de la ville avec les habitants des quartiers prioritaires (article 1er) Dans le cadre des contrats de ville, création de conseils citoyens pour chaque quartier prioritaire qui participeront à toutes les étapes de l’élaboration des contrats et verront leurs conditions de fonctionnement garanties par l’Etat (article 7) Création de maisons du projet dans les sites bénéficiant du NPNRU (article 3) Soutien aux initiatives innovantes sur la participation et capitalisation des expériences pour créer une méthodologie commune : projet de fondation permettant le financement de ces initiatives par des fonds privés (article 9) Renforcement de la formation des habitants, des associations, des élus et des professionnels au pouvoir d’agir Suivant les recommandations du rapport BACQUE-MECHMACHE remis au ministre délégué à la ville le 8 juillet 2013, mise en place de nouveaux outils pour donner corps à ce principe :

39 La lutte contre les discriminations en faisant de cette lutte un objectif à part entière de la politique de la ville (article 1er) en faisant du lieu de résidence le 20ème critère légal de discriminations prohibées (articles 1er et 15) et en modifiant en conséquence la loi du 27 mai 2008 concernant les discriminations, le code pénal et le code du travail en donnant une assise légale à la poursuite de politiques volontaristes à l’égard de certains territoires et visant à favoriser l’égalité de traitement (celles-ci ne pouvant pas être caractérisées de « discriminatoires ») Dans le cadre des contrats de ville, la prévention et la lutte contre les discriminations sera un axe transversal obligatoire qui se traduira par la mise en place d’un plan de lutte contre les discriminations.  Un cadre de référence national outillera les acteurs locaux pour guider l’élaboration de ces plans. La loi ville renforce la lutte contre les discriminations liées à l’origine et au lieu de résidence :

40 Le renforcement de la solidarité financière

41 Au niveau national : Pas d’évolution de la DSU dont le montant n’est plus corrélé à la géographie prioritaire Transformation de la DDU en dotation « politique de la ville » qui devient un outil à part entière du contrat de ville : mise en place de cette dotation en 2015 sur la base d’un rapport remis par le gouvernement au Parlement avant le 1er septembre 2014 (article 2) La solidarité financière Au niveau local : Dans le cadre du contrat de ville, mise en place obligatoire par l’EPCI d’un pacte financier et fiscal de solidarité ou à défaut d’une dotation de solidarité communautaire (article 12) Une solidarité qui doit s’exercer à la fois au niveau national et local (article 1er de la loi « Ville »)


Télécharger ppt "La nouvelle étape de la politique de la ville : De la loi à la phase opérationnelle de la réforme Quelques éléments de cadrage Avril 2014."

Présentations similaires


Annonces Google