La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation INFRASURE session 6 : les outils de simulation Mercredi 3 Mars 16h30 à 17h.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation INFRASURE session 6 : les outils de simulation Mercredi 3 Mars 16h30 à 17h."— Transcription de la présentation:

1 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation INFRASURE session 6 : les outils de simulation Mercredi 3 Mars 16h30 à 17h

2 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL Le virtuel doit être associé au physique : Le virtuel doit être associé au physique : Dans la phase de conception de cette base d’essais, Dans la phase de conception de cette base d’essais, Mais aussi en exploitation : Mais aussi en exploitation : Complémentarité Complémentarité Prolongement des essais physiques Prolongement des essais physiques Exploitation Exploitation Débat sur le Cahier des Charges fonctionnel : Débat sur le Cahier des Charges fonctionnel : Sur les différents types de simulation Sur les différents types de simulation Sur les différents champs d’application de la simulation Sur les différents champs d’application de la simulation Sur les différentes bases de données (simulateur et autres) Sur les différentes bases de données (simulateur et autres)

3 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation TYPES DE SIMULATIONS Simulation temps différé, en boucle fermé, avec modèle de pilote Simulation temps différé, en boucle fermé, avec modèle de pilote Simulation temps réel « Simulateur de conduite » Simulation temps réel « Simulateur de conduite » Simulation hybride avec des composants physique dans la boucle Simulation hybride avec des composants physique dans la boucle

4 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation BASE DE DONNEES Dans le cas d’un simulateur de conduite Dans le cas d’un simulateur de conduite Géométrie 3D de la route Géométrie 3D de la route Adhérence et variation d’adhérence avec les différentes situations possibles : Adhérence et variation d’adhérence avec les différentes situations possibles : type et état des pneus, type et état des pneus, type de véhicule VL PL 2 Roues, type de véhicule VL PL 2 Roues, Conditions atmosphériques (dont mouillage) Conditions atmosphériques (dont mouillage) Format informatique pour le visuel Format informatique pour le visuel

5 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation Autres bases de données Base de données d’acquisition avec centrale portable (en général une faible durée de vie des fichiers d’essai, ce qui est du gaspillage) Base de données d’acquisition avec centrale portable (en général une faible durée de vie des fichiers d’essai, ce qui est du gaspillage) Base de données des résultats obtenus : Base de données des résultats obtenus : Adhérence réel véhicule Adhérence réel véhicule les conditions expérimentales les conditions expérimentales Corrélations avec les méthodes conventionnelles CFL CFT, Corrélations avec les méthodes conventionnelles CFL CFT, Format informatique Format informatique

6 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation Champs d’application des simulations Modèle de vision Modèle de vision Modèle d’adhérence dans l’aire de contact Modèle d’adhérence dans l’aire de contact Modèle de dynamique véhicule Modèle de dynamique véhicule Modèles de capteurs réels ou virtuels Modèles de capteurs réels ou virtuels Modèles d’aide à la conduite comportant des communications infra-véhicule Modèles d’aide à la conduite comportant des communications infra-véhicule

7 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation

8

9 Adhérence FXmax / FZ et FYmax / FZ FXmax / FZ et FYmax / FZ On ne roule pas toujours au max, même en essai On ne roule pas toujours au max, même en essai Difficulté d’obtenir le max en latéral Difficulté d’obtenir le max en latéral Disponible /utilisée Disponible /utilisée Potentiel véhicule/potentiel pneumatique Potentiel véhicule/potentiel pneumatique

10 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation Le besoin : pourquoi mesurer l’adhérence disponible C’est un facteur majeur de la sécurité intervenant dans la plupart des situations C’est un facteur majeur de la sécurité intervenant dans la plupart des situations Elle s’associe avec vitesse et les difficultés de la route (sinuosité, visibilité, uni, …) pour le risque Elle s’associe avec vitesse et les difficultés de la route (sinuosité, visibilité, uni, …) pour le risque

11 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation Etat de l’art : Pourquoi c’est difficile Parce les mesures directes existantes sont effectuées par des machines lourdes des Manufacturiers de Pneumatiques, qui ne répondent pas à « ici et maintenant » Parce les mesures directes existantes sont effectuées par des machines lourdes des Manufacturiers de Pneumatiques, qui ne répondent pas à « ici et maintenant » Parce que les indicateurs d’adhérence mesurables (texture de la chaussée, hauteur d’eau) ne donnent pas des valeurs absolues utilisables Parce que les indicateurs d’adhérence mesurables (texture de la chaussée, hauteur d’eau) ne donnent pas des valeurs absolues utilisables Parce que les mesures indirectes imaginables mesurent l’adhérence, mais aussi les défauts : Parce que les mesures indirectes imaginables mesurent l’adhérence, mais aussi les défauts : de l’environnement chaussée (uni et dévers), de l’environnement chaussée (uni et dévers), de l’environnement atmosphérique (rafales de vent, …) de l’environnement atmosphérique (rafales de vent, …) du véhicule du véhicule

12 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation Pourquoi la mesure « in board » Parce que l’adhérence fluctue sensiblement : conditions atmosphériques, conditions atmosphériques, Type, usure et pollution de la chaussée Type, usure et pollution de la chaussée monte pneu et véhicule, monte pneu et véhicule, usure et gonflage des pneus, usure et gonflage des pneus, cas de charge réel, vitesse… cas de charge réel, vitesse… La fluctuation concerne donc 5 acteurs différents. seule la solution embarquée répond aux 5 fluctuations Mesure conventionnelle CFL ADHERA, H=1 mm, variation avec vitesse et type. VALEUR CFL PNEUMATIQUE LISSE AIPCR mouillage ADHERA 1 mm VITESSE (km/h) Tous Revet BBTM 4 BBSG 3 BBSG 1

13 Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation 3 Exemples de fluctuations avec 3 causes pneu 195/65 R15 T M+S FZ = 400 daN, sol sec, sculpture 9 mm Variation avec la Vitesse km/h 3, 5, 10, 50, 100 Frein Taux Glissement Longitudinal % traction pneu 225/50 ZR16 FZ = 400 daN, sol humide h 0.1 mm, sculpture 7.5 mm Revêtement routier SRT 58 SRT 44 Sec h = 0 mm mouillé h = 0.1 h = 1 mm h = 3 mm glacé t= -12°, -8°, -4°, -0.5 °C Frein Taux Glissement Longitudinal % traction Coefficient adhérence utilisée FX/FZ fonction du TGL, freinage et traction, selon conditions atmosphériques, vitesse et nature du sol Variation avec les conditions atmosphériques


Télécharger ppt "Séminaire INFRASURE 03 mars 2004 à NantesSession 6 : Simulation INFRASURE session 6 : les outils de simulation Mercredi 3 Mars 16h30 à 17h."

Présentations similaires


Annonces Google