La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MAIA 15 : Une méthode au profit de l’autonomie Octobre 2014.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MAIA 15 : Une méthode au profit de l’autonomie Octobre 2014."— Transcription de la présentation:

1 MAIA 15 : Une méthode au profit de l’autonomie Octobre 2014

2 PARTIE I : Présentation du dispositif MAIA

3 Le dispositif MAIA Le dispositif MAIA : petit historique  issu de constats : multiplicité d’acteurs et de logiques complique le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie  plan Alzheimer (expérience québécoise + PRISMA)  phase expérimentale  puis généralisation depuis 2011 De MAIA à MAIA : changement de nom mais pas de sigle  Maison pour l’Autonomie et l’Intégration des malades d’Alzheimer  Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’Aide et de soins dans le champ de l’Autonomie Objectifs : simplifier le parcours des personnes malades et de leur entourage; éviter les situations de ruptures; réduire les doublons en matière d’évaluation

4 La MAIA 15 Le Conseil général du Cantal a répondu à l’appel à projet lancé par l’ARS Auvergne avec l’appui de nombreux partenaires. La MAIA 15 s’appuie sur les Maisons de l’Autonomie déployées dans le département. La mise en place de la MAIA 15 a été actée en juin 2012 et effective en janvier La MAIA 15 est un dispositif départemental avec une organisation par territoire.

5 La méthode MAIA : gestion de cas, guichet intégré et concertation Gestion de cas :  Suivi renforcé de situations complexes de maintien à domicile (40 au maximum) orientées selon des critères précis  Evaluation multidimensionnelle, planification des aides, coordination des intervenants.  Equipe pluridisciplinaire de 3 personnes (1 par arrondissement) spécialement formées. Guichet intégré :  Constitué des services d’information, de coordination et d’orientation  Elaboration de procédures et d’outils communs pour analyser les demandes et orienter les personnes  Simplifier le parcours des personnes malades et de leur entourage, leur proposer l’accompagnement le plus complet et le plus adapté possible quel que soit le service auquel il s’adresse en premier lieu. Concertation :  des instances de concertation qui réunissent sur chaque territoire les principaux acteurs de l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie  une instance départementale qui réunit décideurs/financeurs

6 La méthode MAIA en schéma

7 Les principes de la méthode MAIA La MAIA est constituée de professionnels et de services existants. La MAIA n’est pas un nouveau service, elle propose une méthode pour développer un mode d’organisation intégré et doit permettre, par le biais de la concertation et d’un partenariat coresponsable, d’éviter les cloisonnements entre secteurs d’activité. La MAIA permet de mettre en relation les observations faites dans le cadre de la gestion de cas avec les instances de concertation.

8 PARTIE II : PRESENTATION DE LA GESTION DE CAS

9 Le rôle du Gestionnaire de Cas La Gestion de Cas s’inscrit dans un nouveau champ professionnel. Le champ d’action de la GC est transversal entre le sanitaire, le social, la ville et l’hôpital. Le GC est le référent de la personne suivie en GC (personne à domicile en situation complexe), c’est son interlocuteur, et également celui des professionnels qui interviennent autour d’elle, ainsi que de ses aidants. L’intervention du GC est continue dans le temps (suivi au long court, individualisé et renforcé) dans le but de faciliter le maintien à domicile.

10 L’orientation vers la Gestion de Cas La situation est orientée vers la GC parce que la personne a des troubles cognitifs, diagnostiqués ou non, potentiellement liés à une MA ou à une maladie apparentée et parce qu’elle présente une fragilité particulière. Elle se fait au moyen de la fiche d’orientation vers la GC, qui permet de détailler les éléments qui rendent la situation complexe. Elle peut être faite par l’ensemble des professionnels qui interviennent auprès de la personne ( TS APA, Polyvalence, CLIC, Hôpital…)

11 L’inclusion en GC La nouvelle situation est présentée en réunion d’équipe GC. Une vàd ou deux sont nécessaires au GC pour évaluer la complexité de la situation (éventuellement avec le professionnel à l’origine de l’orientation). Prise de décision en équipe sur l’inclusion ou non de la situation (limite de 40 dossiers par GC).

12 Les critères de complexité Déni/refus des aides Isolement Essoufflement de l’entourage Fragilité familiale/frein de l’entourage Mise en danger/situation à risque Inadaptation/insuffisance de l’aide/essoufflement de l’entourage

13 Sur le département du Cantal 31 suivis en cours. 8 situations en cours d’évaluation. Les GC couvrent l’ensemble du département: 1 à Aurillac, 1 à Mauriac, 1 à Saint-Flour.

14 L’action du GC après l’inclusion Procéder à une Evaluation Multidimensionnelle de la situation à l’aide de l’outil GEVA-A qui comporte plusieurs volets: identification, attentes de la personne et de son entourage, volet familial, social et budgétaire, habitat et cadre de vie, psycho-comportemental et cognitif, aspects médicaux, activités et réalisations effectives (grille AGGIR), volet des aides mises en œuvre. Ces différents items permettent de faire l’évaluation globale des besoins de la personne et de faire ressortir des « alertes ». Planifier les aides, en fonction des souhaits et besoins de la personne à l ’aide du PSI, celui-ci fait également apparaitre les besoins non comblés, c’est la feuille de route du suivi de la personne (actions à entreprendre).

15 Dans l’objectif de coordonner les différentes interventions auprès de la personnes:  Connaitre les sens des interventions de chacun, être en lien permanent avec les partenaires (éviter la fragmentation).  Donner un sens commun à l’intervention d’une équipe éclatée (différents services, structures, domaines d’intervention) > carnet de liaison.

16 L’intervention du GC doit permettre de réinstaller la personne dans son rôle décisionnaire (c’est elle qui décide de ce qu’elle veut pour elle, importance du consentement de la personne à demander très régulièrement).

17 La GC dans quel but? Apporter un maintien à domicile de qualité, stabiliser la situation en s’appuyant sur les capacités de la personne, différents professionnels et les aidants (familiaux ou non) dans une logique de coresponsabilité.

18 Quelques exemples de situations suivies en GC Mme J: - 77 ans mariée, troubles cognitifs+++, perte des repères spatio-temporels, déni - Mr J neuropathie > troubles moteurs - 6 enfants, aucun contact avec eux, isolement familial et social situation domicile précaire, 2 chiens.

19 Objectifs du suivi à court terme:  Création d’une relation de confiance (nombreuses vàd)  Soutenir l’intervention de l’A à D seulement 2 fois par semaine, c’est la seule pers qui entre au domicile (réunion de coordination avec la Resp du service d’A à D et l’Aide à domicile).  Faire valoir les droits APA pour Mme en vue d’une augmentation de la présence de l’A à D (passage journalier) élaboration du nouveau plan d’aide APA par le GC.  Surveiller le risque de dénutrition du couple: portage de repas, lien avec le MT pour compléments alimentaires (Mme a des difficultés à mâcher).  Travailler la question du déni et évaluer les troubles cognitifs.

20 Objectifs à plus long terme:  Compenser l’incapacité à faire sa toilette: aide technique fauteuil de douche.  Mesure de protection juridique.  Surveiller la prise de médicaments: IDE à dom (Mme anti coagulants prise régulière).  Proposer ESA pour activité de stimulation, mais refus pour le moment.  Reparler du projet de vie: couple parle svt de son caveau qui est à Narbonne.

21 Mme L:  76 ans, MA diagnostiquée il y a 15 ans, GIR 1, au moment l’orientation.  Epoux épuisé.  Intervention de 2 structures d’aide à domicile.  SSIAD 7/7jours.  3 enfants loin dont deux à l’étranger.

22 Objectifs:  Veiller au confort à domicile de Mme (matelas anti-escarres ).  Soutenir Mr dans son rôle, entretiens à domicile très fréquents.  Sollicitation des heures du dispositif d’aide aux aidants afin de dégager du temps libre pour Mr.  Remettre du lien entre Mr et ses 3 enfants > médiation familiale.  Demande d’inscription de précaution en EHPAD proche du domicile.

23 Mme D:  67 ans, AVC en 2009, troubles cognitifs +++  GIR 2  Relation de couple fusionnelle, aidant épuisé.  2 enfants loin et dans un rejet de la situation.  Mr très angoissé par les soucis d’ordre financiers.

24 Objectifs:  Surveiller la suffisance des heures d’aide à domicile par rapport aux besoins réels.  Evaluer la situation budgétaire qui est un frein à toutes les aides proposées.  Améliorer la toilette en lien avec l’IDE.  Stimuler les activités occupationnelles pour Mme > ESA, travailler un projet d’accueil de jour en lien avec le MT ( Mme dort une grande partie de la journée).  Faire le lien avec les deux fils, les amener à prendre du recul, les concerter et les associer à la prise en charge de leur mère.

25 MERCI DE VOTRE ATTENTION

26 Coordonnées Les gestionnaires de cas : Marie RIC – secteur Mauriac / / CMS de Mauriac – 28 rue d’Enchalade Perrine AZNAR – secteur Aurillac / / Espace Georges Pompidou – 1 rue Alexandre Pinard Nathalie GOUTTE – secteur Saint-Flour / / Maison de l’Autonomie – 1 rue du Docteur Lionnet La pilote : Hélène CETTE / / Espace Georges Pompidou – 1 rue Alexandre Pinard


Télécharger ppt "MAIA 15 : Une méthode au profit de l’autonomie Octobre 2014."

Présentations similaires


Annonces Google