La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ATELIER DE CONCERTATION DES POINTS FOCAUX SUR LES SYNERGIES ENTRE LES CONVENTIONS ISSUES DE RIO BURKINA FASO Marrakech - 27 au 31 janvier 2003.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ATELIER DE CONCERTATION DES POINTS FOCAUX SUR LES SYNERGIES ENTRE LES CONVENTIONS ISSUES DE RIO BURKINA FASO Marrakech - 27 au 31 janvier 2003."— Transcription de la présentation:

1 ATELIER DE CONCERTATION DES POINTS FOCAUX SUR LES SYNERGIES ENTRE LES CONVENTIONS ISSUES DE RIO BURKINA FASO Marrakech - 27 au 31 janvier 2003

2 PLAN DE PRÉSENTATION INTRODUCTION ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS COORDINATION DES CONVENTIONS ARRANGEMENTS STRATEGIQUES DIFFICULTES RENCONTREES ET SOLUTIONS ENVISAGEES BESOINS DE FORMATION CONCLUSION

3 I. INTRODUCTION La rencontre mondiale sur l'environnement et le développement à Rio en 1992, consacrée au développement durable. Résultats du sommet: –Accords non contraignants : Agenda 21 ou programme dactions pour le 21è siècle ; Déclaration sur lenvironnement et le développement ; déclaration des principes sur les forêts.

4 I. INTRODUCTION (suite 1) –Accords contraignants : la convention cadre sur les changements climatiques ; la convention sur la diversité biologique; la convention sur la lutte contre la désertification (élaboré et adoptée après la conférence). – Le Burkina Faso est Parties contractante de ces trois conventions.

5 I. INTRODUCTION (suite 2) –Principaux points communs des trois conventions: même finalité: le développement durale; mêmes mécanismes de financement: Etat, FEM, partenaires au développement; mêmes principaux acteurs de mise en œuvre: les populations à la base. –D'où interrelations des stratégies, programmes et plans d'action de leur mise en œuvre.

6 I. INTRODUCTION (suite 3) –NESSECITE DE SYNERGIE DANS LE DEVELOPPEMENT DES MOYENS ET APPROCHES DE MISE EN ŒUVRE DES 3 CONVENTIONS

7 II. ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS Création du Conseil National pour la Gestion de lEnvironnement (CONAGESE) en Transformation du CONAGESE en Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable (CONEDD) en 2001.

8 II. ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS (suite 1) Le CONEDD est chargé de: –Veiller à la mise en cohérence des cadres de planification en matière d environnement et de développement durable; –Assurer la centralisation, la capitalisation et la diffusion de l information de qualité en matière d environnement et de développement durable.

9 II. ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS (suite 2) –Le CONEDD comprend les organes suivants : La Conférence, organe consultatif, qui se réunit en sessions ordinaires tous les 2 ans; Le Secrétariat Permanent, organe d exécution et de mise en œuvre des missions du CONEDD; Les Commissions Spécialisées, organes consultatifs sur les questions techniques majeures en matière d Env. et de DD.

10 III. COORDINATION DE LA CONVENTION –La coordination des trois conventions se fait à 3 niveaux : Au niveau central au sein du SP/CONEDD par les points focaux des conventions assistés des Comités Nationaux Pilotage, composés des représentants: – de lEtat, – des ONG ou associations, – des Organisations des producteurs, – des Opérateurs privés, – des Partenaires de coopération.

11 III. COORDINATION DE LA CONVENTION (suite 1) Aux niveaux décentralisés, par les Comités Régionaux de Pilotage de deux conventions (CLCD et CDB). Ces Comités sont des structures spécialisées sur les questions de gestion des ressources naturelles et de la désertification. Au niveau des partenaires de coopération à travers: – le FIDA comme Chef de file pour coordonner les actions de la CLCD des partenaires multilatéraux et –lAmbassade des Pays-Bas comme Chef de file de la coopération bilatérale.

12 IV. ARRANGEMENTS STRATEGIQUES Développement de politiques de mise en œuvre des trois conventions: –Révision du Programme d Action National pour l Environnement (PANE) en 1994 pour l adapter aux conclusions de Rio 92; –Processus en cours pour faire évoluer le PANE vers un Plan d Environnement et de Développement Durable (PEDD).

13 IV. ARRANGEMENTS STRATÉGIQUES (SUITE 1) –Développement de processus de mise en œuvre des trois conventions : Information/sensibilisation de l ensemble des acteurs: –émissions « antenne directe » sur les résultats de Rio 92; –tournées d information des acteurs de terrain; –campagne de sensibilisation des décideurs; –séminaires et ateliers de formation; –création d un centre d échange en matière de DB; –création d une direction des conventions internat.

14 IV. ARRANGEMENTS STRATÉGIQUES (SUITE 2) –(i)La conférence, organe consultatif présidée par le Premier Ministère et composée des représentants de lEtat, des ONG, de la société civile, du secteur privé, de la chefferie coutumière et des communautés religieuses. Elle fait des propositions et formule des recommandations sur les dossiers qui lui sont soumis par le Gouvernement. –(ii) Le Secrétariat permanent, organe de coordination et danimation des activités, doté de compétences interdisciplinaires et placé sous la tutelle du Ministre chargé de lenvironnement. Le Secrétariat Permanent est assisté par des commissions spécialisées.

15 IV. ARRANGEMENTS STRATÉGIQUES (SUITE 3) –Élaboration des instruments de mise en œuvre des trois conventions –Élaboration des stratégies, programmes et plans action pour la mise en œuvre des conventions: Ateliers de larges concertations participatives sur la détermination des priorités d actions sectorielles; Synthèse des options et actions prioritaires dégagées; Élaboration et adoption (par le Gouvernement) des instruments sectoriels élaborés.

16 IV. ARRANGEMENTS STRATÉGIQUES (SUITE 4) –Élaboration d un document de stratégie de mise en œuvre concertée des trois conventions; –Initiation et exécution de projets: Programme d Aménagement et de Gestion des Espaces Naturels (PAGEN) Programme Intégré de Développement des Zones Arides (PIDZA).

17 V. DIFFICULTÉS RENCONTRÉES –Au niveau de la structure de coordination: Insuffisance de personnel multidisciplinaire; Faible autorité en raison de son ancrage institutionnel. –Au niveau des acteurs: Difficile de maîtrise des critères du FEM; Faible connaissance des critères d accès aux fonds multilatéraux.

18 V. DIFFICULTÉS RENCONTRÉES (SUITE 1) –Au niveau de l État: Faiblesse de financement des actions de développement durable.

19 VI. SOLUTIONS ENVISAGÉES –Il y en a plusieurs dont: Élaboration d un Plan d Action pour l Environnement et le Développement Durable; Renforcement de l autorité de la structure de coordination; Formation des acteurs sur la formulation des projets FEM; Renforcement des capacités de négociation des acteurs; Élaboration d un manuel sur les points communs des trois conventions; Etc.

20 VI. BESOINS EN FORMATION/INFORMATION Les besoins sont de nature à permettre de renforcer la synergie et la mise en œuvre effective des actions au programme et à venir: la mise à disposition des informations et données sur les critères d'éligibilité et les procédures de soumission des projets aux sources multilatérales et régionales; la formation en capacité de négociation au bénéfice des acteurs nationaux;

21 BESOINS EN FORMATION/INFORMATION (SUITE 1) le renforcement de l'information renouvelée des acteurs à la base; la formation des acteurs sur la formulation des projets du FEM; le renforcement de la gestion intégrée des ressources naturelles.

22 CONCLUSION –La synergie entre les trois conventions permet et permettra : –d être plus efficace sur le terrain; –de mieux accéder aux mécanismes de financement du développement en général, des conventions en particulier; –d économiser les efforts de mise en œuvre des actions.

23 CHOKRAN


Télécharger ppt "ATELIER DE CONCERTATION DES POINTS FOCAUX SUR LES SYNERGIES ENTRE LES CONVENTIONS ISSUES DE RIO BURKINA FASO Marrakech - 27 au 31 janvier 2003."

Présentations similaires


Annonces Google