La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La péréquation comme élément de réponse aux chocs territoriaux Conseil Scientifique CRPM-PNUD « Globalisation et Développement territorial » Lisbonne,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La péréquation comme élément de réponse aux chocs territoriaux Conseil Scientifique CRPM-PNUD « Globalisation et Développement territorial » Lisbonne,"— Transcription de la présentation:

1 La péréquation comme élément de réponse aux chocs territoriaux Conseil Scientifique CRPM-PNUD « Globalisation et Développement territorial » Lisbonne, 3 décembre 2007 Christian Fournier Conseiller technique développement local FENU

2 Présentation Lisbonne, décembre Propos liminaire En Afrique, et en particulier en Afrique de lOuest, les gouvernements essaient de trouver des réponses aux chocs territoriaux. Dans ce contexte, la fiscalité peut jouer un rôle important pour minimiser les impacts des chocs économiques, sociaux et naturels sur les territoires nationaux. Ainsi, les transferts financiers de lÉtat vers les collectivités territoriales sont souvent utilisés comme mécanisme compensatoire et comme instrument dimpulsion et dorientation du développement des territoires. La péréquation fait partie de ces instruments. La présentation daujourdhui portera sur les liens à faire entre ce mécanisme financier et la recherche des équilibres territoriaux à la base.

3 Présentation Lisbonne, décembre Décentralisation et architecture territoriale La décentralisation en Afrique de lOuest : Est en marche depuis le milieu des années 90 Est née dun besoin réel délargissement de la démocratie à la base ainsi que des limites financières des états centraux A décuplé le nombre dintervenants sur le territoire PaysCommune urbaine et commune rurale Département ou cercle Région ou province % territoire couvert Bénin % Burkina Faso % Côte dIvoire % Mali % Niger % Sénégal % Togo % Guinée-Bissau---- TOTAL Source : PDM, La revue Africaine des Finances Locales

4 Présentation Lisbonne, décembre Collectivités en chiffres « Les ressources ordinaires locales (essentiellement les communes urbaines) représentent en moyenne 6% des recettes courantes des États de lUEMOA. Les communes mobilisent moins de 1% du PIB pour leur fonctionnement, ce qui est loin des niveaux atteints dans les pays du Nord où les finances locales représentent 10% du PIB et 40% du budget de lÉtat. ». PDM, La revue Africaine des Finances Locales, « Les dotations de fonctionnement de lÉtat aux collectivités territoriales ocales sont très faibles et sont en général largement en dessous de 1% des recettes courantes de lÉtat ». PDM, La revue Africaine des Finances Locales, « Les recettes locales propres des communes rurales sont inférieures à 1$US par habitant alors que les besoins sont estimés, dans le cadre des investissement déjà consentis, entre 10 et 20$US per capita ». FENU

5 Présentation Lisbonne, décembre Constats La faiblesse des ressources financières des collectivités territoriales et la faible qualité des prestations offertes aux citoyens découlent pour une bonne part de dysfonctionnements organisationnels des collectivités territoriales qui ne leur permettent pas de jouer pleinement leurs rôles dans le cadre de la maîtrise de leurs finances, de la fourniture du service public, de la promotion de léconomie locale et par conséquent de la recherche des équilibres territoriaux. Le potentiel fiscal est mal connu, particulièrement dans les zones rurales, et le coût de perception des impôts est élevé. Lautorité pour déterminer lassiette et le taux des impôts est souvent centralisée. Sans un minimum dinformations partagées sur les finances locales, le potentiel et le rendement des différents impôts locaux et le niveau de performance dans la mobilisation des ressources locales, il est difficile davoir un dialogue structuré sur le développement territorial.

6 Présentation Lisbonne, décembre Fiscalité: types, objectif et principes Deux types de fiscalité La fiscalité nationale a deux fonctions principales: la redistribution de la richesse (équité sociale) et la stabilisation (croissance économique). La fiscalité locale a une mission dallocation des ressources, au sens large du terme. Cette mission allocative locale signifie non seulement la fourniture de biens et services publics locaux, mais également des actions publiques pour corriger les imperfections du marché privé au niveau local (en terme territorial). Objectif La fiscalité est un instrument permettant de rendre réalisable les fonctions premières des structures décentralisées, à savoir la fourniture dun service public local et la promotion du développement territorial. Principes Simplicité administrative, équité, neutralité,rendement financier, diversification et prévisibilité.

7 Présentation Lisbonne, décembre Transferts financiers Les transferts financiers du budget de lÉtat à celui des collectivités territoriales se justifie à plus dun titre : les collectivités territoriales assurent certaines charges au nom et pour le compte de lÉtat : état civil, police, missions dordre public, etc., les collectivités participent à la mise en œuvre des politiques nationales et contribuent de ce fait à la réalisation des objectifs de développement national. Les transferts financiers de lÉtat aux collectivités territoriales peuvent prendre plusieurs formes : dotations générales pour contribuer au fonctionnement des collectivités territoriales ; fonds de concours pour participer au financement ciblé sur certains investissements ou au soutien à certaines politiques; subventions déquilibre pour contribuer à léquilibre des budgets des collectivités territoriales ; reversement aux collectivités territoriales de ressources mobilisées par lÉtat auprès des partenaires au développement au titre de prêts ou de subventions pour des projets municipaux.

8 Présentation Lisbonne, décembre Péréquation « La péréquation est un mécanisme de redistribution qui vise à réduire les écarts de richesse, et donc les inégalités, entre les différentes collectivités territoriales ». Documentation française LÉtat se doit donc de soutenir lexécution locale des politiques nationales; lÉtat a le devoir dassurer une péréquation entre les collectivités territoriales pour corriger les déséquilibres qui peuvent se développer du fait des dotations différenciées entre collectivités territoriales en termes de potentialités naturelles, économiques ou humaines. La péréquation simpose afin déviter les déséquilibres mais pour y parvenir il faut rendre les choses comparables. Cela implique un état des lieux précis des inégalités et cela passe naturellement par la nécessité de mesurer avec objectivité à la fois les inégalités des ressources et les inégalités de charges qui affectent les collectivités territoriales.

9 Présentation Lisbonne, décembre Critiques sur la péréquation La péréquation est souvent qualifiée dinjuste dans son effet de distribution car les personnes pauvres vivant dans des villes riches ne reçoivent rien et les personnes riches vivant dans des villes pauvres en bénéficient. Toutefois en Afrique cette affirmation nest pas valable car la pauvreté y est importante partout. On affirme également que la péréquation est fiscalement inéquitable car elle profite surtout aux petites collectivités, ce qui a en outre pour effet de retarder leur regroupement. Labsence de mécanisme réel dévaluation des politiques publiques ne permettrait pas de mesurer correctement le coût du transfert des compétences. Par ailleurs, peu de pays disposent dune évaluation des coûts des différents services aux populations et peu dentre eux ont conduit une réflexion sur la répartition de ces coûts entre les principaux acteurs (État, collectivités territoriales, bénéficiaires, etc.)

10 Présentation Lisbonne, décembre Construire une vision du développement Les paiements de péréquation sont en principe inconditionnels. Les collectivités bénéficiaires peuvent les utiliser à leur discrétion et selon leurs priorités. Toutefois, les collectivités territoriales africaines doivent encore convaincre de leur capacité à concevoir et à mettre en œuvre des politiques locales. Il est en conséquence urgent de renforcer les collectivités territoriales africaines dans leur capacité à construire une vision partagée de leur développement et de leur inscription dans lespace national et régional.

11 Présentation Lisbonne, décembre Programmation territoriale et péréquation Il importe de donner un profil territorial au système de programmation des investissements publics en faisant mieux coïncider les unités territoriales de base. On doit passer dun système de planification de type dual (sectoriel et local) à un système de planification territoriale intégré des secteurs à chaque échelon pertinent du territoire national. Pour y parvenir il faut: Intégrer les besoins dinvestissement sectoriels des communes dans les PIP et les budgets-programmes de chaque ministère. Conserver le principe de non-conditionnalité de la péréquation, laissant le libre choix aux collectivités de linvestissement tout en renforçant la responsabilité politique de ces choix vis-à-vis des citoyens et de lÉtat. Renforcer les mécanismes de contrôle citoyen sur les institutions locales en rendant obligatoire le quitus citoyen pour les décisions importantes dinvestissement. Lier lutilisation des critères de performance pour loctroi de la péréquation aux mécanismes de programmation-planification, au contrôle citoyen et à la performance fiscale des collectivités territoriales en ce qui a trait à la mobilisation de leurs ressources propres.


Télécharger ppt "La péréquation comme élément de réponse aux chocs territoriaux Conseil Scientifique CRPM-PNUD « Globalisation et Développement territorial » Lisbonne,"

Présentations similaires


Annonces Google