La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rabat, 8 avril 2008 Expérience du Mexique: étapes clés dune réforme pour une protection sociale plus efficace Evelyne Rodriguez Atelier Banque mondiale:

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rabat, 8 avril 2008 Expérience du Mexique: étapes clés dune réforme pour une protection sociale plus efficace Evelyne Rodriguez Atelier Banque mondiale:"— Transcription de la présentation:

1 Rabat, 8 avril 2008 Expérience du Mexique: étapes clés dune réforme pour une protection sociale plus efficace Evelyne Rodriguez Atelier Banque mondiale: « Pour une Protection Sociale Plus Efficace et Equitable: Choix Stratégiques et Opérationnels dans le Cadre de la Reforme de la Compensation »

2 Introduction En 1995, au cœur dune crise économique, le Mexique a changé sa stratégie de réduction de la pauvreté, en effectuant notamment: Une élimination progressive des subventions alimentaires généralisées (mais, farine de mais, tortillas de mais, blé, farine de blé, pain) et des subventions alimentaires ciblées (lait, tortillas, panier de nourriture, magasins de distribution) La création dune programme de transferts conditionnels en espèce, conditionnés sur les visites médicales obligatoires de tous les membres de la famille et la présence a lécole de tous les enfants, afin daméliorer le capital humain des familles les plus pauvres (Progresa/Oportunidades) Progresa a été mis en place en 1997: l Il profite aujourdhui a cinq millions de familles dans communes, soit 25% de la population, pour un coût annuel de 3,3 milliards de dollars US; l Les évaluations du programme démontrent un impact positif sur léducation et la santé des pauvres; l Le programme a survécu à un changement démocratique et trois changements présidentiels.

3 Processus de décision et de mise en place Décembre 1994: Tequila Crise Janvier 1995: Analyse des données administratives et des expériences internationales. Propositions lors des négociations salariales avec les syndicats daugmenter les subventions alimentaires. Mars 1995: Première proposition du Ministre des Finances visant a substituer les subventions en nature pour des subventions en espèces liées a des visites médicales obligatoires. Contexte: en 1995, aucune expérience similaire nexistait. Octobre 1995: début du programme pilote. Couverture : familles sur 3 localités. Mars 1996: Décision de lancer Progresa. Aout 1997: Début de Progresa dans les zones rurales. Couverture: 300,000 familles dans 6,300 localités. Budget: 46 millions de dollars US. Janvier 2001: Augmentation des transferts pour léducation, Progresa démarre dans les zones urbaines. Couverture: 2,5 millions de familles dans localités. Budget: 1,3 milliards de dollars US. May 2005: toutes les familles dans un état dextrême pauvreté bénéficient dOportunidades. Couverture: 5 millions de familles dans 82,856 localités. Budget: 2,3 milliards de dollars US.

4 Impacts 1. Subventions et transferts en nature remplacés par des transferts en espèce, même dans les villages ruraux isolés, sans pression inflationniste, ni violence familiale ou alcolisme accru. Le problème est le manque dargent, et non pas laccès à la nourriture. 2. Aucune pression sur le budget fédéral. Le ciblage a été réussi et a utilisé les ressources existantes. 3. Architecture horizontale et non verticale 4. A survécu aux changements de gouvernement (administrations de Zedillo (PRI), Fox (PAN) et Calderon (PAN))

5 Dun point de vue macroéconomique : Bien que mise en place dans le contexte dune crsie économique de court-terme, PROGRESA a été conçu comme une réponse de moyen terme qui pourrait entraîner des améliorations durables pour le bien être des pauvres Une redistribution significative du revenu en faveur des pauvres a été atteinte malgré des conditions fiscales contraignantes, en remplaçant graduellement les subventions alimentaires par des transferts monétaires directs Les transferts PROGRESA peuvent atténuer les chocs macroéconomiques de court-terme et faciliter la disparition progressive des distortions.

6 Distribution des Ressources Fédérales pour les Subventions Alimentaires (millions de pesos de 2004) Les populations pauvres: 60% Rural et 40% Urbain Oportunidades a joué un rôle central dans la redistribution des revenus vers les couches pauvres, notamment dans les zones rurales, et ce, principalement financé par dautres programmes. Sur une période de 10 ans, le budget total des programmes sociaux a augmenté de 22%. Ciblés 38.9% Rural 31.4% Non-Ciblés 61.1% Urbain 68.6% Total $26,224 MP Rural 76.4% Urbain 23.6% Ciblés 97.0% Non-Ciblés 3.0% Total $17,761 MP Ciblés 99.0% Non-Ciblés 1.0% Urbain 18.8% Rural 81.2% Total $26,175 MP Ciblés 98.0% Non-Ciblés 2.0% Urbain 14.0% Rural 86.0% Total $32,052.0 MP 2004

7 Dun point de vue microéonomique: La substitution des transferts monétaires isolés pour les pauvres grace à une approche intégrée qui exploite les complémentarités entre léducation, la santé et la nutrition. Le couplement des transferts monétaires à des incitations appropriées qui : évitent les dépendances de long-terme envers les programmes sociaux donnent les moyens aux pauvres pour jouer un rôle central dans lamélioration de leurs conditions de vie Un approche combinant différentes interventions qui sont les plus efficaces à chaque étape de la vie des individus, Le rôle de lévaluation.

8 Dun point de vue politique : Le contexte institutionnel et le processus de décision a permis de faire disparaître graduellement, décentraliser, transformer et coordonner différentes agences et programmes, La conception et la mise en œuvre ont pris en considération la soutenabilité politique et la cohérence des efforts en général Le processus a permis de transformer PROGRESA en OPORTUNIDADES en 2000 sous ladministration Fox Limportance dun travail analytique détaillé pour décider des paramètres à modifier

9 9 Cette presentation est organisée autour de trois points: 1.Pourquoi a-t-on créé Progresa ? 2.Quest ce que Progresa/Oportunidades ? 3.Comment Progresa a- t-il changé au cours du temps ?

10 10 1.Pourquoi a-t-on créé Progresa ?

11 11 Intervention gouvernementale 4 Peu defficacité. Malgré les ressources : (i)malnutrition des moins de 5 ans est restée inchangée à 50% de 1974 a 1996; (ii)60% des familles rurales pauvres ne recevaient pas daide du gouvernement. 4 Augmentation des ressources fiscales, notamment au travers des suvbentions generalisées; 4 Operations mal coordonnées et peu de transparence ; 4 Dédoublage des efforts et bureaucracie excessive ; 4 Désequilibre urbain/rural ; 4 Manque dévaluation. En 1996 : 2,6 miliards ont ete alloués aux subventions alimentaires generalisées et ciblées. Un grand nombre de programmes pré-existant (subventions alimentaires, santé et éducation) souffraient des problèmes suivants :

12 12 Diagnostic de la pauvrete et des risques sociaux au Mexique (1996) 29% de la population est en dessous de la ligne de pauvreté extrême: 4,8 M de familles: 2.8 rural et 2 urban. Concentration de la pauvreté chez les enfants Différences dans la sévérité et la profondeur de la pauvreté (plus importantes dans le milieu rural) Differences importantes des indicateurs de développement humain des pauvres et non-pauvres (éducation, fecondité, …) Les revenus et salaires des pauvres sont bas et volatiles, particulièrement dans le secteur rural étant donné la saisonnalité de la demande. Les pauvres sont les plus vulnerables aux catastrophes naturelles: manque daccès aux méchanismes dassurance.

13 13 Education, genre et pauvreté Source: ENIGH-98. Presence scolaire des enfants par age et sexe 0% 20% 40% 60% 80% 100% Age presence % garcons filles

14 Les subventions (principalement des transferts monetaires) ne brisent pas le cercle vicieux de pauvrete Conditions de vie insalubres La pauvreté passe dune génération à lautre (cercle vicieux) La nutrition est affectée par les maladies Les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes et allaitant sont plus vulnérables Familles nombreuses et dispersion du revenu entre nombreux membres Incapables de bénéficier du système éducatif, entrée précoce sur le marché du travail Fécondité élevée, moins bon accès aux soins Moins innovants; besoin de sécurité alimentaire. Inégalite intra-familiale Absence de contraception et taux élevés de mortalité infantile Revenus élevés du travail des enfants (a compenser) Femmes moins éduquées Aversion au risque plus grande

15 15 Conclusion: les différences de revenus et des indicateurs de pauvreté étaient si grands que les pauvres avaient besoin de : 1. Maintenir un niveau minimum de revenu l Soutien financier : TRANSFERTS DE REVENU 2. Accroitre leur capacité a générer eux-mêmes leur revenus : l Augmenter le nombre et la qualité de leurs actifs : 4 Humain : DEVELOPPEMENT DU CAPITAL HUMAIN 4 Physique : ACTIFS PHYSIQUES : MAISON, TERRES, ETC l Opportunités de revenu : GENERATION DE REVENU/CREATION DEMPLOI 3. Amélioration de leur environnement : communauté et foyer: INFRASTRUCTURE SOCIALE Ces actions forment la stratégie de réduction de la pauvreté Les programmes alimentaires étaient essentiellement dirigés vers les transferts de revenus.

16 16 Progresa a fait partie dun programme général de réduction de la pauvreté Politique sociale Interventions Générales (population totale) Education Santé Sécurité sociale Logement Formation professionelle Interventions Ciblées (stratégie de réduction de la pauvreté) Développement du capital humain Mesures du coté de loffre Mesures du coté de la demande Activités génératrices de revenus/ Création demplois Développement du capital physique

17 17 COMMENT LE GOUVERNEMENT PEUT IL AIDER LE DEVELOPPEMENT DE CAPITAL HUMAIN ? 4 Augmentation de la couverture et de la qualité des services de santé 4 Augmentation de la couverture et qualité de léducation Deux types dactions : 1) Interventions du côté de loffre Tout ceci bénéficie à la commune dans son ensemble et devrait être la stratégie principale 2) Interventions du côté de la demande Transferts liés aux investissements en capital humain (ex. présence scolaire, soins préventifs) par la famille Tout ceci est proposé directement aux familles qui ne peuvent bénéficier pleinement des actions globales.

18 18 NOUVELLE STRATEGIE PROPOSEE TRANSFERTS MONETAIRES TODAY CIBLAGE IMPACT EFFICACITÉ Identification des ménages pauvres Améliorer la couverture et lefficacité en ciblant les pauvres. INCITATIONS qui: (i) améliorent les capacités et le bien-être; (ii) changent la structure du risque; (iii) responsabilisent les bénéficiaires et les placent au centre du dispositif; et (iv) évitent une dépendance sur le long terme. TRANSPARENCE ET EFFICACITE. par le recours aux transferts monétaires (mécanisme de marché) CONDITIONNALITE: les transferts monétaires sont liés à des changements de comportements sociaux

19 19 Quest Progresa/Oportunidades?

20 20 Objectifs dOPORTUNIDADES: Améliorer léducation, la santé et le statut nutritionnel des ménages vivant dans la pauvreté extrême; l Intégrer interventions au niveau de léducation, la santé et la nutrition; l Encourager la responsabilisation et la participation active des ménages; et, l Redistributer les ressources vers les ménages très pauvres.

21 21 Trois composantes liées : Education bourses fournitues (conditionné à la présence assidue à lécole) Famille Nutrition l Transferts monétaires l Suppléments nutritionnels pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceinte ou qui allaitent (conditionné aux visites au centre de santé) Santé l Actions préventives l Panier de soins gratuits l éducation en hygiène et nutrition l mesures pour améliorer la qualité des soins

22 22 La conception répondait aux diagnostics (ex: léducation) Pour améliorer la présence à lécole, les enfants agés de moins de 22 ans (entre le CE2 et 3ième année duniversité) reçoivent : Une bourse conditionnée à la présence en classe; Une allocation pour les fournitures scolaires. Les transferts : l Augmentent avec le niveau scolaire ; l Sont plus élevés pour les filles. School attendance and educational support (pesos of 2004) Education grant for boys Education grant for girls Attendance by girls Attendance by boys PrimarySecondaryHigh School

23 23 En quoi Oportunidades est-il nouveau ? 1. Approche des cycle de vie: Gestion des risques de tous les membres du ménage depuis la conception –i.e. un seul programme qui couvre les risques des membres en fonction de leur âge et de leur sexe, tout en évitant la dépendance. 2. Un seul programme pour différentes populations à risque 3. Transferts monétaires conditionnels à la fois sur léducation et la santé: exploite les complémentarités 4. Programme au niveau du ménage. 5. Programme horizontal qui repose sur la coordination entre les 3 ministères et une agence. 6. Evaluttion et transparence dès le début.

24 24 Oportunidades concentre ses trois composantes sur les aspects les plus importants du cycle de vie des individus avec une perspective intégrée et durable Pregnant and breastfeeding women Newborn babies 5 years16 years RESULTS -Improved health conditions -Enhanced basic capabilities to take advantage of the benefits of the education system and employment opportunities -Greater redistributive impact when basic capabilities are equaled among family members -Better access to the labor market -Improved stability and income level. Income transfer to the family C O M P L E M E N T A R I T I E S HEALTH Main objective: To promote preventive healthcare to avoid the permanent consequences of malnutrition BASIC EDUCATION Main objective: To increase attendance, permanence and school performance Sector with the greatest impact - 21 years HIGH SCHOOL EDUCATION Main objective: To increase attendance, permanence and school performance To improve specific skills -Permanent healthcare monitoring -Cash transfers tied to the compliance of basic health package -Direct provision of nutrients -Childrens educational development -Scholarships and school supplies tied to school attendance -Technical education

25 25 Les transferts de Oportunidades suivent les cycle de vie des ménages Monthly amount (pesos) Years of familiar union Nutrition component Education component Starts primary school 1st child Starts secondary school 1st child Ends high school 1st child Ends high school youngest child Monthly cash transfers by component: education and nutrition (family amounts, pesos of 2004) Transfert moyen par ménage est denviron US$ 31 par mois. La limite inférieure est de US$15 et la limite supérieure est de US$153.

26 26 Un seul programme qui couvre les différents groupes dâge et de risques est préférable à une multitude de programmes distincts Population Group Risk 0-5 years -malnutrition mortality 6-14 years -Primary enrollment rate years -Child labor years - illiteracy - unemployment - social security 65 and above Nopensions General population Women Fertility Prenatal care Unwantedpregnancies Special groups (e.g. indigenous)

27 27 Fonctionnement du programme l Transferts monétaires sont faits directement à la mère. Leur montant est lié au nombre denfants inscrits à lécole, leur fréquentation et niveau de scolarisation et au nombre de personnes du ménage qui se font soigner au centre de santé. l Transferts se font tous les deux mois après vérification de la fréquentation effective du centre de santé et de lécole. l Suppléments nutritionnels sont donnés au centres de santé. l Bénéficiaries sont informés que les transferts ne sont en aucun cas conditionnés à la participation à une manifiestation politique ou le vote pour un parti donné. l La gestion est transparente. Procédures et information sur nombre de ménages bénéficiaires par localité, municipalité et état vailable sont disponibles sur internet. Le programme est audité.

28 28 Impact de Oportunidades: Tansfert monétaire moyen est de 35 dollars équivalent à 25% du revenu moyen des ménages touchés. Monthly Average Composition ofTransfersper FamilyMonthly Average Composition ofper Family Pesos (86.4%) 54.8 Pesos (13.6%) In-kindTransfers Total Cash Transfer Scholarship and school supplies Food Transfer - school supplies Scholarship and 50.5% Food Transfer 35.8% Food supplement 3.5% Health Visits 10.2%

29 29 Beneficiary Households by locality size 2006 Families 5 millions (25% population) Localities86,091 Municipalities2,435 (100%) States32 (100%) Children in nutritional control 2 million Scholarship Holders5.3 million primary schools secondar y schools high schools health clinics. 80,275 24,599 7,629 15, ,838 3,440, ,253 Rural Less than 2,500 hab. semi urban Couverture du programme:

30 30 Budget de Oportunidades 3.2 billion US$ en 2006, soit environ 0.3% du PNB du Mexique Dépenses de gestion représentent moins de 6% du coût total du programme. Oportunidades Budget in 2004 (millions of pesos of 2004) Total 25,594.3 MP Cash transfers 20,823.2 In-kind transfers 3,290.9 supplements Nutritional % 1,480.2 Operations 5.8% Medical consultations 2, % school supplies Education grants and 12, % Food transfers 8, %

31 31 Résultats préliminaires de lévaluation Au démarrage du programme, lIFPRI (International Food Policy Research Institute) a été retenu pour mener lévaluation dimpact. Le gouvernement a été impliqué au plus haut niveau dans la révision des termes de référence et la sélection des consultants. Une enquête de base a été développée pour assurer une évaluation rigoureuse à travers le suivi continu de 24,000 ménages. Après 10 ans de mise en oeuvre, les résultats sont encourageants. Les résultatss sont préliminaires mais ne capturent pas tous les impacts de Oportunidades car ceux-ci ne seront observables que sur le long-terme. Evaluation menée par chercheurs indépendents.

32 32 Cinq impacts essentiels: 1)Ciblage: l Exacte: méthodes de ciblage géographique et des ménages est efficace, surtout pour les ménages vivant en situation de pauvreté extrême, moins efficace pour les moyennement pauvres. l Efficient: La méthode employée par Oportunidades pour sélectionner les ménages est plus efficiente pour réduire la pauvreté et les indicateurs de sévérité de la pauvreté que les méthodes qui ne sappuient que sur le ciblage géographique. 2)Santé: l Augmentation de 18% de la fréquentation des centres de santé; l Augmentation de 7% de la fréquentation des enfants de moins dun an et de 8% pour ceux entre 1 et 4 ans; l Baisse de 22% de la mortalité infantile (0 à 2 ans); l Augmentation de 5% du nombre de visites pré-natales, et augmentation de 8% du nombre de visites au cours du premier trimestre de la grossesse; l Baisse de 17% des jours de maladie chez les adultes.

33 33 3)Nutrition: l Augmentation de la variété des produits consommés (+ 19% de fruits et légumes et + 32% de pain); l Augmentation de la consommation daliments protéinés (+ 33% de lait et fromage et + 24% pour la viande); l Changements dans les habitudes de consommation, y compris pour les vêtements, chaussures et fournitures scolaires pour les enfatns (+58% pour les vêtements des enfants). Les ménages augmentent leur consommation de produits alimentaires et ont une alimentation plus équilibrée et diversifiée. Ceci sexplique par les transferts monétaires et les activités de sensibilisation en santé. Le solde des transferts a servi à constituer des économies ou acheter des produits durables, preuve que certaines familles investissent dans les projets productifs. Pas daugmentation de la violence conjugale ou de la consommation dalcohol.

34 34 4)Education: En milieu rural: l Augmentation de 24% des scolarisés au collège (+ 28.7% pour les filles, % pour les garçons); l Taux de réussite en fin de collège augmente de 23%. Une année de plus de scolarisation se traduit par une augmentation du revenue au cours de la vie de 13%. Linvestissement temporel de Oportunidades se traduits par une augmentation permanente de revenus. l Dans la première année au cours de laquelle des bourses ont été octroyées à des lycéens, le taux de scolarité a augmenté de 26% en milieu rural et 6% en milieu urbain. Léducation des parents a un impact sur celle de leurs enfants. Si les deux parents ont 9 ans déducation, la probabilité que leurs enfants iront à lécole est deux fois plus élevée que pour les parents qui nont eu que deux ans de scolarité. La scolarité a un impact sur le revenu des ménages ET sur la scolairté des générations futures.

35 35 5)Communautés (village): l Les bénéficiaires sorganisent dans le cadre des nouvelles activités. Par exemple, les femmes organisent un transport en commun pour aller chercher leurs transferts et pour développer une activité économique. l Oportunidades na pas donné lieu à : des poussées inflationistes; Des conflits au sein des communautés entre les bénéficiaires de Oportunidades et ceux qui nen bénéficient pas.

36 3. Quelles ont été les étapes de lévolution du programme ?

37 37 Quelles ont été les étapes de lévolution du programme ? Processus de décision et de mise en œuvre Stratégie générale Conception et mise en place du nouveau programme Transformation et disparition progressive des anciens programmes

38 38 Stratégie générale l Approche graduelle : inclusion et disparition progressives des programmes l La mise en place progressive était la seule option du projet étant donné : 4 Les capacités opérationnelles 4 Contraintes budgétaires 4 Courbe dapprentissage l Directives du Président : 4 Amélioration des conditions des pauvres (motivation principale) 4 Soutenabilité financière (à court et long termes) 4 Faisabilité politique 4 Approche graduelle 4 Utilisation des ressources disponibles

39 39 Décisions clefs liées à PROGRESA Ciblage Transferts en espèce ou en nature Subventions pour les femmes Impact sur la fertilité Conditionnalités Montant des transferts Considérations budgétaires, administratives et organisationelles Chaque aspect du programme a été conçu sur la base des meilleures pratiques internationales et nationales.

40 Disparition progressive des programmes alimentaires Disparition progressive : l Subventions généralisées de la farine de ble l Subventions généralisés pour la farine de maïs et les tortillas l Programmes ciblés pour les tortillas et le lait l Subventions des magasins de détail dÉtat Une stratégie a été élaborée pour chaque programme et suivie soigneusement et continuellement Deux types daction ont été mis en place : l Le contrôle des fraudes et des détournements. Ces actions nont pas été menées au détriment des bénéficiaires et ont permis 20-30% déconomies. l Disparition progressive des bénéficiaires ou des bénéfices. (révision des répertoires, changement du montant et de la nature des bénéfices)

41 Disparition progressive Problématiques prises en considération : l Administratives l Légales l Politiques l Communication l Calendrier des changements l Responsabilité

42 Actions complémentaires Progresa/Oportunidades est leffort principal entrepris pour intégrer les programmes de nutrition, de santé et déducation. Il est accompgné dautres programmes et mesures en matière de formation professionelle, création demploi, infrastructure de base, accès au crédit, et subventions des projets, etc.. Au même moment, des mesures ont été prises pour renforcer loffre en matière de santé et déducation.

43 43 Leçons Créer un cadre conceptuel de réduction de la pauvreté : Définir les arrangements institutionnels : Renforcer la capacité à mettre en œuvre et gérer les changements : Préserver la soutenabilité financière : Identifier les subventions et les transferts monétaires Rôle des programmes individuels Cohérence de leffort général Peu de programmes, mais bien pensés Identifier les niveaux de gouvernement responsables pour la mise en oeuvre de chaque programme Besoin dune agence bénéficiant dun pouvoir de décision important sur lallocation budgétaire et la conception du programme Promotion dune vue horizontale des ministères et agences, Soutien politique fort Légitimation par lévidence empirique Création et suivi de la mise en œuvre Pas dexpansion des programmes, Cohérence avec les politiques macroéconomiques en cours.

44 44 Continuité et cohérence au cours du temps : Transparence: information publique des objectifs, des règles opérationnelles et des résultats Evaluation et suivi Dépolitisation Veiller à la mise en place de toutes les leçons mentionées ci-dessus


Télécharger ppt "Rabat, 8 avril 2008 Expérience du Mexique: étapes clés dune réforme pour une protection sociale plus efficace Evelyne Rodriguez Atelier Banque mondiale:"

Présentations similaires


Annonces Google