La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ Que peut-on en attendre ? Gilles Duranton, Philippe Martin, Thierry Mayer et Florian Mayneris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ Que peut-on en attendre ? Gilles Duranton, Philippe Martin, Thierry Mayer et Florian Mayneris."— Transcription de la présentation:

1 LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ Que peut-on en attendre ? Gilles Duranton, Philippe Martin, Thierry Mayer et Florian Mayneris

2 Contexte Il existe une attente très forte à la fois du côté du gouvernement et des entreprises sur cette politique Les moyens sont importants: la part de lÉtat sélève à 1,5 milliard deuros sur 3 ans Une première évaluation des pôles « ex post » est en cours par un cabinet de consultants

3 Objectifs de létude Clarifier les arguments économiques en faveur des politiques de cluster Quantifier certains des gains économiques quon peut attendre des clusters, à savoir les gains de productivité Mettre en perspective ces gains avec la géographie économique française actuelle Évaluer les déterminants et les effets de la politique existante la plus proche de celle des pôles de compétitivité en France (Systèmes Productifs Locaux) => Faire une évaluation « ex ante » partielle du dispositif

4 Ce que nous ne faisons pas Entrer dans la « boîte noire » des spillovers liés aux clusters Distinguer « proximité » et « collaboration » Approfondir la dynamique dinnovation au niveau firme (brevets, mises sur le marché etc.)

5 Déroulement de la présentation 1.Les pôles de compétitivité: définition et fondements théoriques 2.Evolutions de la concentration géographique en France au cours des vingt dernières années 3.Estimation empirique des gains de productivité liés à lagglomération géographique des activités 4.Enseignements de lexpérience des SPL

6 Les pôles de compétitivité: définition et fondements théoriques

7 Les pôles de compétitivité: un tournant Après 50 ans de politique daménagement du territoire fondée sur des objectifs déquité … –Diminuer les inégalités régionales par des aides aux régions/secteurs en difficulté –Éviter une trop grande concentration dactivités économiques sur quelques régions …les pôles de compétitivité ont davantage un objectif officiel defficacité

8 Que sont les pôles de compétitivité? (1) Un pôle de compétitivité est, sur un territoire donné : lassociation dentreprises, de centres de recherche et dorganismes de formation dun même secteur, dotés dune stratégie commune de développement, favorisant les synergies autour de projets innovants

9 Que sont les pôles de compétitivité? (2) Dimension géographique: « Cette politique de zonage est essentielle car elle donne une identité géographique forte aux pôles et encourage les synergies de proximité propres aux clusters ». Dimension sectorielle: spécialisation des pôles sur un secteur

10

11 Une politique très influencée par la littérature des clusters Doù viennent les gains économiques des clusters 1.Un marché du travail local plus efficace du fait de la création dun bassin de main-dœuvre spécialisée et de meilleurs appariements entre travailleurs et entreprises 2.La concentration géographique des entreprises (acheteurs et fournisseurs) permet déconomiser les coûts de transaction 3.Interactions au sein dun cluster favorisent une meilleure collaboration et la diffusion des innovations (spillovers technologiques) Ces gains sont en partie pris en compte par les entreprises dans leurs choix de localisation, mais en partie seulement (externalités) justification dune intervention publique

12 Les écueils liés à une telle politique Politique centralisée et qui requiert beaucoup dinformations: il faut choisir les « bons » projets, des « bonnes » entreprises, dans les « bons » secteurs, sur les « bons » territoires. Pourquoi un gouvernement central aurait-il plus dinformations que le marché sur ces questions? Risque que dautres objectifs que celui de la compétitivité interviennent: équité territoriale, revitalisation… Dans le contexte de mondialisation, risque dune spécialisation artificielle de certains territoires sur certains secteurs lorsque les travailleurs sont peu mobiles : les territoires deviennent vulnérables à des chocs sectoriels

13 Evolution de la concentration géographique en France au cours des vingt dernières années

14 Lévolution de la géographie économique en France Les clusters existent de manière « naturelle »: les secteurs sont concentrés géographiquement Grande diversité des évolutions des secteurs (les secteurs de haute technologie ne se concentrent pas plus que les autres) Certains secteurs se concentrent au cours du temps et gagnent en productivité, dautres pas Certaines entreprises se localisent dans des clusters « naturels », dautres préfèrent se disperser pour bénéficier de coûts plus faibles Pointe le danger dune politique centralisée uniforme: le cluster nest pas lavenir de tous les secteurs

15

16 Clusters et productivité des entreprises

17 Quels gains économiques peut-on attendre des clusters ? De nombreuses études empiriques confirment lexistence des gains des clusters: - Doubler le nombre demplois dans un secteur dans un territoire donné augmente de 5 à 8% la productivité des entreprises (Etats-Unis, Italie) - Notre propre étude sur données de près de firmes françaises ( ) obtient des résultats similaires

18 Méthodologie Hypothèse testée: la valeur ajoutée dune entreprise i dans un secteur s dépend de son stock de capital, de sa force de travail et… …du nombre de travailleurs dans son secteur et son territoire (la zone demploi ou département) => effet cluster

19 Ces gains sont-ils importants? Il faut doubler la taille dun cluster pour obtenir un gain de 5 à 8% de productivité: cest un changement de son environnement très important En moyenne, il faut plus de 10 ans pour quune entreprise fasse lexpérience dun tel changement de sa géographie locale NOTRE conclusion est quil sagit de gains modestes

20 Sensibilité aux effets dagglomération et concentration géographique

21 Les clusters gagnent-ils a être toujours plus gros? En parallèle des externalités dagglomération, existence deffets de congestion (saturation des infrastructures, pollution, accroissement des prix etc.) Ce quon a mesuré jusquici, cest leffet net moyen Mais en réalité, il existe bien des effets de congestion

22

23

24 La géographie française est-elle sous-optimale? Au niveau ZE/Naf3 : -Pic estimé: 1270 employés -Pic observé: 650 employés -Gain de productivité entre les deux: 2,1% -Gain de productivité entre 0 et le pic observé: 25% Au niveau Dep/Naf3 : -Pic estimé: 3920 employés -Pic observé: 1180 employés -Gain de productivité entre les deux: 6,2% -Gain de productivité entre 0 et le pic observé: 47%

25 Que conclure à ce point? Les gains des clusters existent Les entreprises prennent déjà en compte en grande partie ces gains La géographie compte mais au vu de la géographie actuelle, les gains supplémentaires liés aux clusters en France sont modestes Le point de départ des politiques de clusters est justifié et le tournant des pôles de compétitivité est bienvenu mais aucun « miracle » à attendre

26 Retour sur lexpérience des SPL

27 Quelle politique de cluster? Un antécédent en France : les Systèmes Productifs Locaux (SPL) comme première politique de cluster; la plus proche de celle des pôles Objectifs similaires: favoriser des démarches collaboratives entre des entreprises dun même secteur localisées sur un même territoire Démarche de soutien dun grand nombre de projets très équitablement répartis entre les régions (1/4 des SPL labellisés pôles; Club des districts industriels français les fédère) Différences: Financements prévus pour les SPL assez réduits, la politique des pôles de compétitivité bénéficie dun budget beaucoup plus important de 1,5 milliard deuros sur trois ans SPL plus axés sur les PME que la politique des pôles

28 Ce que nous mesurons: A partir dune base très riche de données de firmes (30.000), nous comparons la productivité totale des facteurs (valeur ajoutée par travailleur en tenant compte du stock de capital) des firmes passées en SPL aux autres Estimation dite de différence en différence: compare la différence de résultats avant et après le traitement pour deux groupes dentreprises : celles passées en SPL et les autres.

29 Comparaison simple: la productivité des entreprises en SPL est sur une tendance baissière par rapport aux autres et continue après le passage en SPL

30 Le paradoxe sexplique: les firmes passant en SPL sont dans des secteurs et des départements en déclin. Une fois quon compare aux entreprises dans le même secteur et le même département: aucun effet du passage en SPL

31 Estimation de différence en différence: aucun effet sur la productivité du passage en SPL

32 Seul effet positif: sur les mono-établissements, très faible et passager

33 Que nous apprend létude des SPL? Les entreprises entrées en SPL étaient dans des secteurs et des départements plutôt en difficulté: stratégie défensive plutôt quoffensive et objectifs traditionnels daménagement du territoire semblent prédominants Le passage en SPL na pas permis de retourner la tendance au déclin ni dattirer de nouvelles activités sur les territoires concernés : les clusters ne se décrètent pas! Seul effet positif (faible et passager): les mono-établissements, pour lesquelles les problèmes de compétitivité sont les plus graves Remarque: cette politique a peut-être peu deffet mais est aussi peu coûteuse

34 Éléments de conclusion Il existe des bénéfices économiques aux clusters mais –Ils sont relativement modestes –Ils sont déjà en partie internalisés par les entreprises Quel rôle pour la politique publique? –Choix des pôles: une politique centralisée de subventions à linnovation dans certains clusters labellisés

35 Nos critiques sur ce choix: 1) Manque de clarté sur les objectifs: –Léchec de marché qui est en cause est-il un problème général dinsuffisance de linnovation en France? Pourquoi cibler certaines entreprises sur certains territoires dans certains secteurs? Le crédit-impôt recherche paraît mieux à même de répondre à ce type de problème –Efficacité ou équité? Le très grand nombre de pôles qui ont été labellisés, ainsi que la diversité des secteurs et des terrioires visés peut conduire à sinterroger. Concentration des moyens ou saupoudrage? Lobjectif est-il un objectif de compétitivité ou un objectif déquité?

36 2) Dautres orientations ne doivent pas être négligées -Cibler plus clairement les PME, qui sont identifiées de manière consensuelle aujourdhui comme souffrant dun certain nombre de handicaps -Plus que jouer directement sur les entreprises et leurs choix, agir sur leur environnement => Décaler vers la droite le point où les effets de congestion lemportent sur les économies dagglomération


Télécharger ppt "LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ Que peut-on en attendre ? Gilles Duranton, Philippe Martin, Thierry Mayer et Florian Mayneris."

Présentations similaires


Annonces Google