La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Développement de lantisémitisme en Europe S. Monnier Clay Ph.D.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Développement de lantisémitisme en Europe S. Monnier Clay Ph.D."— Transcription de la présentation:

1 Développement de lantisémitisme en Europe S. Monnier Clay Ph.D.

2 Lantijudaïsme et lantisémitisme Des raisons ou des excuses? Antijuda ï sme: dimension religieuse. Antis é mitisme: Hostilit é vis- à -vis des Juifs pour toute autre raison. 1.Le peuple é lu 2.Accusations religieuses (Concile de Nic é e, 325: d é icide) 3.Le mouton noir (scapegoats) quand il y a des probl è mes nationaux. 4.La peur de l é tranger et de leurs croyances 5.La comp é tition é conomique 6.Racisme antis é mite (les sciences) Des raisons ou des excuses? Antijuda ï sme: dimension religieuse. Antis é mitisme: Hostilit é vis- à -vis des Juifs pour toute autre raison. 1.Le peuple é lu 2.Accusations religieuses (Concile de Nic é e, 325: d é icide) 3.Le mouton noir (scapegoats) quand il y a des probl è mes nationaux. 4.La peur de l é tranger et de leurs croyances 5.La comp é tition é conomique 6.Racisme antis é mite (les sciences)

3 D é veloppement de l antijuda ï sme : -Au d é but du Moyen Age, la population juive et la population des Pays Europ é ens s entendent bien. Les gens se rendent visite; ils travaillent ensemble. -La Chr é tient é se d é veloppe et les diff é rences sont accentu é es. Selon l Eglise, les Juifs sont « aveugles » à la « vraie religion ». Ils sont têtus alors que l Eglise consid è re qu elle a « conquis » la Synagogue. -Apr è s l Empereur Constantin, accusations de d é icide. -Les Juifs peuvent vivre mais s é par é ment des Chr é tiens. Leurs professions sont d é cid é es par l Eglise ainsi que l à o ù ils peuvent vivre. -Les Juifs doivent payer une taxe suppl é mentaire. -La s é paration entre Juifs et Chr é tiens m è ne à un manque de confiance. Croire à des rumeurs au sujet des Juifs devient de plus en plus commun et les accusations vont se multiplier. -Les Juifs commencent à perdre leur valeur humaine. -Il devient de plus en plus facile de tuer des Juifs pour s approprier leurs biens.

4 Cath é drales de Reims et de Bordeaux: -Synagogue aveugl é e par un serpent (le diable). Elle ne voit pas la v é rit é chr é tienne. -Eglise triomphante. Le symbolisme et l é ducation religieuse. La repr é sentation de la Synagogue vs l Eglise dans ce symbolisme m é di é val.

5 Thuringue, Allemagne Un univers danges et de d é mons. Eccl é sia (l Eglise), sur un cheval, attaque Synagogue avec une lance. Synagogue est sur un cochon et ses yeux sont ferm é s, ce qui symbolise son aveuglement. Elle porte le chapeau des Juifs.

6 Cath é drale Saint Jean à Werben, Allemagne Eccl é sia est mont é e sur Un t é tramorphe (Tête d aigle, tête humaine, lion et taureau Qui symbolisent les quatre Gospels.) Elle tient le drapeau de la croix et un calice. La main divine lui met une couronne sur la tête. Synagogue est sur un âne. Elle tient la tête d un bouc. La main divine la transperce d une é p é e, (Tétramorphe : littéralement qui a quatre formes.)

7 Cath é drale de Strasbourg: Synagogue vaincue

8 1179: En France, en Espagne et en Italie, la loi papale oblige les Juifs à porter la « rouelle » - un rond jaune, sur la poitrine. 1215: Quatri è me concile de Latran. Le pape Innocent III publie un décret ordonnant que les Juifs portent des vêtements différents de ceux des Chrétiens. 1227: Concile de Narbonne. Le port de la rouelle est obligatoire et les Juifs doivent rester chez eux pendant la semaine sainte. 1267: Concile de Vienne ordonne le port d'un chapeau particulier, le Judenhut. 1269: Louis IX dit "Saint Louis" ordonne le port de deux signes jaunes l'un dans le dos, l'autre sur la poitrine, à partir de 14 ans. 1516: Cr é ation du ghetto de Venise.

9 Dessin repr é sentant les Juifs allemands portant le judenhut

10 LInquisition

11 Martin Luther ( ) Initiateur du Protestantisme. Traduit la bible en allemand. 1517: 95 th è ses contre les indulgences de l é glise. Il n arrive pas à convertir les Juifs Et s attaque à eux. La R é formation Jean Calvin ( ) Il est n é en Picardie et se r é fugie en Suisse apr è s sa conversion au protestantisme.

12 1615: Louis XIII renouvelle lédit dexpulsion des Juifs de France, sans lui donner de suite pratique. Il ny a en France que les Juifs comtadins et des conversos réfugiés après lEdit dexpulsion du Portugal dans la région de Bordeaux et de Biarritz.

13 1685: Promulgation du Code noir par Louis XIV. Le premier article de ce texte qui réglemente lesclavage aux Antilles, en Guyane et en Louisiane, exclut formellement les Juifs des territoires concernés : « Enjoignons à tous nos officiers de chasser hors de nos îles tous les Juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons den sortir dans trois mois, à compter du jour de la publication des présentes, à peine de confiscation de corps et de biens. »

14 La grande peste noire de 1720 (connue sous le nom de peste de Marseille) Juifs et l é preux sont accus é s de propager la maladie. Le 14 f é vrier, 900 Juifs sont br û l é s vivants à Strasbourg.

15 Lumi è res et la r é volution fran ç aise: -À la veille de la Révolution française, les communautés juives en France étaient localisées à Bordeaux (Sépharades) et en Alsace (Ashkenazes). Les juifs étaient également en Avignon. Les communautés juives étaient souvent assez mal acceptées. -Les philosophes des Lumières étaient en général peu favorables aux Juifs, avec quelques exceptions comme Diderot, Montesquieu ou Rousseau. -Le courant général de libéralisation en France au XVIIIe siècle profita aux Juifs. L'abbé Grégoire écrivit en 1787 un essai sur les Juifs. Le 27 septembre 1791, grâce à Adrien Duport et à l'abbé Grégoire, l'Assemblée nationale vota le décret d'émancipation des Juifs, qui obtinrent la condition de citoyen à part entière. -Adolphe Crémieux fit supprimer le serment « more judaïco » que les Juifs devaient prêter en justice selon une procédure infamante ( ).

16 1784: Louis XVI émet des lettres patentes permettant aux Juifs lexercice de lagriculture, du commerce et de lartisanat. 17 novembre 1787: Louis XVI commande à Malesherbes un rapport sur la situation des Juifs de France en vue daméliorer leur situation. Malesherbes vient alors dachever la législation sur les calvinistes et Louis XVI aura pour lui ce mot : « M. de Malesherbes, vous vous êtes déjà fait protestant. Maintenant, je veux que vous vous fassiez juif. Je vous demande de vous occuper d'eux. »

17 L é mancipation des Juifs de France

18 Le Code Civil d é clarait que chaque Individu é tait libre de pratiquer la religion de son choix. La r é union du Sanhedrin en France. Organisation dune hi é rarchie juive avec l organisation du consistoire.

19 Sciences et racisme. -Le racisme est généralement assimilé à une idéologie fondée sur l'hypothèse scientifique erronée du racialisme qui classifie les êtres humains d'après leurs différences morphologiques en application d'une méthode apparentée à celle de la zoologie pour justifier la mise en place de législations ségrégationnistes et la discrimination politique. -Le darwinisme social est l'idée selon laquelle un aspect particulier de la théorie de l'évolution ou Théorie de la sélection naturelle de Darwin serait applicable aux populations humaines. -Sur le plan politique, le darwinisme social a servi à justifier le colonialisme, leug é nisme (conditions qui permettent le maintien d une race), le fascisme et surtout le nazisme. En effet, cette idéologie considère légitime que les « races humaines » et les êtres les plus faibles disparaissent et laissent la place aux races et aux êtres les mieux armés pour survivre. Ernst Haeckel. (Voir Race humaine.)

20 Les Juifs dans la litt é rature s é culaire europ é enne : -Dans la litt é rature anglaise du XIXe, le Juif repr é sentait souvent un st é r é otype n é gatif. Amelia Bristow utilise son livre Sophia de Lissau (1828), pour encourager la conversion des Juifs au Christianisme. Dautres, comme George Du Maurier, cr é ent de m é chants personnages comme Svengali dans Trilby (1894). Charles Dickens introduit un de ces personnages D é testables à travers Fagin dans Oliver Twist (1838). -Quant à Walter Scott, il a introduit le premier personnage juif d é velopp é en profondeur dans Ivanhoe (1819). Comme le fait remarquer Harold Fisch (1971), Scott (qui d é crit le Juif de la soci é t é m é di é vale) d é fendait les Juifs tout en attaquant les pr é judices antis é mites du XIXe si è cle et tout en accusant la Chr é tient é d avoir cr éé une image n é gative des Juifs afin de mieux les opprimer.

21 La pr é sence juive dans la litt é rature fran ç aise: Apparemment, de toutes les cultures du monde occidental, c'est la littérature française qui semble la plus marquée par l'influence des écritures juives bibliques et post-bibliques. Dans litt é rature fran ç aise, la pr é sence juive se retrouve en quatre aspects: 1- Influence biblique et post-biblique 2- Accueil et image du Juif chez les auteurs français non-juifs. 3- Contribution juive 4- Publications antis é mites A partir du 16e siècle la littérature française souvre à la litt é rature qui n a pas d origine chr é tienne grâce à l'imprimerie qui permet de diss é miner de nombreux livres y compris des œ uvres rabbiniques, grecques et latines. Devant cette volonté d'apprendre à la source, le roi François 1er ouvre à Paris en 1530 le Collège des Trois Langues–Hébreu, Grec et Latin -, qui devient plus tard le Collège de France (En opposition à la Sorbonne, trop intolérante et soumise à l'autorité du clergé). De plus, le roi d é cide d offrir la chaire d h é breu à un Juif, mais, à cause des expulsions, il n y avait pas de Juifs en France.

22 1. Influence biblique et post-biblique: - D è s le 11e si è cle, on trouve des recueils en hébreu é crits par Béréchià ben Natronal et par Isaac ben Yossef de Corbeil traduits en langue d'Oïl par des Juifs convertis et présentés comme des fables. Des paraboles et des contes talmudiques, comme les « miché shoualim » (fables de Renard) apparaissent dans les « Fabliaux ». La parabole de l'aveugle et du paralytique de Sanhedrin 91a devient l'histoire de St. Martin. Le conte des « Trois anneaux » donne lieu au « Dit du vrai aniel ». - Au Coll è ge de France et ailleurs, au cours du 16e siècle, des études hébraïques intenses sont poursuivies par des intellectuels, aussi bien Catholiques que Protestants: Clément Marot compose des adaptations en rime métrique de 50 psaumes, aussitôt introduites dans la liturgie chrétienne. François Rabelais se dédie longtemps à des études talmudiques et cabalistiques. Pontus de Tyard publie une traduction du célèbre « Dialoghi d'amore » de Juda Abravanel (Leone Ebreo, Fils de Don Isaac Abarbanel)… Blaise Pascal est fier de l'héritage biblique. - Avec le 17e si è cle, l impacte juif devient plus é vident. Racine brille par deux de ses plus belles tragédies : Esther et Athalie ; Corneille par Tite et Bérénice. Jacques Benigne Bossuet (évêque de Meaux) dans ses « Discours sur l'histoire universelle » présente une perspective spirituelle de l'histoire dans laquelle Israël est choisi pour accomplir une mission pour toute l'humanité.

23 Au XVIIIe si è cle : Deux autres grands philosophes, Montesquieu et Rousseau, ne manquent pas de montrer leur sympathie pour les Juifs. En particulier Rousseau dans « Emile » s'interroge avec bienveillance sur leur situation « Nous ne connaîtrons jamais les aspirations intimes des Juifs, tant qu'ils n'auront pas leur propre é tat libre, leurs écoles, leurs universités ». (L é on Alhadeff) 2. Accueil et image du Juif chez les auteurs français non-juifs. Limage n é gative du Juif dans la litt é rature fran ç aise, aussi n é gative que dans la litt é rature anglaise ou allemande. Dans le cas de Guy de Maupassant, par exemple « on peut bien parler ici dantisémitisme au sens originel du terme, puisque dans un texte intitulé « Le Zarez », il sen prend aux Arabes et aux Juifs (tous deux sémites, doit-on le rappeler ?) avec une virulence et une haine digne du nazisme hitlérien. Mais sans que cela ne soulève en France à son époque les moindres protestations. « Dès quon avance dans le Sud, écrit Guy de Maupassant, la race juive se révèle dans un aspect hideux qui fit comprendre la haine féroce de certains peuples contre ces gens, et même les massacres récents. » (Guy De Maupassant, chantre de la culture coloniale Une certaine idée de lAlgérie. El Watan: Arts et Lettres, Ahmed Bedjaoui)

24 -Alphonse Daudet ( ) é tait peu favorable aux Juifs de France. Dans un de ses contes de No ë l, il d é crit Le Juif Auguste Cahn, un usurier hideux, selon lui, et il ajoute: Tout le monde sait bien que le vieux Cahn na pas de patrie. Son vaterland à lui, cest son coffre-fort, puis, en introduisant les fils de Cahn, il ajoute: Ses fils sont partis avec larmée et se livrent à de juteux commerces, détroussant au passage les soldats morts et éventrant les sacs de grain tombés au fossé des routes. Trop vieux pour partir, Cahn reste en Bavière et fait de bonnes affaires avec les soldats… Pendant laffaire Dreyfus, Daudet prit parti contre Dreyfus et Zola. -Le fils dAlphonse Daudet, lui, fut un violent antis é mite et un ami de Drumont (auteur de « La France Juive) qui encouragea une litt é rature antis é mite volumineuse. -Quant à Emile Zola, il encourage une attitude plus objective et r é aliste. Au vingti è me si è cle, l image du Juif dans la litt é rature continue à refl é ter des opinions tr è s diverses jusqu à la Shoah. Apr è s la Deuxi è me Guerre Mondiale, les Juifs occupent une place importante dans la litt é rature de la m é moire ainsi que de la litt é rature historique.

25 3. Contribution juive. Dans le domaine de la littérature s é culaire et de la philosophie, les Juifs bien connus vers le d é but du XXe si è cle sont Emile Durkheim, Marcel Proust et Salomon Munk. Au dix-neuvi è me si è cle, les auteurs juifs é crivent de plus en plus dans la langue du pays o ù ils habitent et sont é duqu é s s é culairement. Ils se lancent dans tous les domaines litt é raires: th é âtre, po é sie, nouvelle, roman, et apr è s la Shoah dans la litt é rature de la m é moire et de l exp é rience.

26 4. Publications antis é mites. Dix-neuvi è me si è cle - vingti è me si è cle : - Le Lillois ( ), le plus ancien quotidien antisémite français - L'Ami du Peuple, dont le sous-titre était: "Hebdomadaire d'action racique contre les forces occultes". - L'Antijuif, hebdomadaire du Grand Occident de France (vers 1890). - La Bibliothèque antisémitique, Albert Savine. - Les Cahiers de l'Ordre - Candide, hebdomadaire maurrassien -Contre-Révolution, où Georges Montandon publie en 1939 "La Solution ethno-raciale du problème juif ". - L'Émancipation nationale, hebdomadaire du Parti populaire français (PPF) - La France enchaînée, dirigé par Louis Darquier de Pellepoix. - Gringoire - Le Franciste, organe du Mouvement franciste de Marcel Bucard. - La Libre parole, d'Édouard Drumont puis d'Henry Coston. - National Populaire, journal du Rassemblement national populaire de Marcel Déat et Georges Albertini. - Le Réveil du peuple - Revue internationale des sociétés secrètes, dirigée par l'abbé Jouin

27 Les Protocoles des Sages de Sion. -Les Protocoles des Sages de Sion, parfois surtitrés Programme juif de conquête du monde, sont un texte connu sous deux versions proches, éditées en Russie, d'abord partiellement, en 1903, dans le journal Znamia, puis, dans une version complète, en 1905 et en Le texte des Protocoles était disait on par ailleurs une version d'un pamphlet français contre Napoléon III : Les Protocoles reprenaient effectivement un texte du Dialogue aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu, publié à Bruxelles en 1864 par Maurice Joly, un avocat antibonapartiste qui voulait montrer que l'empereur et ses proches complotaient pour s'emparer de tous les pouvoirs de la société française. Ce texte oublié avait valu deux ans de prison à Maurice Joly. -Le faussaire, Matthieu Golovinski, avait remplacé « la France » par « le monde » et « Napoléon III » par « les Juifs ». -Les Protocoles sont en fait « lancés » dans le grand public par le Times de Londres du 8 mai Après la Deuxième Guerre Mondiale, ce livre est interdit en Europe, mais maintenant, il sert de propagande dans beaucoup de pays.

28 Le vingti è me si è cle, livres é crits entre : - Louis-Ferdinand Céline, Les beaux draps (1941), - Pierre-Antoine Cousteau, L'Amérique juive, Les Editions de France, Henri Labroue, Voltaire anti-juif, Fayolle-Lefort, Le Juif cet inconnu. Les Editions de France, Les Temps Nouveaux, Le titre pastiche l'ouvrage d'Alexis Carrel. - Georges Montandon, Comment reconnaître le Juif ? Collection "Les Juifs en France", Nouvelles Éditions françaises, Denoël, Lucien Rebatet, Les Décombres, Denoël, Xavier Vallat. Le Problème juif. Secrétariat Général à l'Information et à la Propagande, Louis Thomas, Les Raisons de lanti-judaïsme. - Armand Bernardini, Le juif Marat, Jean Boissel, La Crise, œuvre juive, manière de la conjuration, 1941.

29 Presse antisémite française du r é gime de Vichy : - L'Action française, journal du mouvement de ce nom. - Aujourd'hui, quotidien - Le Cri du Peuple, quotidien de Jacques Doriot, subventionné par les nazis, - Devenir, organe officiel de la Waffen-SS française - La France au travail, journal de Charles Dieudonné, qui devient La France Socialiste. - France-Révolution - La Gerbe, dirigé par Alphonse de Chateaubriant. - Je suis partout, dirigé durant la guerre par Charles Lesca, avec pour rédacteurs en chef successifs Robert Brasillach et Pierre-Antoine Cousteau. - La Légion - Le Matin - La Nouvelle France, "Organe nationaliste antijuif". Directeurs politiques Henry Coston et Jacques Ploncard. -Le Cahier Jaune, revue fanatiquement antisémite lancée par l'Institut d'étude des questions juives, officine de propagande antisémite parrainée par les nazis. - Les Nouveaux Temps - L'Œuvre, dirigée par Marcel Déat. - Paris-Soir, qui titre lors d'un voyage de Pétain: "Les Marseillais courent sus aux Juifs". - Le Petit Parisien - Au Pilori, financé par les Allemands, qui déclenche des campagnes contre des individus. -La Terre Française, dirigée par André Bettencourt, futur ministre de la IVe et -de la Ve République. -À ces publications il faudrait ajouter la quasi totalité de la presse régionale de l'époque.

30 Les pogroms: C'est à partir du XIXe siècle que le terme de pogrom est utilisé, mais les actions menées contre les Juifs étaient bien antérieures puisqu'on en relève à Mayence (Allemagne) en 1096, à Berne (Suisse) en 1294, à Prague (Tchécoslovaquie) en 1389, à Valladolid (Espagne) en 1391, en Pologne entre 1655 et 1656, à Odessa (Russie) et en Roumanie en Les premières violences désignées comme des pogroms se déroulèrent dans la Russie tsariste dans les années 1880 jusque vers Ce sont les populations locales chrétiennes qui se sont organisées, souvent avec l'aide de la police et parfois avec l'approbation des autorités, pour attaquer les communautés juives de la ville ou du village. Aux destructions et pillages des biens des Juifs s'ajoutaient les viols et les assassinats.

31 Laffaire Dreyfus

32 Mont é e de l antis é mitisme entre les deux guerres mondiales. D é fendez-vous, n achetez pas chez les Juifs. À l'époque contemporaine, l'antijudaïsme religieux s'est transformé en antisémitisme racial et raciste, qui s'est répandu dans toute lEurope, à l'occasion du Mouvement des nationalités dit aussi le printemps des peuples. En France: LAction française. Mouvement qui publie une revue monarchique et nationaliste. En 1911, ils relancent l'antisémitisme dans le Quartier latin en s'insurgeant contre une pièce d'Henri Bernstein. 1919: L é on Daudet é lu au L é gislatives. Soutenu par Charles Maurras, Georges Bernanos, Robert Brasillach, Thierry Maulnier)…

33 Mont é e du fascisme : Du côté allemand, Alfred Rosenberg diffusa l'antisémitisme par le biais des Protocoles des Sages de Sion. Il publia en 1930 Le Mythe du vingtième siècle qui donnait des bases théoriques à l'idéologie nazie (« Il s'agit de créer une Église allemande, ancrée dans les forces issues du sang, de la race et du sol, fondée sur un Nouveau Testament expurgé de superstitions, et libérée de lAncien Testament »). Six évêques de la province de Cologne réagirent par une déclaration le 5 mars 1931, assimilant les erreurs du national-socialisme à celles de l'Action française. Après la prise de pouvoir par Hitler, le vote de la loi des pleins pouvoirs (23 mars 1933), et le concordat du 20 juillet 1933, ni cette déclaration, ni la lettre pastorale des évêques allemands de juin 1934, ni l'encyclique Mit brennender Sorge (1937), ne suffirent à endiguer l'emprise du pouvoir nazi entre 1933 et 1938.

34

35 La Shoah Auschwitz:

36 Costume breton Costumes traditionnels: acceptables ou non?

37 Costume alsacien Costume bavarois Costume provençal

38 Costume ukrainien Kimono japonais Costume chinois

39 Costume é cossais Sari indien Costume arapaho

40 Un cardinal Un prêtre chr é tien Moine bouddhiste

41 Rabin Juif orthodoxe et sa femme Un Hasid Un Pushtun dAfganistan Une femme musulmane

42 La mode Cool? Pas cool!

43 1. Est-ce que les gens qui portent un costume dans la rue, ou dans un a é roport, attirent votre attention? 2. Quelle est la r é action des gens en voyant quelqu un qui s habille diff é remment? 3. Quelle est votre r é action quand vous voyez une femme qui couvre son visage? 4. Est-ce que tout le monde devrait s habiller pareillement? 5. Est-ce que les gens de diff é rentes g é n é rations peuvent s habiller de la même mani è re? 6. Est-ce que vous remarquez les jeunes personnes qui portent des vêtements tr è s ouverts ou est-ce que vous acceptez le fait que « c est à la mode » ? 7. Avons-nous un protocole des vêtements (diff é rentes mani è res de s habiller pour diff é rentes occasion?) 8. Est-ce que les vêtements des autres, leur maquillage, leur fa ç on de faire vous choquent parfois?


Télécharger ppt "Développement de lantisémitisme en Europe S. Monnier Clay Ph.D."

Présentations similaires


Annonces Google