La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ERIC LÉVÊQUE, NATHALIE CHEMLA CLINIQUE PARIS V PARIS IRM JARDIN DES PLANTES PARIS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ERIC LÉVÊQUE, NATHALIE CHEMLA CLINIQUE PARIS V PARIS IRM JARDIN DES PLANTES PARIS."— Transcription de la présentation:

1 ERIC LÉVÊQUE, NATHALIE CHEMLA CLINIQUE PARIS V PARIS IRM JARDIN DES PLANTES PARIS

2 Quest ce que la séquence CUBE ? Séquence 3 D Spin écho rapide Iso tropique Multi-contraste ( T1,DP, T2, T2 flair ) Avec ou sans saturation de la graisse

3 RF Pulse FSE CUBE Echo Signal FSE CUBE 3D CUBE: Basée sur la modulation du pulse des différents angles de refocalisation lors du train décho Permet un meilleur signal dun écho à lautre et réduit le blurring malgré des trains décho élevé Laugmentation de langle de refocalisation permet un meilleur rapport signal/bruit RF pulse flip 120 – 50 – 120 vs 120 – Remerciement à Aurélie Ribet et Grégory Trausch GE

4 FRFSE : 1 = 90°, 2 = 180°, 3 = -90° CUBE CUBE est aussi basée sur une séquence FRFSE (Fast Recovery Fast Spin Echo).La spécificité de cette séquence est que la magnétisation transversale est encore présente à la fin du train déchos. Cette magnétisation va être refocalisée sur laxe longitudinal en appliquant une impulsion inversée à –90 °. La fonction récupération rapide est destinée à améliorer lintensité des liquides ayant des durées de relaxation T2 longues, tout en utilisant un temps TR( temps de répétition) raccourci.

5 OBJECTIF: Utilisation en routine pour limagerie du genou TROIS CONDITIONS ESSENTIELLES: 1.Temps de séquence non chronophage et inférieur ou égal aux 3 séquences DP FS 2.Contraste identique à la 2D (ménisco- ligamentaire, cartilage et os spongieux ) 3.Qualité de reconstruction égale voire supérieure à la 2D

6 TEMPS DE SÉQUENCE: 3D cube=630 +/- 30s + 20s de pré scanning 2D trois plans= 3mn07 +2mn+2mn + 20s de pré scanning par séquence (60s) Paramètres temporels: Temps de Répétition Train dEcho Matrice Phase FOV Nombre dexcitation Volume dacquisition Whole volume Facteur daccélération ARC :accélération dans lespace de fourrier synthétise les données manquantes entre des données réelles 1.en phase 2.en coupe 3.les deux

7 Sag dp fs Coro dp fs

8

9 CONTRASTE: Densité de proton Saturation de la graisse Paramètres de contraste: Temps de répétition Temps décho Train décho Graduation de la saturation de graisse=80% Shim volume « on » sur rotule

10

11 QUALITÉ IMAGE: Acquisition haute résolution Reconstruction entrelacée et bien définie Paramètres qualitatifs: Acquisition iso tropique Coupes dacquisition fines (0,6mm)+ matrice 352x384 Matrice, bande passante, train décho liés au blurring Double filtrage Whole volume Zip 2 zip 512 Refocalisation à 70°/75° Reconstruction coupes plus large que lespacement Fov en reconstruction 15cm/16cm Pas de flow compensation Positionnement patient et consignes

12

13 CUBE Reconstruction En 2.5mm

14 2.5mm 3.3mm3mm4mm CUBECUBE 2D DP FS

15 2.5mm 3.3mm CUBECUBE 2D DP FS

16 SÉQUENCE CUBE 3D: AVANTAGES ET INCONVENIENTS EN PATHOLOGIE OSTÉO-CARTILAGINEUSE ET MÉNISCO-LIGAMENTAIRE DU GENOU

17 LIMITATION DE LACQUISITION BIDIMENSIONNELLE Pixels non isotropiques. Pas de reconstruction multiplanaire possible. Coupes relativement épaisses: effet de volume partiel. Espace entre les coupes ne permet pas une quantification précise des lésions cartilagineuses. Doù idée de développer acquisition tridimensionnelle: une seule acquisition et des reconstructions.

18 INTÉRÊT ACQUISITION 3D Initialement développée pour améliorer vision des CARTILAGES Liquide synovial très hyperintense Cartilage signal intermédiaire Les études qui ont suivi ont montré intérêt Dans lésions LIGAMENTAIRES Dans lésions MÉNISCALES

19 INTÉRÊT SÉQUENCES 3D Baisse du temps global dacquisition Diminution des effets de volume partiel par fine épaisseur de coupe et coupes chevauchées Particulièrement intéressant en ostéo-articulaire car structures de petite taille Possibilité de reconstructions obliques:ligaments+++

20 ACQUISITION 2D AXIALE RECONSTRUCTION AXIALE 3D

21 Lésions cartilagineuses Arthroscanner

22 3DCUBE3DCUBE Reconstruction 2,5 mm Reconstruction 0,4 mm Même patient IRM

23 3D reconstruction 0,5 mm LÉSIONS CARTILAGINEUSES 2D

24 INTÉRÊT SÉQUENCES 3D Supérieures aux 2D pour les cartilages Pas de différence significative entre 2D et 3D pour les lésions méniscales sauf Lésions instables avec languette (flap lésion) car 3D permet de mieux apprécier déplacement qui est parfois difficile à voir en arthroscopie. Un peu inférieure dans les lésions de la racine du ménisque à cause du « blurring effect » des reconstructions notamment coronales. Lésions méniscales en vue axiale Nette supériorité dans rupture partielle du LCA

25 2D 3D

26 LÉSION MÉNISCALE EN ANSE DE SEAU LUXÉE Coupes axiales: signe du « COBRA » Acquisition 3D reconstructions

27 Lésion méniscale interne, coupes sagittales en haut 2D en bas 3D

28 Même patient 2D 3D

29 INTÉRÊT SÉQUENCES 3D On peut rendre au correspondant des planches standardisées en 2, 5 mm dans les trois plans de lespace, mais le radiologue peut visualiser des coupes très fines allant jusquà 0,4 mm. La séquence 3D peut analyser un volume plus grand quen 2D pour un temps global plus court (coupes axiales)

30 Acquisition 2D 3D Axiales reconstruites en 2,5 mm 3D Axiales reconstruites en O,4 mm

31 LCAE : 2 faisceaux Le faisceau antéro-médian (FAM) Zone antéro-interne du site dinsertion tibiale Zone la plus posterieure et haute du site dinsertion fémorale Le faisceau postéro-latéral (FPM) Zone distale et inférieure du site dinsertion fémoral Zone postéro latérale du site dinsertion tibial

32 RUPTURE PARTIELLE DU LCA SIGNE DU BATTANT DE CLOCHE

33

34

35 CONTUSIONS OSSEUSES 2D3D

36 SÉQUENCE 3D Mais risque de séquence ratée par artéfacts de mouvement. Parfois un seul plan artéfacté! 3D: disparition des artefacts de flux postérieurs Pas de différence de qualité entre 2D et 3D chez patients opérés ou porteur de matériel. Facilité de visualisation avec le « track ball » comme au scanner pour le radiologue.

37 LIMITATION DE LA SÉQUENCE 3D ARTEFACTS DE MOUVEMENTS Fausse image de lésion méniscale

38 2D3D Artefacts de flux postérieursDisparition des artefacts

39 2D 3D 2D 3D 2D 3D

40

41 CONCLUSION DANS NOTRE EXPÉRIENCE Confirmation de la supériorité de la séquence 3D pour les lésions cartilagineuses. Supériorité de la séquence 3D pour les ruptures partielles du ligament 3D. Pas de perte dinformation pour le reste des lésions en particulier pour les lésions méniscales.

42 CONCLUSION Nous utilisons la séquence 3D en routine en pathologie traumatique du genou. Le bon paramétrage de la séquence par le manipulateur est un temps essentiel avant lutilisation de la séquence. Les images sont filtrées, reconstruites et présentées selon un modèle standardisé pour le correspondant Le radiologue a toute liberté de visualisation et de reconstructions des images dans lépaisseur et le plan qui lui conviennent.


Télécharger ppt "ERIC LÉVÊQUE, NATHALIE CHEMLA CLINIQUE PARIS V PARIS IRM JARDIN DES PLANTES PARIS."

Présentations similaires


Annonces Google