La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CAS CLINIQUE 1 Laurent Sarazin, Benoît Rousselin, Didier Godefroy, Nicolas Vernhet Institut de Radiologie de Paris 31, avenue Hoche Paris VIII.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CAS CLINIQUE 1 Laurent Sarazin, Benoît Rousselin, Didier Godefroy, Nicolas Vernhet Institut de Radiologie de Paris 31, avenue Hoche Paris VIII."— Transcription de la présentation:

1 CAS CLINIQUE 1 Laurent Sarazin, Benoît Rousselin, Didier Godefroy, Nicolas Vernhet Institut de Radiologie de Paris 31, avenue Hoche Paris VIII

2 Homme de 46 ans Douleurs et sensation de blocage du genou Pas de traumatisme récent mais « entorse ancienne » Recherche de lésion méniscale

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23 Pas dépanchement Pas de lésion méniscale Pas de lésion cartilagineuse Pas de lésion osseuse Anomalies du LCA Épaissi Hyper signal T1 et T2 Orientation des fibres conservée Kyste

24 Pas dépanchement Pas de lésion méniscale Pas de lésion cartilagineuse Pas de lésion osseuse Anomalies du LCA Épaissi Hyper signal T1 et T2 Orientation des fibres conservée Kyste

25 DEGENERESCENCE MUCOIDE DU LCA

26 Dégénérescence mucoïde du tissu conjonctif Rare Bergin et AL (AJR 2004) 74 cas sur 4221 IRM (1,8%) Forme kystique : la plus fréquente Forme infiltrative pure Forme mixte DEGENERESCENCE MUCOIDE

27 Age moyen 43 ans (22-60) Découverte fortuite Asymptomatique Douleur postérieure Limitation de la flexion +++

28 EXPLORATIONS RADIOLOGIQUES Radios normales IRM Infiltration du LCA Kystes Géodes

29 ASPECT IRM Hyposignal TI Hypersignal T2 Pas de prise du contraste après Gado IV Continuité conservée du LCA+++ avec dilacération des fibres Aspect en « tige de céleri »

30

31 GADO

32 GEODES SYNOVIALES En regard des zones dinsertion fémorale et / ou tibiale Hypo TI Hyper T2 Rehaussement possible après Gado IV

33 GADO

34

35 ASSOCIATION A DES KYSTES MUCOIDES Dans près de 50% des cas Au contact ou à distance du LCA

36

37

38 ATTEINTE BILATERALE Non exceptionnelle Concomitante ou décalée dans le temps

39 DROIT Mme S… 60 ANS

40 GAUCHE Mme S… 60 ANS

41 PATHOGENIE Peu claire Mode de cicatrisation dune lésion ancienne? Vieillissement du LCA? Rupture spontanée du LCA chez le sujet âgé Extension intraligamentaire dun kyste synovial de la tente du LCA

42 DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL Rupture du LCA Tumeur synoviale

43 RUPTURE DU LCA

44

45 SVN

46 TRAITEMENT Formes symptomatiques Infiltration de dérivés cortisonés Formes kystiques++++ Résection arthroscopique Sujet jeune Risque de déstabilisation Plastie dans le même temps ou secondaire

47 EN CONCLUSION Pathologie peu fréquente mais non exceptionnelle Probablement sous diagnostiquée Parfois bilatérale Diagnostic diff rupture du LCA chez sujet jeune Pathogénie peu claire


Télécharger ppt "CAS CLINIQUE 1 Laurent Sarazin, Benoît Rousselin, Didier Godefroy, Nicolas Vernhet Institut de Radiologie de Paris 31, avenue Hoche Paris VIII."

Présentations similaires


Annonces Google