La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Programme National de Sécurité Alimentaire (PNSA)/TCHAD.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Programme National de Sécurité Alimentaire (PNSA)/TCHAD."— Transcription de la présentation:

1 Programme National de Sécurité Alimentaire (PNSA)/TCHAD.

2 PLAN DE LEXPOSE I. APERÇU GÉNÉRAL II.OBJECTIFS DU PNSA ET LES PRINCIPAUX AXES DINTERVENTION III.PROCESSUS DE PREPARATION IV.FINANCEMENT V. SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES VICONCLUSION

3 I.APERÇU GÉNÉRAL Situation de la sécurité alimentaire a)Situation alimentaire La situation alimentaire du pays se caractérise, ces dernières années, par de réguliers déficits céréaliers.

4 La production nationale varie dune année à lautre selon des proportions importantes ( T en 1994, en 2000 et T en 2003) Elle ne permet pas de couvrir les besoins en céréales du pays, établis selon la norme de 159kg/hab/an.

5 Graphique : Couverture des besoins céréaliers par la production locale

6 Ce graphique montre bien que les besoins ne sont couverts en aucun moment par la production nationale. (DSA/MA, Bilan céréalier de 1994/1995 à 2003/2004). Une des principales raisons de cette situation est le faible niveau de rendements de principales cultures céréalières.

7 Les rendements au Tchad sont nettement inférieurs à ceux des pays ayant le niveau de développement comparable : 400 à 700 kg/ha pour le mil et le sorgho, contre 900 kg; 0,7 à 1 tonne pour le riz pluvial contre 2,5 tonnes/ha; 2 à 4 tonnes pour le riz irrigué contre 7 tonnes à lha.

8 La couverture des besoins en protéines dorigine animale et la production nationale ne sont pas connues faute de recensement et du suivi du secteur de lélevage depuis b) Situation nutritionnelle Depuis trois décennies, environ 54% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et 44,2% est affectée par une insécurité alimentaire temporelle ou chronique. La situation nutritionnelle du pays se caractérise par de faibles disponibilités calorifiques par personne et par jour.

9 Lapport moyen par habitant est estimé à calories par jour alors que cette moyenne est de calories à léchelle de lAfrique subsaharienne et de calories pour lensemble des pays en développement (EDST, 1997). Les données issues de lenquête à indicateurs multiples (EIMT) réalisées en 2000 montrent que 28,3% des enfants souffrent de la malnutrition aiguë.

10 12% des enfants de moins de 5 ans souffrent de cette malnutrition aiguë. La malnutrition chez les enfants se manifeste par de nombreux cas dinsuffisance pondérale (26% des enfants de moins de 5 ans) ou de goitre du à la carence en iode (5,5% des enfants de 6 à 12 ans).

11 Dautres enquêtes nutritionnelles ont révélé que certaines catégories de la population sont victimes de troubles dus aux carences en vitamine A et en fer. La carence en vitamine A est lun des problèmes majeurs de santé au Tchad. Un nombre élevé denfants de 0 à 5 ans présente des cicatrices cornéennes : taux de 0,17% bien supérieur à 0,01% qui est le seuil fixé par lOMS (BIEP, 1994).

12 La carence en fer est également un problème nutritionnel fréquent chez les femmes enceintes (50%) et les enfants. Pour faire face à cette situation, le Tchad a élaboré et adopté un plan daction conformément à lengagement pris dans le cadre de la Déclaration Mondiale de la Conférence Internationale sur la Nutrition de 1992 et du Sommet Mondial de lAlimentation, tenu en 1996 par la FAO, de réduire la morbidité et la mortalité liées à la sous-alimentation et à la malnutrition et dassurer, à lhorizon 2015, la sécurité alimentaire et le bien être nutritionnel à la moitié de sa population souffrant actuellement de famine.

13 Importance de la sécurité alimentaire dans les priorités du Gouvernement Le Tchad a souscrit à plusieurs engagements portant sur la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté. Il sagit entre autres : de la Stratégie Agricole Commune des pays membres de la CEMAC ; de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN- SAD) sur la Sécurité Alimentaire ;

14 du Cadre Stratégique de Sécurité Alimentaire durable dans une perspective de lutte contre la pauvreté au Sahel – Cas du Tchad, élaboré dans le cadre du CILSS ; de la déclaration de lUnion Africaine de Maputo (Déclaration sur lAgriculture et la Sécurité Alimentaire en Afrique), ratifiée par lAssemblée Générale du Sommet des chefs dEtat et de Gouvernement de lUnion Africaine à sa session tenue en Juillet 2003 à Maputo ; du Sommet Mondial de lAlimentation (SMA).

15 Lengagement du Gouvernement à mobiliser des ressources nécessaires (humaines, matérielles et financières) pour la mise en œuvre et le suivi du Programme est un gage pour latteinte de lobjectif principal qui est la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté sur lensemble du territoire national.

16 Le pilotage de lensemble des stratégies et programmes énoncés ci-dessus est assuré par trois départements ministériels : le Ministère de lAgriculture, le Ministère de lélevage et le Ministère de lEnvironnement et de lEau.

17 Expérience du PNSA au Tchad Date de lancement En 1999, suite au Sommet Mondial de lAlimentation, le Programme Spécial pour la Sécurité Alimentaire (PSSA) a été élaboré et exécuté avec lassistance de lOrganisation des Nations Unies pour lAlimentation et lAgriculture (FAO).

18 Ce programme a permis de développer des technologies de production simples à faible coûts et de mieux comprendre le fonctionnement des exploitations dans les zones où ses activités ont été menées pendant la phase pilote.

19 Sur la base des résultats encourageant du PSSA et pour sengager résolument à latteinte des objectifs du millénaire à lhorizon 2015, les Hautes Autorités du pays ont considéré que seul un Programme National de Sécurité Alimentaire (PNSA) à long terme pourrait résoudre le problème de la sécurité alimentaire au Tchad. Le Gouvernement a pris alors la décision de créer le PNSA. Un document, cadre consensuel a été validé en mai 2005 par le Gouvernement et ses Partenaires.

20 Durée du PNSA Les premières activités du PNSA ont démarré depuis Son exécution est prévue pour une durée de 10 ans avec une première phase de 5 ans renouvelable.

21 Budget du PNSA Le Gouvernement sest engagé à mobiliser des ressources humaines, matérielles et financières importantes pour la mise en œuvre et le suivi du Programme Un budget de 103 milliards de FCFA est alloué pour la réalisation du PNSA au bout de 10 ans avec de possibilité de rallonge Cest un gage pour latteinte de lobjectif principal qui est la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté sur lensemble du territoire national

22 Eléments principaux du PNSA Les principaux éléments de ce programme sont : la valorisation des ressources naturelles de base ; lintensification des cultures ; la diversification des systèmes de productions ;

23 la commercialisation et Transformation ; la santé et Nutrition ; laide alimentaire et dispositif de veille ; les mesures daccompagnement du PNSA.

24 Partenariats La préparation du PNSA a bénéficié tout au long du processus de la mobilisation et la participation active : des services nationaux (publics et non publics); de lexpertise de la FAO;

25 des représentants des principaux bailleurs de fonds (le PNUD, lUnion Européenne, la BAD, la BID, la Coopération Libyenne, Française, Allemande, Suisse, Italienne, etc) au Tchad.

26 Principaux résultats Financement de la constitution du stock national de sécurité alimentaire par lONASA Financement du projet de formation des artisans pour la construction des silos métalliques Financement des activités du projet pilote de recensement de lagriculture

27 Financement de la réhabilitation de 800 hectares des casiers B1, B2 et C2 du périmètre de Tcharaye (Bongor) Financement de la construction de trois (3) petits barrages dans les ouaddis de Sala, Haouach et Oum Hadjer dans la région de Kalaït

28 Acquisition de 60 Tracteurs, Charrues, Charrettes et Houes Occidentales mis à la disposition des producteurs à des prix subventionnés Achat des semences de cultures vivrières à lITRAD et mis à la disposition des producteurs suivant des critères dallocation variables (don pour les zones ayant traversé une catastrophe et vente à prix subventionnés pour les autres)

29 Marché dEtudes financé pour les sites aménageable de Boumo et Kim (Bureau dEtudes DIC) Marché dEtudes financé pour les sites de Kandili et Hellibongo (Bureau dEtudes AGRITCHAD) Marché dEtudes financé pour les sites de Goré et Doba (Bureau dEtudes AGRITCHAD)

30 Marché dEtudes financé pour les sites de Kyabé (Bureau dEtudes AGRITCHAD) Financement de la formation en Agro industrie des fruits et légumes Financement de laménagement des polders dans la Région du Lac

31 La Coordination National a réalisé une étude sur les besoins prioritaires des producteurs et létat des lieux des matériels et ressources humaines des structures déconcentrées des Ministères impliqués dans lexécution du PNSA

32 Prévisions budgétaires: FCFA Montant décaissé: FCFA (Situation au 21 /08/2008)

33 II. OBJECTIFS DU PNSA ET LES PRINCIPAUX AXES DINTERVENTION Objectifs principaux Développer les ressources humaines; Augmenter la production en modernisant les structures; Restaurer les équilibres économiques et financiers,

34 Accroître la production végétale, animale et halieutique par lintroduction de nouvelles technologies adaptées de production, de transformation et de conservation, incluant lintroduction de nouvelles variétés, la distribution des intrants et la maîtrise des principaux facteurs de productions (leau, la fertilité des sols et le foncier) ; Mettre en place et renforcer le dispositif de suivi, dalerte et de réaction rapide ;

35 Accroître quantitativement et qualitativement et rendre régulièrement disponible les denrées alimentaires dorigine animale, végétale et halieutique afin de réduire la dépendance vis-à-vis des importations et de réaliser des économies de devises ; Améliorer les revenus monétaires des ruraux, surtout ceux des femmes en encourageant les productions les plus adaptées de façon à favoriser une diversification et une régularité des recettes, tout en assurant une certaine sécurité à lépargne sous forme de cheptel afin de faire face aux périodes difficiles ;

36 Améliorer la commercialisation et la transformation des productions dorigine végétale, animale et halieutique ; Favoriser la protection de lenvironnement et la conservation des ressources naturelles par ladoption de nouvelles techniques délevage et dexploitation, notamment les productions fourragères dans les zones vulnérables ou déficitaires à fortes concentrations du bétail en période de soudure ; Renforcer les capacités des producteurs et de leurs structures dappui.

37 Améliorer la commercialisation et la transformation des productions dorigine végétale, animale et halieutique ; Favoriser la protection de lenvironnement et la conservation des ressources naturelles par ladoption de nouvelles techniques délevage et dexploitation, notamment les productions fourragères dans les zones vulnérables ou déficitaires à fortes concentrations du bétail en période de soudure ; Renforcer les capacités des producteurs et de leurs structures dappui.

38 Principaux axes dintervention Lanalyse du fonctionnement des systèmes de production dans les différentes zones agro-écologiques du pays, de la situation institutionnelle et organisationnelle en rapport avec les objectifs du Gouvernement en matière de sécurité alimentaire, permettent de dégager les axes prioritaires dintervention du PNSA suivants : accroître durablement, diversifier et intensifier les productions agricoles, forestières et halieutiques afin de faire face à linsécurité alimentaire structurelle dans les zones vulnérables ;

39 améliorer la qualité de lalimentation des groupes vulnérables et leur capacité daccéder aux aliments ; renforcer la capacité nationale à constituer des stocks et à disposer dun système efficace de veille et dintervention pour réduire les effets de linsécurité alimentaire conjoncturelle ; mettre en place un mécanisme de pilotage et de suivi de la mise en œuvre de la politique de Sécurité alimentaire.

40 Cohérence avec le SMA et lOMD Lobjectif de développement fixé par le Gouvernement pour le secteur rural, et fortement affirmé au niveau, entre autres, du Plan dIntervention pour le Développement Rural (PIDR), de la Consultation Sectorielle sur le Développement Rural (CSDR), de la Stratégie Nationale de Réduction de la Pauvreté (SNRP), de la Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance (SNBG), est « laccroissement durable du volume des productions dans un environnement préservé ».

41 Cet objectif devrait permettre de réduire de moitié, à lhorizon 2015, le nombre de personnes pauvres et linsécurité alimentaire telle que fixée lors du Sommet Mondial de lAlimentation (SMA) et dans les Objectifs de Développement du Millénaire (OMD).

42 Pour le Tchad, les défis restent majeurs pour atteindre la situation de sécurité alimentaire dans son concept défini par le Sommet Mondial de lAlimentation de 1996, à savoir : un état où « tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires, pour mener une vie saine et active ».

43 III.PROCESSUS DE PREPARATION Sensibilisation et implication des parties prenantes Tout le processus est conduit suivant une approche participative impliquant lensemble des acteurs concernés (paysans, éleveurs, groupements et associations de producteurs et de services, ONG, institutions de recherche et de développement, services techniques et administratifs de lEtat, les partenaires au développement); Les plus hautes Autorités du pays ont effectué de sensibilisation à tous les niveaux de différentes communautés

44 Cadre de décision, Comités, Equipe National délaboration, etc. Pour la mise en œuvre du PNSA, il a été institué un dispositif institutionnel qui suit : un Haut Comité Interministériel de Pilotage, présidé par le Premier Ministre; un Comité Technique de Suivi présidé par le Secrétaire Général du Ministère de lAgriculture ;

45 une Coordination Nationale; des Unités de Coordination Régionale, à raison dune cellule par région; des Antennes Régionales de liaison.

46 A léchelle actuelle, les deux dernières entités nont pas encore été mises sur pied, tandis que la Coordination Nationale attend une restructuration

47 Élaboration du PNSA, révision et approbation Tout au long du processus de préparation du PNSA, la mobilisation et la participation active des services nationaux (publics et non publics), de lexpertise de la FAO et des représentants des principaux bailleurs du Tchad ont permis de disposer dun document cadre consensuel validé en mai 2005 par le Gouvernement et ses Partenaires.

48 Le budget de 103 milliards contenu dans de ce document a été revu en hausse dans lordre de 446 Milliards FCFA. Mais très tôt les difficultés très spécifiques au Tchad ont poussé les décideurs à revenir sur les 103 milliards.

49 IV.FINANCEMENT Contribution du Gouvernement Le Programme National de Sécurité Alimentaire (PNSA) a un coût global estimé à 103 Milliards de FCFA sur 10 ans. Le Tchad sest engagé à financer à hauteur de 50 % de ce montant et le complément de financement est à rechercher auprès des bailleurs de fonds.

50 Du point de vue du financement national engagé, seul le Ministère de lAgriculture a eu à mobiliser sur le budget de lEtat (ressources pétrolières) au titre de lannée 2006 un montant de 3,1 Milliards FCFA et pour lannée 2007, 3,5 Milliards, soit un total 6,6 Milliards FCFA pour le financement des activités du PNSA. Il a été inscrit au titre de lannée 2008 sur le budget de lEtat un montant de 7 Milliards FCFA pour le financement des activités du PNSA retenues pour les trois (3) Ministères en charge du développement rural.

51 Le Budget de 2009 est de 20 milliards dont 4 milliards sont à rechercher auprès des donateurs.

52 Réunion consultative des donateurs et mobilisation de fonds Une réunion consultative de donateurs et mobilisation de fonds auprès des partenaires a été réalisée avec lappui de la FAO sous forme de table ronde. Mais, il faut noter que, jusquà présent, les fonds mobilisés sont ceux de lEtat. La BID, vient de donner un accord pour le financement de quelques activités dans le cadre de PNSA.

53 Partenariats (dont la coopération Sud-Sud) Le partenariat Sud-Sud actuellement défini est celui établi entre le Tchad et la République du Viêt-Nam. La porte est donc ouverte pour les autres amis du Sud intéressés par le développement du Tchad.

54 V.SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES Le PNSA est opérationnel, beaucoup de projets et activités sont démarrées et de nouveaux se préparent à être lancés. Une seconde table ronde des bailleurs de fonds pour évaluer lévolution du Programme en vue de lamélioration de sa performance nécessaire à la mobilisation des partenaires, est en préparation.

55 Les engagements des plus Hautes autorités du pays en matière de sécurité alimentaire sont entrain dêtre formalisés en projets et activités immédiatement exécutoires. Un travail denquête est en cours pour identifier tous les intervenants en sécurité alimentaire au niveau national afin dharmoniser davantage les interventions des uns et des autres, ce qui permet déviter le gaspillage de ressources disponibles.

56 VICONCLUSION Le PNSA tchadien est jeune, mais lespoir dune sécurité alimentaire est légitime. Cet espoir est fondé sur lexistence dimportantes ressources naturelles (39 millions dha de terres cultivables, dont 5,6 millions irrigables, importantes ressources en eaux souterraines et de surface, un cheptel estimé à 10 millions de têtes, une faune sauvage abondante et variée et des ressources halieutiques non négligeables dont la pêche avec une production annuelle de tonnes. En plus de cet environnement naturel favorable, notons également la bonne disposition des plus hautes Autorités du pays en faveur du PNSA.

57 Merci infiniment !


Télécharger ppt "Programme National de Sécurité Alimentaire (PNSA)/TCHAD."

Présentations similaires


Annonces Google