La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Urbanisation des SI Module 3 De la fin du XX ème siècle à 2003.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Urbanisation des SI Module 3 De la fin du XX ème siècle à 2003."— Transcription de la présentation:

1 Urbanisation des SI Module 3 De la fin du XX ème siècle à 2003

2 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 2 Résumé de lépisode précédent Dans les années 1980 –La question de linteropérabilité des applications émerge dans le domaine de lingénierie industrielle. Développement de bases inter métiers dintégration de données applicatives –La déconcentration des mainframes vers des stations de travail crée de nouveaux problèmes dintégration et de cohérence des études Recentralisation logique du SI avec quatre fonctions principales Bus de traduction et de communication RéférentielMoniteur Données partagées Catalogue application

3 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 3 Plan de l'exposé Les Faits nouveaux de la fin dun siècle –Évolution de la pratique du « plan directeur informatique » Grandeur et Obsolescence –Préoccupations de systèmes informatiques Obsolescence des applications composants de Système Informatique, Pérennité du Système dinformation Changements historique des constantes de temps, retournement de rôles La métaphore des édifices et des villes –Différence entre système dinformation, système informatique La nature de préoccupations qui émergent –Importance cruciale des systèmes informatiques –Qualités dun système dinformation Démarches méthodologiques –Analyse de lexistant, cartographie –Zachmann –Togaf –La démarche méthodologique du CIGREF

4 Les faits nouveaux de la fin dun siècle

5 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 5 Du mini au micro-ordinateur Au cours des années 70 sont créés les premiers micro-ordinateurs des machines personnelles de dimensions réduites se popularisent au cours des années 80, Commodore, Sinclair, Apple II, IBM PC, En 1981 Xerox commercialise la Star 8010 première machine avec interfaces utilisateurs à fenêtres multiples et la souris inventée par Douglas Engelbart Apple industrialise les concepts de Xerox crée LISA, puis le premier Macintosh En 1980 IBM signe avec Microsoft la fourniture du système dexploitation de ses micro-ordinateurs PC Microsoft commercialise Windows 1

6 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 6 De lInternet au Web En 1980 Vinton Cerf apporte avec TCP/IP (issu de Arpanet) une solution résiliente pour les architectures de réseaux entre ordinateurs. En 1989, pour les besoins déchanges entre laboratoires de physique et observatoires astronomiques le CERN, en les personnes de Robert Cailleau et Tim Berners Lee ont spécifié et prototypé le Web En 1983 le système de nom de domaine (DNS) est mis au point. En 1994 extension du World Wide Web, généralisation du langage HTML, des URL (Uniform Resource Locator), les adresses web, et de HTTP (Hypertext Transfert Protocol) En 1998 création de lICANN (Internet Corporation for Assigned names and Numbers) afin de superviser l'administration des noms de domaine dans le monde.

7 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 7 Des faits qui, à la fin du siècle dernier, changent la donne. Les navigateurs Web voguent vers des « sites » et –Uniformisent les moyens de fournir et daccéder aux informations distantes Linformatique est distribuée, puis proliférée –Les Matériels sont produits en grande série, fermant progressivement le marché du premier équipement –Les Logiciels sont produits et reproduits en masse occupant lespace possible des activités des entreprises et des particuliers. – La fonctionnalité de « presse-papier » apporte linteropérabilité sans la qualité Une préoccupation reçoit enfin ses applications : –Le commerce voit les conditions sont réunies pour son informatisation Une part envahissante des acteurs disposant de matériels informatiques en relations possible par le réseau des réseaux La complexité des systèmes change dordre de grandeur –Accélération des changements induits par la compétition commerciale Poussant le développement des technologies dinformation selon une fonction de type exponentielle

8 La métaphore des édifices et des villes

9 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 9 Le risque des métaphores informatiques, Au sens initial lUrbanisation est la discipline de lagencement des villes, du développement des faubourgs et ensuite par extension de lAménagement des campagnes, Le champ sémantique des systèmes dinformation adopte les métaphores : La ville : –Des intrications que lon tente dorganiser de circuits de circulation entre machines et applications, grands édifices anciens ou modernes, voués à être stables et sûrs sinon à durer. –Décompositions en Quartiers et en îlots, avec des caractéristiques géographiques et fonctionnelles Les faubourgs : –Des espaces de semi-liberté de services professionnels assurés par des îlots dapplications isolées, de petites dimensions, Les populations –Les Sédentaires et les Nomades La campagne : –Linformatique personnelle, non contrainte, peu dépendante, très communicante, fortement évoluante

10 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 10 Rêve... La Citta ideale, selon Piero de la Francesca

11 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod et réalité Favela dans les hauteurs de Rio de Janeiro

12 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 12 Héritage : Brasilia ou Rio de Janeiro ? Quel est lage de la ville ? –Pourquoi et comment a-t-elle été construite ? Quelles sont ses fondations, son sol et son sous sol ? Quy produit-on et quy échange-t-on ? –Quelle est son histoire et quelles sont ses usages ? Des questions pratiques transposées : –Un système dinformation préexistait-t-il formellement à linformatisation des métiers ? –La description de ce système dinformation est-il a lorigine de linformatisation de ses fonctions ? –Les informatisations des fonctions ont-elles été coordonnées entre elles ? –Les liens implémentés entre fonctions informatisées ont ils été coordonnés ? –Les applications sont elles dans un état opérationnel satisfaisant, cohérent, connu ?

13 Urbanisation de Système d'information Des préoccupations qui émergent

14 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 14 Autrefois se pratiquait le « plan » Le schéma directeur informatique des années –Est initialement conçu pour des stratégies dachats de matériels Mainframes, réseaux et terminaux, puis Serveurs et stations locales, matériels réseaux, –Inclût des grandes applications logicielles stratégiques Gestion, Calcul... –Définit une évolution par « paliers » stables, à technologie et fonctionnalité constante –Définit les conditions de robustesse et de confidentialité. Sauvegarde, reprise en secours, Peu ou pas de problématique de sécurité –Nintervient pas ou peu au niveau applicatif Domaines réservés des métiers –Sert des métiers en évolution lente, de par leur informatisation elle-même –Ne traite pas les métiers du commerce car le commerce nécessite une capacité de dialogue avec nimporte quel client qui alors reste encore à créer

15 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 15 Désormais, avec Internet et le web, tout change tout le temps Au cours des années 1990, –Les constantes de temps se réduisent –Internet devient le réseau des réseaux Il est par définition indémodable en tant que tel Il est le lien potentiel entre tous les ordinateurs Il apporte des éléments standards dinfrastructure pour linteropérabilité des applications –Internet ouvre la voie de linformatisation des métiers du commerce Avec la diffusion des ordinateurs chez les clients –Internet accélère les échanges, mondialise le commerce Amplifie la concurrence sur les produits et services Accélère les obsolescences des produits et services Réduit le cycle de vie des composants des systèmes informatiques –Linformatisation des métiers sest généralisée, nest plus en soi un avantage compétitif, mais une obligation vitale change la nature des métiers précipite leurs évolutions constantes, leur création comme leur disparition intègre la relation avec les clients. –Les navigateurs Web normalisent linterface homme machine La notion de Palier Informatique stable devient obsolète De périodiques, les démarches de schémas directeurs informatiques nécessitent de devenir continues.

16 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 16 Nécessité dUrbanisation La prolifération et le renouvellement rapide des matériels et des logiciels est une tendance lourde Les temps de cycle des plans Directeurs Informatiques tendent à se réduire, Lancienne Direction Informatique ne détient plus les matériels et les logiciels et voit son autorité mise en cause par la subversion des métiers La nécessité émerge dautres pratiques –dadaptation aux évolutions constantes des métiers –de réponse aux nécessité dorganisation de la coopération des métiers Organisation des biens collectifs dacteurs individuels, lurbanisme de système dinformation est la pratique émergeante de réponse à cette nécessité. L'allumeur de réverbère, victime de l'accélération de la rotation de sa planète

17 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 17 Des obligations légales Nécessité nouvelle de laudit de système dinformation –Laudit a pour but dévaluer la conformité des processus et méthodes de lorganisation avec un ensemble de règles légales en vigueur, (règles fiscales, juridiques, sociales, etc.) –Lapparition des nouvelles lois, telles que la loi Sarbannes-Oxley aux Etats Unis, ou la loi organique relative aux lois de finances ( LOLF) en France ont eu pour effet de généraliser et de systématiser la pratique de ces audits

18 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 18 Point dorgue, pour une démarche durbanisme (suite) Un système d'information –représente l'ensemble des éléments participant à la gestion, au classement, au traitement, au transport et à la diffusion de l'information au sein d'une organisation, acteurs, flux dinformation et documents, processus, ressources et outillages. –intègre les activités des acteurs de son fonctionnement, quils soient humains ou automatiques. –est la représentation opérationnelle du fonctionnement de lorganisation quil sert. –évolue identiquement avec lorganisation quil sert –exploite comme ressource un ou plusieurs système(s) informatique(s) Un système informatique –est un ensemble de logiciels et matériels constituant des acteurs automatiques dun système dinformation Un système dinformation nest pas un système informatique : –Il préexiste aux ses systèmes informatiques qui le composent –Il transcende les vies des applications de ses systèmes informatiques. –Il est tributaire de la capacité de son système informatique à saligner sur le fonctionnement de lorganisation.

19 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 19 Point dorgue, pour une démarche durbanisme Les applications ont un cycle de vie, avec des étapes: Création –Expression de fonctionnalités de préoccupation métier –Prototypage –Spécification fonctionnelles et dimplémentation –Développement –Tests et qualification –Mise en service et déploiement Évolution –cf. Création Maintien évolutif en condition opérationnelle Maintenance sans évolution en condition opérationnelle Exploitation sans maintenance Spécification de solution de remplacement Résorption suite au déploiement de solution de remplacement. –La vie des applications dépend de celles de leurs ressources de : Matériels, avec leur propre cycle de vie dusage et dobsolescence. Logiciels, avec les mêmes étapes de cycle de vie que les applications. Les applications sassemblent en composantes de Systèmes Informatiques Qui ont semblablement un cycle de vie Les systèmes informatiques sont des composantes de Systèmes dinformation Qui eux nont pas dautre cycle de vie que celui de lorganisation quils servent

20 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 20 Qualités attendues dun système dinformation (1/2) LErgonomie des systèmes informatiques composant le système dinformation au service de ses acteurs Mots clés : user friendliness, acceptability, entropy, confort,acceptabilité entropie La Qualité sémantique des informations issues des données des systèmes informatiques Mots clés : quality of service, tracability, completeness qualité de service, traçabilité, complétude Les Performances en Charge des systèmes informatiques au service du système dinformation Mots clés : scalability tenue à la charge (pour les humains comme pour les machines!) La Continuité de Service en modes dégradés et la Sécurité des systèmes informatiques au service du système dinformation Mots clés :, reliability, safety robustesse, résilience, sécurité LAdaptabilité Dynamique du système dinformation à la stratégie de lorganisation et aux technologies disponibles Mots clés : alignement, agility flexibilité, agilité La Maîtrise des Coûts de maintenance et dévolutions continues des systèmes informatiques au service du système dinformation Mots clés : return on investment (ROI), cost of ownership retour sur investissement, coût de possession

21 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 21 Qualités attendues dun système dinformation (2/2) : – Être prospectif (visions) Rechercher les nouvelles perspectives de métiers et services intrinsèquement informatiques –Être compétitif (opportunités) Être à jour des technologies les plus productives Sortir de la logique des « paliers » figés, définis par des « schémas directeurs informatiques » Sadapter à la stratégie mouvante de lentreprise –Être économique (utilités) Maîtrise des coûts de prolifération des ordinateurs, des applications et des interfaces Anticipation de lobsolescence des architectures matérielles Anticipation de lévolution des ressources logicielles génériques –Être sûr et fiable Maîtriser les accès internes et externes aux ressources du système dinformation Continuer de fonctionner en cas de défaillance dune partie quelconque de ses composants

22 Démarches méthodologiques

23 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 23 LArchitecture et lUrbanisme informatique… Comme larchitecture des bâtiments et lurbanisme des villes –ne sont pas le même métier –se situent à deux niveaux successifs de complexité –partagent quelques rares formalismes –fonctionnent avec des constantes de temps échelonnées En informatique, larchitecture et lurbanisme souffrent de mêmes défauts : –Complexité et diversité des approches et des formalismes –Défaut de méthodologie unifiée probante. La spécification dune architecture et la description dun schéma durbanisme ne sont pas de même nature –UML, formalisme de contenants ne répond que partiellement aux urbanistes –Les schémas durbanisme sont des descriptions de contenus individuels Pour lesquelles les modalités dexpression XML RDF/RDFS/OWL apparaissent plus adaptées Vue dimplémentation Vue des cas dutilisation Vue du déploiement Vue logique Vue des Processus

24 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 24 Comparaison : éléments darchitecture applicative Meta-modèle de larchitecture dune application par Grady Booch

25 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 25 Comparaison : éléments durbanisation de système dinformation Méta-modèle durbanisation ANSI/IEEE Std

26 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 26 État de lart méthodologique Le marché de lurbanisation des SI est étroit Il ny a pas à ce jour de consensus sur une méthode durbanisme formelle universellement adoptée Il existe de multiples écoles de pratiques méthodologiques, dont –Pour lentreprise elle-même PERA (pour lensemble de lentreprise considérée comme vouée à naître et disparaître) –Pour les automates et processus industriels ANSI/ISA-S95 –Pour les systèmes dinformation dentreprise Zachmann Togaf Cigref Praxeme Ceisar … Il existe de multiples auteurs, entreprises de conseil et éditeurs de logiciels –Auteurs : Caseau, Choay, Longépé, Merlin, Mingasson, Sassoon, –Entreprises : IBM, CapGemini, CosmosBay-Vectis, Vinci-consulting, –Outils : Casewise, Mega, Mood,…

27 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 27 Pera, Purdue Enterprise Reference ArchitecturePurdue Enterprise Reference Architecture LUniversité Purdue (Purdue University) est une université publique située à West Lafayette, dans le comté de Tippecanoe (Indiana) aux États-Unis Pera est un méta-modèle hégémonique « darchitecture dentreprise »

28 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 28 ANSI/ISA-95 : modèle général dactivités ISA-95 est un méta-modèle adapté aux entreprises gérant un processus de production industrielle

29 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 29 Méthode de Zachmann (quoi, comment, où, qui, quand, pourquoi) stratégieplanningorganisationLieu sur le réseauFonction effectuée Valeur des données Utilisation Exécutant 6 Spécification de règles cadencementArchitecture de sécurité Architecture de réseaux ProgrammeDéfinition des données Configuration de composants Sous traitant 5 Conception de règles métier Structure de contrôle Architecture de présentation Technologie darchitecture Conception de système Modèle physiqueModèle technologique Réalisateur 4 Modèle de règles métier Structure de processus Architecture dinterface utilisateur Architecture distribuée Architecture applicative Modèle fonctionnel logique Modèle fonctionnel, logique Concepteur 3 Business planPlanning principal Modèle de processus logistiqueModèle de processus Modèle sémantique entité relation Modèle Métier, daffaire Contributeur 2 Liste des objectifs Liste des sortes dévénements Liste des organisations importantes Liste des lieux dexploitation Liste des processus principaux thèmes de laffaire Périmètre projet Visionnaire 1 Pourquoi (motif) Quand (date heure) Qui (personnes) Où (sur le réseau) Comment (fonction) Quoi (donnée) coucheOrdre Le « Cadre Zachmann » est une approche Données/Traitement générique des problématiques durbanisme

30 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 30 TOGAF : The Open Group Framework Architecture « The Open Group Architecture Framework, également connu sous l'acronyme Togaf, est un ensemble de concepts et un standard industriel couvrant le domaine des architectures informatiques d'entreprise, qui peut être utilisé librement et sans coûts par toute entreprise souhaitant développer ou modifier son architecture. » (source Wikipedia) En 2008, la toute dernière version de TOGAF 9 a été publiée. Cet environnement - cadre se compose des quatre éléments : –Architecture Capability Framework –Architecture Development Method (ADM), –Enterprise Continuum" et –Resource Base. La composante "Architecture Development Method" –constitue le noyau de TOGAF. Elle décrit la démarche à suivre pour le développement d'architectures, L'élément "Enterprise Continuum" –classifie des modèles d'architecture ("Architectural Continuum") ou des descriptions de leurs implémentations ("Solutions Continuum"). L'élément "Resource Base" –constitue une collection d'exemples de modèles et de guides, qui soutiennent et expliquent, entre autres, la mise en place de la direction et des équipes du projet, les principes et les stratégies relatifs au processus de développement ou la comparaison avec d'autres environnements - cadres.

31 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 31 TOGAF : ADM esthétique dun cycle itératif Framework And Principles Vision Opportunities and Solutions Implementation Governance Requirements Management Information System Architecture Migration Planning Technology Architecture Business Model Architecture Change Management

32 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 32 TOGAF ADM Architecture Development Method Le principe de Togaf repose sur un cycle continu de tâches de réexamen des systèmes d'information, centré sur la gestion continue des exigences "Preliminary Phase: Framework and Principles" –(intégration de modèles supplémentaires, adaptations, principes) A: Architecture Vision –(étendue, aspect principal, influences et objectifs) B: Business Architecture –(architecture commerciale avec modèles de processus métiers, cas d'utilisation et diagrammes de classes) C: Information System Architecture –(applications, modèles de données) D: Technology Architecture –(systèmes matériels) E: Opportunities and Solutions –(stratégies de migration, plan d'implémentation) F: Migration Planning G: Implementation Governance –(surveillance de la compatibilité et des relations entre les différents projets) H: Architecture Change Management –(planifications pour modifications futures)

33 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 33 Lapproche du Club Informatique des GRandes Entreprises Françaises Le CIGREF, Club informatique des grandes entreprises françaises, est une association indépendante à but non lucratif regroupant plus de cent très grandes entreprises et organismes français et européens de tous les secteurs d'activité (banque, assurance, énergie, distribution, industrie, services...).

34 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 34 Lapproche déductive du CIGREF, ou Zachmann revisité Une Démarche raisonnée de rénovation

35 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 35 Méthodologie du CIGREF Une vision hiérarchisée descendante de lurbanisation

36 SqEME Une méthodologie Néérlandaise

37 SqEME Une autre façon de découper la problématique en quatre préoccupations

38 Étapes dune démarche durbanisme de Système dInformation

39 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 39 Amorce dune démarche durbanisation dun système dinformation Une « organisation » humaine est composite A la finalité quelle se donne, elle structure les contributions qui lui sont nécessaires Un organigramme est une représentation hiérarchique de cette structure –il décrit la décomposition de rôles contributeurs et de leurs affectations à des personnes –il nexplique pas le fonctionnement des contributions Le système dinformation dune organisation est une projection de sa complexité Il intègre la représentation des contributions du rôle de chaque acteur contributeur sa démarche durbanisation est homologue à la démarche de structuration des contributions de chaque rôle contributeur chaque contribution y est formalisée par un processus

40 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 40 Décomposition analytique des représentations La maîtrise de la complexité de la représentation des contributions de chaque acteurs implique de les hiérarchiser les bonnes pratiques durbanisme hiérarchisent les descriptions en couches de représentations qui descendent à la fois: –Du plus abstrait au plus concret –Du plus simple au plus détaillé –De la spécification à la réalisation Couche des Métiers Couche des Fonctions Couche des Applications Couche des Infrastructures Techniques Couche Stratégique Couche de lexploitation

41 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 41 Système dinformation Système informatique Amorce dune démarche durbanisation dun système dinformation –Chaque rôle dun acteur contributeur est représenté dans le système dinformation Formalisation du rôle avec sa légitimité, son langage et son vocabulaire –Le rôle du Directoire est dassurer la finalité de lorganisation Formalisation de sa stratégie pour lobtenir –Les fonctions des rôles contributeurs réalisent leurs relations mutuelles formalisation des métiers et décomposition en fonctions décrivant leurs actions –Les applications servent une ou plusieurs fonctions de un ou plusieurs métiers –Les contingences des infrastructures techniques et de lexploitation sont formalisées par le rôle du contributeur de linformatique Métiers Fonctions Applications Infrastructures Techniques Stratégie exploitation

42 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 42 Récursivité Maintenir le système dinformation est un rôle de lorganisation quil sert –Ce rôle est lui-même une composante de la stratégie de lorganisation –Les fonctions principales de ce rôle –Apporter à lorganisation la description des rôles des ses acteurs et de leurs fonctions mutuelles, –Décrire les objets traités par lorganisation, formaliser ses règles de fonctionnement –Organiser et décrire les systèmes informatiques traitant les informations sur ces objets et leurs infrastructures matérielles, au service des fonctions des rôles contributeurs –Faire évoluer les systèmes informatiques pour les adapter à la stratégie Bonne pratique : –le système dinformation se décrit lui-même dans le système dinformation –le système dinformation formalise ses fonctions dans son propre système informatique au service de lensemble de lorganisation quil sert –Le processus dévolution du système dinformation est implémenté dans une application de son système dinformation Notion de Gouvernance appliquée au système dinformation –Par essence, la gouvernance est le contrôle du gouvernement –La gouvernance dun système dinformation est homologue à celle de lorganisation quil sert/

43 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 43 Objectifs de la formalisation explicite de la stratégie Structurer la complexité du SI –Le premier objectif est dorganiser le travail même de lurbaniste, soit répartir le travail de définition des descriptions des contributions des acteurs de lorganisation. Faire évoluer le SI –Le second objectif est lidentification des conséquences de toute évolution stratégique pour ladaptation nécessaire du système dinformation, des systèmes informatiques, leurs composants applicatifs et leurs infrastructures de fonctionnement. Maintenir le SI –Le troisième objectif est lidentification des conséquences de toute évolution dune quelconque contribution pour réadapter le système dinformation à la stratégie.

44 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 44 Système informatique Processus générique dévolution dun système dinformation Système dinformation Système informatique Métiers Fonctions Applications Infrastructures Techniques Stratégie exploitation État initial Métiers cible Fonctions cible Applications cible Infrastructures Techniques cible Exploitation cible État cible Stratégie cible événement

45 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 45 1ere étape : formalisation de la stratégie Les bonnes pratiques formalisent la stratégie via deux formalismes complémentaires –Le diagramme de causes et effets dIshikawa Formalisation des contributions nécessaires à un effet objectif souhaité –Le diagramme de chaînes de valeur de Porter Identification des processus nécessaires à un objectif souhaité

46 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 46 La sécurité du transport de l'électricité RTE est le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France. Ce réseau figure parmi les infrastructures définies comme vitales pour la nation. Sa sécurité est donc cruciale, face à risques d'indisponibilité, mais aussi de malveillance. C'est donc assez naturellement que "la politique de sécurité est alignée sur les enjeux métiers et soutenue par la direction", comme l'explique Philippe Bedu, le responsable du département Urbanisation et Solutions informatiques. En termes d'objectifs pour la direction informatique, cela implique : - Aucune plainte imputable au SI liée à la confidentialité et à la discrimination, - Aucun Evènement Sureté Système dû au SI d'une criticité supérieure à C (échelle de A à F), - Plafonnement annuel des conséquences des dysfonctionnements informatiques. La sécurité au sein de RTE s'effectue certes au travers de mesures techniques classiques (pare-feu, chiffrement, authentification, etc.), mais surtout par le biais d'une veille et une analyse des risques, l'intégration de la sécurité physique et la sensibilisation des utilisateurs aux cyber-risques. Sur un plan organisationnel, compte tenu de l'étendue du réseau électrique, RTE dispose d'un responsable sécurité national et de responsables locaux. Une organisation de crise est également définie. Quant au système SCADA, il est clairement séparé du SI de gestion relié lui à Internet et aux partenaires. "Des besoins d'échanges sont apparus entre les deux SI. Ceux-ci ont été couverts au travers de mesures de sécurité appropriées. Ainsi, par exemple, si échange il y a, il ne peut forcément être qu'à l'initiative du système industriel", précise Frédéric Lenoir, en charge de l'architecture sécurité Téléconduite. En matière de sécurité physique, les machines SCADA sont hébergées dans des zones dont l'accès est renforcé afin de réduire les risques de malveillance. Un système de supervision des équipements permet également de remonter des alertes. En outre les applications temps réel de RTE reposent sur des moyens de transmission dédiés. Exemple de Finalité Stratégique pour un SI

47 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 47 Ishikawa et Porter Kaoru Ishikawa ( Ishikawa Kaoru, Tôkyô, avril 1989), ingénieur chimiste japonais précurseur et un des théoriciens pour la gestion de la qualité. On lui doit notamment le diagramme de causes et effets qui est un des outils fondamental pour assister les cercles de qualité. Kaoru Ishikawa développa notamment les idées suivantes en qualité : –omniprésence de la qualité à chaque processus. –implication de tous les acteurs (services, employés) de l'entreprise dans la qualité. Michael Porter, né en 1947, est un professeur de stratégie d'entreprise de l'université Harvard, spécialiste également de l'économie du développement Il est connu pour ses études sur la façon dont une entreprise peut obtenir un avantage concurrentiel (ou avantage compétitif) en maîtrisant mieux que ses rivaux les forces qui structurent son environnement concurrentiel. Cette maîtrise des forces de la concurrence s'illustre par le déploiement d'une chaîne de valeur qui caractérise le modèle économique de l'entreprise.

48 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 48 Règles de construction dun diagramme dIshikawa Les objectifs sont des syntagmes verbaux Les objectifs ne comportent ni « ou » ni « et » de choix ou de factorisation ou Le diagramme comporte un et un seul objectifs principal effet dobjectifs contributeurs Les objectifs contributeurs sont catégorisés en : –Matières premières –Technologies –Ressources humaines –Méthodologies –Milieu –Management –Finance

49 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 49 Exemple de diagramme dIshikawa

50 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 50 Exemple demploi autre : analyse qualitative de défaut

51 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 51 Description cartographique des métiers Chaque processus est exercé par un acteur externe ou métier interne Chaque processus génère un ou plusieurs flux entre les métiers Les bonnes pratiques durbanisme conduisent à formaliser sur un diagramme dentreprise les rôles des acteurs et les flux quils génèrent La formalisation du diagramme dentreprise dun état existant conduit à rationaliser lorganisation et ses flux pour obtenir un état cible

52 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 52 Cartographie des Objets métier objets déchanges

53 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 53 Diagramme principal de Chaîne de valeur

54 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 54 Cartographie des fonctions : chaînes de valeurs décomposition des processus élémentaires Processus opérationnels Processus support marketing études méthodes production vente qualité comptabilité formation Finance

55 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 55 Matrice Processus/Objectif La matrice Processus/Objectif établit la cohérence de la démarche de modélisation stratégique –Chaque objectif doit être servi par au moins un processus –Chaque processus contribue à au moins un objectif Processus 11 Nécessité 13 Processus 10 Nécessité 11 Processus 9 Nécessité 14 Processus 8 Nécessité 4Processus 7 Nécessité 6 Processus 6 Nécessité 5 Processus 5 Nécessité 17 Processus 4 Nécessité 3Nécessité 16Nécessité 2Processus 3 Nécessité 5 Nécessité 4 Nécessité 10Processus 2 Nécessité 4 Nécessité 1Processus 1 Objectif N°4Objectif N°3Objectif N°2Objectif N°1 Processus identifié d'une chaîne de valeur

56 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 56 Exemples de Chaînes de valeur trouvés sur le Net

57 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 57 Exemples de Chaînes de valeur trouvés sur le Net

58 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 58 La chaîne de valeur de lurbanisation elle-même

59 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 59 Processus Décomposition en activités de processus réutilisables Un processus comporte une ou plusieurs procédures

60 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 60 Exemple de procédure (BPMN)

61 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 61 Couche Applicative: Le Commerce introduit une séparation fonctionnelle Notions de Front Office / Back Office –Les termes de Front Office et de Back Office (« boutique » et « arrière-boutique ») sont utilisés pour distinguer dune part les processus internes de l'entreprise dautre part la relation directe avec le client. –Le Front Office (parfois Front line) désigne la partie visible par la clientèle et en contact direct avec elle, telles que la vente en ligne, le marketing, le support ou de service après-vente. –Le Back Office à l'inverse désigne l'ensemble des parties du système dinformation auxquelles les personnes nappartenant pas à lentreprise ne sont pas censées avoir accès. Il s'agit donc de tous les processus internes à l'entreprise (Recherche, développement, production, logistique, stocks, comptabilité, ressources humaines, etc.) Avantages et Inconvénients –La sécurité des systèmes pousse à la séparation –Lintégrité des systèmes dinformation, la dynamique dentreprise pousse à lintégration –Les exigences de qualité poussent à lintégration

62 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 62 Cartographie applicative De la complexité à la complication : la cartographie dun état existant montre que parfois –Une application implémente de 1 à n activités –Une application implémente de 1 à n processus élémentaires –Un processus est implémenté par 1 à n applications –Une activité est implémentée par 1 à n applications –… –Lurbanisation devrait conduire du compliqué au complexe en rationalisant notamment les cardinalités application activitéprocessus 1,n Objet métier 1,n

63 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 63 Cartographie Applicative : Audit de relevé de lexistant Lurbanisation dun système dinformation passe par des phases denquêtes descendantes et de remontées de contraintes –Lenquête vise à tracer les schémas superposés des systèmes informatiques existants Rôle, modalité dutilisation, dexploitation et de maintenance Modalités de relations entre applications et entre acteurs Modalités dimplémentation Modalités dinfrastructure –Lenquête doit être formalisée par un questionnaire structuré en fonction dun méta-modèle : de tout élément dinformation utile à la démarche des conditions conduisant à la flexibilité de lorganisation cible

64 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 64

65 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 65 Exemple de Méta-Modèle pour un Audit

66 Cours MIAGE M1 « Urbanisation des Systèmes dInformation » Henry Boccon-Gibod 66 Correspondances de vocabulaire événement et compte-rendu d'événementprise de type flux/événement interface de serviceprise de type question/réponse traitement / service applicatiffonction / service fonctionnelTâche donnéeinformationObjet métier application bloc applicatifbloc fonctionnelActivité îlot applicatifîlot fonctionnel quartier applicatifquartier fonctionnel processus applicatifprocessus fonctionnelProcessus métier architecture applicativearchitecture fonctionnelleVue métier Système informatiqueSystème d'informationSystème métier

67 Les grands principes sont divins… …Le diable règne dans les détails !


Télécharger ppt "Urbanisation des SI Module 3 De la fin du XX ème siècle à 2003."

Présentations similaires


Annonces Google