La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Recherche participative et enjeux interculturels 1) Présenter brièvement deux études mettant en jeux des enjeux interculturels dans le domaine de laction.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Recherche participative et enjeux interculturels 1) Présenter brièvement deux études mettant en jeux des enjeux interculturels dans le domaine de laction."— Transcription de la présentation:

1 Recherche participative et enjeux interculturels 1) Présenter brièvement deux études mettant en jeux des enjeux interculturels dans le domaine de laction communautaire dans le quartier CDN. 2) Note sur une pratique de formation interculturelle offerte au CSSS Conclusion: Citoyenneté inclusive et adaptation raisonnable et interactive.

2 Bilan de laction communautaire dans le quartier Côte-des-Neiges: , Phase I: « Récits Collectifs de laction communautaire dans CDN: une histoire agissante » Équipe de recherche Jacques Rhéaume, Louise Tremblay, Lucie Dumais, Fannie Brunet et Yves Vaillancourt (UQAM, LAREPPS, Centre de recherche et de formation du CSSS de la Montagne) et Roger Côté, Denise Beaulieu, Ginette Bibeau, Alain Landry, Marie-Paule Garand et Denyse Lacelle (Conseil communautaire et organismes communautaires du quartier)

3 Bilan de laction communautaire dans CDN Offre et demande: documenter l'apport de l'action communautaire à l'évolution du quartier CDN Deux phases socio-historique, basée sur des récits individuels et collectifs (Subvention FQRSC, , J. Rhéaume et al.) Analyse dimpacts de l'action (Subvention CRSH, , L. Dumais et al.)

4 Métho: Récits individuels 15 entrevues semi-dirigées d'une durée moyenne de 1 h 30, enregistrées, transcrites et analysées. Les personnes interviewées, identifiées par le comité d'encadrement de la recherche, comme témoins de l'évolution de l'action communautaire dans CDN, sont: des représentants d'organismes communautaires ; des organisateurs communautaires du CLSC ; des représentants d'organismes actifs en développement communautaire des acteurs extérieurs qui ont un lien avec l'action communautaire (conseillère en développement communautaire de la Ville de Montréal; ex-commissaire scolaire, etc.).

5 Métho: récits de collectifs 5 entrevues semi-dirigées (en deux étapes) avec des organismes phares (anciens et agissant dans des secteurs différents) Centre communautaire de loisir de Côte-des-Neiges SIARI (Service dinterprète et accueil des réfugiés et immigrants) Projet Genèse Promis Black Community Association NB Autre OC étudié auparavant: Multicaf Les questions ont porté sur l'organisme, son origine, son évolution, sa mission, les gens qui y oeuvrent, les rapports entre les divers acteurs du quartier. Chaque entrevue est teintée de l'histoire de chacun des membres rencontrés.

6 Des résultats I. Évolution du nombre des organismes communautaires (OC) - 9 organismes entre 1900 et Actuellement (2006), 109 organismes (OSBL) - 15 Organismes de concertations. A noter: 75 organismes sont disparus

7 Résultats II. Population Le haut et le bas de la Côte sont marqués socialement (pauvreté vs richesse), linguistiquement (français vs anglais); ethniquement (non-immigrants vs immigrants). Des zones contrastées… Tous font le constat du changement de la population. Depuis 30 ans, elle est devenue multiethnique. Et plus dense. Précarité des conditions de vie de nombreux nouveaux immigrants (logements, emploi, pauvreté). Mobilité de passage pour beaucoup (10%, 20% +) Un climat de sécurité impressionnant, résultat dune action concertée dans le quartier.

8 Pluriethnicité, et immigration: pluralisme et citoyenneté Cest le CLSC qui, le premier, en 1979, a accueilli les nouveaux immigrants dans le quartier, les « Boat People ». Par la suite, les organismes communautaires ont pris le relais (SIARI et ALAC, par exemple) en ce qui a trait à laccueil et lintégration. Aujourdhui, 7 organismes sont entièrement dédiés à laccueil et à lintégration des immigrants. Toutes leurs activités sont orientées vers laide à l immigration: cours de français, insertion en emploi, jumelage, cuisine collective, groupes d achat, soutien aux familles, etc. Ce sont des « portes dentrée » au pays. Pour répondre aux besoins des personnes immigrantes et pour les accueillir, plusieurs organismes communautaires de CDN sont multilingues. P. ex., dans le service Accueil et établissement de Promis, les intervenants parlent 11 langues. À Genèse, on parle de 15 à 23 langues différentes.

9 Les défis, contradictions ou tensions Touchant limmigration: (voir phase II) - quartier daccueil, attirant; mais lieu de passage. - Position forte de citoyenneté inclusive, plurielle, dans une majorité dOC, mais clivages persistants: anglais- français; des associations à vocation ethnique plus exclusives. Touchant léventail des services: - Un éventail de services impressionnants: aide alimentaire, logement, loisirs, langue, aide à la famille et lenfance, aux aînés, aux femmes etc. - Des points moins développés: lemploi, léconomie sociale. En lien en partie,avec la structure du quartier

10 Retombées de laction communautaire à C-d-Neiges en matière dintégration : constats et défis (dune recherche évaluative partenariale) par Lucie Dumais Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales (Larepps, UQAM) Centre des ressources communautaires, 6767 Côte-des- Neiges 28 avril 2009

11 LAREPPS / UQAM Le partenariat Léquipe de recherche de lUQAM Lucie Dumais, Jacques Rhéaume, Yves Vaillancourt, Lilyane Rachédi, Alexandra Prohet (coordinatrice) + Fannie Brunet,Valérie Chamberland,Alexandra Pierre Le comité aviseur : 5 chercheurs + 5 personnes du milieu Roger Côté, Denyse Lacelle, Denise Beaulieu, Alain Landry, Ginette Bibeau Réunions 3-4 fois / année 5 productions Cahiers du Larepps (http://www.larepps.uqam.ca/)

12 LAREPPS / UQAM Rech Phase II – (évaluation partenariale ) les organismes nous ont demandé de répondre à la question : « Fait-on de lintégration correctement ? » quest-ce les organismes veulent savoir ? leurs effets réels sur lintégration : « En quoi on fait une différence dans la vie des gens » ? quelle mission « dintégration » se donner, ajuster il faut que la recherche soit faite auprès des populations (pas seul. dintervenants) mais est-il possible de mesurer cela vraiment ? …

13 LAREPPS / UQAM Informations sur la méthode Questionnaires & entrevues avec usagers dans 2 organismes multiculturels 1 centre de francisation 2 organismes dits « monoethniques » En français (ou anglais) Exemples de question : Comment voyez- vous lintégration ? Quel a été lapport de lorga-nisme commun, sur vous-même,votre famille ? Entrevues avec intervenants (groupes focus)

14 LAREPPS / UQAM Résultats dans 2 o.c. multiculturels Détails (a) Questionnaires usagers (N= 36) Entrevues usagers (N=9 ou 2 focus groups) Profil des répondants âge moyen 37 ans 80% femmes; scolarité universitaire (75%) année dimmigration (moy.) 2004 ; 60% avec famille origine (21 pays) ; langue maternelle (espagnol ou arabe 70%) Francisation et emploi 30% en emploi (10/35); 50% (17/33) disent que leur formation nest pas reconnue 60% ont pris cours de français

15 LAREPPS / UQAM Résultats dans 2 o.c. multiculturels Faits saillants Les usagers interrogés sont satisfaits, les organismes les aident bcp (ex: lien social « quasi affectif », connaissance du Québec) bien que des actions quils considèrent importantes ny sont pas réalisées (ex: emploi, contacts avec Québécois) Usagers très scolarisés et « francophiles » Usagers avec bonnes conditions de vie en général Usagers et intervenants convergent sauf un peu sur « modèles dintégration » Défis des moyens pour o.c. Activités explicites ou implicites ?

16 LAREPPS / UQAM Résultats dans 2 o.c. multiculturels (d) Intégration et amélioration des conditions de vie « Diriez-vous que vous êtes intégré à la soc. québécoise?» cote moyenne 3,31 (1=pas du tout / 5=tout à fait) « Vos conditions densemble ont changé depuis votre arrivée? » Oui (90%) % les trouvent meilleures (28/33) Explorer davantage la situation à cause de lambiguïté des modèles dintégration et la conjoncture (vers la Comm. Bouchard-Taylor)

17 LAREPPS / UQAM Résultats dans 2 o.c. multiculturels (e) Les organismes communautaires et lintégration Fréquentation de votre organisme hebdo ou mensuelle (85%) Les 2 activités + importantes pour immigrants (quest. ouverte) (1er choix) Francisation (2e choix) Aide à la famille, mère, enfants (3e choix) Sorties culturelles, sociales, loisirs (4e choix) Travail Autre (dép. alim., logement, bénévolat, accueil, cours) « Diriez-vous que fréquenter un organisme du quartier vous a aidé à vous intégrer à la soc. québécoise ? » : oui 95 %

18 LAREPPS / UQAM Résultats dans 2 o.c. multiculturels Synthèse La définition quont les immigrants de lintégration repose sur 3-4 facteurs : Se sentir bien Parler français + Avoir un travail Avoir des contacts avec les Québécois Ressentir que lon contribue à la société Convergent avec ceux des intervenants, bien que le dosage de critères subjectifs (« se sentir bien ») et objectifs (connaître le français, le Québec) varie, de même que sur les attitudes (positives) et connaissances souhaitables.

19 LAREPPS / UQAM Résultats dans 2 o.c. multiculturels Synthèse Usagers vont trouver dans les o.c. du lien social, de la relation de confiance, qui les aident à sintégrer (« favorisent lintégration », disent les intervenants). Usagers reprochent la fermeture relative de la soc. daccueil : « on ne rencontre pas souvent des Québécois ». La volonté de rapprochement et dinterculturalité semble donc achopper. Les défis des o.c.: langue et isolement de bcp dimmigrants, rétention (« bcp dallées et venues), besoins (répétés ou non) de nouvelles cohortes, coordination interorganismes … et reclarifier buts à atteindre pour lintégration avec acteurs locaux Question émergente : Les o.c. rejoignent par intensité vs exhaustivité ? Autant collectivement & quindividuellement

20 LAREPPS / UQAM Résultats au Centre de francisation (a) Questionnaire avec immigrants usagers ou non (N= 70) Profil : plutôt jeune scolarisé hispanophone avec enfant 75% moins de 40 ans 55% moins de 3 ans au Canada -> 30% réfugiés origine (26 pays) ; langue maternelle (espagnol 40%) Francisation et emploi 80% entendu parler du Cdf par familles, amis, conn. 65% scolarité universitaire… mais 60% sans emploi

21 LAREPPS / UQAM Résultats au Centre de francisation (b) Conditions de vie générales Actuellement : 55% bonnes ou très bonnes Depuis émigration : 82% changées -> plus mauvaises 30% Facilité à trouver … Travail satisfaisant : 39% très diff. Logement satisfaisant : 36 % difficile Sintégrer : 37 % ni difficile ni facile Contacts avec dautres communautés durant loisirs : 40% jamais ou rarement au travail : 43% jamais ou rarement

22 LAREPPS / UQAM Résultats au Centre de francisation (c)

23 LAREPPS / UQAM Résultats au Centre de francisation Synthèse Valident résultats : les o.c. aident à sintégrer et à améliorer ses conditions bien que seuls 25% des répondants fréquentent un o.c. (sinon pas le temps, pas besoin, pas entendu parler) Usagers : 50% disent quoc les ont « grandement aidés » à sintégrer Bien que le réseau scolaire et le réseau économique leur semblent un peu plus aidants Faute demploi, le bénévolat constitue un moyen dintégration Mais un lien ambivalent demeure entre la société daccueil (incluant le réseau communautaire) et les immigrants; tandis que la vision du français savère utilitariste (emploi) et non essentialiste (identité)

24 LAREPPS / UQAM Résultats ds 2 o.c. « monoethniques » Peu dindices marqués de contraste : mêmes défis -> mêmes moyens : aide à lemploi, jeunes & p.âgées, connaître société daccueil, utilité du français Mais vision très pragmatique, adaptative et non-idéaliste dintégration (vs plus structurelle & du vivre ensemble des o.c. multicult.) « … Leffet structurant dune approche plus québécoise (interculturelle) qui serait marquée par une influence résiduelle de lapproche (multiculturelle) canadienne de lintégration ? » (Cahier du Larepps 09-04, p.31) Voir autres auteurs sur approches locales de limmigration

25 LAREPPS / UQAM Pour conclure Quelques constats sur la méthode : les limites Échanger sur des constats danalyse Volonté de faire de linterculturel vs autres approches Où est la société daccueil dans le quartier ? Et le bon vieux jumelage… Une définition subjective de lintégration (« se sentir bien ») évite-t-elle de traiter de tensions sociales ? Et les enfants des immigrants… Les o.c. ont-ils besoins doutils d(auto)évaluation? Imaginer des indicateurs, compiler des données Redéfinir les buts à atteindre entre acteurs locaux

26 Formation interculturelle CSSS De la Montagne Interculturel I Les mots pour dire et intervenir (2 jours) « Laccent est mis sur une clarification des notions de culture, ethnie, ethnicité, identité, et autres termes fréquemment utilisés dans la pratique et dans le langage courant, avec des significations variées. Lapproche est résolument pratique, centrée sur lutilité davoir des idées claires pour intervenir adéquatement. » (site CSSS) Interculturel II Connaître ses clients.(2 jours) Statuts, trajectoires et vécus migratoires. A partir danalyse de cas pratiques.

27 Conclusion Approche interculturelle. Citoyenneté inclusive: fondée sur une philosophie de Pouvoir dagir fondée sur une société de droits communs et de non discrimination. Inclusive dans la différence. Adaptation raisonnable et interactive: traitement pragmatique des exigences spécifiques liées à des différences culturelles (linguistiques, religieuses, symboliques…), sur une base de respect réciproque et de dialogue.


Télécharger ppt "Recherche participative et enjeux interculturels 1) Présenter brièvement deux études mettant en jeux des enjeux interculturels dans le domaine de laction."

Présentations similaires


Annonces Google