La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 REUNION DU 28/04/10 DEVELOPPEMENT DURABLE TEMOIGNAGE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 REUNION DU 28/04/10 DEVELOPPEMENT DURABLE TEMOIGNAGE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE."— Transcription de la présentation:

1 1 REUNION DU 28/04/10 DEVELOPPEMENT DURABLE TEMOIGNAGE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE

2 PLAN DE LEXPOSE Contexte environnemental et énergétique Contexte international et national Plan climat régional Les dispositifs de la Région Champagne- Ardenne (lycées) - construction Lexemple du lycée Jean Moulin de Revin 1. La certification HQE 2. Le label BBC 3. Les actions prévues 2

3 *Source : Groupe intergouvernemental dexperts sur lévolution du climat (GIEC) – Février 2007 Le contexte énergétique et environnemental « Le réchauffement du système climatique est sans équivoque car il est maintenant évident dans les observations de laccroissement des températures moyennes mondiales de latmosphère et de locéan, de la fonte généralisée de la neige et de la glace et de lélévation du niveau moyen mondial de la mer. »* + 1,1 à 6,4°C dici la fin du siècle* L'épuisement des ressources fossiles

4 Réserves prouvées* en années de consommation 2006 *Source : British Petroleum statistical review of world energy – Juin 2007

5 le contexte national et international 1997 : entrée en vigueur du protocole de Kyoto 2004 : Engagement de létat français sur un plan climat national qui reprend les engagements internationaux de réduction des gaz à effet de serre (accords de Kyoto). Pour que la quantité de CO2 dans l'atmosphère cesse d'augmenter, il faut diviser par 2 les émissions mondiales de GES de Pour la France, cest le « facteur 4 » : diviser par 4 les émissions de GES horizon 2050

6 Le plan climat (2004) Émissions brutes de carbone (en téqC) par habitant en 1998 et droit à émission pour 6.5 milliards dhabitants et pour 9 milliards dhabitants Source Jancovici Facteur 4 Droit maximal à émettre si nous voulons diviser les émissions de CO2 par 2, avec 6,5 milliards d'habitants Idem si nous voulons diviser les émissions de CO2 par 3, avec 9 milliards d'habitants

7 le bâtiment, un acteur clé du défi environnemental Répartition de la consommation dénergie par secteur dactivité* Transport 31% Industrie 21% Autres 5% Bâtiment 43% *Source : ADEME Répartition des émissions de gaz à effet de serre par secteur dactivité * Bâtiment 25% Transport 28% Industrie 26% Autres 26%

8

9 9 PLAN CLIMAT REGIONAL A léchelle régionale, il sagit de décliner les engagements de lEtat en fonction des compétences de la collectivité et de définir un programme dactions qui permet de prendre en compte les spécificités des territoires. Le plan climat régional est inscrit dans le contrat de projet Etat/Région, dans laccord cadre ADEME/Région et dans le programme FEDER.

10 10 PLAN CLIMAT REGIONAL Le programme dactions est structuré en 20 programmes et 65 actions autour des 4 secteurs suivants : 1. Secteur du bâtiment 2. Secteur des transport et de lurbanisme 3. Secteur agriculture/forêt 4. Secteur entreprises Disponible sur le site institutionnel de la Région.

11 11 LE PATRIMOINE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE

12 12 PATRIMOINE IMMOBILIER 74 établissements : 64 lycées publics. 7 Centres de formation des apprentis (CFA). 3 bâtiments administratifs. Pour une surface totale denviron m².

13 13 DISPARITE DU PARC IMMOBILIER Bâtiments construits au XIX ème siècle

14 14 DISPARITE DU PARC IMMOBILIER Bâtiments construits dans les années 1970

15 15 DISPARITE DU PARC IMMOBILIER Bâtiments construits dans les années 1990

16 16 LES DISPOSITIFS MIS EN PLACE

17 17 LES DISPOSITIFS – VOLET CONSTRUCTION Le PPI (Programme Prévisionnel des Investissements) voté en décembre 2007 par lassemblée régionale prévoit que toutes les opérations nouvelles seront traitées selon une démarche HQE. Certains dossiers sont traités aujourdhui selon une certification HQE et un niveau énergétique BBC (exemple de Revin ci après) Un référentiel pour la qualité environnementale dans la construction a été adopté en décembre 2009 par lassemblée régionale. Il sappliquera aux travaux de maintenance, aux subventions délivrées au lycées et aux travaux réalisés en interne par les ouvriers dentretien Mise en place dun plan basse énergie avec pour objectifs ceux du grenelle 1 : réduire de 38 % les consommations énergétiques avant 2020 sur les bâtiments existants non touchés par le PPI

18 18 LEXEMPLE DU LYCEE JEAN MOULIN DE REVIN

19 19 LEXEMPLE DU LYCEE JEAN MOULIN DE REVIN Restructuration du lycée Jean Moulin à Revin (appel doffres travaux en mai 2010) : – Première opération avec certification HQE (Haute Qualité Environnementale), – Performance énergétique au niveau du label BBC (Bâtiment Basse Consommation),

20 20 La Haute Qualité Environnementale La démarche HQE nest pas une obligation réglementaire mais une démarche volontaire du maître douvrage. La qualité environnementale dun bâtiment est son aptitude à satisfaire trois exigences complémentaires : 1. Maîtriser les impacts du bâtiment sur lenvironnement extérieur, 2. Créer un environnement confortable et sain pour ses utilisateurs, 3. Préserver les ressources naturelles en optimisant leur usage. Cette démarche est proposée par lassociation HQE aux maîtres douvrages afin de leur permettre de faire les choix les plus conformes au développement durable à toutes les phases de la construction et de la vie dun bâtiment (conception, réalisation, utilisation, maintenance, adaptation et déconstruction).

21 21 LA Haute Qualité Environnementale La démarche HQE est composée des 14 cibles suivantes : Les cibles déco-construction : – Relation harmonieuses des bâtiments avec leur environnement extérieur – Choix intégré des procédés et des produits de construction – Chantier à faible nuisance Les cibles déco-gestion : – Gestion de lénergie – Gestion de leau – Gestion des déchets dactivités – Maintenance et pérennité des performances environnementales

22 22 LA Haute Qualité Environnementale Suite : Les cibles de confort : – Confort hygrothermique – Confort acoustique – Confort visuel – Confort olfactif Les cibles de santé : – Conditions sanitaires des espaces – Qualité sanitaire de lair – Qualité de leau

23 23 Certification HQE Pour obtenir la certification délivrée par lorganisme CERTIVEA il faut : Traiter 7 cibles en niveau de base (pratique courante/réglementation). Traiter 4 cibles à un niveau performant (bonne pratique) Traiter 3 cibles à un niveau très performant (meilleure pratique)

24 24 La performance énergétique 5 niveaux de labels ont été définis par létat (arrêté du 8 mai 2007) au regard de la réglementation thermique 2005 (RT 2005) : – HPE (Cep référence -10%) – HPE EnR (Cep référence -10% + EnR) – THPE (Cep référence -20%) – THPE EnR (Cep référence -20% + EnR) – BBC/Effinergie (Cep référence -50% en bâtiment neuf et – 40% en réhabilitation)

25 25 LE PROFIL ENVIRONNEMENTAL DU FUTUR LYCEE JEAN MOULIN NIVEAU DE TRAITEMENT Très Performant (enjeu majeur) Performant (enjeu fort) Base (réglementaire) MAITRISE DES IMPACTS SUR LENVIRONNEMENT EXTERIEUR CIBLES ECO-CONSTRUCTION Cible 01 Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement extérieur Cible 02 Choix intégré des procédés et des produits de construction Cible 03Chantier à faible nuisances CIBLES ECO-GESTION Cible 04Gestion de lénergie Cible 05Gestion de leau Cible 06Gestion des déchets dactivités Cible 07 Maintenance et pérennité des performances environnementales CREATION DUN ENVIRONNEMENT INTERIEUR SATISFAISANT CIBLES CONFORT Cible 08Confort hygrothermique Cible 09Confort acoustique Cible 10Confort visuel Cible 11Confort olfactif CIBLES SANTE Cible 12 Conditions sanitaires des espaces Cible 13Qualité sanitaire de lair Cible 14 Qualité de leau TOTAL347

26 26 LES ACTIONS PREVUES Cible 1 (TP) : Relation du bâtiment avec son environnement immédiat : 1. Volonté dintégration paysagère du projet au site (hauteurs bâties très faibles et collant à la pente, forte végétalisation des toitures) % de surface végétalisée par rapport à la surface totale. 3. Intervention dun paysagiste afin daméliorer la diversité des espèces végétales. 4. Bonne intégration avec le projet ANRU du quartier dOrzy.

27 27 LES ACTIONS PREVUES Cible 4 (TP) : Gestion de lénergie : Les contraintes fortes : Le parti architectural retenu pour se fondre dans le paysage nuit à la compacité du bâtiment. Le fort dénivelé du terrain rend impossible toute autre orientation des bâtiments (ouest). Enveloppe performante : 1. Grosse surface denveloppe en contact avec la terre (moins de déperditions quavec lair), 2. Isolation par lextérieure renforcée (notamment en toiture qui représente la plus grosse surface de lenveloppe en contact avec lair, double voir triple vitrage ou double peau), 3. Suppression des ponts thermiques (en partie grâce à la structure bois), 4. Essais détanchéïté à lair des bâtiments,

28 28 LES ACTIONS PREVUES Cible 4 (TP) : Gestion de lénergie (suite): Une bonne protection solaire 5. Protections mobiles extérieures (store textile) complété par des casquettes. 6. Minimiser les surfaces de façades par lenterrement des lanières, 7. Toitures végétalisées limitant les effet dun ensoleillement direct, Une ventilation optimisée 8. Ventilation double flux (garantit le débit dair neuf hygiénique tout en assurant une récupération de la chaleur sur lair extrait), 9. Sondes CO2 permettant de réguler le débit dair neuf nécessaire en fonction de loccupation du local, 10. Ventilation naturelle du grand hall en mi saison par louverture automatique des ouvrants depuis la GTC,

29 29 LES ACTIONS PREVUES Cible 4 (TP) : Gestion de lénergie (suite): Maîtrise de la consommation électrique 11. Recours à léclairage artificiel limité en raison dun éclairage naturel abondant (vitrages conséquents, faible profondeur des locaux, puits de lumières dans les circulations, emploi de couleurs claires), 12. Utilisation dampoules basse consommation, 13. Gestion technique centralisée (contrôle des débits, des températures, de lallumage des luminaires, suivi des consommations par type dénergie…), Recours aux énergies renouvelables 14. Raccordement à la chaufferie collective du quartier alimentée à hauteur de 80% en biomasse, 15. Panneaux solaires pour la production deau chaude des logements (pas pertinent pour linternat)

30 30 LES ACTIONS PREVUES Cible 5 (TP) : Gestion de leau : Réduire la consommation 1. Mise en place de réducteurs de pression afin de limiter les débits dans les lavabos et douches, 2. Mise en place dinstallations économes (chasses deau à double commande, mitigeurs thermostatiques pour les douches, boutons presto pour les lavabos), 3. Mise en place de compteurs deau pour suivre les consommations et déceler les fuites, Réduire les rejets 4. Récupération de leau de pluie pour larrosage des espaces verts et pour le complément de remplissage du circuit de chauffage, 5. Surface imperméabilisée réduite permettant la réduction des eaux de ruissellement (lobjectif est de réduire de moitié le débit rejeté actuel.

31 31 LES ACTIONS PREVUES Cible 2 (P) : Choix des matériaux et procédés de construction : 1. Choix de matériaux en fonction des deux aspects suivants : impact sur la consommation dénergie et impact sur le changement climatique (Kg de CO2) (fiches de déclaration environnementale et sanitaire), 2. Recours au béton limité et large utilisation du bois (seul matériau à avoir un coût carbone positif), le bois a par ailleurs un impact énergétique 4 fois moindre que le béton et 60 fois moins que lacier, 3. Utilisation des matériaux valorisables après démolition et tri pour les revêtements extérieurs, les rampes de lespace central et les remblais (économie de matériaux et de transports), 4. Sol en béton brut pour les circulations, 5. Toitures végétalisées réalisée avec des matériaux recyclables et naturels,

32 32 LES ACTIONS PREVUES Cible 6 (P) : Gestion des déchets dactivité : 1. Mettre en place les moyens de valoriser les déchets produits ultérieurement par le lycée en liaison avec le potentiel offert par la ville de Revin, 2. Les déchets générés sont les suivants : papier, plastiques, déchets verts, verre, déchets organiques, 3. Mise en place dun compostage, 4. Mise en place dun tri des déchets et dimensionnement des locaux de stockage en fonction de la fréquence de collecte et en fonction du circuit interne délimination des déchets.

33 33 LES ACTIONS PREVUES Cible 7 (P) : Maintenance et pérennité des performances environnementales : 1. Mise en place dune GTC qui permettra de suivre les consommations, les températures, les commandes de pilotage et les défauts, 2. Choix déquipements techniques nécessitant peu dinterventions, 3. Limitation de la variété des produits (même type de lampes, type de revêtement,…) permettant un remplacement ou entretien facile, 4. Revêtements (sols et murs) choisis en fonction de leur facilité de nettoyage,

34 34 LES ACTIONS PREVUES Cible 10 (P) : Confort visuel : 1. Toutes les salles de classe ainsi que lensemble des bureaux ont accès à la lumière du jour de manière direct, 2. Le grand hall est largement vitré, 3. Plus de 50 % des circulations disposent dun accès direct à la lumière naturelle, 4. Mise en place de protections solaires pour éviter léblouissement,

35 MERCI DE VOTRE ATTENTION...


Télécharger ppt "1 REUNION DU 28/04/10 DEVELOPPEMENT DURABLE TEMOIGNAGE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE."

Présentations similaires


Annonces Google