La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Page 1 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité Présentation Jean-Paul Huard Directeur Général Adjoint POMAGALSKI SA 109, rue Aristide Bergès.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Page 1 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité Présentation Jean-Paul Huard Directeur Général Adjoint POMAGALSKI SA 109, rue Aristide Bergès."— Transcription de la présentation:

1

2 Page 1 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité Présentation Jean-Paul Huard Directeur Général Adjoint POMAGALSKI SA 109, rue Aristide Bergès Voreppe - Cedex OITAF / SAM 2000

3 Page 2 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité Mesdames, Messieurs, Je mappelle J.P. Huard, je suis le Directeur Général Adjoint de POMA. Je supervise, entre autres fonctions, le développement et les réalisations dappareils neufs. Jai lintention de vous parler maintenant dun méthode danalyse de la sécurité. Méthode dénommée ASDEC. Nous verrons plus loin pourquoi la dénommer ainsi.../.. OITAF / SAM 2000

4 Page 3 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité Cette présentation vient en complément à celle présentée par M. Brunet de POMA-OTIS, lors du dernier congrès de lOITAF à San Francisco. Sa présentation avait dailleurs été reprise dans le magazine ISR de décembre Dautres exposés traitent aujourdhui de lanalyse des risques, de lévaluation de leur criticité et de la façon de traiter ces risques. Le problème est donc de les identifier, cest en grande partie lobjet de mon exposé. Je vous invite désormais à découvrir le sommaire de mon exposé.. OITAF / SAM 2000

5 page 4 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité è Pourquoi présenter une méthode pour lanalyse de la sécurité è LAMDEC, une méthode de contrôle a posteriori è LASDEC, une méthode dinvestigation préalable è Principe de lASDEC è Exemples èLASDEC, sa situation dans lanalyse globale de la sécurité è Questions et réponses ¶ Pourquoi présenter une méthode pour lanalyse de la sécurité OITAF / SAM 2000 Sommaire

6 Page 5 Pourquoi présenter une méthode pour lanalyse de la sécurité zNormes et règlements zRetour d expérience zMéthodes internes d investigation z Exposés lors de colloques et séminaires sur la SDF (sécurité de fonctionnement) « Etat de l Art » dans les transports Savoir-faire dans l entreprise ? OITAF / SAM 2000

7 Page 6 è Pourquoi présenter une méthode pour lanalyse de la sécurité è LAMDEC, une méthode de contrôle a posteriori è LASDEC, une méthode dinvestigation préalable è Principe de lASDEC è Exemples è LASDEC, sa situation dans lanalyse globale de la sécurité è Questions et réponses · LAMDEC, une méthode de contrôle a posteriori L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité OITAF / SAM 2000 Sommaire :

8 Page 7 Les pages 9 et 10 traitent des avantages et inconvénients de la méthode AMDEC qui signifie Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité (à ne pas confondre avec la méthode ASDEC, objet de lexposé). LAMDEC est principalement une méthode de contrôle. Elle est bien adaptée pour aborder la sécurité sous langle des composants et de leur fonction. Cest pour cette raison que cette méthode a été tout naturellement adoptée, il y a une dizaine dannées lorsque les études de sécurité ont fait leur apparition dans notre Profession, car il sagissait, dans un premier temps, de contrôler dabord la conception telle quelle existait déjà. Par contre, elle est mal adaptée pour tenir compte des défaillances liées à lenvironnement et aux défaillances humaines. Introduction aux pages 9 et 10 OITAF / SAM 2000

9 Page 8 Introduction aux pages 9 et 10 (suite) OITAF / SAM 2000 C est pourquoi, en conclusion, l AMDEC est mal adaptée à l analyse de la sécurité, des interventions de montage ou d entretien. Pour ces interventions, en effet, il faut bien sûr penser à la défaillance des composants mais il faut encore davantage tenir compte des accidents induits par l environnement ou les défaillances humaines.

10 Page 9 Bien adaptée pour aborder la sécurité sous l angle des composants et de leurs fonctions Mal adaptée pour répertorier et prendre en compte les situations critiques: associables à une fonction sans que celle-ci soit défaillante (par exemple : excès de freinage) induites par l environnement induites par erreur humaine Incomplète si les fonctions du sous-ensemble analysé n ont pas été préalablement répertoriée L AMDEC, une méthode de contrôle OITAF / SAM

11 Page 10 Conclusion sur l AMDEC Mal adaptée pour l analyse sécuritaire des interventions de montage et d entretien OITAF / SAM 2000

12 Page 11 è Pourquoi présenter une méthode pour lanalyse de la sécurité è LAMDEC, une méthode de contrôle a posteriori è LASDEC, une méthode dinvestigation préalable è Principe de lASDEC è Exemples è LASDEC, sa situation dans lanalyse globale de la sécurité è Questions et réponses Ì LASDEC, une méthode dinvestigation préalable L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité OITAF / SAM 2000 Sommaire :

13 Page 12 L ASDEC, une méthode d investigation « préalable » ASDEC : Analyse des Situations Dangereuses Et de leur Criticité L ASDEC permet d aborder le problème de la sécurité par l analyse des actions à effectuer: par les composants par les personnes qui doivent intervenir OITAF / SAM 2000

14 Page 13 è Pourquoi présenter une méthode pour lanalyse de la sécurité è LAMDEC, une méthode de contrôle a posteriori è LASDEC, une méthode dinvestigation préalable è Principe de lASDEC è Exemples è LASDEC, sa situation dans lanalyse globale de la sécurité è Questions et réponses ¹ Principe de lASDEC L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité OITAF / SAM 2000 Sommaire :

15 Page 14 Introduction à la page 15 suivante OITAF / SAM 2000 La page 15 suivante indique les aspects à examiner lors d une ASDEC. Chacun de ces aspects est examiné à travers un exemple après rappel, le cas échéant, de sa définition.

16 Page 15 Aspects à analyser lors d une ASDEC zActions à mener ? zPar qui, par quels moyens ? zSituations dangereuses ou critiques associées ? zFacteurs de danger ? zConsignes à prévoir ? OITAF / SAM 2000

17 Page 16 Exemple d une action à mener zMise en place des voies principales des télésièges débrayables. OITAF / SAM 2000

18 Page 17 Aspects à examiner lors d une ASDEC zActions à mener ? zPar qui, par quels moyens ? zSituations dangereuses ou critiques associées ? zFacteurs de danger ? zConsignes à prévoir ? OITAF / SAM 2000

19 Page 18 Méthodes et moyens mis en oeuvre pour l exemple cité zMise en place effectuée à l aide d une grue permettant le levage complet du lanceur. zChaque lanceur doit être fixé par boulonnage aux potences déjà en place. zChaque lanceur est composé de deux modules pouvant être livrés séparément. zChaque module est stocké au sol avec des pieds stabilisateurs OITAF / SAM 2000

20 Page 19 Aspects à examiner lors d une ASDEC zActions à mener ? zPar qui, par quels moyens ? zSituations dangereuses ou critiques associées ? zFacteurs de danger ? zConsignes à prévoir ? OITAF / SAM 2000

21 Page 20 Rappel de la définition de « Situation dangereuse » zToute situation mettant en danger directement la santé ou la vie des personnes. par lune des façons suivantes : écrasement, cisaillement, coupure, choc mécanique ou électrique, perforation, abrasion, rayonnement, explosion … (environ 25 types de blessures répertoriées) OITAF / SAM 2000

22 Page 21 Aspects à examiner lors d une ASDEC zActions à mener ? zPar qui, par quels moyens ? zSituations dangereuses ou critiques associées ? zFacteurs de danger ? zConsignes à prévoir ? OITAF / SAM 2000

23 Page 22 Rappel de la définition de « Facteur de danger » zTout événement non implicitement dangereux, mais pouvant aboutir à une situation dangereuse dans le cas d application étudié. perte, dysfonctionnement, mise en œuvre intempestive d une fonction du système ou de son environnement. OITAF / SAM 2000

24 Page 23 Types de facteurs de danger zDéfaillance des composants zEffet de l environnement zComportement humain (usagers, public, agents d exploitation) OITAF / SAM 2000

25 Page 24 Aspects à examiner lors d une ASDEC zActions à mener ? zPar qui, par quels moyens ? zSituations dangereuses ou critiques associées ? zFacteurs de danger ? zConsignes à prévoir ? OITAF / SAM 2000

26 Page 25 Rappel de la définition de « Consignes » zIl s agit de consignes précises visant à supprimer ou limiter les effets des facteurs de danger mis en évidence zPar exemple au niveau: ydes moyens, de la méthode envisagée yde la conception yde la fabrication ydes moyens de transport et de stockage ydu montage yde l exploitation yde la maintenance yde la formation, de la qualification du personnel OITAF / SAM 2000

27 Page 26 Exemple : «Mise en place des lanceurs de TSD» zFacteur de danger : mouvement intempestif de la grue zConsigne préconisée : des « tulipes » de guidage sont soudées au niveau des deux appuis des lanceurs. La mise en place devient possible par guidage depuis le sol à l aide de cordes. Chute de personne en hauteur chargée de guider la mise en place OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse 1

28 Page 27 zFacteur de danger : déstabilisation de l échelle permettant d accéder en hauteur. zConsigne préconisée : Des points de fixation de l échelle seront prévus lors du coulage du fût en béton (inserts). Exemple : Mise en place des lanceurs de TSD Chute lors de l accès aux points d appui OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse 2

29 Page 28 zFacteur de danger : mouvement intempestif de la grue. zConsigne préconisée : Tous les appuis sont dans le plan horizontal afin de permettre la mise en place des boulons alors que les lanceurs sont « posés ». Exemple : Mise en place des lanceurs de TSD Cisaillement (doigt, main,…) lors de la mise en place des boulons OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse 3

30 Page 29 zFacteur de danger : faux pas, givre. zConsignes préconisées : xEPI (Equipements de Protection Individuels) xVis bloquée en rotation (1 seule personne suffit pour le serrage de chaque boulon). Exemple : Mise en place des lanceurs de TSD Chute lors de la pose des boulons de serrage OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse 4

31 Page 30 zFacteur de danger : Résistance insuffisante de la structure en général ou aux points d accrochage zConsignes préconisées : yLa structure est moins sollicitée pendant le montage que pendant le fonctionnement de l appareil (=> ça tient !) yLes points d accrochage sont identifiés Exemple : Mise en place des lanceurs de TSD: Affaissement ou mouvement de la structure partiellement installée OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse 5

32 Page 31 zFacteur de danger : Instabilité du lanceur lors de la manoeuvre zConsignes préconisées : La toiture en partie supérieure du lanceur n est pas pré-montée de façon à permettre de positionner les points d accrochage à l aplomb du centre de gravité Exemple : Mise en place des lanceurs de TSD Affaissement ou mouvement de la structure partiellement installée OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse 6

33 Page 32 zFacteur de danger : Déversement latéral du lanceur sur ses appuis zConsignes préconisées : assemblage boulonné dimensionné pour assurer la stabilité avant mise en place du contour et des traverses Exemple : Mise en place des lanceurs de TSD Affaissement ou mouvement de la structure partiellement installée OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse 7

34 Page 33 zFacteur de danger : « Résidus » de prémontage zConsignes préconisées : yPersonne sous la charge lors de sa manutention yEPI Exemple : Mise en place des lanceurs de TSD Chute d éléments du lanceur OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse 8

35 Page 34 Introduction à la page 35 OITAF / SAM 2000 Le précédent exemple est un extrait d une analyse qui traitait d une opération de montage antérieure à la mise en route d un appareil. (l analyse globale se présente sous forme de tableaux de synthèse). Un deuxième exemple, « Cheminement de Sécurité » va maintenant vous être présenté. Il se situe au niveau des interventions postérieures à la mise en route. Malgré sa banalité apparente, la sécurité de cheminement serait à l origine d un grand nombre d accident.

36 Page 35 2ème exemple dASDEC : « Cheminer en sécurité » zCheminer en sécurité dans les mécaniques des gares pour accéder aux zones de contrôle OITAF / SAM 2000 Actions à mener :

37 page 36 2ème exemple dASDEC : « Cheminer en sécurité » zPlatelage en caillebotis sur tout le pourtour interne des lanceurs zSous faces portantes OITAF / SAM 2000 Méthodes et moyens mis en oeuvre :

38 Page 37 z1er facteur de danger : zdéfaillance du platelage zConsignes préconisées : yMontage positif des caillebotis yRespect des longueurs de portée du caillebotis Chute de personne (d une grande hauteur) OITAF / SAM ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » Situation dangereuse n°1

39 Page 38 z2ème facteur de danger : zabsence de platelage zConsigne préconisée : Redondance « sous faces » là où il est parfois nécessaire de relever le caillebotis pour effectuer la maintenance Chute de personne (d une grande hauteur) OITAF / SAM ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » Situation dangereuse n° 1

40 Page 39 z3ème facteur de danger : platelage non délimité (en extérieur de gare) zConsigne préconisée : Mise en place de garde- corps autour de la plate forme extérieure Chute de personne (d une grande hauteur) OITAF / SAM ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » Situation dangereuse n° 1

41 Page 40 z4ème facteur de danger : rampe d accès ouverte zConsignes préconisées: yPositionnement de la trappe à l écart du cheminement traditionnel yChaînette amovible pour signalisation de la trappe Chute de personne (d une grande hauteur) OITAF / SAM ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » Situation dangereuse n° 1

42 Page 41 z1er facteur de danger : zones de cheminement non délimitées zConsigne préconisée: Garde-corps de part et d autre du caillebotis Chute de personne (moyenne hauteur) sur sous-faces, mécaniques fixes (lorry, chassis, moteurs, …) ou en mouvement (poutres à pneus) OITAF / SAM ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » Situation dangereuse n° 2

43 Page 42 z2ème facteur de danger : Absence temporaire du caillebotis sur le cheminement prévu zConsigne préconisée: Barrières délimitant les zones où les caillebotis sont relevés pour opération de maintenance Chute de personne (moyenne hauteur) sur sous-faces, mécaniques fixes (lorry, chassis, moteurs, …) ou en mouvement (poutres à pneus) OITAF / SAM ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » Situation dangereuse n° 2

44 Page 43 z1er facteur de danger : Cheminement glissant (glace,…) zConsigne préconisée: Caillebotis antidérapant Chute de hauteur d homme OITAF / SAM ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » Situation dangereuse n° 3

45 Page 44 2ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » z2ème facteur de danger : Entraves au sol zConsigne préconisée: Structure plane et sans entrave sur tout le cheminement en caillebotis Chute de hauteur d homme OITAF / SAM 2000 Situation dangereuse n° 3

46 Page 45 z1er facteur de danger : Entrave du passage (hauteur d homme) zConsigne préconisée: Elimination de toute entrave au passage sur 2m de hauteur et minimum 50cm de largeur, ceci sur tout le cheminement Choc sur structure OITAF / SAM ème exemple : « Cheminer en sécurité dans les mécaniques des gares » Situation dangereuse n° 4

47 Page 46 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité è Pourquoi présenter une méthode pour lanalyse de la sécurité è LAMDEC, une méthode de contrôle a posteriori è LASDEC, une méthode dinvestigation préalable è Principe de lASDEC è Exemples è LASDEC, sa situation dans lanalyse globale de la sécurité è Questions et réponses º LASDEC: sa situation dans lanalyse globale de la sécurité OITAF / SAM 2000 Sommaire :

48 Page 47 L ASDEC, sa situation dans l analyse globale ASDEC (Re) conception AMDEC Consignes t OITAF / SAM 2000

49 Page 48 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité è Pourquoi présenter une méthode pour lanalyse de la sécurité è LAMDEC, une méthode de contrôle a posteriori è LASDEC, une méthode dinvestigation préalable è Principe de lASDEC è Exemples è LASDEC, sa situation dans lanalyse globale de la sécurité è Questions et réponses » Questions et réponses OITAF / SAM 2000 Sommaire :

50 Page 49 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité è Conclusion OITAF / SAM 2000 J encourage tous les acteurs de la Profession à aborder la sécurité à travers cette méthode d analyse car cela institue une base de dialogue. Il est en effet plus facile de se mettre d accord sur une liste de situations dangereuses à prendre en compte et d établir conjointement entre les professions concernées celles à traiter en priorité en tenant compte : - de leur probabilité d occurrence, - de leur taux de gravité, - de leur « acceptabilité ».../...

51 Page 50 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité OITAF / SAM 2000 Par le dialogue entre professionnels, et en fonction des expériences de chacun, on saura trouver la meilleure façon de s en affranchir en sachant, bien évidemment, que tout ne se règle pas au niveau de la conception et qu à l inverse tout ne se règle pas par l adaptation des méthodes d intervention.

52 Page 51 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité OITAF / SAM 2000 Question : Existe-t-il une norme qui reprend précisément le thème de cet exposé ? Réponse : Il n existe pas à ma connaissance de norme donnant précisément le cadre d exécution d une étude complète de la sécurité. Il y a des normes « conseil » qui répertorient les différents aspects dont il faut tenir compte dans les études de sécurité.

53 Page 52 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité OITAF / SAM 2000 Je cite quelques documentations à toutes fins utiles : Norme EN Sécurité Machine. Military Standard 882-C - System Safety Programs Requirement. EN Spécification et démonstration de la fiabilité, de la disponibilité, de la maintenabilité et de la sécurité (FDMS).

54 Page 53 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité OITAF / SAM 2000 Question : L analyse des situations dangereuses a-t-elle été la méthode retenue pour l élaboration des normes européennes ? Réponse : Oui, c est bien le cas. La particularité de cette méthode est d ailleurs de reprendre les termes « situations dangereuses » et « facteurs de danger », tels que définis dans la Norme Européenne.


Télécharger ppt "Page 1 L ASDEC, une méthode pour l analyse de la sécurité Présentation Jean-Paul Huard Directeur Général Adjoint POMAGALSKI SA 109, rue Aristide Bergès."

Présentations similaires


Annonces Google