La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Caractéristiques générales du territoire Hérault, Gard, Lozère.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Caractéristiques générales du territoire Hérault, Gard, Lozère."— Transcription de la présentation:

1 Caractéristiques générales du territoire Hérault, Gard, Lozère

2 Géographie – relief du Languedoc - Roussillon Monts de Lacaune, Espinouse (zone des hauts cantons) Cévennes Corbières Pyrénées Montagne noire Aubrac - Gévaudan - Margeride Les Causses (Larzac, noir, Méjean, Sauveterre) 12 07 4315 81 84 13 26 Golfe du Lion

3 Précipitations annuelles Languedoc-Roussillon

4 Températures Languedoc-Roussillon Nombre de jours de gelNombre de jours chauds Tx > 25°C

5 cers tramontane mistral largade marin - grec autan Vents dominant Languedoc-Roussillon

6 MISTRAL -TRAMONTANE MISTRAL et TRAMONTANE (exemple du 18 – 10 - 2010) Mistral Tramontane Limite de domaine du mistral et de la tramontane L’influence du mistral ne dépasse pratiquement pas l’extrême est de l’Hérault, alors que celle de la tramontane se manifeste sur les 3/4 de l’Hérault.

7 Statistiques des Vents Nombre JOURS de VENT (rafales) > 31 noeuds La région de Montpellier bénéficie d’une situation privilégiée face aux vents forts : seulement 50 jours par an, contre 65 à Nîmes, 110 à Carcassonne, 130/140 à Sète et Béziers, 160 à Narbonne.

8 Influence océanique Climat méditerranéen de basse ou moyenne montagne Climat méditerranéen typique Limite de fœhn

9 Zonage Feux de Forêts 34 48 30 19 zones Contexte : 2 zonages existants

10 Zonage SYMPO1 30 48 34 18 zones Contexte : 2 zonages existants

11 Zonage climatique du territoire 30-34-48

12 Aude Orb Agout Jaur Orb Lergue Hérault Lez Vidourle Monts Haut-Languedoc et du haut-Minervois Géographie : Relief : de type « moyenne montagne », c’est la zone « haute » du département de l’Hérault, au sein du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc. C’est une région à relief tourmenté, à accès routier difficile, succession de dénivelés avec de petits lacs artificiels (1 à 4 km 2 ), dominée par le massif de l’Espinouse axé WSW – ENE, avec plusieurs sommets culminant entre 1000/1150 m au voisinage de la limite avec le Tarn, le Caroux atteignant 1091m quant à lui. Hydrographie : la vallée de l’Orb - les rivières La Mare (à l’est) et l’Agout (à l’ouest) la traversent et donnent parfois leur nom aux communes. Végétation très variée et plutôt riche, elle varie énormément avec l’altitude. Les espaces forestiers sont entrecoupées de landes, prairies, tourbières. Forêts et landes occupent l'essentiel de l'espace, ces dernières se réduisant par suite de l’extension des boisements. Population – densité - enjeux économiques : zone rurale où la nature est omniprésente (pas de richesses industrielles) avec communes de très faible densité de population. Seule, la ville de Bédarieux, en limite sud de zone, dépasse 5000 habitants, alors que St Pons-de- Thomières et Lamalou-les-Bains (centre thermal) ont une population d’environ 2000 âmes. Enjeux de tourisme vert.

13 Climatologie et phénomènes météorologiques : A la limite des climats méditerranéen et de moyenne montagne à influence océanique, c’est le château d’eau du département de l’Hérault avec des normales annuelles de précipitations proches de 1m d’eau pour 70/90 jours de pluies (piémont) à 1,60 m d’eau pour 120/130 jours de pluies (au- dessus de 800 m d’altitude). Influence méditerranéenne : par flux de Sud-est ou Sud, masse d’air d’origine maritime (humide - chaude ou douce) et donc instabilité sur piémont et premiers reliefs, pluies parfois importantes. Chaleur et sécheresse d’été sont caractéristiques aussi. Les mois les plus pluvieux sont ceux d’octobre à décembre, cette région étant en marge des épisodes purement cévenols de début d’automne intéressant les régions plus à l’est. Influence océanique et/ou de moyenne montagne (temps frais et humide pour la région ) : pluies durables, parfois importantes par régime humide d’Ouest à Nord-ouest, notamment en régime de traîne active où des cumuls quotidiens de plusieurs dizaines de mm sont fréquents, alors que le piémont et la plaine sont moins arrosés (quelques mm seulement) ; neige fréquente en hiver au-dessus de 700/800 mètres d’altitude ; 30 à 50 jours de gel sous-abri par an (1 jour sur 4 de novembre à mars inclus) ; brouillards ou nuages très bas fréquents ; orages parfois violents (grêle), souvent liés à des systèmes frontaux dans un régime de secteur Ouest à Sud-ouest en altitude ; en hiver par températures < 0°C une couche de StratoCumulus accrochant les reliefs peut déposer du givre blanc. En toutes saisons, par régime d’Ouest ou Nord-ouest non perturbé, le relief (les crêtes) reste souvent accroché par SC, avec peu ou pas de précipitations, et foehn sur piémont Labastide-Rouairoux (alt. 448 m) Les Aires (alt. 192m) Bédarieux (alt. 373 m) Castanet-le-Haut (alt. 424m) Lacaune (alt. 805m) Monts Haut-Languedoc et du haut-Minervois Fraïsse sur Agout - Murat sur Vèbre (alt. 1022 m) Rieussec (alt. 500m) Vieussan (alt. 182m)

14 Lergue Hérault Lez Vidourle Aveyron Lot TarnJonte Géographie : zone qui comprend du nord au sud le Causse de Sauveterre (entre les vallées du Lot et du Tarn), le Causse Méjean (entre les gorges du Tarn et de la Jonte), le Causse Noir (extrémité ouest du Gard), le causse du Larzac (en partie dans l’Hérault et à cheval sur l’Aveyron). Elle est composée de grands plateaux calcaires entre 900 et 1250m séparés par des gorges, vallées. Hydrographie : le Tarn prend naissance sur le versant sud du Mont Lozère et s’écoule vers Florac et Ste-Enimie - la Jonte a sa source vers le Mont Aigoual et va rejoindre le Tarn Végétation : vastes forêts qui colonisent depuis quelques années les grands espaces à caractère steppique souvent dénudés, traditionnels des causses. Population – densité : zone rurale où la nature reste reine (peu de richesses naturelles, encore moins industrielles) avec communes de très faible densité de population. On note Lodève (7500 hab.), Florac (alt. 555m, 2200 hab.). Et quelques gros villages comme Meyrueis, le Massegros, Sainte-Enimie, Trèves, Alzon et Le Caylar. Enjeux : lieux touristiques prisés l’été (campings dans vallées et près de lits de rivières, gorges très fréquentées) et problématique de la VH pour routes dont A75 (et transports scolaires …). Causses A75

15 Aveyron Causses Lot Jonte Le Caylar (alt. 729m) Alzon (alt. 611m) Soumont (alt. 252 m) Les Plans (alt. 844 m) La Vacquerie (alt. 620m) Cornus (alt. 718 m) St-Pierre des Tripiers (alt. 929 m) Ste-Enimie (alt. 455m) Meyrueis (alt. 720m) Gatuzières (alt. 935m) St-Sauveur -Camprieu (alt. 1107 m) Le Massegros (alt. 970m) Dourbiès (alt. 883m) Climatologie et phénomènes météorologiques : Climat de moyenne montagne à influence à la fois méditerranéenne (situations de Sud à Sud- est dans la partie sud qui est bien impactée par les épisodes cévenols), et d’origine « océanique » (situations d’Ouest fréquentes sur les Causses). Les régimes de tramontane n’apportent pas, comme plus au sud, de ciel dégagé par effet de foehn ; au contraire, ces régimes d’Ouest à Nord-ouest sont souvent à tendance perturbée ou au moins très nuageuse, sauf lorsque l’anticyclone des Açores est très proche (Golfe de Gascogne) et étend son influence sèche et stable sur le Massif Central. Dans les gorges, phénomènes d’isothermie et faible ensoleillement l’hiver. Fortes températures l’été dans les vallées et gorges. Le sud de la zone (Larzac et causse Noir) est plus influencée par la Méditerranée, et donc par les épisodes de type cévenol l’automne, par la chaleur en été, …

16 AUBRAC - MARGERIDE Végétation : composée d’une alternance de forêts (hêtre et résineux), de prairies et de landes. Hydrographie : le Lot et l’Allier sont en limite de zone ; la Truyère coule vers le nord et sépare le Gévaudan de la Margeride. Géographie :L’Aubrac, au nord- ouest du département de la Lozère, est constitué de coulées basaltiques des volcans d’Auvergne avec des sommets peu marqués. L’altitude est comprise entre 1000 et 1400 m. Son sommet, le signal de Mailhebiau, culmine à 1469 mètres. Au nord- est du département, la Margeride est constitué du plus vaste plateau granitique de France avec comme points culminants Le Truc de Fortunio, 1551m, et le Mont- Lozère, 1699m. Population – densité - enjeux économiques : zone à très faible densité de population (parmi les moins denses du pays), les villes principales sont, sur les plateaux, Saint-Chély d’Apcher (5500 hab. dans le Gévaudan) et Langogne (3400 hab. sur l’Allier) ; dans les vallées, Mende (14 000 hab. la préfecture) et Marvejols (6000 hab. dans le Gévaudan). Les enjeux sont ceux des problèmes routiers l’hiver (et transports scolaires), dont l’A75, et des lieux touristiques (campings) parfois exposés aux risques orageux. CantalHaute-Loire

17 AUBRAC - MARGERIDE CantalHaute-Loire Naussac (alt. 967 m) Estables (alt. 1550 m) Mende-Chabrits (alt. 932 m) Mende-Brenoux (alt. 1019 m) Ste-Colombe de Peyre (alt. 1050 m) SA Aubrac (alt. 1393 m) Deux Verges (alt. 1080 m) Paulhac en Margeride (alt. 1168m) La Panouse (alt. 1260m) Nasbinals (alt. 1284m) Climatologie et phénomènes météorologiques : Climat de moyenne montagne typique, assez loin de l’influence méditerranéenne. Vallée du Lot : la zone n’est pas soumise à une influence météo plus particulière que les autres ; elle réagit de manière modérée, sauf sur ses extrêmes, au régime cévenol dans le sud, aux situations de Nord pour sa partie nord, au régime d’Ouest pour le secteur Marvejols. Phénomènes d’isothermie l’hiver le long de la vallée, chasse-neige et congères aux extrémités nord et est. Cette zone constitue parfois le début d’une zone de fœhn. La Margeride : zone de montagne et plateaux, fortes expositions à tous les vents, phénomènes de tourmente et congères fréquents l’hiver,  fermeture des différents axes routiers. Forte exposition aux situations de Nord et Nord-ouest mais également aux situations d’Est et Sud-est dans sa partie sud (secteur Langogne, la RN88 et nord Mont Lozère). Cette zone est fortement similaire d’un point de vue météo aux zones limitrophes du 43 et du 07. L’Aubrac : zone fortement impactée par les situations météorologiques d’Ouest à Nord, moins par celles venant d’Est ou Sud-est. Forte prise au vent de Nord et de Sud, zone soumise l’hiver à la tourmente (chasse neige météorologique)  fermeture des axes routiers principaux et secondaires. L’été, cette zone se retrouve souvent sur le trajet des systèmes orageux remontant par flux de Sud-ouest.

18 CEVENNES Géographie : occupant le quart sud-est du département de la Lozère, ce grand massif schisteux se compose de trois vallées profondes, encaissées, ne dépassant guère 500 m d'alt. : la vallée Borgne, la vallée Française et la vallée Longue. Elles s’étirent du nord au sud par le massif granitique du Mont Lozère (plus de 1700 m d’alt.), puis par le massif de l’Aigoual (1567 m d’alt.), et on y inclura le piémont immédiat sud-est et sud par les reliefs et vallées entourant Valleraugue puis Le Vigan jusqu’en limite de département de l’Hérault et remontant jusqu’à St-Jean-du-Gard et La grand-Combe. Végétation : forêts prédominantes, les châtaigneraies sont bien implantées dans les vallées, parfois en mélange avec le chêne ou le pin maritime. Hydrographie : le Tarn prend sa source au sud du mont Mont Lozère et s’écoule vers l’ouest, passant à Florac puis Ste-Enimie - l’Hérault prend sa source au Mont- Aigoual et s’écoule vers le sud, vers Ganges et au-delà - le Gardon de st-Jean descend du Mt-Aigoual vers Anduze. Axes routiers :peu de grands axes, mais de nombreuses nationales ou départementales assez empruntées, dont la Corniche des Cévennes ;quasiment toutes passent par des vallées et des cols parfois fermés l’hiver. Population – densité - enjeux économiques : zone à très faible densité de population, sans aucun pôle important - en Lozère, Florac, Villefort, Le Bleymard - dans le Gard, les petites villes de St-André de Valborgne, Valleraugue et surtout Le Vigan - stations de ski du Mont-Lozère et de Prat-Peyrot- Espérou (à flanc de Mont-Aigoual)

19 CEVENNES La Salle-Prunet (alt. 903 m) St-Martin de Lansuscle (alt. 620 m) Mont-Aigoual (alt. 1564 m) Bassurels (alt. 1042 m) Montdardier (alt. 640 m) Colognac (alt. 574 m) Altier (alt. 920 m) La Grand-Combe (alt. 499 m) Le Bleymard (alt. 1418m) Villefort (alt. 685m) Vébron (alt. 665m) Les Rousses (alt. 812m) St-Jean-du-Gard (alt. 196m) Saumane (alt. 300m) Le Vigan (alt. 250m) St-Martial (alt. 483m) Climatologie et phénomènes météorologiques : Forte exposition aux situations de secteur Sud-est, dénommés d’ailleurs de type cévenol (automne notamment). C’est la zone la plus pluvieuse de la région s’étirant du Mont-Aigoual au Mont-Lozère et au-delà vers les monts du Vivarais. Le piémont est aussi exposé, voire plus et les cours d’eau peuvent gonfler brusquement et dramatiquement. Climat de moyenne montagne et donc l’hiver, fréquents phénomènes d’isothermie dans les vallées et axes routiers, chasse-neige et congères sur les crêtes. Zone également soumise à un bel effet de fœhn en situation de Nord à Nord-ouest, s’accompagnant de forts vents parfois très froids (ressenti thermique). Les premières pentes exposées au sud sont bien influencées par le climat méditerranéen, chaud l’été.

20 Aude Orb Agout Jaur Orb Lergue Hérault MINERVOIS - BITERROIS Végétation dominée dans les parties basses par les vignes largement prédominantes, mais aussi du chêne, pubescent ou vert, voire de châtaigniers si on monte un peu vers le haut Minervois. Hydrographie : 2 fleuves importants traversent cette zone du nord au sud pour se jeter en mer : l’Orb de Roquebrun à Béziers, et l’Hérault de Gignac à Pézenas et plus bas Agde. Le bassin de l’Hérault est alimenté par la Lergue plus haut. Lac du Salagou (barrage et retenue 12 km 2 ) en limite nord de zone. Axes routiers :assez importants et passagers. La RN9 (D609) de Narbonne à Pézenas en passant par Béziers, la RN112 (D612) de Béziers à St-Pons-de-Thomières en passant par St-Chinian et la « Minervoise » ou D11/D5 de Béziers à Carcassonne, mais aussi la D909 de Béziers à Bédarieux. Population – densité - enjeux économiques : zone à dominante rurale (viticole) mais avec quelques centres urbains importants, comme Pézenas (7500 hab.) et surtout Béziers (72 000 hab.) en limite sud de zone. Nombreuses bourgades dépassant les 1500 habitants. Béziers comporte des PPI dans sa ZI de Capiscol (silos, entrepôts d’engrais …). Zone très passagère (cf routes) avec problématique VH (rare mais elle existe) Géographie : De type plaine intérieure avec relief vallonné du côté du Minervois (premier piémont) ; c’est une zone de coteaux largement dominée par les vignobles. Sols plutôt calcaires (coteaux) dans le Minervois, mais entre Orb et Hérault, sols cultivés plus riches (à base d’alluvions). A75

21 MINERVOIS - BITERROIS Caunes-Minervois (alt. 371 m) St-Jean de Minervois (alt. 258 m) Murviel-les-Béziers (alt. 140 m) Pézenas (alt. 27 m) Béziers-Courtade (alt. 39 m) Climatologie et phénomènes météorologiques : Pur climat méditerranéen chaud et très sec l’été, frais et humide l’hiver, mais souvent assez doux. La variation des précipitations pour une même saison dépassent 60% sur une période de 30 ans. Les saisons sont généralement bien tranchées. En hiver, l’anticyclone continental refroidit les plaines avec la tramontane. Le printemps et l’automne voit des dépressions atlantiques pénétrer jusqu’en Méditerranée, le « marin » s’installe apportant des épisodes pluvieux importants (automne surtout car l’air marin de Méditerranée est alors encore très chaud et gorgé d’humidité), suivis par des régimes de tramontane plus ou moins « foehnées ». Normales annuelles de précipitations souvent comprises entre 600 et 750 mm pour 70 jours de pluies. Zone à orages d’été pas rares au pied de l’Espinouse.

22 PLAINES du MONTPELLIERAIN Géographie : plaine intérieure avec relief parfois vallonné en allant vers le nord ; zone du Pic Saint-Loup et de l’Hortus (sommets 600/700 m) dominant cette plaine au nord, et plus à l’ouest le Mont Saint-Baudille vers St- Guilhem-le-Désert en limite de zone. C'est un ensemble de bas plateaux et de dépressions situés à l'est de la vallée de l'Hérault et qui se prolongent dans le département du Gard voisin par la zone des Costières. Végétation souvent assez basse, dominée par les garrigues prédominantes, mais aussi du chêne pubescent, du chêne vert, des forêts méditerranéennes au sud-ouest du Saint-Loup. Zone très vulnérable aux feux de forêts l’été en raison de nombreux épineux très sensibles. Lergue Hérault Lez Vidourle A9 Population – densité - enjeux économiques : zone très diversifiée car en grande partie rurale mais avec quelques centres urbains importants, dominés par l’agglomération de Montpellier (250 000 hab.) et sa grande « banlieue » nord résidentielle, et à l’est Lunel (25 000 hab.). Tourisme important (en bord de cours d’eau et de type « vert »). Enjeux de l’agglo de Montpellier, véritable pôle économique et social de la région. Autoroutes A75 et A750. A75 A750 A75 A9 Hydrographie : moyenne vallée de l’Hérault - le Vidourle - le Lez, la Mosson alimentée par le Coulazou. En temps normal et en été, ils ne sont que des cours d'eau à faible débit. Mais il peuvent être très dangereux par fortes pluies. Lac du Salagou (barrage et retenue 12 km 2 ) en limite nord-ouest de zone.

23 Villevieille (alt. 81 m) Prades le Lez (alt. 85 m) St-André de Sangonis (alt. 86 m) St-Martin de Londres (alt. 194m) St-Drezéry (alt. 121m) Montpellier (alt. 55m) Climatologie et phénomènes météorologiques : Pur climat méditerranéen chaud et sec l’été, frais et humide l’hiver, mais souvent plutôt doux, avec grande variation au sein même d’une saison, d’un mois. Les saisons sont généralement bien tranchées. En hiver l’anticyclone continental refroidit les plaines avec la tramontane et le mistral (dont l’influence est nette sur cette partie orientale du département de l’Hérault). Le printemps et l’automne voit des dépressions atlantiques pénétrer jusqu’en Méditerranée, le « marin » s’installant alors et pouvant parfois apporter des épisodes pluvieux importants (automne surtout car l’air marin de Méditerranée est alors encore très chaud et gorgé d’humidité). En automne, zone très sensible aux épisodes cévenols, en marge sud de l’activité maximale, voire aux orages quasi stationnaires et se régénérant dans l’arrière-pays de Montpellier à Lunel, zone de petites collines. Normales annuelles de précipitations : de 700 mm au sud à 850/1000 mm au nord (pour 70/80 jours de pluies). PLAINES du MONTPELLIERAIN Octon (alt. 184m)

24 Garrigues – plaines gardoises LFTW Géographie : la zone des garrigues s'étend sur un axe N/S, du pied des Cévennes au proche sud-est de Nîmes. C'est une vaste zone de collines et de plateaux calcaires dont l'altitude moyenne est comprise entre 150 et 300 m, alternant avec des bassins alluviaux généralement entre 50 et 150 m d’altitude. Le sommet le plus élevé de la zone est le Mont Bouquet à 629 m. d'altitude. La végétation y est caractéristique, à base de chêne vert et de chêne pubescent, parfois réduite à l’état de broussailles de chêne kermès, et de végétation basse de type garrigues. Tourisme d’été : balades, chemins de randonnées, sports en eaux vives (la Cèze, près de La Roque /Cèze, le Gard près de Collias). Vol livre sur les coteaux de la Vaunage, et vol moteur/parachutisme sur les aérodromes d’Alès- Deaux et Nîmes-Courbessac. A Nîmes, activité intense pendant les ferias de Pentecôte (début juin) et des vendanges (fin septembre), ainsi qu’en été avec de nombreux évènements culturels dans les arènes. à noter aussi des spectacles de plein air à Alès (Fous chantants), Uzès (nuits musicales), et Remoulins en zone Sud-Est (soirées pyrotechniques du Pont du Gard). Agriculture : élevage, (équidés, bovins et ovins), cultures fourragères ; et, majoritairement, la vigne. A9

25 Garrigues – plaines gardoises Routes et autoroutes : en situation hivernale, routes enneigées ou verglacées sur le plateau des Garrigues, entre Nîmes et Uzès, et dans une moindre mesure en Vaunage sur la route reliant Nîmes à Sommières. L’agglomération Nîmoise et la plaine des garrigues (RN 106) sont très sensibles aux phénomènes neigeux, même pour quelques cm de neige. Enjeu majeur sur l’axe autoroutier A9, particulièrement au niveau du secteur de Remoulins (pente forte) et de Nîmes et Gallargues (nœuds routiers importants ; trafic poids-lourds intense) feux de forêt : zone systématiquement sensible au risque FDF, dès la fin du printemps. sites SEVESO : RHODIA, à Salindres, à l’Est d’Alès - Nitro-Bickford, à Bagard, Sud d’Alès PPI chimique SYNGENTA, à Aigues-Vives, près du péage autoroutier de Gallargues. Climatologie et phénomènes météorologiques : Climat de plaine méditerranéenne, chaud et sec l’été, précipitations modérées les autres saisons (700 mm/an), plus marquées en automne, avec des épisodes orageux parfois très violents. Des systèmes orageux quasi-stationnaires peuvent générer des lames de 400 mm et plus en poins de 72 heures (cf. système en V et dôme froid de surface). Des super-cellules convectives peuvent générer des intensités exceptionnelles dépassant les 100 mm/h, avec chutes de grêle et micro-rafales dépassant les 150 km/h. Vent de secteur Nord dominant, marqué mais dans une moindre mesure que la vallée du Rhône. Effets sensibles de Sud-Est relativement fréquents. Perturbations océaniques possibles, mais très atténuées par l’influence des Cévennes.

26 PIEMONT CEVENOL Luech GardHérault Gardon de St-Jean Vidourle Végétation très variée et plutôt riche. On y retrouve à la fois les garrigues (domaine des chênes kermès ou verts ou végétations d’épineux bas), et quelques falaises calcaires dénudées, mais aussi des forêts d’épineux ou de chataîgniers typiques de la basse montagne. Hydrographie : la haute vallée de l’Hérault et ses petits affluents, la Vis et la Buège - le Gardon de Saint-Jean qui, alimenté par le Luech, forme le Gard plus bas - plus au nord la haute vallée de la Cèze. Géographie : le piémont est la zone tampon entre les Cévennes et la zone des plaines plus bas. Cette région du nord de l’Hérault et d’une partie du Gard est limitée par les massifs du Mont-Aigoual et du Mont Lozère et à l’est par les zones des garrigues de l’Hérault et des costières du Gard (plaines). Succession de côtes, vallées et dénivelés, dominée par le massif de la Séranne (extrême nord de l’Hérault), dont les sommets culminent vers 800 m, le reste de la zone a une altitude de 100 à 400m. Population – densité - enjeux économiques : zone à faible densité de population, avec de nombreux villages ou petites villes, et aussi des villes de 3000/5000 hab. telles que Ganges, Anduze, la Grand-Combe, Saint-Ambroix, Bessèges, Salindres et dominée par la ville d’Alès (42 000 hab). C’est aussi le bassin minier d’Alès et la Grand- Combe dont l’activité a périclité depuis 30/40 ans. Cèze

27 St-Martin de Londres (alt. 194m) Colognac (alt. 574 m) La Grand-Combe (alt. 499 m) Cardet (alt. 109m) St-Hyppolite du Fort (alt. 190m) Quissac (alt. 86m) Conqueyrac (alt. 136m) Deaux (alt. 185 m) Méjanes le Clap (alt. 318 m) Salindres (alt. 191m) Bessèges (alt. 178m) Générargues (alt. 139m) Alès (alt. 140m) Climatologie et phénomènes météorologiques : Le temps y est moins froid et moins humide que la zone montagneuse plus à l’ouest. Normales de précipitations : 1m d’eau pour 70/90 jours de pluies, voire 1,30 m d’eau pour 100/120 jours de pluies (au-dessus de 500m d’alt.). Influence méditerranéenne : par flux de Sud-est ou Sud (vent marin établi dans la plaine plus bas), masse d’air humide et chaude (ou douce) apportant son lot d’instabilité sur ces premiers reliefs, et pluies parfois importantes. C’est la zone favorite des épisodes cévenols d’automne, si intenses parfois de septembre à décembre, qui sont les mois les plus arrosés. Chaleur et sécheresse d’été sont des caractéristiques aussi de cette zone. Le mistral est fréquent et c’est la zone où commence l’effet de foehn plus ou moins marqué. PIEMONT CEVENOL Influence orographique : orages parfois violents dans les vallées avec blocage des cellules de nombreuses heures sur place, l’été y compris. Neige parfois en hiver sur ces 1ères hauteurs ; la plaine et le piémont connaissent un rayonnement important durant les nuits claires d’hiver. Les températures minimales peuvent y être très basses, parfois < -12/-15°C en bas de la Séranne (record du département de l’Hérault –29°C en 1963)

28 BASSE VALLEE du RHÔNE A9 A54 Rhône Petit Rhône Géographie : la plaine rhodanienne fait partie des parties basses du département du gard. Il s'agit d'une zone de très faible altitude ne dépassant pas quelques dizaines de mètres : de 20m près d’Arles à 90 m à Rochefort du Gard. Le Rhône est bordé de digues importantes, mais qui peuvent céder lors de crues importantes et générer des inondations majeures. Il est aujourd’hui domestiqué sur la quasi-totalité de son cours. Il a bénéficié d’un plan d’aménagement mené depuis les années 1930 par la Compagnie nationale du Rhône (CNR), reposant sur la construction de barrages, d’aménagements hydroélectriques, d’équipements industriels et sur le développement de l’irrigation. Malgré ces importants travaux, le débit du fleuve n’est pas totalement maîtrisé à ce jour. Il peut atteindre jusqu’à 10 000 m3/s lors de crues brutales et souvent dévastatrices, comme celles de l’automne 1993. Importante voie de passage, la vallée du Rhône, au sud de Lyon, est devenue, grâce à ces aménagements, un axe industriel et urbain majeur de l’espace français. - Activités humaines : Tourisme d’été : balades, chemins de randonnées, sports en eaux vives (la Cèze, près de La Roque /Cèze, le Gard près de Collias). Tauromachie et équitation entre Beaucaire et Arles. Activité culturelle intense en juillet près d’Avignon du fait du festival. Agriculture : élevage, (équidés, bovins et ovins), cultures fourragères ; végétation composée de vignes souvent.

29 Chusclan (alt. 30 m) Tarascon (alt. 15 m) Avignon (alt. 48 m) Pujaut (alt. 44 m) Stes-Maries de la Mer (alt. 1 m) Arles (alt. 1 m) Tricastin (alt. xx m) Orange (alt. xx m) St-Julien de Peyrolas (alt. 77m) Climatologie et phénomènes météorologiques : de type rhodanien classique, fortement marqué par le mistral. Chaud et sec l’été, précipitations modérées les autres saisons (650 mm/an), plus marquées en automne, avec des épisodes orageux parfois très violents. Des systèmes orageux quasi-stationnaires peuvent générer des lames de 200 mm et plus en moins de 24 heures Vent de secteur Nord largement dominant, avec des maxi dépassant fréquemment les 100 km/h.. Effets sensibles de Sud-Est relativement fréquents, occasionnant des phénomènes orageux importants en automne, et des phénomènes neigeux particulièrement problématiques en hiver, du fait de la présence de points névralgiques autoroutiers. Perturbations océaniques possibles, mais très atténuées par l’influence des Cévennes - Enjeux particuliers de sécurité : Routes et autoroutes : en situation hivernale, routes enneigées ou verglacées, avec un point très sensible sur l’autoroute A9 de Nîmes à Avignon : une montée pentue au dessus de Remoulins (pente forte qui occasionne systématiquement des blocages poids-lourds lors des épisodes neigeux.) et de Roquemaure (nœuds routiers importants ; trafic poids- lourds intense). Ces zones sont très sensibles aux phénomènes neigeux, même pour quelques cm de neige. Feux de forêts : zone très sensible au risque FDF, dès la fin du printemps. sites SEVESO : site chimique SANOFI, à Aramon site nucléaire :CEA Marcoule BASSE VALLEE du RHÔNE

30 LITTORAL BITERROIS - NARBONNAIS Géographie : relief quasi-plat, composé d’un littoral presque exclusivement sablonneux (et anciennes lagunes). Les sols sont un peu plus riches près des embouchures de cours d’eau (Orb – Hérault) par apports alluvionnaires. Végétation : dominée par le peu de forêts, avec des zones de garrigues, mais surtout des espèces typiques des sols sablonneux. Hydrographie : zone caractérisée par les basses vallées (et embouchures) de l’Aude, de l’Orb (vers Sérignan), de l’Hérault (Agde et son Cap). Des inondations sont toujours à redouter dans ces secteurs près des embouchures, amplifiées en cas de fort régime de vent marin (empêchant l’évacuation facile des eaux de pluie vers la mer). Population – densité - enjeux économiques : zone à forte densité de population, augmentant de plus fortement l’été en raison des stations balnéaires attractives tout au long de ce littoral (avec nombreux campings, …). C’est le domaine des villages traditionnels qui ont explosé démographiquement en raison des proximités des centres urbains de Narbonne, Béziers et Agde, et devenus des centres à vocation touristique importants. Axes routiers incontournables et VH avec zones de stockage sur A9 en cas de neige « plus haut ». HéraultOrb A9 Valras plage LFMU

31 LITTORAL BITERROIS - NARBONNAIS HéraultOrb Béziers-Vias (alt. 16 m) Narbonne (alt. 110 m) Climatologie et phénomènes météorologiques : Pur climat méditerranéen chaud et sec l’été, un peu frais et humide l’hiver, mais souvent plutôt doux, cette douceur étant accentuée en raison de la proximité de la Méditerranée, autant en période hivernale que l’été grâce au régime prédominant des brises. Pour autant, l’hiver peut être aussi froid ou presque que les plaines de l’intérieur par régime de Nord- ouest, même si les gelées matinales y sont moins nombreuses (tramontane). C’est aussi et surtout le domaine de la tramontane, vent d’Ouest à Nord-ouest, ou du cers dans la basse vallée de l’Aude. De Narbonne à Béziers, nombre de jours de vent modéré à fort très important. Les épisodes de type cévenol sont moins virulents puisque l’effet orographique ou continental n’y est pas encore ressenti mais novembre 1999 est encore dans toutes les mémoires dans la basse vallée de l’Aude suite à 2 jours de pluies continues et de vent marin fort. Le vent marin y apporte en toutes saisons des entrées maritimes plus ou moins étendues et durables nuit et matin … Normales annuelles de précipitations : 500/600 mm pour 55/60 jours de pluies. Nombre moyen de jours de gelée < 15 jours.

32 PETITE CAMARGUE – ETANGS CÔTIERS Géographie : relief quasi-plat, composé d’un littoral presque exclusivement sablonneux (et anciennes lagunes), quasi-plat hormis la région de Sète-Mireval avec le Mont Saint-Clair (sommet près de 200 m) et le petit massif de la Gardiole axé SO-NE (sommets 200/250 m). Les sols sont plus riches vers Mauguio et Lunel (cultures de primeurs et fruitiers …). Population – densité - enjeux économiques : zone à forte densité de population, augmentant de plus considérablement l’été en raison des stations balnéaires attractives tout au long de ce littoral (avec nombreux campings, …). C’est le domaine des villages traditionnels qui ont explosé démographiquement en raison des proximités des centres urbains de Sète et surtout Montpellier. Sète est aussi un port important de pêche et de commerce. Palavas-les-Flots et le Grau-du-Roi sont des ports de pêche très fréquentés. A noter encore Frontignan et ses raffineries de pétrole (et PPI) et l’aéroport de LFMT. Axes routiers côtiers nombreux très utilisés et A9. A9 LFMT Hydrographie : zone caractérisée par la forte présence de l’eau (étangs et basse Camargue), mais aussi par les fleuves le Lez (Palavas) et le Vidourle (la Gde-Motte), cours d'eau méditerranéens typiques, à étiage marqué, et très dangereux par temps de fortes pluies même si de récents travaux de digues ont limité les inondations. Végétation : dominée par le peu de forêts, avec des zones de garrigues, mais surtout des espèces typiques des étangs (roseaux), domaine favori des flamants roses. Omni-présence de nombreux étangs d’assez grande étendue reliés à la mer par des étiers (graus) entre l’étang de Thau et la Petite Camargue.

33 PETITE CAMARGUE – ETANGS CÔTIERS Sète (alt. 79 m) Marsillargues (alt. 4 m) Montp-aéro (alt. 8 m) Espiguette (alt. 1 m) Stes-Maries de la Mer (alt. 1 m) Aigues-Mortes (alt. 2 m) La Gde Motte (alt. 1 m) La Cailar (alt. 7m) Bouée 61431 Bouée 61190 Certaines journées d’hiver peuvent être aussi froides ou presque, que les plaines de l’intérieur par régime de Nord ou Nord-ouest, même si les gelées matinales y sont moins fortes (présence du vent et proximité étangs et mer). Les épisodes de type cévenol sont moins virulents puisque l’effet orographique ou continental n’y est pas encore ressenti mais l’effet du vent marin est marqué (pluies, entrées maritimes, voire brouillards). Climatologie et phénomènes météorologiques : Pur climat méditerranéen chaud et sec l’été, un peu frais et humide l’hiver, mais souvent plutôt doux, cette douceur étant accentuée en raison de la proximité de la Méditerranée, autant en période hivernale que l’été grâce au régime prédominant des brises. Normales annuelles de précipitations voisines de 550/670 mm pour 55/70 jours de pluies. Nombre moyen de jours de gelée sous abri inférieur à 20/25 jours (moins de 10 à Sète). C’est à la fois le domaine de la tramontane (surtout sur l’ouest de la zone) et celui du mistral en débouché de la vallée du Rhône (qui s’étend jusqu’à Maguelone voire Frontignan en fin d’épisode de Nord-ouest).

34 Précipitations dans l’Hérault Précipitations annuelles - normales Nombre de jours avec précipitations >=1 mm - normales

35 Températures dans l’Hérault Moyenne des Températures minimales - normales Nombre de jours de gel - normales Moyenne des Températures maximales en été

36 Espinouse Aude Orb Agout Jaur Orb Lergue Hérault LFMU LFMT Lez Vidourle Mosson Géographie de l’Hérault Séranne Larzac

37 Monts Haut-Languedoc et du haut-Minervois Causses du Larzac Piémont cévenol - Séranne Plaines du Biterrois et du Piscénois Littoral ouest Littoral est - étangs Cévennes (30) Montpelliérais – Lunellois – zone des garrigues Aude Orb Agout Jaur Orb Lergue Hérault LFMU LFMT Lez Vidourle Zonage climatique de l’Hérault


Télécharger ppt "Caractéristiques générales du territoire Hérault, Gard, Lozère."

Présentations similaires


Annonces Google