La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE DEVENIR DES ETUDIANTS APRES LA LICENCE STAPS Numéro 3 - février 2004 Observatoire Universitaire des Parcours Etudiants Réalisation : Sylvain Benoit.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE DEVENIR DES ETUDIANTS APRES LA LICENCE STAPS Numéro 3 - février 2004 Observatoire Universitaire des Parcours Etudiants Réalisation : Sylvain Benoit."— Transcription de la présentation:

1 LE DEVENIR DES ETUDIANTS APRES LA LICENCE STAPS Numéro 3 - février 2004 Observatoire Universitaire des Parcours Etudiants Réalisation : Sylvain Benoit - 33, rue François Mitterrand Limoges Cedex - tél : Avant- propos La formation dans le secteur sportif se caractérise par la présence de deux organismes publics de formation : le Ministère des Sports et le Ministère de lEducation Nationale. Lorsquils ne souhaitent pas devenir enseignants, les diplômés de STAPS se trouvent en concurrence directe sur le marché de lemploi avec les titulaires dun brevet détat. Les résultats présentés ici sont établis à partir des données qui ont été rassemblées dans le cadre dune enquête réalisée en , sous la direction de Pierre FERRAND, par Fabien THORNE, étudiant de maîtrise STAPS, dans le cadre dun stage effectué à lObservatoire Universitaire des Parcours Etudiants.

2 Lenquête a été réalisée par téléphone en mars 2003 auprès des étudiants inscrits en licence STAPS de à (soit 5 promotions). Le champ de lenquête comprenait 400 individus. Au total, 214 étudiants ont été questionnés (80 étudiants nont pu être contactés en raison dun changement dadresse et 106 étudiants, par faute de temps). Le taux de réponse net est de 67 %. La structure de léchantillon étant très proche de celle de la population-mère, les traitements statistiques ont été effectués sans redressement. Situation actuelle A la date de lenquête, un étudiant sur deux occupe un emploi et 12 % un emploi dattente. 32 % poursuivent leurs études et 26 % préparent un concours. 2 % des étudiants, seulement, sont en recherche demploi (*). __________________ (*) % non cumulables du fait de l existence de réponses multiples. Les profs dEPS 27 % des étudiants interrogés sont devenus, au moment de lenquête, professeurs dEPS titulaires. 63 % travaillent en collège, 26 % en lycée et 2 % à lUniversité. Les autres assurent des cours simultanément en collège et en lycée. De manière générale, les enseignants dEPS se disent satisfaits voire très satisfaits de leur emploi. Seules les perspectives de carrière laissent encore à désirer : un enseignant sur trois, en effet, les juge insatisfaisantes. Hors des concours : une insertion difficile 19 % des étudiants, seulement, occupent un emploi qui n est pas lié à la réussite à un concours. Parmi ceux-ci, certains (17 %) navaient pas obtenu la licence STAPS et ont dû redéfinir leur parcours en conséquence. Les autres sont principalement professeurs dEPS contractuels (un sur quatre), agents fédéraux de développement, éducateurs sportifs ou animateurs sportifs. Pour lessentiel, les emplois occupés sont de nature précaire : CDD (38 %) et emplois jeunes (35 %). Le salaire net moyen est relativement modeste : 1160 euros. Des situations dindétermination 45 % des étudiants se trouvent toujours dans une situation dindétermination par rapport à lemploi (ni emploi définitif ni recherche demploi : préparation de concours, poursuite détudes ou emploi dattente). La moitié dentre eux (46 %) est inscrit au CAPEPS à la date de lenquête et 7 % au CAPE. 17 % ont passé le CAPEPS sans succès et ont abandonné depuis. Les autres poursuivent leurs études soit au sein de la filière (en Maîtrise, DEA ou DESS : 15 %) soit en dehors de la filière (paramédical, sciences de léducation : 6 %). Les études après la licence 95 % des étudiants interrogés ont obtenu leur licence STAPS. La moitié des étudiants a poursuivi les études en maîtrise (essentiellement dans deux spécialités : « entraînement sportif » et « management ») ; 8 % ont poursuivi leurs études au-delà et se sont inscrits en DEA ou en DESS. Formations annexes Parallèlement à leur parcours universitaire, 61 % des étudiants ont suivi une formation annexe. Pour 22 % d entre eux, il sagit dun brevet détat (BEESAN, tennis, judo...) et pour 35 % d une formation fédérale (football, volley, rugby...). Le reste comprend essentiellement le BNSSA (34 % des étudiants parmi ceux qui ont suivi une formation annexe) et le BAFA (24%). Le CAPEPS dabord A leur entrée dans la filière STAPS, 90 % des étudiants interrogés souhaitent devenir professeurs dEPS. De fait, 81 % des étudiants se sont inscrits au CAPEPS. La plupart ont préparé le concours dans le cadre de l IUFM. Parmi les étudiants qui se sont inscrits au concours, 46 % se sont inscrits une fois, 29 % deux fois et 25 % trois fois et plus (certains se sont inscrits jusquà 6 fois !). A lheure actuelle, 40 % des étudiants qui ont préparé le CAPEPS lont obtenu. Il leur a fallu sinscrire, en moyenne, 1,6 fois au concours pour lobtenir. Ceux qui échouent, abandonnent après deux inscriptions en moyenne. Le CAPE ensuite 12 % des étudiants se sont inscrits au CAPE. La moitié dentre-eux a réussi le concours.

3 Globalement, les femmes se montrent plus critiques que les hommes sur le métier denseignant. 47 % des femmes se disent peu satisfaites des perspectives de carrière contre 19 % seulement des hommes. De même les femmes portent un jugement plus négatif que les hommes sur les relations dans létablissement, sur le niveau de responsabilité et sur ladéquation entre lemploi et le niveau de formation. Seul le niveau de rémunération est jugé un peu plus favorablement par les femmes que par les hommes. Profession : enseignant 80 % des hommes, 88 % des femmes estiment avoir eu des lacunes dans lexercice de leur profession. Les lacunes évoquées touchent dabord à lexercice de certaines pratiques sportives et à la relation prof-élèves (gestion des élèves difficiles, expression de lautorité, gestion des conflits...). Définitions :. BAFA : Brevet dAptitude aux Fonctions dAnimateur. BEESAN : Brevet d'Etat d Educateur Sportif des Activités de la Natation. BNSSA : Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique. CAPE : Certificat d'Aptitude au Professorat des Ecoles. CAPEPS : Certificat d Aptitude au Professorat d Education Physique et Sportive. IUFM : Institut Universitaire de Formation des Maîtres. STAPS : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

4 Les diplômés de la filière STAPS portent un regard parfois critique mais toujours lucide sur la formation quils ont suivie et sur les débouchés professionnels qui en découlent. Une filière qui donne satisfaction Dans lensemble, les étudiants se disent satisfaits de la filière STAPS : si cétait à refaire, 78 % estiment quils referaient le même cursus. Le taux de satisfaction reste élevé chez les étudiants qui ont passé de une à trois fois le CAPEPS (de 80 à 90 %). Mais au delà de 3 inscriptions, il chute sensiblement (57 % de satisfaits). Retour au "terrain" ! Néanmoins, les diplômés estiment que les enseignements qui leur sont dispensés sont "trop théoriques", "pas suffisamment axés sur la pratique" de sorte qu'ils se trouvent, par la force des choses, trop éloignés de la "réalité du terrain" (44 % des étudiants). Ainsi, de cet étudiant qui déclare : "la finalité de cette formation est un concours : on recrute des bons élèves pas des futurs bons professeurs". Par ailleurs, les étudiants souhaitent que les enseignements ne soient pas exclusivement orientés vers la préparation du CAPEPS : ils veulent des enseignements "plus professionnalisés", "plus spécialisés" et des stages en plus grand nombre. Cette notion d'ouverture et de spécialisation apparaît comme une demande forte. Si la filière souvre à de nouveaux débouchés, les étudiants qui échouent au CAPEPS disposeront de nouvelles possibilités d'insertion. Essor prévisible de nouveaux métiers mais… Les diplômés sont relativement confiants quant à l'évolution des métiers en relation avec le sport. Plus précisément, ils pensent que de nouveaux métiers vont émerger (37 % des répondants), essentiellement en raison de deux facteurs de nature sociologique : l'avènement d'une société du tourisme et des loisirs et le vieillissement de la population. Comme le dit un diplômé, "il faudra s'adapter de plus en plus à un public hétérogène avec des envies évolutives en rapport avec les changements de la société". Les exigences et les contraintes devenant toujours plus importantes, les diplômés de STAPS pensent que spécialisation et professionnalisation ne feront que croître. Néanmoins, certains diplômés se montrent dubitatifs quant aux chances des étudiants de la filière STAPS de pouvoir s'imposer sur ces métiers émergents face aux titulaires d'un BE (Brevet d'Etat). Au niveau du STAPS, la seule ouverture potentielle leur semble liée au développement des activités sportives dans l'enseignement primaire. Face au développement prévisible des métiers du sport, deux écueils sont à éviter : la hausse de la précarité (déjà présente au niveau de l'emploi dans le secteur sportif) et une concurrence accrue (car la demande restera de loin supérieure à l'offre disponible). Les déçus "Si c'était à refaire", 22 % des étudiants ne referaient pas le même cursus. Le plus souvent, la déception se nourrit de l'échec aux concours de l'enseignement (CAPEPS ou CAPE). Les opinions négatives tiennent d'abord au manque de débouchés en dehors du CAPEPS et au manque de reconnaissance de la filière STAPS en dehors du monde de l'enseignement (28 % des déçus). Un certain nombre d'étudiants se dit déçu par le contenu des formations dispensées (22 % des déçus), d'autres par la réalité du métier d'enseignant (10 %) tel cet enseignant qui déclare "Je ne fais pas le métier pour lequel j'ai été formé, je ne fais pas de l'EPS, je fais de la garderie". De manière générale, beaucoup d'étudiants parmi les déçus de la filière disent ne pas avoir suffisamment réfléchi aux débouchés professionnels et découvrent sur le tard qu'ils n'étaient pas faits pour l'enseignement. La plupart d'entre eux se dirigeraient vers des formations plus courtes et plus professionnalisantes. PAROLES DETUDIANTS Les métiers/secteurs cités comme émergents : management, sports de pleine nature (APPN), loisirs sportifs, entraînement, APA, psychologie du sport, gestion, marketing, remise en forme, fitness, relaxation, collectivités territoriales, activités pour le 3 ème âge, tourisme, associations…


Télécharger ppt "LE DEVENIR DES ETUDIANTS APRES LA LICENCE STAPS Numéro 3 - février 2004 Observatoire Universitaire des Parcours Etudiants Réalisation : Sylvain Benoit."

Présentations similaires


Annonces Google