La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Exposé sur le Transfert de Techniques de Productions du Riz Hors Aménagement dans les Départements de Ouallam et Kollo nord Octobre 2012 ONG AGDL Fahamey.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Exposé sur le Transfert de Techniques de Productions du Riz Hors Aménagement dans les Départements de Ouallam et Kollo nord Octobre 2012 ONG AGDL Fahamey."— Transcription de la présentation:

1 Exposé sur le Transfert de Techniques de Productions du Riz Hors Aménagement dans les Départements de Ouallam et Kollo nord Octobre 2012 ONG AGDL Fahamey Iri Bonsé Action des Groupements pour le Développement Local

2 Plaidoyer pour la production du Riz des mares et les bas fonds pour la génération des revenus et la lutte contre linsécurité alimentaire au niveau communautaire Présenté : Djibo MOUNKEILA Président: ONG AGDL FAHAMEY IRI BONSE Contact : /

3 Le nord du département de Kollo et le département de Ouallam sont confrontés à un déficit alimentaire dordre multiforme : Les terres des plateaux, comme les terres agricoles connaissent une dégradation due aux diverses formes dérosion (surtout hydrique). Lamenuisement de ressources pastorales et lagressivité des eaux de ruissellement ont engendré des pertes énormes de leurs ressources. La pauvreté des sols constitue un autre facteur favorisant le déficit alimentaire et la pauvreté des populations de la zone. La mauvaise répartition des pluies et le déficit chronique de la zone risquent daggraver une situation alimentaire déjà précaire. Pour tenter de combler linsuffisance du rendement du mil à lhectare (300kg), des mesures urgentes et adéquates simposent. Cest dans ce sens que la présente initiative de culture du riz pluviale ou (hors aménagement) sur les mares partantes des eaux de ruissèlement avaient démarré sous une forte collaboration de la population en 2003 avec lappui technique de lONG/AGDL.

4 La zone se caractérise par une très forte concentration des terres très riches autour des mares temporaires et les vallées. Ces espaces présentent une situation environnementale critique, exacerbée par la prolifération des mauvaises herbes qui nuisent à la culture du mil et par les risques dinondation. De plus, ces surfaces inondables ne sont plus propices pour culture du mil et du sorgho ; sans la culture du riz la partie des champs dispose uniquement dune étendue deau inexploitée mais à haut potentiel pour la production du riz sans apport dengrais chimique. Cette culture crée aussi lemploie pour les femmes de la zone à toute les phases de la production. Sur ces sites, la gestion des eaux est un véritable casse-tête pour les populations qui accueillent dénormes quantités deau sur le 2/3 des champs de mil et sur la totalité des champs de sorgho. En effet, sur ces sites, les populations ne profitent que des gites dinsectes dans leau, ce qui rend lendroit favorable au développement des germes responsables de diverses maladies. Il ny a pratiquement aucune infrastructure qui puisse assurer lassainissement et la gestion des eaux pour lexploitation optimale des sites en production du riz.

5

6 Le système de production agricole de la zone ciblée est basé sur une agriculture pluviale qui repose sur la culture du mil, du sorgho, du niébé et de larachide sur des sols appauvris. Par ailleurs, la pluviométrie est faible et mal distribuée et on assiste à une baisse progressive de la productivité (300kg par hectare du mil) et à une dégradation continue des espaces agro forestiers existants qui sont une source importante de revenus et de produits alimentaires des populations ; ainsi quà une disparition du sol lui-même en tant que ressource naturelle. La pression démographique (humaine et animale) complique le scénario, et on assiste à une situation alimentaire difficile. Une situation rendue encore plus précaire par une alternance des bonnes et des mauvaises années de récolte due à des périodes de sécheresse imprévisibles. Les populations de la zone considèrent le riz comme un repas cérémonial consommé pendant les fêtes, les mariages et les baptêmes ce qui contraint souvent les chefs des ménages à vendre le mil à vil prix pour payer le riz très cher les jours des fêtes. L'amélioration de cette situation alimentaire et la lutte contre la dégradation des terres requièrent une diversification des systèmes de production agricole. L'introduction de la culture du riz de mares hors aménagement qui est dune part plus adapté au milieu et dautre part à haut rendement et à fort potentiel économique dans les systèmes de production représentent une voie prometteuse pour la sécurité alimentaire; génération de revenue et la protection de lenvironnement. Problématique et raison dêtre de laction

7 Dans le cadre de leur activités de Développement Local lONG AGDL doit procéder au renforcement des capacités des producteurs afin quils identifient les activités qui sont susceptibles d'améliorer leur conditions de vie, à cette fin leur efficacité est liée à leur compétence à accomplir les tâches. La formation en technique culturale et en gestion et les moyens de production sont des éléments essentiels qui leur permettront de planifier, de mettre en œuvre et de gérer les actions de développement. La persistance de la crise alimentaire au Niger nous force à garder à lesprit quil est indispensable de trouver de nouvelles méthodes de production alimentaire qui tout à la fois seraient écologiquement rationnelles, viables sur le plan économique et socialement acceptable pour la population rurale. Ladhésion à lidée, la cohésion sociale des membres des groupements et la disponibilité des bénéficiaires pour le renforcement des capacités des producteurs à faibles revenus pour pallier aux différentes contraintes de développement que rencontre les populations. La phase dessai se porté sur ladaptation des variétés du riz qui ont déjà donné des résultats probants. Ces résultats une fois renforcer par les actions futures contribueront a stabilisé la sécurité alimentaire et lautonomie financière des populations des villages

8 Une enquête dévaluation de revenus effectués auprès des producteurs du riz dans la zone, nous affirme quaprès la moisson du riz ils utilisent la paille pour faire lembouche. Selon cette même source sur un hectare ils produisent 60 à 100 sacs de paddy par an et 10 à 30 tonnes de fourrage pour nourrir 10 bœufs pendant au moins 1 à 2 mois. Ils achètent le bœuf à FCFA quils nourrissent et le revendent à FCFA donc une autre occupation pendant la saison morte qui devient une source de revenu pour eux pour acheter des habits sans vendre le mil aux commerçants usuriers. Cette activité permet aux petits producteurs de combler le vide de 25 à 40jours quils offrent de travaux dans les champs environnants pour nourrir leurs familles Si nos jeunes sadonnent à cette activité, ils niront plus en exode car ils gagneront beaucoup sans quitter les villages.

9

10

11 1. Objectif global : Contribuer à l'amélioration de condition de vie des communautés à travers la sécurité alimentaire, le renforcement des capacités et à la génération de revenues, 2. Objectifs Spécifiques : Améliorer la fertilité des de sols autour de 10 marres et 5 bas fonds Augmenter le rendement de 300 kg/ha à 1000kg/ha Combler le déficit alimentaire du mil et du sorgho de 300 kg/ha Renforcer les capacités des groupements en production du riz de mares. Former des comités de gestion Producteurs du Riz des Mares (PRM) Installer des sites rizicoles collectifs et individuels pour les paysans à faibles Revenus Bénéficiaires : La population cible est estimée à habitants composée, essentiellement dagriculteurs et léleveurs (jeunes,femmes )

12

13 Producteurs et ou productrices Groupements Disponibilité de point deau

14 Le principal problème est la baisse de la fertilité des sols et le faible rendement des cultures pluviales dont les causes sont : Manque des sites rizicoles aménagés autour des marres dans la zone Fortes pression démographique sur les terres Insuffisance en production de la matière organique Insuffisance de moyen de transport Fumure minérale et pesticides difficilement accessibles. Faible revenus des producteurs Insuffisance des moyens de production du riz pour les groupements viables Niveau dinstruction faible A cela, il faut ajouter la pression parasitaire sur les cultures pluviales Toute cette situation a malheureusement des répercutions douloureuses sur les populations et sur lenvironnement. Structure dencadrement ( AGDL/FAHAMEY IRI BONSE ) : LAGDL dispose de : 1 Coordinateur, 1 Assistant technique, 1 Secrétaire comptable, 4 agents du terrain et 35 auto encadreurs et animateurs locaux Moyens matériels de : 1 siège,1 véhicule, 2 moto 125, 3 bureaux, 17 chaises, 5 ordinateurs et accessoires 4 antennes et 7 unités de terrains Insuffisance des moyens de suivis des activités au niveau des antennes et les unités de terrains de la zone

15 LONG AGDL a jugé nécessaire de former des jeunes, les femmes et les petits producteurs pour quils puissent gérer les activités de production du riz, de protection des berges et de traitement des ravins dalimentation des mares. Le renforcement des capacités des populations par des modules en techniques de production et de gestion des ressources naturelles aussi quune méthode de suivi et dauto évaluation maîtrisable par elles. LONG pourra dispenser ces formations ou solliciter une autre compétence par la collaboration afin que les bénéficiaires se prendront en charge après le retrait de lappui extérieur. Le transfert de technologie pour la production du riz hors aménagement couplée aux variétés du mil adaptées au cycle de la pluviométrie réduite contribuera au maintien de la diversité biologique pour lutter contre la pauvreté et linsécurité alimentaire en offrant une importante gamme de produits agricoles à valeur marchande. Le renforcement de capacité des populations et les comités de gestion (PRHA) composée des femmes et des hommes La finalité de ce programme est de contribuer au bien être de la communauté en général et celle de la femme en particulier. Action Entreprise

16 Linitiative émane dun besoin ressenti et exprimé des groupes cibles notamment les femmes actives et les producteurs. Une fois leurs compétences dans le domaine de la maîtrise de la technologie de production du riz et lalphabétisation sont renforcées, ces femmes seront capables de gérer elles mêmes leurs propres initiatives et celles du groupe. Les partenaires seront sollicités pour leur offrir un appui technique et financier au besoin et sur constats. La réussite de cette opération permettra daméliorer considérablement la situation des femmes en particulier et celle des communautés en général. Cela pourrait être un déclic, un point de départ pour dautres initiatives dans dautres domaines de la vie socioéconomique. LONG ADGL reste et demeure un partenaire dencadrement de ces populations après le projet avec la poursuite des études en Recherche Action en ERE dun agent admis à luniversité de Montréal CANADA au Programme de 2eme Cycle en Éducation Relative à lEnvironnement. Durabilité de linitiative :

17 Les résultats attendus du projet sont les principaux éléments qui garantiront son adoption rapide et sa durabilité. A court terme: améliorer la production et la productivité sur les sols dordinaire pauvres et infertiles, et accroître le revenu par la vente des produits agricoles. A long terme : amélioration visible du paysage agricole du riz et de la fertilité du sol. D'autres éléments qui contribueront à la durabilité du projet sont : un effort conscient de bâtir le projet sur les systèmes agricoles actuels des paysans, limplication des comites villageois qui ont montré leur volonté à contribuer, à innover et à partager leurs expériences avec d'autres producteurs. La formation, le suivi, lappui et le rattachement à un réseau de paysans innovateurs sont certains des instruments que lONG utilisera pour assurer le caractère durable du projet à long terme. Il est aussi important de rappeler que lapproche adoptée permet loctroi dun crédit en intrants remboursable pour la production qui sont redistribués sous forme de crédit à chaque membre du groupement pour effectuer la campagne de lannée suivante. la durabilité du projet sera renforcée par la réduction de lexode des jeunes qui trouveront leurs comptent à travers lembouche à base du fourrage du riz.

18

19 La formation des jeunes, les femmes et les petits producteurs pour quils puissent gérer les activités de production du riz, de protection des berges et de traitement des ravins dalimentation des mares. Le renforcement des capacités des populations par le model en techniques de production et de gestion des ressources naturelles aussi quune méthode de suivi et dauto évaluation maîtrisable par elles. LONG pourra dispenser ces formations ou solliciter une autre compétence en collaboration avec les bénéficiaires afin quelles puissent se prendre en charge après le retrait de lappui extérieur. Identifier les zones potentielles de production dans la zone Elargir l implantation des sites dans la région de Tillaberi

20 Le transfert de technologies pour la production du riz des mares model PRHA et les variétés du mil des adaptées au cycle de la pluviométrie réduite contribuera au maintien de la diversité biologique et à lutter contre la pauvreté et linsécurité alimentaire en offrant une importante gamme de produits agricoles à valeur marchande. Le renforcement de capacité des populations et les comités de gestion (PRHA) composée des femmes et des hommes La finalité de ce programme est de contribuer au bien être de la communauté en général et celle de la femme en particulier. Il ya lieu davoir un appui supplémentaire pour le suivi et évaluation des activités afin daméliorer la qualité de nos services auprès des productrices.

21 Merci de votre participation active


Télécharger ppt "Exposé sur le Transfert de Techniques de Productions du Riz Hors Aménagement dans les Départements de Ouallam et Kollo nord Octobre 2012 ONG AGDL Fahamey."

Présentations similaires


Annonces Google