La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FranceFrance AndréAndré … Sur leurs pas en Irlande Juin 2007 … &&

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FranceFrance AndréAndré … Sur leurs pas en Irlande Juin 2007 … &&"— Transcription de la présentation:

1

2 FranceFrance AndréAndré … Sur leurs pas en Irlande Juin 2007 … &&

3 QUELQUES NOTES SUR UNE BALADE IRLANDAISE * * : quelques notes sur une balade irlandaise

4 Rarement un pays n'a eu autant de noms : Verte Erin, Ile d'émeraude, Hibernis, Eire, l'Ile des Saints et des Docteurs, Juvernia, Lîle sacrée et Tigre celtique, chacun faisant un clin d'œil à son histoire, à sa physionomie, à son climat, à son dynamisme contemporain ou simplement à sa beauté…Si un seul mot ne suffit pas à la nommer, c'est que l'Irlande est multiple sous son apparente simplicité. Wylliam Clément, notre jeune et sémillant guide, nous a raconté son "Ile" avec beaucoup de simplicité savante… la palette riche et nuancée des verts, la beauté des paysages où les lacs s'enrichissent des couleurs changeantes du ciel, l'océan aussi houleux que son histoire. Nous avons découvert un pays où dans la même journée quatre saisons se déclinent, d'ailleurs ce 13 juin quand nous avons mis le pied sur le sol irlandais, c'était l'automne: des nuages qui se couraient après dans le ciel, un vent tourbillonnant et quelques gouttes de pluie, bref, comme une grimace du temps…et du printemps! Cette île "derrière une île" comme la décrit, de loin, un écrivain contemporain Australien, dévoile ses charmes à toutes petites doses et déclenche des émotions ténues que son histoire, dans les traces qu'elle a laissées contribue à nourrir chez le voyageur… C'est sa magie.

5 Depuis Dublin où nous avons passé notre première nuit, nous sommes partis pour un périple bien orchestré, qui, en quelques étapes, nous a fait découvrir une ancienne forteresse médiévale devenue siège d'un évêché, une vieille distillerie du fameux whiskey irlandais, un manoir victorien dans un merveilleux parc, les panoramas magnifiques de la presqu'île d'Iveragh, le Shannon, large et paisible, les pierres brunes de Et enfin, au terme du voyage, Dublin, la capitale, toute de bruit et dagitation, son merveilleux musée national riche de trésors d'orfèvrerie celte, et Trinity College, l'incontournable université qui nous a fait découvrir un joyau de l'art religieux médiéval, le Book of Kells… J'arrête-là ma trop longue énumération qui, sans doute, parlera à ceux qui étaient du voyage, pour dire que ce séjour nous a permis de découvrir un pays attachant dont le charme le dispute à l'insolite et à l'inattendu… ce qui ne pouvait que séduire les curieux que nous sommes. Sur ce, je laisse la place aux photos. l'insolite Burren, les falaises majestueuses de Moher, le dolmen de Poulnabrone, le sauvage Connemara, un vrai fjord, des landes, des tourbières, des murets de pierres sèches, des cottages aux toits de paille, des villages fleuris aux façades clinquantes, des pubs, des pubs, des pubs, des kilomètres de haies de rhododendrons, de fuchsias, et autres plantes frileuses, des lichens arctiques et de minuscules droseras carnivores… Et puis des fermes écroulées, des abbayes en ruine, des routes étroites, sinueuses, serpentant le long de vallons décorés de moutons bien nourris, et toujours, des panoramas qui s'élancent dans des ciels immenses et mouvementés, des lacs miroirs, des baies, encore des lacs, des eaux ruisselantes, des cascades qui jouent avec les rayons du soleil…

6 Géniaux les kéfois !!! I agree !!!* * : jsuis daccord NOW, LADIES AND GENTLEMEN ! TAKE A LOOK AT OUR BEAUTIFUL IRELAND…

7 LIrlande: En rouge, le circuit au départ de Dublin et dans le sens des aiguilles dune montre.

8 Imposante citadelle, résidence des Rois de Munster du V° au XI° s. St Patrick vers 450 y baptisa le roi celte Aenghus. CASHEL ROCK Une forteresse aux quatre vents

9 Les rois celtes Aengus, Brian Boru et St Patrick hantent les ruines déchiquetées de cette forteresse des rois de Munster que nous découvrons sous un ciel bas de suie délavée… … presque un lavis dencre noire peint par Victor Hugo lors de son exil à Jersey. Impressionnant et « frisquet »

10 Les tours rondes De grands crayons qui écrivent lhistoire dans lespace Comme ses nombreuses sœurs en Irlande (près de 100) la tour ronde, à la fois clocher, grenier, tour de guet et refuge, symbolise la résistance toute relative des Celtes aux Vikings. Ces intrépides coureurs des mers attirés par les richesses des monastères pillent (dès 795) puis sinstallent pendant deux siècles, jusquà ce que le roi gaël Brian Boru, sacré pour loccasion « Imperator Scottorum » rassemblant sous sa bannière les nombreux roitelets de lîle leur inflige une défaite (Clontarf-1014) Délivrée du péril, lIrlande celtique pouvait retomber dans lanarchie la plus totale.

11 La croix celtique, dit-on, est une roue solaire dans laquelle sinscrit une croix aux branches courtes. La croix irlandaise, allongée, de forme latine, décorée de motifs géométriques ou de scènes de la bible, conserve le souvenir de cet héritage prè-chrétien et symbolise ladhésion à la croix du Christ associée à la symbolique de léternité. Entre mythologie et mystère chrétien le lien sest opéré… ciment dun peuple soudé dans ses croyances comme dans ses rébellions. Le Mystère de la croix

12 . Patrick (386 – 461), Saint Patron des Irlandais, originaire de Bretagne insulaire (son père était fonctionnaire romain), enlevé par des pirates gaëls – il avait 16 ans – otage évadé, va chercher en Gaule (Auxerre-Lérins) son éducation religieuse puis revient en 431 dans lîle, crosse en main, pour y convertir ceux qui lont obligé à garder les cochons pendant 6 ans… Mission accomplie sans violence ni heurts: cest le seul exemple dans lhistoire de lÉglise dun pays qui sest donné son propre évangélisateur.. Enfin presque. LIrlande écrira la plus belle page du christianisme primitif. Une drôle dhistoire Original de la croix de Saint Patrick posée sur le socle du trône des Rois celtes.

13 Midleton Slainte (*) Visite de la distillerie Jameson (Fondée au XVIII°s.) Petite controverse à propos du whisky A qui revient la paternité de linvention du whisky, à lÉcosse, à lIrlande ? La vérité est au fond du verre, sans doute. Ce qui est sûr : lorigine gaélique de son nom. Le Uisge beatha (leau de vie) ou Usgebaugh qui deviendra Uisge puis Uisky et enfin Whisky(e). Ce qui lest moins : St Patrick, encore lui, aurait introduit lalambic en Irlande quil laurait tenu indirectement des Égyptiens… et les moines, en même temps que lévangile, en auraient répandu lutilisation. (*) A prononcer: SLANCHA = santé

14 La péninsule dIveragh Lanneau du Kerry Muckross House Un manoir victorien et romantique Depuis le XII°s; la suzeraineté anglaise sur lIrlande est consacrée. Après quun pape, anglais de surcroît, ait donné lÎle au roi dAngleterre, lIrlande subit alors une présence qui, à travers le temps, dans la douleur et le cliquetis des armes façonnera son identité. Pour lheure, nous sommes au XIX°s. et le manoir construit au bord du lac, posé dans son écrin de verdure invite aux rêveries…des 33 promeneurs solitaires !

15 Les Jardins de Muckross House

16 Une échappée belle Le Lough* Leane Les jardins de Muckross House Un lac, des montagnes pour sy refléter, on applaudit au long et courageux travail des glaciers qui ont sculpté ces merveilleux paysages * Lough = lac

17 Le parc national de Killarney Là, à la réflexion, ce qui réfléchissait le plus, cétait la pluie qui mouillait les trottoirs…et nos capuches Main street à Killarney…en calèche et …en route

18 Le parc national de Killarney Le parc de Killarney (13000 ha) classé réserve de la biosphère depuis 1981 offre des paysages à couper le souffle. Les montagnes qui entourent les 3 lacs subliment le paysage.

19 Les Torc waterfalls Au cœur dune colline boisée, les chutes dévalent modestement dans le vallon ombreux et mouillé.

20 Les Ladies view En 1861, la reine Victoria en villégiature sest arrêtée là avec sa suite. Lune des dames de compagnie a poussé un Oh! dadmiration qui continue à rebondir, en ricochet sur les plans deau des lacs Leane et Muckross et en écho sur les montagnes.

21 Ross Castel Le château de Ross, tour fortifiée et restaurée, construit au XV°s. au temps des barons anglo-irlandais élève sa robuste silhouette sur un horizon de montagnes et un plan deau bien « Guinness » ce jour-là. Les irlandais avec humour et dérision disent en effet que leau noire des lacs est composée à 50% de Guinness!

22 Le Lough leane Un pont dans la brume et dans un lointain en grisaille une île célèbre, Innisfalen dont le monastère fondé au VII°s; devint un centre culturel qui reçut la visite de personnages de renom, Brian Boru, St Brendan et même Dagobert. Là, fut rédigée lune des plus anciennes chroniques de lhistoire de lIrlande.

23 Killorglin Petite localité connue pour sa Foire au Bouc au mois daoût. La Puck Fair est une réminiscence de la vieille religion celtique. Le dieu Lug – le même que le nôtre – est honoré sous la forme dun bouc, intronisé roi de la ville… et très arrosé… comme le saumon fumé chez nous à Noël. Foire au Bouc et Saumon fumé

24 Lanneau du Kerry La baie de Dingle Locéan « à la tête folle » qui, par ici, a englouti Tabarly, était bien apaisé quand nous avons parcouru les côtes déchiquetées de la baie de Dingle. Limpression est étrange, terre et mer simbriquent, lune barrant lhorizon, lautre pénétrant toujours plus loin. Cette région est celle du « Parler du Gaeltach » (Le gaélique)

25 Cahersiveen Dans cette ville un peu terne sélève une église néo-gothique dédiée à Daniel OConnell, héros de lémancipation catholique Irlandaise au XIX°s. Agitateur pour les anglais, cet avocat formé en France, tribun de génie, authentique gaël, élu député puis maire, par son action, va faire voter un acte démancipation qui redonnera aux paysans irlandais la conscience de leurs droits et de leur force. Appelé « le libérateur », lÉglise catholique qui a soutenu son action lui dédiera cette église: exemple unique au monde.

26 Waterville Le Groupe de Charlot(s): chercher lintrus.

27 Le col de commakesta Le Loher Fort Fort rond dit du Roi Mil Quand les Milésiens ont débarqué en Irlande vivait sur lîle un peuple mythique, la Tribu de la déesse Dana (les Tuatha Dé Danann). Une guerre de conquête sensuivit et les Tuatha Dé Danann furent vaincus. Avec sagesse, ils se repliérent dans le sidh, lAutre Monde. Le roi Mil victorieux et maître de lîle reçut en audience 3 déesses, Banba (déesse du vent), Fodla (déesse de leau) et Erin (déesse de la terre). Chacune voulait donner son nom à lîle. Le roi choisit Erin. De dépit, les deux autres se vengèrent. Voilà pourquoi, vent et pluie sont devenus des composantes du climat irlandais ! Une bien jolie légende.

28 Sneem Charles et Yvonne en promenade dans la lande, souvenez-vous ! Si la nature en Irlande se décline en 40 nuances de vert, on peut dire également que la ville, elle, se décline sur toutes les couleurs de larc en ciel. Loutrance des tons, curieusement, ne choque pas. Cela vous a même un quelque chose de coquet !

29 Le West Clare Autrefois importante voie de communication, le plus grand fleuve dIrlande se jette paisiblement dans lAtlantique. Qui dirait quavec ce ciel bleu et ces palmiers nous sommes en Irlande? Le Shannon à Tarbert

30 Lahinch « La ruine, cest le temps qui échappe à lhistoire » (*) (*) M. Augé En Irlande, les ruines simposent au regard dans tous les replis du paysage liant les événements du passé aux souvenirs inscrits dans la mémoire. Laissées par les Vikings, les Normands, les rois dAngleterre, elles sont la signature des heures sombres de son histoire marquées par les invasions, les pillages, les conquêtes, la colonisation, les révoltes, les rébellions et les disettes. Églises, monastères, donjons et fermes abandonnées sont autant de reliques. Ni sacralisation, ni spectacle pourtant, dans la campagne irlandaise, les ruines se signalent autant comme stigmates du passé que comme signes de vie.

31 Les Falaises de Moher Les images parlent delles-mêmes: les murs vertigineux de grès et de schistes guident le regard vers les strates de roches où nichent des colonies doiseaux. Locéan, ce jour-là, sous un ciel dégagé et un vrai soleil, taquine la falaise.

32 Le Burren An Bhoireann: Le pays pierreux Ce curieux paysage de dalles de calcaire grises est le fond dune mer carbonifère. Autrefois boisé de pins, lhomme la transformé en désert. Furtive, la flore sépanouit dans les anfractuosités. Arctiques, alpines, méditerranéennes ou indigènes, les plantes saccommodent dun climat fantasque pour le bonheur des botanistes, dit-on.

33 Le Dolmen de Poulnabrone Sur cet étrange plateau minéral du Burren, peuplé depuis 6000 ans, se dresse le dolmen de Poulnabrone. Sanctuaire et lieu sacré de la période néolithique, il serait vieux de plusieurs milliers dannées. Fouillé en 1986, il a livré des ossements humains et des poteries, ce qui laisse à penser quil sagit dune chambre funéraire. Cest, en Irlande qui en compte de nombreux, le plus célèbre. Où est-ce que je le mets ?

34 Kinvarra Dunguaire Castel Au fond de la baie de Galway se dresse un château fort à la silhouette austère construit, au XVI°s. par un descendant des rois de Connaught. Cest aux XVI°s. et XVII°s. que lIrlande eut à souffrir le plus. En particulier, Cromwell et ses « têtes rondes » mirent à feu et à sang le pays. Valériane, les pieds au sec

35 Le Connemara Terre mythique, inspirante, sauvage, brillante des éclats du ciel dans les mares et les eaux vives, faite de landes, de tourbe et de roches noires, la beauté du Connemara séduit les cinéastes, les compositeurs, les poètes…et les voyageurs en mal de nature vivifiante. Cest pourtant dans cette contrée du Connaught quhier le terrible Cromwell créa une réserve « indigène » pour les pauvres Gaéls catholiques dépossédés de leurs terres. « Va en Enfer ou en Connaught ! » …leur disait-il.

36 LAbbaye de Cong Entre les lougs Corrib et Mask, le charmant village de Cong, siége des rois du Connaught au VII°s. possède une abbaye reconstruite au XII°s. où le dernier roi suprême dIrlande (le Ard Ri) termina ses jours. Les vestiges des portes romanes, des arches du cloître, la voûte « céleste » du toit, la cabane de pêche des moines, tout dans ce lieu incline au silence, à la rêverie et à la sérénité.

37 ABBAYE DE KYLEMORE Même sans un goût particulier pour le style néogothique, le visiteur est séduit par le tableau majestueux quoffre ce manoir du XIX°s – transformé en abbaye et en collège privé – posé sur un écrin de verdure au bord dun lac qui double et embellit le motif. Au fait, ce lac est-il bien naturel ?

38 Le Drosera La Linaigrette AUX PAYS DES TOURBIERES Sur un tapis de mousse verte Au fond dun frais vallon Vivaient deux petites fleurs bien drôlettes Le vorace drosera et la linaigrette au coton Un voyageur vint à passer… « Cad é sin » * la suite: à vous de terminer. * Trad: quesaco ?

39 LES MURETS et la grande famine LIrlande, dit-on, est le royaume des lutins et des murets de pierres sèches. Les « esprits » nous ne les avons pas vus mais les murets qui courent sur le dos des collines dans les comtés de louest, ces kilomètres de murets insolites qui clôturent les pâturages, nous ne pouvions pas ne pas les voir. Voilà leur histoire: Entre 1845 et 1849 une disette déjà endémique dans le pays est aggravée par une maladie qui détruisit la culture de la pomme de terre, nourriture de base des irlandais. En échange dune maigre pitance, des cohortes de miséreux sans emploi et affamés ont été « embauchés » pour élever ces inutiles murailles… Ce désastre humanitaire a nourri le ferment de la révolte des gaëls pour leur indépendance et fait fuir, de lhorreur, un million dirlandais.

40 DUBLIN Temple Bar : portraits célèbresEn allant au « Porter House » Au bord dune baie du même nom, à cheval sur la Liffey aussi noire quune Guinness… Dublin, symbole de la fierté nationale nous a offert une promenade à vol doiseau dans son centre historique ainsi quune balade dans le vivant quartier de Temple Bar. Du passé …………………………………..au présent

41 GUINNESS Question : Quel est le plus grand fleuve dIrlande ? 1 - Le Shannon 2 - La Boyne 3 – La Guinness Réponse : 3 bien sûr Le flot de cette boisson (*), véritable institution en Irlande, coule depuis la nuit des temps dans le gosier des irlandais…Pour preuve, historique bien sûr, deux de leurs saints nationaux étaient loin de bouder le breuvage. La première Ste Brigid pour prévenir la lèpre prenait des bains de bière coupée deau. Le second St Colomban « le très célèbre » eut, comme dernier vœu sur son lit de mort : « …mourir dans une brasserie et expirer avec de la bière dans la bouche. » Sacrés irlandais ! Renversant ! …comme la harpe irlandaise renversée, emblème de la Brasserie Guinness. (*) La Stout est si noire que les irlandais la disent « faite de sang de cochon » !

42 TRINITY COLLEGE « Et lenluminure fut… » Le « Book of Kells » Après lapostolat de St Patrick, lÉglise dIrlande devient monastique et celte. Des légions de moines (anciens membres des collèges des druides, « les Bangors ») compilent les épopées mythiques, les récits historiques, dressent le catalogue des lois et transposent les traditions religieuses sur le mode chrétien. En pleine nuit barbare, les moines irlandais répandent la culture latine et lart chrétien caractérisé par la calligraphie et lenluminure dont le livre de Kells est un pur chef dœuvre… …et pour nous un pur moment de bonheur ! Évangéliaire de St Matthieu, vers 800 ap.JC Une exposition lumineuse

43 LE MUSEE NATIONAL DE DUBLIN Lart celte: un grand art pour de petits objets. Non dévolu aux dieux mais aux hommes, cet art consiste en objets du quotidien, en équipement guerrier (casques, poignards…) et en parures et bijoux (torques, bracelets…) Le décor des objets est fait dincrustations, destampages, de ciselures et de motifs stylisés, utilisant courbes, contre-courbes, spirales, triscèles … Lor de lIrlande Avant larrivée des Celtes, à lAge de bronze (-2000 à ) une vague dimmigrants sest installée qui a fusionné avec les peuples néolithiques présents dans lîle. Maîtres dans lart du métal, ils ont laissé dadmirables objets dor et de bronze ornés de motifs géométriques Collier en or : VII°s av. JC Broche dite de « Tara » : VIII°s.

44 Une Terre de légendes Les Bardes, poètes- musiciens de la classe des druides ont chanté les cycles mythologiques davant larrivée des gaëls (venus de Galice) célébrant leurs rois ainsi que les demi-dieux et les héros dont le fameux Cuchulain du cycle dOssian. Ainsi, celle de St Brendan ( ) moine navigateur, né près de Tralee (comté du Kerry), parti avec ses compagnons dans une embarcation en bois et peau de chèvres (Curragh) vers le Pays de lAu-delà, (le sidh celte transformé en Paradis terrestre par les moines chrétiens): Son périple, aux confins du réel et de limaginaire, peuplé daventures fantastiques, les aurait conduits au îles Féroé, en Islande et même sur les côtes du Nouveau Monde. Plus quune quête initiatique et purificatrice dans la tradition celte de lImram – voyage mystique pour « gagner par lexil la patrie céleste » - le récit de St Brendan est celui dun navigateur de haute mer qui aurait utilisé les vents et les courants qui conduisent aux Amériques, la fameuse « Voie du Sud ». La tradition raconte que Christophe Colomb aurait eu en mains ce récit rédigé au XII°s et dont de nombreux manuscrits ont été diffusés dans toute lEurope jusquau XVI°s. Pourquoi pas, les irlandais y tiennent ! Sur fond de légendes lhistoire sest écrite peu à peu :

45 Avec sa gouaille et son humour Sacha Guitry a écrit que les voyages ça sert: « surtout à embêter les autres une fois quon est revenu » Nous espérons que ce ne sera pas le cas pour notre récit, même si jai mis souvent laccent sur lhistoire pour laquelle jai un goût très fort et si jai « oublié » volontairement des quantités de choses inscrites dans vos souvenirs sans doute… Nous avons raconté en images ce qui nous avait le plus séduits car je pense que la qualité dun voyage se mesure à la force du désir den parler. FIN Déc 2007


Télécharger ppt "FranceFrance AndréAndré … Sur leurs pas en Irlande Juin 2007 … &&"

Présentations similaires


Annonces Google