La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le système endocrinien est constitué: Glandes qui sont représentées par des organes ex: la thyroïde, hypophyse etc. Un ensemble de cellules spécialisées.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le système endocrinien est constitué: Glandes qui sont représentées par des organes ex: la thyroïde, hypophyse etc. Un ensemble de cellules spécialisées."— Transcription de la présentation:

1

2 Le système endocrinien est constitué: Glandes qui sont représentées par des organes ex: la thyroïde, hypophyse etc. Un ensemble de cellules spécialisées à lintérieur dun organe possédant autres fonctions ex: le corps jaune, les cellules de Leydig, les cellules neuro- endocrines de lhypothalamus. Le système endocrinien diffus: cellules endocrines disséminés dans des organes ex: Tube Digestif, le rein, appareil respiratoire, cœur, thymus etc..

3 Corps jaune

4 Définition Endocrinologie: est une science qui sintéresse à la structure, aux fonctions des glandes ainsi au diagnostic et aux traitements des troubles endocrinien. Endo = dedans Krinein =séctrétion Logie = étude Ce système libère des molécules messagères = hormones (exciter).

5 Hormone est une substance chimique: Sécrété en faible quantité par les tissus spécialisés. Déversée directement dans le courant sanguin et transportée par le système vasculaire. Elle agit à distance. Elle agit sur des cellules spécifiques, 1 seule hormone peut agir sur plusieurs cibles et produire des effets différents Exemple: ADH. Elle agit comme régulateur physiologique du métabolisme.

6 HyperhydratationDéshydratation de la pression osmotique OSMORECEPTEURS DIMINUTION DE LA TRANSPIRATION DIMINUTION DU DEBIT URINAIRE AUGMENTATION DE LA PRESSION ARTERIELLE PAR VASOCONSTRICTION Les cellules neurosécrétoires hypothalamiques de lADH Augmentation de la pression osmotique Stimulation de la sécrétion de lADH ADH sécrété dans le sang Par les terminaisons axonales de la neurohypophyse Inhibition de la sécrétion de lADH

7 Ces hormones travaillent ensemble pour contrôler les processus vitaux fondamentaux: Le contrôle de production énergétique. Le contrôle de la composition et du volume liquidien extracellulaire Ladaptation à lenvironnement La croissance et le développement la reproduction

8 Récepteurs hormonaux: Hormone passe dans le corps sang; Elle a un effet sur les cellules cibles Sassocie à des récepteurs = glycoprotéines ex: TSH (thyréostimuline) agit à la surface des thyréocytes possédant des récepteurs. 1 cellule cible possède récepteurs pour une hormone donnée

9 Hormones circulantes Hormone sécrétée par une glande, passe dans le sang, agit sur des cellules cibles à distance. Elles peuvent sattarder dans le sang et exercer leur effets pendant qq mn à qq H après leur sécrétion.

10 Hormones locales : Hormone agissant sur Cellules cibles qui sont proches du lieu de production, il existe deux types:

11 Paracrinie Une hormone sécrété par une cellule Elle agit sur des cellules voisines

12 Autocrinie Hormone agit sur la même cellule qui la sécrétée

13

14

15

16

17 Classification des hormones

18 I.Classification chimique

19 Amines biogènes Hormones thyroïdes Catécholamines Histamine Thyroïde Médullosurrénale Mastocyte

20 Stéroïdes Aldostérone Cortisol Androgènes Oestrogènes Progestérone Corticosurrénale Testicule Ovaires

21 Polypeptides Hormone de croissance ou growth hormone (GH) Prolactine Hormone antidiurétique (ADH) Ocytocine Insuline Glucagon Calcitonine L'hormone corticotrope (ACTH) Les hormones hypothalamiques La parathormone

22 Hormones Glycoprotéiques L'hormone thyréotrope (TSH) Les hormones gonadotropes (LH et FSH) L'hormone chorionique gonadotrophine (HCG)

23 II. Classification fonctionnelle des hormones

24 Elle se fait en fonction de la destination des hormones Hormones d'action ubiquitaire : glucocorticoïdes, hormones thyroïdiennes, hormone de croissance, insuline. hormones d'action restreinte ou réservée à certains tissus ou organes: les hormones antéhypophysaires pour les glandes endocrines cibles, les minéralocorticoïdes pour le rein.

25 Le caractère ubiquitaire ou localisé de l'action d'une hormone dépend en fait de la présence de récepteurs. Par exemple, tous les tissus disposent de récepteurs pour les hormones thyroïdiennes.

26 Quelques tissus spécialisés contiennent des récepteurs à la prolactine ou aux androgènes. C'est la différenciation cellulaire qui confère à l'hormone sa spécialisation fonctionnelle.

27 Les hormones peuvent êtres des: A. Hormones non liposolubles = hydrosolubles: catécholamines, hormones polypeptides et protéiques Ne peuvent pas traverser la double couche phospholipides de Membrane Plasmique. Les récepteurs se trouvent à la surface externe de la membrane plasmique.

28 B. Hormones liposolubles: hormones stéroïdes et thyroïdes (A B). Diffusent dans la cellule cible Application clinique: administration dHormones par voie: Orale car elles ne sont pas décomposées pendant la digestion et traversent la muqueuse intestinale ( liposolubles) Par voie injectable tel que Les peptides et protéines (ex: insuline) ne sont pas efficaces sils sont pris oralement car les enzymes digestives les détruisent en brisant leurs liaisons peptidiques.

29 La morphologie dun cellule sécrétrices de protéines Un volumineux nucléole Un réticulum endoplasmique granuleux + un appareil de golgi très développés Des grains de sécrétions

30 Morphologie dune cellule sécrétrice de stéroïdes Réticulum endoplasmique lisse abondant Des mitochondries à crêtes tubulaires liposomes

31

32 Représente le « tour de contrôle » de lédifice endocrinien. Il est constitué par: Hypothalamus, qui représente le plancher du 3 ème ventricule et dérive du 2 ème vésicule encéphalique (Diencéphale).

33 Hypophyse, situé au dessous de hypothalamus auquel elle est reliée par des faisceaux de fibres. Elle est constituée de deux parties :

34 Adenohypophyse Neurohypophyse Dérives de deux ébauches: 1. Ébauche épiblastique: diverticule de Rathke 2. Ébauche neuroectoblastique: l'infundibulum

35 Mise en place des deux ébauches hypophysaires Tube neural Infundibulum Diverticule de Rathke Chorde Intestin primitif Membrane pharyngienne Stomodeum

36 Infundibulu m Poche de Rathke Mise en place des deux ébauches 1: A la 3 ème S du DE, Évagination de lépiblaste (poche de Rathke) et se dirige vers infundibulum 2: Migration des deux ébauches Membrane pharyngienne 1 2

37 Prolifération de la poche de Rathke et isolement de celle-ci

38 Formation des différentes parties de lhypophyse Lobe antérieur Lobe intermédiaire Lobe post

39 Malformations Les malformations de lhypophyse sont rares. Nous pouvons citez: La persistance dun reliquat du pédicule de Rathke= hypophyse pharyngé au niveau du toit du pharynx. Cranio-pharyngiomes: tumeurs des reliquats de la poche de Rathke Agénésie de lhypophyse: très rare, avec anencéphalie

40 A. Les généralités

41 Cest une structure cérébrale médiane localisée dans la région ventrale du diencéphale et constituant la paroi inférieure du troisième ventricule. Il a un rôle majeur de la régulation végétatives et endocriniennes

42 Certains neurones sont capables délaborer des substances qui sont plus ou moins assimilées à des neurotransmetteurs décelées par immunohistochimie

43 ocytocine Vasopressine Faisceau hypothalamo- hypophysaire

44

45 B. Développement embryologique Les neurones des noyaux hypothalamiques se à partir des éléments épendymaires: 5 ème semaine: formations des corps mamillaires A la fin de 8 ème semaine: les noyaux ventro-médian A la fin de la 9 ème semaine: noyaux paraventriculaire, dorso-médian, pré-optique et supra-optique A la fin de la 10 ème semaine: les noyaux tuber

46 Origine des cellules du système nerveux ECTOBLASTEMESOBLASTE Cellules Souches Neuroblastes Spongioblastes Ependymoblastes Neurones Astrocytes Oligo dendrocytes Ependymocytes Microglie

47 Chiasma optique Aire mamillaire Aire pré et supra-optique Aire infundibulo- tubérienne Coupe sagittale médiane de lhypothalamus Tubercule mamillaire

48 Il représente une liaison entre le système nerveux et système hormonal.

49 B. La cytoarchitectonie La répartition des cellules nerveuses permet de distinguer deux régions: Substance grise centrale Les noyaux correspondant à une accumulation de cellule des caractères morphologiques et physiologiques connus. Dans lespèce humaine, les principaux noyaux sont davant en arrière:

50 1. Les noyaux magnocellulaires à grandes cellules comprennent: Nx supra optique (NPO) = ADH Nx para ventriculaire (NPV) = ocytocine 2. Les noyaux parvicellulaires à petites cellules comprenant: Nx supra chiasmatique (NSC) Nx hypothalamo-ventro-médian (NHVM) Nx hypothalamo-dorso-médian (NHDM)

51

52

53 Nx infundibulaire (arqué) Nx mamillaire Nx hypothalamique postérieur (NHP).

54 C. Histophysiologie Sécrétion de 8 hormones, 2 sont élaborées par le corps cellulaires des noyaux magnocellulaires (NSO et NPV), cest ocytocine et la vasopressine: 1.Ocytocine Noyau Para Ventriculaire 2. Vasopressine NSO

55 3. Thyrolibérine (TRH ou TSH), Nx dorso-médian 4. Gonadolibérine (GhRH ou LHFSH), Nx arqués 5. Somatolibérine, sécrétée noyau paraventiculaire 6. Corticolibérine, partie ant des Nx paraventriculaire, 7. Somatostatine (GIH), Nx paraventriculaire 8. Dopamine (PIF), Nx arqués

56 Il contrôle de nombreuses fonctions à laide des récepteurs hautement spécialisés:

57 Les thermorécepteurs (Température) Les récepteurs osmotiques (contenu en eau). Les récepteurs hormonaux Il contrôle aussi les sentiments (comme la colère et lagressivité). Hypothalamus est relié à hypophyse par la tige infundibulaire.

58 ADH OCYTOCINE

59

60 I. Anatomie Appelée aussi glande pituitaire, elle se situe sous le cerveau antérieur, dans une cavité osseuse (selle turcique). Elle est formée de 2 parties:

61 1. l'une, postérieure (neurohypophyse) tenant en réserve et sécrétant les neurohormones synthétisées par les neurones hypothalamiques. Elle est formée de deux parties: Infundibulum Lobe neural

62 2. l'autre antérieure (Adénohypophyse), composé de cellules hormonosécrétrices. Elle est composée: Lobe antérieur Lobe tubéral Lobe cystique

63 Neurohypophyse Adénohypophyse

64 II.Structure A. Adénohypophyse 1. Lobe antérieur

65 La plus grande partie de lAdénohypophyse. La structure est glandulaire (trabéculaire = cordons cellulaires dispersés sans ordre + des cellules folliculo-stellaires possédant un corps cellulaire dans le centre du cordons et des prolongements, ces cellules sont de signification fonctionnelle inconnue.

66 Les cellules du lobe ant é rieur Cellule folliculo- stellaire Cellules hormonogènes

67 Parmi les cellules, on a: a. Les cellules somatotropes = cellule à STH ou Hormone de croissance N.B: en insuffisance de sécrétion, N anisme en cas dexcès de sécrétion, Gigantisme chez lenfant ou Acromégalie chez ladulte.

68 b. Cellule à prolactine = cellule à PRL Nombreuses au cours de la gestation ou lallaitement PRL est impliquée dans la montée laiteuse et entretien la sécrétion lactée. c. Cellule à opio-corticotropes Élabore une glycoprotéine scindée chez lhomme en ACTH et β LPH qui est pr é curseur de β- endorphine.

69 d. Cellule thyréocyte É labore TSH, stimulant l activit é de la thyro ï de. e. Cellule gonadotrope (FSH et LH): 80% des cellules contiennent FSH et LH; 10% contiennent soit FSH ou LH.

70

71

72

73 2. Lobe intermédiaire = Lobe cystiforme Contient des formations kystiques issues des fragments de la poche de Rathke

74 3. Le lobe infundibulo- tubéral La même organisation que le lobe antérieur.

75 B. Le lobe postérieur = Neurohypophyse Riche en capillaires fenêtrés au contact desquels se terminent les axones des noyaux supra-optique et para-ventriculaires par des jonctions neuro-hémales. Ces jonctions possèdent des régions dilatées remplies de produits de sécrétions hypothalamiques, elles sont appelées corps de Herring. Pituicytes (cellules gliales) et astrocytes fibreux. Fibres nerveuses afférentes.

76

77 La vascularisation de l'hypophyse est caract é ris é e par un r é seau porte, permettant à une veine issu d'un groupe de capillaires de se ramifier de nouveau pour redonner des capillaires, permettant ainsi une redistribution locale des neurom é diateurs (hormones de lib é ration et d'inhibition).

78

79 B. Les hormones hypphysaires: 4 des 6 hormones antéhypophysaires sont des stimulines contrôlant le fonctionnement hormonal d'autres glandes endocrines: 1 La Thyréotrophine (Thyroïd Stimulating Hormone TSH), libérée sous l'influence de la TRH (T releasing H) hypothalamique, stimule le développement et la sécrétion des hormones thyroïdiennes. Celles-ci contrôlent par rétro-inhibition l'hypothalamus et l'adénohypophyse.

80 2. La Corticotrophine (AdrenoCorticoTropic Hormone: ACTH) provoque, sous l'action du CRF (Corticotrophin releasing factor) hypothalamique, la libération des hormones corticosurrénaliennes. Le CRF, lui-même neurotransmetteur central, suit un rythme diurne, maximal le matin au lever, et dépend de l'état général, le stress, la fièvre ou l'hypoglycémie provoquant le sécrétion de CRF et donc de l'ACTH.

81 3. Les Gonadotrophines: FSH et LH contrôlent le fonctionnement des gonades (ovaires et testicules).

82 La FSH stimule la production des gamètes alors que la LH provoque la sécrétion des hormones.

83 Les taux de FSH et de LH augmentent à la puberté, sous l'influence de la LH-RH hypothalamique. Les taux de testostérone ou d'oestrogènes et de progestérone sont retro- inhibiteurs sur la FSH et la LH.

84 4. La Somatotrophine (ou Growth Hormone GH) ou hormone de croissance. Elle provoque la croissance et la division des cellules de l'organisme, notamment os et muscles squelettiques. C'est une hormone anabolisante, stimulant la synthèse des protéines et la régulation de la glycémie (lipolyse et production d'énergie à partir des acides gras libres). Son taux maximal est atteint pendant le sommeil.

85 5. La Prolactine (PRL) stimule la lactation, sous la dépendance du PRF (libération) et du PIF (inhibition). Le PIF est prédominant chez l'homme et hors des périodes de lactation chez la femme, contrôlé par de faibles sécrétions d'oestrogènes. Les taux plus forts d'oestrogènes en fin de cycle conditionne le gonflement des seins, en fin de grossesse, la sécrétion est maximale, renforcée après la naissance par la succion.

86

87 C. Les hormones neurohypophysaires (Lobe postérieur) L'Ocytocine est un stimulant des contractions utérines (et un peu des fibres musculaires lisses vasculaires) et de la sécrétion lactée. Dans l'utérus, le nombre de récepteurs à l'ocytocine augmente en fin de grossesse, rendant toute stimulation de plus en plus efficace.

88 Les mouvements f œ taux et la pression sur le col ut é rin provoquent un stimulus nerveux vers l'hypothalamus qui synth é tise et lib è re l'ocytocine, elle-même responsable de l'augmentation des contractions ut é rines. L'ocytocine provoque l' é jection du lait s é cr é t é sous l'action de la prolactine, la aussi par r é tro-activation, la succion d é clenchant et activant le processus.

89 L'Hormone anti-diurétique inhibe la formation de l'urine, en agissant sur les tubules rénaux, qui vont réabsorber plus d'eau et donc former une urine plus concentrée. Le sang va ainsi rester plus riche en eau, ce qui constitue le signal d'arrêt de sécrétion de l'ADH.

90

91 I.Généralités

92 L'épiphyse ou glande pinéale est un petit organe conique mesurant 7 à 10 mm de haut et 3 mm de diamètre, et pèse100 à 200 mg. C'est une évagination du diencéphale, située dans le toit du troisième ventricule,

93 Corps calleux Epiphyse Cervelet Hypophyse

94 Entourée dune capsule conjonctive, en continuité avec les méninges, qui émet des travées cloisonnant la glande. 3 types de cellules: 1.Les pinéalocytes 1.Les cellules gliales 2.Autres éléments

95 1.Les pinéalocytes Ont un corps cellulaire arrondi, Présentant de fins prolongements se terminant au contact des capillaires Ils sont liés entre eux par des moyens de jonctions (desmosomes ou gap). Le cytoplasme, riche en organites particulièrement des vésicules à cœur dense et des vésicules claires, renfermant de la noradrénaline et de la sérotonine. Il ne renferme pas de corps de Nissl, ni de neurofibrilles, ni de gliosomes.

96 Pinéalocytes en microscopie optique Renflements des prolongements = bulbes

97 Schéma du parenchyme épiphysaire en microscopie électronique

98

99 2.Les cellules gliales Ce sont des astrocytes fibrillaires possédant des prolongements faisant contact avec capillaires (pieds Vx)

100 3.Autres éléments quelques neurones dispersés, des cellules de Schwann, quelques mastocytes dans le conjonctif. Sable pinéale

101 Le sable pinéal est formé par une matrice organique imprégnée de sels de calcium ou de magnésium. Ces calcifications apparaissent à la puberté; leur nombre et leur taille augmentent avec l'âge. Leur origine et leur rôle sont inconnus. Ces calcifications, sont des bon marqueurs radiographies pour situer la ligne médiane du cerveau.

102

103 L'épiphyse est une horloge biologique interne, sécrète une hormone aminée, la mélatonine, synthétisée à partir de la sérotonine après une exposition à lobscurité et qui cesse lors du passage à la lumière. Action sur Hypothalamus et hypophyse en inhibant la sécrétion des gonadotrophines et hormone de croissance

104 La mélatonine agit sur la régulation du développement et du fonctionnement des gonades. Elle induit une régression de celles-ci, en inhibant la sécrétion de la LH et de la FSH et en réduisant la sécrétion de la prolactine. La mélatonine a aussi un effet anti- MSH(mélanostimuline)

105

106

107 Application clinique Trouble affectif saisonnier et les malaises du décalage horaire: Dépression du mois dhiver (journées courtes = hyperproduction de mélatonine), TRT: exposition à la lumière artificielle vive pendant 3 à 6 heures

108 INTRODUCTION

109 Situées au pôle supérieur de chaque rein. Sont formées de deux parties distinctes sur le plan: Localisation Embryologie Structure Histophysiologie

110 Chaque glande est entourée dune capsule épaisse, fibro-élastique qui se divise en deux (2) régions: Une région corticale de couleur jaune occupant 8 à 9/10 ème du volume de la glande= cortico-surrénale qui dérive de lépithélium coelomique et secrète des hormones stéroïdes. Une région médullaire, gris sombre, située au centre=medullo-surrénale dérivant des crêtes neurales et sécrétant des amines biogènes (catécholamines ).

111 A. La structure 1. En Microscopie optique

112 Entourée dune capsule doù se détachent des cloisons qui participent à sa zonation (3 zones) qui sont distinctes par lagencement en cordons cellulaires: La zone glomérulée qui est la plus externe; La fasciculée et la réticulée, la plus interne, qui se différencient les unes des autres par lagencement des cellules, leur morphologie et leur fonction.

113 La couche glomérulée : représente 15% du total de la glande. Les cellules glandulaires cylindriques sorganisent en longs cordons incurvés en formes darceaux =zone arciforme. La couche fasciculée représentant 50% du volume de la glande. Les cellules se disposent en cordons longs et parallèles autour des capillaires sinusoïdes. On observe de nombreuse cellules en mitose. Cette couche intervient dans le renouvellement des cellules sénescentes de la cortico-surrénale. La couche réticulée représente 7% du volume de la glande. Les cellules forment des cordons anastomosés.

114 2. ME Les cellules de la cortico-surrénale sont des cellules sécrétrices dhormones stéroïdes et sont caractérisées par: REL ++ Nombreuses mitochondries à crêtes tubulaires Liposomes et des amas pigmentaires

115 B.Histolophysiologie La cortico-surrénale élabore des corticostéroïdes dont le précurseur est le cholestérol qui est soit: Directement incorporé par les cellules glandulaires Synthétisé à partir dacétate

116 Zone glomérulée: secrète les minéralocorticoïdes (Aldostérone) qui règlent équilibre hydro-minéral de lorganisme en agissant sur le TCD (rétention du Na + et fuite du K + ). Zone fasciculée: secrète les glucocorticoïdes (cortisol) qui agissent sur le métabolisme de base (hyperglicémie, hyperlipémie etc..). Ils sont des anti- inflammatoires. Fasciculée et la réticulée: secrètent les stéroïdes sexuels Le contrôle de la stéroidogenèse se fait par lACTH. La sécrétion est continue, des quantités minimes dhormones sont biologiquement actives

117 Les cellules chromaffines sécrètent les cathécholamines

118 II.La médullo-surrénale A. La structure les cellules chromaffines qui ont une affinité au sels de chrome; secrètent les catécholamines. Il existe deux types de cellules chromaffines qui sont polyédriques, à large noyau sphérique, contiennent des organites nécessaires à leur synthèse et se distinguent par leur contenu de granules:

119 Les caractéristiques des granules Les cellules à noradrénalines Les cellules à adrénalines Les granules sont à contenu dense Les granules à contenu finement granuleux, peu dense au rayonnement électronique.

120 Cellule chromaffines

121 B.Histophysiologie Les deux principales hormones synthétisées par la médullo-surrénale sont adrénaline et noradrénaline. Adrénaline représente 80% de la sécrétion de la glande. Les deux hormones sont sympathicomimétiques. Elles sont à lorigine de la réaction de lutte ou de fuite. Elle lorganisme à combattre contre le stress. En cas de stress: les influx hypothalamiques Les cellules préganglionnaires A et NA.

122 A et NA: TA Rythme cardiaque en contractant les vaisseaux sanguins. la respiration par dilatation des voies respiratoires glycémie. stimulent le métabolisme cellulaire. Hypoglycémie stimule la sécrétion des deux hormones

123 Biosynthèse des catécholamines

124 Tyrosine Dopa Dopamine N Adrénaline Dopa-décarboxylase Dopa βhydroxylase Phenyl éthanol N. methyl transférase Adrénaline

125 Le pancréas endocrine

126 Introduction Le pancréas endocrine est constitué par lensemble des îlots de langerhans (1 à 2 millions), dispersés dans lensemble sous forme de masses cellulaires, il représente 1/5 de la masse pancréatique.

127

128

129 II. STRUCTURE A. Les techniques courantes ont permis de reconnaître trois types de cellules: Les cellules A = cellules à glucagon. Les cellules B = cellules à insuline Les cellules D = cellules à somatostatine

130 Cellule ACellule BCellule D % 20% 75% 5% Localisati on (pancréas) queueTout le pancréas Localisati on (îlots) Surtout en périphéri e À lintérieur En périphérie Granulatio ns Acidophil es, résistent aux alcools Solubles aux alcools Cyanophiles HormonesGlucagonInsulineSomatostati ne

131 B. Technique dimmunohistochimie: décèle quatre types cellulaires: 1. Cellule A= cellule à glucagon 2. Cellule B = cellule à insuline 3. Cellule D= cellule à somatostatine 4. Cellule F ou PP = cellule à peptide pancréatique

132 C. La microscopie électronique Les populations cellulaires se reconnaissent par: Aspect Taille Densité de leurs grains de sécrétion

133 Type cellulaire GrainsHormones Cellule A ou Alpha Ф: 230 µ m C œ ur dense,svt excentr é s d é limit é d une mbrane Glucagon Cellule B ouβФ: 270 µ m D aspect cristallo ï de Insuline Cellule D ou delta Ф:330 µ m Grains dense et homog è ne Hormone dinhibitio n de croissanc e (GHIH) Cellule PP ou F Ф: 150 µ m + sécrétion gastrique+glyc ogénolyse hépatique

134

135 III.Histophysiologie Les deux hormones essentielles sont antagonistes dans leurs actions en agissant sur le métabolisme glucidique: Insuline favorise la pénétration intra-cellualaire du glucose sguin (sur les hépatocytes et les cellules musculaires). Glucagon stimule glycogénolyse et même lipolytique La somatostatine =GHIH, par mode de paracrinie inhibe la sécrétion de insuline et glucagon. Polypeptide pancréatique: règle la sécrétion denzymes digestives pancréatiques.

136

137

138


Télécharger ppt "Le système endocrinien est constitué: Glandes qui sont représentées par des organes ex: la thyroïde, hypophyse etc. Un ensemble de cellules spécialisées."

Présentations similaires


Annonces Google