La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Étude de bruit Aéroport de St-Hubert Le 21 octobre 2009Jean-Marie Guérin, ing.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Étude de bruit Aéroport de St-Hubert Le 21 octobre 2009Jean-Marie Guérin, ing."— Transcription de la présentation:

1 Étude de bruit Aéroport de St-Hubert Le 21 octobre 2009Jean-Marie Guérin, ing.

2 Mise en situation Depuis les dernières années, le bruit issu des activités de laéroport de Saint-Hubert, dont les écoles de pilotage, est une source de plaintes de la part des résidants; Les plaignants sont situés principalement au sud et au sud-ouest de laéroport; Les plaintes concernent plus particulièrement les « posé-décollé »; Laéroport de Saint-Hubert est ouvert 24 h/24 h. Selon les nouvelles directives en vigueur depuis le 13 juillet 2009, aucun « posé-décollé » nest permis avant 7 h du lundi au dimanche. Aucun « posé-décollé » nest autorisé après 23 h du lundi au vendredi et après 18 h la fin de semaine; Les avions sont principalement de type Cesna ou bimoteur (écoles, Pascan et privé) et quelques hélicoptères. Pratt&Whitney possède également un avion (Boeing 720) pour ses essais de moteur en plein vol; Un comité conjoint Ville de Longueuil/CAPAL (Comité antipollution des avions de Longueuil) a été créé afin dévaluer les possibilités de réduire les nuisances (bruit, pollution de lair, etc.) inhérentes aux activités aéroportuaires.

3 Mandat Établir la situation actuelle du bruit généré par les activités de laéroport de Saint-Hubert sur les secteurs résidentiels situés au sud et à louest de laéroport. Prise de relevés sonores sur quatre périodes de 24 heures minimum avec vents dominants seulement (décollage vers les résidences) durant des journées représentatives en terme dachalandage; Surveillance des activités de laéroport de Saint-Hubert durant les relevés sonores entre 7h et 23h; Analyse des relevés sonores; Comparaison aux critères généralement utilisés comme acceptables au Canada pour une occupation résidentielle.

4 Méthodologie Six points de mesures au sud-ouest de laéroport; Relevés sonores de 24h en simultané aux six points de mesure; Surveillance des activités de laéroport entre 7 h et 23 h; Conditions météorologiques favorables à la prise de relevés sonores; Relevés sonores par vents dominants uniquement (vents de secteur sud à ouest) soit lorsque les avions décollent vers le sud-ouest.

5 Zone détude et trajet conceptuel des posé-décollé

6 Paramètres utilisés Évaluation des Ldn (Niveau de bruit équivalent corrigé déterminé pour une période de 24 heures. Les bruits mesurés durant la nuit (entre 22 h et 7 h) sont majorés de 10 dBA); Estimation des NEF (Noise Exposure Forecast ou Projection du bruit Perçu (PBP) en français. Courbes utilisées au Canada pour représenter le bruit aéroportuaire) à partir des Ldn. Transports Canada considère que les secteurs caractérisés par des NEF, dont la courbe dindice est supérieure à 30, sont moins compatibles avec une occupation résidentielle; Évaluation des N70 (nombre de survols qui excède 70 dBA en une journée. Principalement utilisé en Australie, il est de plus en plus utilisé ailleurs dans le monde, car il caractérise davantage la gêne dont parle les résidants en fonction de la fréquence des survols).

7 Prévision de la réaction de la population Zones de r é actionsPr é visions des r é actions* 1 (au-dessus de la courbe NEF 40) On peut s attendre à des plaintes é nergiques et r é p é t é es, une action concert é e et à des poursuites judiciaires. 2 (entre la courbe NEF 35 et 40)Les plaintes individuelles peuvent être é nergiques. Possibilit é s d actions concert é es et de recours aux autorit é s. 3 (entre la courbe NEF 30 et 35) On peut s attendre à des plaintes sporadiques ainsi qu à des r é actions collectives. 4 (au-dessous de la courbe NEF 30) Des plaintes sporadiques peuvent être formul é es. Le bruit peut parfois nuire à certaines activit é s des r é sidants. * Ces pr é visions sont le fruit d une g é n é ralisation faite à partir de l exp é rience acquise grâce à l utilisation de diverses unit é s d exposition au bruit dans d autres pays. Les r é actions peuvent varier d un endroit à l autre en fonction du bruit ambiant et des conditions sociales, é conomiques et politiques existantes.

8 Validation des journées de mesure Date Nombre de mouvement Nombre de posé-décollé Samedi 8 août Jeudi 13 août Samedi 15 août Lundi 17 août Mardi 25 août Mardi 1 er sept Jeudi 3 sept Nombre de mouvement Nombre de jour Nombre de posé-décollé Nombre de jour Activités de laéroport en aoûtActivités de laéroport durant les relevés sonores

9 Résultats des relevés Ldn en dBA Peu de variation du Ldn aux points A, B, D et F; Limpact des activités de laéroport au point E est perceptible sur le Ldn; Au point C, limpact des activités de laéroport est nettement notable. Date ABCDEF Samedi 8 août ND61ND5451 Jeudi 13 août Samedi 15 août Lundi 17 août Mardi 25 août Mardi 1 er sept Jeudi 3 sept ND5254

10 NEF calculés à partir des Ldn Date ABCDEF 8 août 2009* 21ND30ND août août 2009* août août er sept sept ND2123 Les NEF calculées aux points A, B, D, E et F sont inférieurs à NEF 30; Au point C, le NEF calculé atteint et excède 30 lors des journées les plus achalandées; NEF 30 représente la limite à partir de laquelle Transports Canada qualifie les secteurs comme étant moins compatibles avec une occupation résidentielle; Transports Canada mentionne cependant que le mécontentement causé par le bruit des avions peut commencer aussi bas que NEF 25;

11 Évaluation des N70 Résultats des comptages des avions dépassant 70 dBA Nombre de décollages identifiés Date ABCDEF Samedi 8 août ND221ND277 Jeudi 13 août Samedi 15 août Lundi 17 août Mardi 25 août Mardi 1 er sept Jeudi 3 sept ND21916 Date Piste 24GPiste24D Samedi 8 août Jeudi 13 août Samedi 15 août Lundi 17 août Mardi 25 août Mardi 1 er sept Jeudi 3 sept

12 Commentaires sur les N70 N70: Cet indice correspond au nombre dévénements (passage davions) dont le niveau excède 70 dBA. Le niveau de 70 dBA a été retenu, car il correspond au niveau sonore de 60 dBA transmis à lintérieur dune habitation (dont les fenêtres sont ouvertes) à partir duquel les conversations, lécoute de la radio ou de la télévision, etc. sont perturbées; Aux points A, B et D peu de dépassements de 70 dBA ont été constatés dans une journée lors de nos relevés sonores; Au point C situé dans le secteur résidentiel le plus proche de laéroport (axe de la piste 24G), le nombre dévénements dépassant 70 dBA se situe entre 208 et 343 selon la journée (mis à part la journée du 17 août 2009) ce qui représente une moyenne dun avion (excédant 70 dBA) toutes les 3 minutes; Au point E, toujours dans laxe de la piste 24G, mais plus éloigné de laéroport, le nombre davions excédant 70 dBA est inférieur à 50; Au point F, situé dans laxe de la piste 24D, le nombre davions excédant 70 dBA est légèrement inférieur à celui identifié au point E (moins de 40); En moyenne 83 % des avions qui décollent de la piste 24G excèdent 70 dBA au point C et 23 % des avions qui décollent sur la piste 24D excèdent 70 dBA au point F.

13 Analyse des résultats Aux points A, B et D, le nombre davions excédant 70 dBA est inférieur à 15 selon les relevés sonores réalisés, et les Ldn sont inférieurs à 55 dBA, soit un indice inférieur à NEF 25; Aux points E et F, le nombre davions excédant 70 dBA est de lordre ou inférieur à 50 selon les relevés sonores réalisés, et les Ldn sont de lordre ou inférieurs à 55 dBA, soit un indice de lordre ou inférieur à NEF 25; Au point C, le nombre de décollages excédant 70 dBA varie de 208 à 343 les journées achalandées, soit une moyenne dun avion (excédant 70 dBA) toutes les 3 minutes environ entre 7 h et 23 h la semaine et entre 7 h et 18 h la fin de semaine. Le Ldn calculé a varié entre 60 et 62 dBA (à lexception de la journée du 17 août 2009), soit un indice entre NEF 29 et NEF 31; Un survol davion toutes les 3 minutes en moyenne, dont le niveau excède 70 dBA, représente une gêne notable;

14 Décollage versus atterrissage Le samedi 8 août 2009, entre 8h et 9h, les avions atterrissaient au- dessus du point C. Durant cette période, le niveau sonore issu des passages davions se situait généralement entre 60 dBA et 65 dBA sans jamais excéder 70 dBA. À partir de 9 h, les avions ont commencé à décoller au-dessus du point C, doù les dépassements de 70 dBA à partir de ce moment. Ceci montre bien que les décollages sont environ 10 dBA plus bruyants que les atterrissages à ce point.

15 Conclusions Les relevés sonores ont été effectués dans les conditions les plus bruyantes pour les résidants qui correspondent à des décollages vers les secteurs résidentiels. Six points de mesure ont permis de couvrir une large zone résidentielle autour de laéroport de Saint-Hubert; Les sept séances de mesure qui ont été effectuées sont représentatives des activités de laéroport pour le mois daoût; La source de plaintes semble être principalement due au nombre élevé davions qui décollent au-dessus du secteur résidentiel entre 7 h et 23 h la semaine et entre 7 h et 18 h la fin de semaine; Le secteur résidentiel le plus touché est le secteur situé au bout de la piste 24G. Dans ce secteur, le niveau de bruit peut excéder NEF 30 lors des journées achalandées. Dans les autres secteurs, le niveau de bruit estimé est de lordre ou inférieur à NEF 25.

16 Conclusions (suite) Le secteur du point C se situe dans la zone de réaction 3 où « On peut sattendre à des plaintes sporadiques ainsi quà des réactions collectives ». NEF 30 représente la limite à partir de laquelle Transports Canada qualifie les secteurs comme étant moins compatibles avec une occupation résidentielle. Les résultats des niveaux Ldn, des NEF estimées et des comptages N70 indiquent tous que, selon ces indices, limpact des activités de laéroport est faible dans les secteurs des points A, B, D, E et F. Lindice NEF est de lordre ou inférieur à 25, ce qui est considéré acceptable pour un secteur résidentiel. Au point C, la fréquence des décollages générant des niveaux sonores supérieurs à 70 dBA est telle quelle ne permet pas de profiter paisiblement des espaces extérieurs des résidences lors des journées achalandées de laéroport sur la piste 24G. De tels niveaux sonores à cette fréquence ne permettent pas non plus découter la radio, la télévision ou de converser normalement à lintérieur des résidences lorsque les fenêtres sont ouvertes. Au point E, la majeure partie des pics issus du survol (décollage) des avions sont juste en-dessous de 70 dBA. Le nombre de survols au point E étant similaire au point C, il peut être une source de plainte étant donné que le niveau sonore issu dun survol davion au décollage (autour de 67 dBA en moyenne) est de lordre de 20 dBA supérieur au bruit ambiant en labsence davion, donc nettement audible.


Télécharger ppt "Étude de bruit Aéroport de St-Hubert Le 21 octobre 2009Jean-Marie Guérin, ing."

Présentations similaires


Annonces Google