La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet 5 - Lombalgies 20121.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet 5 - Lombalgies 20121."— Transcription de la présentation:

1 Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet 5 - Lombalgies 20121

2 2

3 Les conditions de vie professionnelle ont changé

4 Les conditions de vie familiale ont changé

5 La communication a changé

6 La motivation a changé Mais même la retraite est remise en question…

7 Professionnelle, -Familiale, -Psychologique, -Sociale, -Politique…

8 Imagerie spécialisée du rachis lombaire Jean Claude de Mauroy Cliniquement : 20128

9 La lombalgie aiguë (< 3 mois) 20129

10 Imagerie spécialisée de la lombalgie ScannerIRM

11 La lombalgie chronique (> 3 mois) Absence de correlation cliniqueAbsence de correlation clinique Absence de correlation radiologiqueAbsence de correlation radiologique

12 Aphorisme Il ny a aucune corrélation entre la radiologie et le symptôme lombalgie chronique

13 Lombalgie symptomatique (1 %) Neurinome intra-rachidien

14 Lombalgie maladie (10 %) Scoliose – dislocation rotatoire Reconstruction tri-dimensionnelle en couleur

15 Lombalgie maladie (10 %) Canal lombaire étroit

16 Lombalgie maladie (10 %) Dystrophie Rachidienne de croissance

17 Lombalgie maladie Fracture vertébrale La pratique du sport peut favoriser des pathologies : Os : fractures du corps vertébral ou spondylolyse de larc postérieur

18 Lombalgie maladie (10 %) Spondylolyse

19 Lombalgie maladie (10 %) Asymétrie dorientation des articulaires

20 Lombalgie maladie (10 %) sacralisation de L

21 201221

22 201222

23 Articulation transverso-sacrée unilatérale (à risque)

24 Hémibertèbre avec départ oblique

25 Lombalgie maladie (10 %) Hémi-vertèbre Hémi-vertèbre L5-S1 D

26 Bloc L4-L

27 Malformation pédiculaire : Regardez toujours les vertèbres dans les yeux

28 Lombalgie maladie Arthrose articulaire postérieure

29 Arthrose zygapophysaire

30 Arthrose zygapophysaire

31 Arthrose zygapophysaire

32 Kyste synovial zygapophysaire

33 Kyste synovial zygapophysaire

34 Kyste synovial zygapophysaire

35 Lombalgie maladie : le muscle Muscles : meilleure protection du rachis

36 Lombalgie maladie Les sacro-iliaques – La scintigraphie

37 Imagerie de la lombo-sciatique 4 - Hernie discale

38 Rappel Mécanismes Torsion lombaire répétitive: dégénérescence discale annulaire source de hernie discaleTorsion lombaire répétitive: dégénérescence discale annulaire source de hernie discale Flexion et inclinaison latérale: source de hernie discale de constitution brutaleFlexion et inclinaison latérale: source de hernie discale de constitution brutale Fréquences des hernies liées à la pratique sportive est destimation difficile et controverséeFréquences des hernies liées à la pratique sportive est destimation difficile et controversée

39 Sémantique BombementBombement –Débord global et concentrique –Observation banale chez lasymptomatique G.Morvan Le rachis lombaire dégénératif

40 Sémantique ProtrusionProtrusion –Débord focal à plus large base que ses autres dimensions antéropostérieures –Occasionnellement observée chez lasymptomatique

41 Sémantique Hernie discale (Extrusion)Hernie discale (Extrusion) –Débord focal marqué à base plus étroite que ses autres dimensions. –Exceptionnellement visible chez lasymptomatique Fragment discal excluFragment discal exclu

42 Hernie: critères topographiques

43 Questions essentielles Fragment discal exclu?Fragment discal exclu? –CI discectomie percutanée ou enzymatique –Cause la plus fréquente déchec de la chirurgie Migration?Migration? –CI discectomie percutanée ou enzymatique et parfois la microchirurgie Hernie discale postforaminale?Hernie discale postforaminale?

44 Conflit avec sac dural ou racine? Conflit avec sac dural ou racine? Pas de critère formel imputant la symptomatologie Pas de critère formel imputant la symptomatologie Refoulement conforte la présomption de responsabilité de limage dans la clinique Refoulement conforte la présomption de responsabilité de limage dans la clinique

45 Sémiologie TDM et IRM Sémiologie communeSémiologie commune –Précision morphologique –Taille –Migration –Exclusion Volume non corrélé à la clinique et à lévolution thérapeutiqueVolume non corrélé à la clinique et à lévolution thérapeutique

46 Sémiologie Scanner (TDM) Permet de distinguer débord discal et ostéophytosePermet de distinguer débord discal et ostéophytose Identifie calcifications et ossifications ligamentairesIdentifie calcifications et ossifications ligamentaires État global du disque: calcifications, dégénérescence gazeuse, arrachement du listel marginal.État global du disque: calcifications, dégénérescence gazeuse, arrachement du listel marginal

47 Sémiologie IRM État discal (pincement, déshydratation, fissure annulaire)État discal (pincement, déshydratation, fissure annulaire) État des plateaux vertébraux (discarthrose débutante)État des plateaux vertébraux (discarthrose débutante) Étude de signes indirects: tuméfaction et rehaussement radiculaire, dilatation des plexus veineuxÉtude de signes indirects: tuméfaction et rehaussement radiculaire, dilatation des plexus veineux Injection de gadolinium:Injection de gadolinium: –Fragment exclu –Rachis opéré: récidive herniaire/fibrose

48 Protrusion discale médiane

49 Protrusion L4-L5 postéro médiane

50 Protrusion médiane avec refoulement de la dure-mère

51 Protusion discale paramédiane

52 Extrusion non migrée postérolatérale postérolatérale

53 Extrusion non migrée postérolatérale

54 Hernie L4-L5 postéro médiane extra ligamentaire

55 Hernie L4-L5 non migrée foraminale

56 Hernie L4-L5 postforaminale

57 Extrusion migrée vers le bas

58 Fragment discal exclu

59 Fragment discal exclu

60 Le rachis opéré : récidive ou fibrose ?

61 Rachis opéré Récidive herniaire

62 Fibrose cicatricielle T1 axial GADOLINIUM

63 Discarthrose débutante Stades de Modic

64 La description de Modic? Michael Modic 1988 ; 474 lombalgiques IRM Classification élémentaire 3 stades (2) Trois altérations élémentaires de signal dans les territoires osseux sous-chondraux. Degenerative disk disease. Assessment of changes in vertebral Body marrow with MRI imaging. Radiology 1988; 166:

65 Moelle osseuse en IRM ? La distribution médullaire de type adulte est établie sur le squelette axial vers 25 ans. Volume total (moelle jaune = moelle rouge) La très grande majorité de moelle rouge est située sur le squelette axial

66 Moelle jaune Riche en graisse +++ T1 T2 FAT SAT T1 T2 FAT SAT

67 Moelle jaune Riche en graisse

68 Moelle jaune Riche en graisse

69 Moelle rouge riche en cellules hématopoïétiques et en eau T1 T2 FAT SAT T1 T2 FAT SAT

70 Moelle rouge riche en cellules hématopoïétiques et en eau

71 Variation avec lage La conversion de moelle rouge en jaune est un processus physiologique par lequel la proportion de cellules graisseuses augmente avec lâge

72 Variation avec lage Coupes sagittales T1 et corrélations autopsiques Homme 25 ans Homme 66 ans Femme 70 ans Involution graisseuse médullaire T1 physiologique liée à lage. Augmentation du signal Augmentation du signal

73 Plateau vertébral et pathologie discale dégénérative IRM: bilan exhaustif datteintes lésionnelles souvent étagées. La dégénérescence discale saccompagne dans plus de la moitié des cas de remaniements des plateaux vertébraux adjacents décelable en IRM DE ROOS A, KRESSEL H, SPRITZER C, DALINKA M. Mr imaging of marrow changes adjacent to end plates in degenerative lumbar Disk disease. AJR Am J Roentgenol. 1987; 149:

74 Plateau vertébral et pathologie discale dégénérative Les lésions osseuse élémentaires rupture de los sous-chondral érosions généralement superficielles hyperostose dextension variable. Les lésions élémentaires de la moelle osseuse remplacement de la moelle hématopoïétique. hématopoïétique

75 Stades de MODIC STADE 1 : Hyposignal T1 / Hypersinal T2 Asymétrique et unilatéral Prise de contraste après injection de gadolinium Analyses biopsiques: hypervascularisation et une réaction inflammatoire. Augmentation des médiateurs pro- inflammatoires. BURKE JG, WATSON RWG, Mc CORMACK D, DOLWING FE, WALSH MG, FITZPATRICK JM. Intervertebral disk which causes low back pain secretes hight levels of proinflammatory mediator. J Bone Surgery 2002; 84B:

76 STADE 1 Atteinte isolée du coin antéro-inferieur de L5 antéro-inferieur de L5 T1 T

77 STADE 1 T1 T

78 STADE 1 T1 T2 T1 FS gd Discarthrose L2-L3 avec signal des plateaux vertébraux adjacent de type Modic 1 L2-L

79 STADE 2 T1 T2 Discarthrose L2-L3 avec involution graisseuse des plateaux en miroir : stade 2 de Modic STADE 2: Hypersignal T1 / Hypersignal T2 Ce stade témoigne dune involution graisseuse de la moelle

80 STADE 2 T1 T

81 STADE 3 STADE 3 : Hyposignal T1 / Hyposignal T2 Plus rare et attribué de façon théorique à une fibrose peu vascularisée et une hyperostose marquée équivalent dune ostéocondensation. Discarthrose L4-L5 avec hyposignal T1 et T2 en miroir des coins antérieurs

82 Évolution des stades Suivi linéaire: manque de séries longues Modic ne suit que 16 patients 5/6 stades 1 => au stade 2 dans un délais de 14 mois à 3 ans Stades 2 stables sur 3 ans Stade 3 stade ultime de condensation

83 Anomalies de Modic clinique

84 Sujets sains ? Stade 2 sujets asymptomatiques > 50 ans dans 20 % des cas mais elles restent limitées au tiers antérieur du plateau vertébral. Les remaniements chez le sujet sain de moins de cinquante ans sont rares (2%) MALGHEM J, A COTTE, JD LAREDO, MALDAGUE B, SINTZOFF S, TAVERNIER T, VALLEE C. MALGHEM J, A COTTE, JD LAREDO, MALDAGUE B, SINTZOFF S, TAVERNIER T, VALLEE C. IRM de rachis lombaires « asymptomatiques » étude multicentrique du GETROA In Le rachis lombaire dégénératif ; Sauramps médical, Montpellier 1998: D WEISHAUPT, M ZANETTI, J HODLER, N BOOS. MR imaging of the lumbar spine: prevalence of intervertebral disk extrusion and sequestration, nerve root compression, end plate abnormalities, and osteoarthritis of the facet joints in asymptomatic volunteers. Radiology 1998; 209:

85 discographie / IRM lombaire Tous les disques injectés dont les plateaux présentaient des remaniements à lIRM étaient douloureux. Anomalies de signal => marqueur de la douleur dorigine discale D WEISHAUPT, M ZANETTI, J HODLER, K MIN, B FUCHS, C W A PFIRRMANN, N BOOS. Painful Lumbar Disk Derangement: Relevance of Endplate Abnormalities at MR Imaging. Radiology 2001; 218: Modic et douleur ?

86 Série histologique après chirurgie 2004 –Nombreux fragments cartilagineux au sein des hernies discales –Les anomalies de signal Modic 1 des plateaux indiquent la présence de matériel cartilagineux au sein de la hernie G SCHMID, A WITTELER, R WILLBURGER, C KUHNEN, M JERGAS, O KOESTER. Lumbar Disk Herniation: Correlation of Histologic Findings with Marrow Signal Intensity Changes in Vertebral Endplates at MR Imaging. Radiology 2004; 231: Modic et hernies

87 Evolution post thérapeutique Discectomie laser Modic 1 40 % des cas mais qui ne semblent pas modifier lévolution clinique. Patients douloureux: symptomatologie disparaître parallèlement à la disparition des anomalies de type Modic 1 OLIVER A, CVITANIC OA, SCHIMANDEL J, CASPER GD, TIRMAN PF. Subchondral marrow changes after laser diskectomy in the lumbar spine: MR imaging findings and clinical correlation. AJR Am J Roentgenol. 2000; 174:

88 Évolution post-thérapeutique 17 Arthrodèses postérieures Lombalgiques + Modic 1 1 an Modic 2 dans 13 cas et se normalise dans les 4 autre cas Instrumentation sur un disque dégénératif stade 1 accélère lévolution naturelle vers le stade 2. VITAL JM, GILLE O, POINTILLARD V, PEDRAM M, BACON P, RAZANABOLA F, SCHAELDERLE C, AZZOUZ S. Course of Modic 1 six months after lumbar posterior osteosynthesis. Spine 2003; 28:

89 Conclusion Les anomalies de signal IRM des plateaux accompagnant la dégénérescence discale sont importantes à comprendre et à connaître. Décrites en 3 stades de Modic Très fréquentes et les études récentes tendent à prouver quelles participent au tableau douloureux du patient lombalgique. Ainsi les stades 1 de Modic seraient de bons marqueurs de la douleur

90 Limites TDM et IRM Examen réalisé patient couchéExamen réalisé patient couché Intérêt de la myélographie couplée dans un deuxième temps au scannerIntérêt de la myélographie couplée dans un deuxième temps au scanner –Recherche damputation radiculaire –Refoulement du sac dural –Manœuvres dynamiques

91 201291

92 201292

93 201293

94 201294

95 201295

96 201296

97 201297

98 201298

99 201299

100 jerseys et feutrage au niveau des crêtes iliaques Le plâtre est habituellement réalisé en lordose, mains croisées derrière locciput

101 bandes circulaires 4 attelles de 30 cm de large et 7 épaisseurs 3 circulaires en plaquant les attelles

102 Modelage soigneux du pince tailleTraçage des découpes Sous lomoplate en arrière Sous la poitrine en avant

103 Découpe iliaque permettant une position assise à 90° Bordurage en commençant par les fenêtres antérieures et postérieures

104 Finitions. Le jersey externe est coupé à ras, linterne rabattu sur 2 cm. Un feutre est collé au niveau lombo-sacré et au niveau thoraco-lombaire.

105 49 % 51 %

106 15 % 71 % 12 %

107

108

109

110

111 78 % 22 %

112 78 % 22 %

113 Le traitement est élitiste et sans doute le simple fait daccepter le corset plâtré fait que lon est psychologiquement prêt à guérir… Contrairement à la chirurgie segmentaire, on traite lensemble du rachis lombaire… On répond à un problème mécanique par une solution mécanique

114 1.Confirmer lorigine mécanique des douleurs 2.Immobiliser la charnière lombo-sacrée, tout en permettant la poursuite d'une activité normale. Pas dinterruption de lactivité professionnelle 3.Récupérer la lordose lombaire physiologique 4.Rompre le cercle vicieux de la douleur 5.Faciliter la rééducation en fournissant au kinésithérapeute un point fixe et une antalgie lombo-pelvienne qui favorise l'étirement de la chaîne postérieure et l'assouplissement des ceintures 6.Contrôler l'économie du rachis dans tous les gestes de la vie quotidienne

115 La lombalgie nest pas une maladie, mais le mécanisme naturel de protection du rachis

116 Il ny a aucune corrélation entre la radiologie et le symptôme lombalgie chronique

117 Ne pas confondre REPOS et ARRÊT DE TRAVAIL

118

119


Télécharger ppt "Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet 5 - Lombalgies 20121."

Présentations similaires


Annonces Google