La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les fous sont-ils dangereux ? Schizophrénie et passages à lacte graves : Les chiffres nous en disent plus Pascale Amiel-Masse Psychologue clinicienne –

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les fous sont-ils dangereux ? Schizophrénie et passages à lacte graves : Les chiffres nous en disent plus Pascale Amiel-Masse Psychologue clinicienne –"— Transcription de la présentation:

1 Les fous sont-ils dangereux ? Schizophrénie et passages à lacte graves : Les chiffres nous en disent plus Pascale Amiel-Masse Psychologue clinicienne – CH Edouard Toulouse

2 La loi du crée la rétention de sûreté. On évoque alors lirresponsabilité pénale doù une imputabilité possible des faits à son auteur. Accusé considéré « fou »= internement doffice. Accusé considéré « jugeable » = assises. au terme du procès, laccusé peut cependant être encore déclaré irresponsable…. …Une quarantaine dirresponsabilités pénales déclarées depuis février 2008 ABOLITION DU DISCERNEMENT OU SIMPLE ALTERATION AU MOMENT DES FAITS ?

3 Les médias insistent sur le lien entre violence et M.M. Quelle est la relation entre le crime et les M.M.? La M.M. suscite-t- elle la violence ? Lintolérance et la peur sont vecteurs de partialité et de fausses informations

4

5 70% des reportages impliquant des personnes souffrant de M.M. les montrent en train de commettre des actes violents en 1992, lanalyse de 4 journaux nationaux français montre que tous les articles (ou presque) sur la psychiatrie font mention de la violence En 50 ans la force du mythe augmente : les sondages montrent que deux fois plus de personnes relient violence et psychose : sondage 1996 aux USA, 61% affirment croire que les schizophrènes sont violents envers les autres et ce dune manière générale. étude canadienne 1998, 4 personnes sur 5 pensent que les M.M. sont dangereux et violents (malgré le gros travail dinformation réalisé dès cette époque…)

6 Une vaste étude américaine conclut que les malades atteints de schizophrénie, de troubles bipolaires ou de dépression ne sont a priori pas plus violents que les autres. Panorama du Médecin, 9 février 2009 Lorsque la maladie mentale, la dépendance aux toxiques et les antécédents familiaux de violence sadditionnent, le risque de comportement agressif est multiplié par quatre. «The intricate link between violence and mental disorder ». Elbogen E. et al. Archives of General Psychiatry, 2/2/09;66(2):152-61

7

8

9 En 1990 Swanson et al démontrent que 3% des actes criminels impliquent un trouble mental stricto sensu. Registres dhospitalisation psychiatrique et de police en Scandinavie : personnes nées entre 1944 et 1947 : *Risque pour des crimes pour tous diag. psy varie de 5 à 35% relatif au risque pour ceux qui nont aucun diag. (sur 43 ans). Pour la schizophrénie, le risque est de 12%. La fréquence des comportements violents (bagarre, attaque physique ou sexuelle, menace, utilisation dune arme…) chez les personnes souffrant de troubles mentaux graves et identifiés dans le système de soins psychiatriques atteint 13%. Gotlieb et al, 1987, ont trouvé 25% de psychotiques parmi un groupe de meurtriers… donc 75% ne le sont pas !!!

10 Personnes ayant déclaré des actes violents dans lannée écoulée augmente avec le cumul des diag. psychiatriques (co-occurrents ou co-morbides) : *schizophrénie : 12,7% *trouble bipolaire : 11% *état dépressif majeur : 11% *schizophrénie + trouble de lhumeur : 21% (Swanson et al. 1990)

11 Le pourcentage dactes violents attribuables aux malades mentaux (sans comorbidité) est estimé entre 2 et 10% selon différentes études épidémiologiques. La plupart des crimes sont commis sur des personnes de lentourage proche.

12

13 34% de patients souffrant de schizophrénie et vivant dans des logements thérapeutiques ont été victimes de vols et dattaques au cours de lannée écoulée. (Lehman,Ward,Linn,1982) Les personnes souffrant de schizophrénie (vivant hors hôpital) présentent un taux de victimisation qui dépasse de 65 à 130% le taux rapporté à la population générale. (Brekke, Prindle, Bae, 2001)

14

15 Une sur dix millions


Télécharger ppt "Les fous sont-ils dangereux ? Schizophrénie et passages à lacte graves : Les chiffres nous en disent plus Pascale Amiel-Masse Psychologue clinicienne –"

Présentations similaires


Annonces Google