La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Institut de Formation des Aides-Soignants (IFAS) Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Marie Claude Raoux - Cadre formateur VALIDATION DES ACQUIS DE LEXPERIENCE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Institut de Formation des Aides-Soignants (IFAS) Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Marie Claude Raoux - Cadre formateur VALIDATION DES ACQUIS DE LEXPERIENCE."— Transcription de la présentation:

1 Institut de Formation des Aides-Soignants (IFAS) Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Marie Claude Raoux - Cadre formateur VALIDATION DES ACQUIS DE LEXPERIENCE MODULE DE FORMATION DE 70 H OBLIGATOIRE IFSI SALPETRIERE

2 Utilisée: - dans les cas d'agitation - dans les cas de personnes âgées sujettes aux chutes L'agitation : Se définit comme une perturbation du comportement moteur, psychique et relationnel. Elle suscite une réaction dintolérance de lentourage et du milieu.

3 Les manifestations : Chez ladulte Formes dagitation incontrôlable : lagitation incontrôlable avec violences lagitation avec signes de passage à lacte violent imminent Formes dagitation contrôlable

4 Chez la personne âgée Elles sont agressives ou non, dexpression verbale et/ou physique

5 Les causes : Causes organiques : hypoxie, états de choc, hypoglycémie, épilepsie, hémorragie méningée, douleur, AVC, globe vésical, hyperthermie…… Causes toxiques : lalcool, labus de stupéfiants, de médicaments Causes psychiatriques

6 Les chutes: C'est un problème de santé publique. Concerne environ la moitié de la population de plus de 65 ans Les causes Origine médicamenteuse : tranquillisants, antihypertenseurs … Origine pathologique : trouble du rythme cardiaque, trouble de l'appui plantaire… Origine environnementale : éclairage insuffisant, sol mouillé ……

7 Limiter les risques de la contention physique La contention, dite passive, se caractérise par l'utilisation de tous moyens, méthodes, matériels ou vêtements qui empêchent ou limitent les capacités de mobilisation volontaire de tout ou partie du corps dans le seul but d'obtenir de la sécurité pour une personne âgée (ou agitée) qui présente un comportement estimé dangereux ou mal adapté.

8 Les moyens : - gilets et sangles thoraciques, ceintures - attaches de poignets et chevilles - sièges gériatriques - barrières de lit Les moyens non spécifiques : Tout matériel détourné de son usage (drap, vêtement….) Les référentiels ne visent pas à encourager cette pratique, mais à améliorer sa sécurité quand la contention est considérée comme inévitable.

9 Comment mettre en place une contention physique en diminuant les risques Intervention de soin qui implique : - la connaissance des risques liés à l'immobilisation (cf. module 2 et 3) - une évaluation régulière des besoins et des risques - un programme de soins et de surveillance individualisé. (travail en équipe multidisciplinaire)

10 Objectif : Contention la plus brève possible (maîtriser les bénéfices et risques pour le patient) Le patient et les proches sont informés de la nécessité de la contention pour que la décision soit prise avec leur consentement.

11 Pratique : Nécessité d'un jugement clinique et d'une prescription médicale motivée La limite de validité de la prescription est de 24 heures Il convient de rechercher les conditions et les moyens spécifiques les moins restrictifs et les plus adaptés au patient pour la durée de la contention. (Le matériel utilisé ne pas entraîner de blessure)

12 Il est important qu'une surveillance écrite et programmée à intervalles réguliers soit réalisée, sur une fiche de surveillance spécifique (exigences de traçabilité). Cette surveillance intègre les dimensions physique, psychologique et environnementale. Pratiquer une écoute active pour repérer les sentiments de peur, d'humiliation ou tout autre sentiment en lien avec la contention. Réévaluation au moins journalière de la nécessité de poursuivre la contention, réalisée par le médecin prescripteur et l'équipe soignante.

13 En conclusion Attacher un sujet âgé ne doit pas être " un procédé expéditif" pour prévenir les chutes, les blessures ou les troubles du comportement. L'immobilisation prolongée imposée par une contention conduit les patients attachés à un déconditionnement physique et psychologique qui augmente au contraire la probabilité de chutes et de blessures.

14 TEXTES ANAES TEXTES ANAES

15

16

17 LA SEQUENCE EST TERMINÉE… AVEZ-VOUS DES QUESTIONS ? Vous pouvez récupérer les cours sur le site : dans la rubrique « Blog AS - VAE »

18 FIN Novembre 2009 Institut de Formation des Aides-Soignants (IFAS) Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière


Télécharger ppt "Institut de Formation des Aides-Soignants (IFAS) Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Marie Claude Raoux - Cadre formateur VALIDATION DES ACQUIS DE LEXPERIENCE."

Présentations similaires


Annonces Google