La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SAMU DE PARIS 2004 Fin de vie : Faut-il une loi ? Le point de vue des acteurs de terrain La médecine pré hospitalière Dr Catherine Chastre Pr Pierre Carli.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SAMU DE PARIS 2004 Fin de vie : Faut-il une loi ? Le point de vue des acteurs de terrain La médecine pré hospitalière Dr Catherine Chastre Pr Pierre Carli."— Transcription de la présentation:

1 SAMU DE PARIS 2004 Fin de vie : Faut-il une loi ? Le point de vue des acteurs de terrain La médecine pré hospitalière Dr Catherine Chastre Pr Pierre Carli SAMU de Paris

2 SAMU DE PARIS 2004 Le contexte pré-hospitalier Régulation médicale des appels urgents Envoi dune équipe médicale SMUR Sélection de lhospitalisation

3 SAMU DE PARIS 2004 Les différents types deuthanasie Leuthanasie active : –Administration délibérée de substance létale dans lintention de provoquer la mort, à la demande du malade, ou par décision dun proche ou du corps médical Laide au suicide : –Le patient accompli lui-même lacte mortel guidé par un tiers lui ayant fourni les renseignements et les moyens nécessaires Aucune place en pré hospitalier

4 SAMU DE PARIS 2004 Les différents types deuthanasie Leuthanasie passive –Refus ou arrêt dun traitement nécessaire au maintient de la vie Leuthanasie indirecte –Administration dantalgiques dont la conséquence seconde et non recherchée est la mort Situations pouvant être rencontrées en pré hospitalier

5 SAMU DE PARIS 2004 A létranger, des dispositions légales sappliquent en pré-hospitalier Elles demandent la réunion dune ou plusieurs des conditions suivantes : Un testament de vie Une décision collégiale Une décision de justice

6 SAMU DE PARIS 2004 Dans certains pays elles sont très directives USA : –Interdiction de réanimer les personnes ayant fait un testament de vie –Poursuite judiciaire des équipes si les « Do Not Resuscitate Order » ne sont pas appliqués

7 SAMU DE PARIS 2004 En France : le contexte pré hospitalier Une limitation ou un arrêt des thérapeutiques pourrait être envisagé pour des : -Pathologies aiguës : détresse neurologique, traumatisme encéphalique ? -Pathologie chronique en stade terminal ?

8 SAMU DE PARIS 2004 Les détresses neurologiques aiguës AVC massifs, traumatismes cranio- encéphaliques graves … Objectifs médicaux : –Sujets potentiellement donneurs : réanimation pour prélèvements dorganes –Pour les autres : soins adaptés, au minimum soins de confort

9 SAMU DE PARIS 2004 Les pathologies chroniques Causes dappel au SAMU Détresse psychologique de lentourage Défaillance du matériel ou du personnel Pathologies aiguës avec ou sans rapport avec la pathologie chronique

10 SAMU DE PARIS 2004 Patients en fin de vie à domicile et appel au SAMU de Paris Prise en charge par une équipe de SMUR de patients en fin de vie à domicile Etude prospective sur 1 an Prise en charge et devenir –Cause dappel, condition de prise en charge, hospitalisation 202 patients C Chastre et col JEUR 2000, 13,

11 SAMU DE PARIS 2004 Résultat : linformation du patient et de son entourage 26% des SMUR envoyés par manque dinformations Entourage et patient peu ou pas informés de la gravité de la pathologie et de limminence du décès Pas de testament de vie

12 SAMU DE PARIS 2004 Résultats concernant le dossier médical 71% des appels ont lieu la nuit, les dimanches et jours fériés, à un moment ou les soignants référents ne sont pas joignables Absence totale de dossier médical au domicile Méconnaissance du statut du malade Pas de décision collégiale possible

13 SAMU DE PARIS 2004 En pratique en 2004 Peu dévolution sur linformation du malade et de lentourage Dossier médical rare malgré la réglementation Des améliorations – Création de quelques réseaux pour la prise en charge de ces patients Réseau Quiétude Réseau Ensemble

14 SAMU DE PARIS 2004 Le réseau Quiétude à Paris Regroupe les patients en fin de vie suivis dans 3 hôpitaux : Hôtel-Dieu, Cochin, Curie Dossier médical informatisé régulièrement mis à jour Contact possible H 24 avec le médecin responsable pour informations ou conseils –Pour le patient –Pour le médecin régulateur du SAMU

15 SAMU DE PARIS 2004 Quelles seraient les conditions requises pour une LAT en pré-hospitalier ? La limitation ou larrêt des thérapeutiques (LAT) nécessite : –Un dossier médical accessible H 24 –Du temps –L accompagnement de fin de vie au domicile par des structures plus adaptées –Une formation spécifique des médecins SMUR

16 SAMU DE PARIS 2004 Quelques propositions de solutions pré-hospitalières Généralisation des réseaux ou dossier médical informatique sécurisé Intervention des associations de bénévoles et des équipes mobiles de soins palliatifs à la demande du SAMU Formation spécifique à inclure dans le DESC de médecine durgence

17 SAMU DE PARIS 2004 Évolution du système de prise en charge Mise en place de structures spécifiques adaptées à la fin de vie Évolution de la législation pour définir les actions possibles pour la LAT à lextérieur de lhôpital Intégration des SMUR dans le réseau de prise en charge Le SMUR ne doit pas être une solution par défaut

18 SAMU DE PARIS 2004 Conclusion La médecine pré-hospitalière, les SAMU et SMUR sont peu adaptés pour une décision dabstention thérapeutique ou deuthanasie indirecte pour les patients en fin de vie dans la configuration actuelle du système de soins français


Télécharger ppt "SAMU DE PARIS 2004 Fin de vie : Faut-il une loi ? Le point de vue des acteurs de terrain La médecine pré hospitalière Dr Catherine Chastre Pr Pierre Carli."

Présentations similaires


Annonces Google