La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

X EMES RENCONTRES DE LINFORMATION MÉDICALE EN PSYCHIATRIE 16 SEPTEMBRE 2010 Les échelles de gravité : une piste ? Docteur Marylène MORDASINI, responsable.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "X EMES RENCONTRES DE LINFORMATION MÉDICALE EN PSYCHIATRIE 16 SEPTEMBRE 2010 Les échelles de gravité : une piste ? Docteur Marylène MORDASINI, responsable."— Transcription de la présentation:

1 X EMES RENCONTRES DE LINFORMATION MÉDICALE EN PSYCHIATRIE 16 SEPTEMBRE 2010 Les échelles de gravité : une piste ? Docteur Marylène MORDASINI, responsable du Pôle des Vosges Centrales CH RAVENEL

2 une durée de lhospitalisation temps plein en psychiatrie la plus courte possible Les contraintes actuelles, la loi HPST, la nécessaire rationalisation des soins souhaitée au fil des réorganisations, décrets, circulaires, impose une durée de lhospitalisation temps plein en psychiatrie la plus courte possible Bonne gestion des structures alternatives à lhospitalisation Les psychiatres doivent adhérer à la logique du secteur, du parcours et de la continuité Dans certains cas, cependant, la modification des conditions dhospitalisation contemporaine (hétérogénéité des populations, mobilité, diversité des soignants, allées et venues des patients, etc…) ne permet plus de créer les repères spatio-temporaux, mais aussi détablir les relations qui pourraient permettre à un patient de se restructurer rapidement. LA PROBLEMATIQUE Poursuite de lhospitalisation dans le contexte dune continuité et dune stabilité des soins dans un même lieu qui va constituer le contenant spatial, affectif et relationnel qui conditionne lévolution de la pathologie.

3 Les psychoses schizophréniques décompensées. Les troubles bipolaires Les mélancolies graves, délirantes ou non Les états limites Certaines pathologies du sujet âgé LES PATHOLOGIES CONCERNEES

4 Les outils habituels dont nous disposons pour évaluer la symptomatologie et les caractéristiques de chaque patient ne nous permettent pas denvisager la durée dhospitalisation nécessaire à chaque situation. Les échelles dévaluation bien connues des psychiatres et balayant non seulement lensemble de la pathologie psychiatrique mais aussi ladaptation des patients au monde environnant pourraient constituer une piste à cet effet : elles tentent de mesurer également leurs capacités dinsertion ou de réinsertion sociale et éventuellement professionnelle, leurs relations avec les autres, la qualité des liens sociaux. COMMENT EVALUER LA GRAVITE DES TROUBLES REQUERANT UNE HOSPITALISATION DE MOYENNE DUREE ?

5 PATHOLOGIES EVALUATION DES PATHOLOGIES 1.ECHELLE DE DEPRESSION MADRSECHELLE DE DEPRESSION MADRS 2.ECHELLE DE DEPRESSION DE HAMILTON HAMD-21ECHELLE DE DEPRESSION DE HAMILTON HAMD-21 3.PANSS (Positive and negative syndrome scale)PANSS (Positive and negative syndrome scale) 4.ECHELLE DE MANIE DE P. BECH et O. RAFAELSEN -MASECHELLE DE MANIE DE P. BECH et O. RAFAELSEN -MAS QUELQUES EXEMPLES DECHELLES DEVALUATION

6 RETENTISSEMENT SUR LA VIE QUOTIDIENNE : 1.LINVENTAIRE DÉVÈNEMENTS DE VIE DE PAYKELLINVENTAIRE DÉVÈNEMENTS DE VIE DE PAYKEL 2.LES ACTIVITES INSTRUMENTALES DE LA VIE QUOTIDIENNE / IADL-ELES ACTIVITES INSTRUMENTALES DE LA VIE QUOTIDIENNE / IADL-E QUELQUES EXEMPLES

7 Sans avoir la prétention dimaginer que lutilisation de ces échelles résolve la question de lévaluation de la gravité des troubles présentés par des patients atteints de pathologies sévères et/ou chroniques, celles-ci peuvent néanmoins constituer un outil qui complète lapproche clinique et oriente la marche à suivre pour le projet thérapeutique. Ceci se rapproche des indices de gravité tels que les défini le docteur WAGENAAR qui analyse les capacités du patient en terme de relations sociales, dinsertion, de réalisations dactivité et qui est également animé par le souci de la défense de nos pratiques face à une possible objectivation du soin. CONCLUSION


Télécharger ppt "X EMES RENCONTRES DE LINFORMATION MÉDICALE EN PSYCHIATRIE 16 SEPTEMBRE 2010 Les échelles de gravité : une piste ? Docteur Marylène MORDASINI, responsable."

Présentations similaires


Annonces Google