La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LHELLÉNISME LA PHILOSOPHIE DU BONHEUR. PÉRIODE HELLÉNISTIQUE Depuis la mort dAlexandre Le Grand en 323 av. J.-C. (Aristote meurt un an après, en 322 av.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LHELLÉNISME LA PHILOSOPHIE DU BONHEUR. PÉRIODE HELLÉNISTIQUE Depuis la mort dAlexandre Le Grand en 323 av. J.-C. (Aristote meurt un an après, en 322 av."— Transcription de la présentation:

1 LHELLÉNISME LA PHILOSOPHIE DU BONHEUR

2 PÉRIODE HELLÉNISTIQUE Depuis la mort dAlexandre Le Grand en 323 av. J.-C. (Aristote meurt un an après, en 322 av. J.-C.), jusquà la conquête de Macédoine par lEmpire Romain en 148 av.J.-C.

3 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES La culture hellénistique. Les polis perdent leur indépendance et les monarchies hellénistiques imposent leur hégémonie. En conséquence l'homme se sent perdu et désorienté dans cette nouvelle unité politique quest l'empire. La rencontre des Grecs avec la culture de ceux qui les entouraient provoqua un changement fondamental dans leur vision du monde La culture des Grecs devint plus ouverte aux influences extérieures.

4 De cette situation on souligne les caractéristiques suivantes : Un nouveau concept de lêtre humain apparaît. L'animal civique de la polis grecque se transforme en animal social qui a comme cadre de référence l'humanité. Ainsi, il devient cosmopolite Besoin de sécurité personnelle. On cherche une référence qui remplace la polis. On cherche la sécurité dans les lois invariables de la nature. On construit aussi une nouvelle éthique qui soustrait l'homme à la douleur. La philosophie est subordonnée aux fins pratiques de l'existence. Le sage n'est plus seulement celui qui sait mais celui qui sait vivre. Tout est orienté et unifié par le besoin d'un but moral. Éclecticisme. Les différentes écoles se disputent et sinfluencent mutuellement.

5 Nouvelle situation politique: Alexandre Le Grand Disparition des Cités/états Nouvelle situation politique: Alexandre Le Grand Disparition des Cités/états Sentiment dinsécurité individuelle Sentiment dinsécurité individuelle Stoïciens Déterminisme Épicuriens Liberté Sceptiques Impossibilité de connaître Bonheur dans lacceptation Bonheur dans le plaisir Bonheur dans labstention du jugement

6 Philosophie hellénistique Crise du modèle social Crise de la Polis Expansion culturelle Intégration de la culture orientale provoque Recherche du bonheur stoïcisme Recherche de la connaissance Critères de vérité pour laction finalité Accepter le destin scepticisme rejet de la connaissance conséquence abstention du jugement épicurisme Recherche de la connaissance finalité Obtenir le plaisir Et éviter la douleur modèle pour sorienter vers la vérité provoque fondement rationnel

7 LE STOÏCISME On distingue trois étapes 1.Ancien Stoïcisme. Fondé par Zénon de Citium ( av. J.-C.-Chypre). Lui succèdent: Cléanthès d'Asse ( av. J.-C) et Chrisippe de Tarse ( av. J.-C) qui systématise les enseignements de Zénon. 2.Stoïcisme Moyen. Il commence avec Zénon de Tarse. On souligne dans cette période : Panetius de Rhodes ( av. J.-C) et Posidonius d'Apamée ( av. J.-C). Avec eux le stoïcisme arrive à Rome. 2.Stoïcisme impérial. Sénèque (4 av.J.-C-65 ap.J.- C) qui a été tuteur de Néron, Épictète (50-130) ancien esclave et Marc-Aurèle ( ) un empereur. Zénon de Citium. Sénèque

8 Les stoïciens ont divisé la philosophie en trois parties : logique, physique et éthique Pour le stoïcisme, létude de la nature (la physique) a pour objectif véritable de posséder une connaissance vraie qui nous inspire des actions justes, qui nous donne les moyens de bien faire. De même, lapprentissage de la logique, étymologiquement « art du raisonnement », est, pour eux, subordonné à la connaissance et à la pratique de la vertu. LE STOÏCISME Le stoïcisme est donc une philosophie dont lhorizon est éminemment éthique et dont la finalité apparaît comme lapprentissage du bien vivre.

9 Déterminisme. Il s'inspire dHéraclite cest pourquoi il offre une vision du cosmos comme un tout régi par une loi universelle ou Logos qui est intransigeant. La nature est ainsi le contrepoint de l'irracionnalité chaotique de la société. Rien néchappe à la loi immanente qui régit tout. Tous les événements sont en rapport dans une chaîne inexorable. Les stoïciens appellent cette chaîne: Destin ou Providence. Il ne doit pas être confondu avec le Hasard qui est irrationnel bien que nécessaire. LE STOÏCISME: LA PHYSIQUE Matérialisme. Il n'existe rien de plus que la matière qui est passive et un principe actif et qui est appelé Dieu et qui est aussi matériel. Pantéïsme. L'univers un est tout animé car tout est en rapport dans la chaîne du destin.

10 LE STOÏCISME: LÉTHIQUE LART de bien vivre implique que le sage soit impassible (doù ladjectif « stoïque » en français) et indépendant des choses extérieures : son bonheur tout entier en dépend. À quoi ressemble le bonheur ? Zénon en parlait comme du « cours heureux de la vie » auquel on parvient en se conduisant conformément aux prescriptions de la raison. Notre raison nous fait découvrir la raison universelle. Seulement ainsi nous vivons en harmonie avec le tout. Faire ce que la raison nous ordonne faire et accomplir notre devoir est se relier avec le logos.

11 LE STOÏCISME: LA VERTU Cette conformité à la raison est nommée « vertu » par les stoïciens. La vertu est le plus grand de tous les biens, le seul bien réellement utile, le seul but digne de recherche. Elle est la marque du bien dans une personne et elle sidentifie donc à une vie conforme à la raison, laquelle, participe en tout homme de la raison universelle, « lâme du dieu ». Épictète ouvre son Manuel sur un constat qui a force de principe : « Il y a ce qui dépend de nous et ce qui nen dépend pas. » Être vertueux, cest donc dabord en avoir pris conscience. « Ce qui dépend de nous, cest notre libre arbitre et tous les actes de ce libre arbitre ; ce qui nen dépend pas, cest notre corps et ses parties, notre fortune, nos parents, nos frères, nos enfants, notre patrie, en un mot tous ceux avec qui nous vivons. » Épictète, Entretiens, I, I

12 LE STOÏCISME: LES PASSIONS La passion est contraire à la nature et à la raison. Les passions sont des maladies de lâme, des faiblesses, une forme de folie dont lhomme est le principal artisan. Elles sillustrent essentiellement à travers la douleur, la crainte, le désir sensuel et le plaisir, dont les stoïciens disent quelles sont les quatre passions principales.

13 LE STOÏCISME: LAPATHIE Les passions sont des vices, alors que la vertu est indépendante des passions, puisquelle consiste précisément dans le rejet radical de celles-ci et dans limpassibilité: LApathie Le sage cherche une attitude de détachement, dindifférence, et de constance. Ne plus subir les passions, cest trouver la tranquillité de lâme, lataraxie, et cest également donner à la volonté les moyens dexercer son empire. La condamnation radicale des passions conduit donc à soutenir un idéal de maîtrise de soi qui définit, pour les Stoïciens, une certaine conception de la liberté.

14 Lidéal stoïcien: limpassibilité du sage. LATARAXIE Lapathie du stoïcien ne signifie pas désengagement : le sage est un homme daction autant quil est un méditatif ; il est conscient davoir un rôle à jouer sur la scène universelle, il est appelé de lintérieur à accomplir son devoir de «citoyen du monde » Le sage stoïcien trouve en toutes situations l'ataraxie, la paix de l'âme, l'indifférence de l'esprit. Maître de soi, accepte l'ordre divin, l'étincelle divine présente dans tout ce qui existe (la nature est identifiée à Dieu) Le bonheur consiste avant tout à rester libre et maître de ses opinions, de ses pensées, quelles que soient les circonstances.

15 ÉPICTÈTE « Montre-moi donc un stoïcien, je nen demande quun. Un stoïcien, cest-à-dire un homme qui, dans la maladie, se trouve heureux, qui, dans le danger, se trouve heureux, qui, mourant, se trouve heureux, qui, méprisé et calomnié, se trouve heureux ! Si tu ne peux me montrer ce stoïcien parfait et achevé, au moins montre men un qui commence à lêtre. Ne frustre point un vieillard comme moi de ce grand spectacle, dont javoue que je nai encore pu jouir. » Épictète, Entretiens, II, 49 WbXWkLosc Audio sur les stoïciens. 8 min

16 lisation/grece/12.htm#_1._Caract%C3%A9risti ques_de %C3%AFciens_et_l_art_de_vivre#Les%20trois %20%C3%A2ges%20du%20sto%C3%AFcisme RS+STO$C3$8ECIENS+FACE+A+LA+PASSION.pdf Isabel Blasco- diciembre 2011


Télécharger ppt "LHELLÉNISME LA PHILOSOPHIE DU BONHEUR. PÉRIODE HELLÉNISTIQUE Depuis la mort dAlexandre Le Grand en 323 av. J.-C. (Aristote meurt un an après, en 322 av."

Présentations similaires


Annonces Google