La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dynamique du Réseau Trophique de LEcosystème Sénégambien Par SAMB Birane (1) et MENDY Asberr (2) 1 CRODT, BP. 2241 Dakar Senegal 2 Fisheries Department,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dynamique du Réseau Trophique de LEcosystème Sénégambien Par SAMB Birane (1) et MENDY Asberr (2) 1 CRODT, BP. 2241 Dakar Senegal 2 Fisheries Department,"— Transcription de la présentation:

1 Dynamique du Réseau Trophique de LEcosystème Sénégambien Par SAMB Birane (1) et MENDY Asberr (2) 1 CRODT, BP Dakar Senegal 2 Fisheries Department, Banjul, The Gambia

2 Objectifs de létude - Entreprendre une étude sur la structure trophique de lécosysteme de lupwelling SENEGAMBIEN - Discuter des résultats - Présenter des résultats de simulation par ECOSIM

3 Présentation de la zone détude du Sénégal

4 Caractéristiques de lécosystème sénégambien z1. Conditions hydrologiques zVent moteur de la circulation avec : Alizé maritime, Alizé continental et vent de mousson z2. Courant zCourant des canaries zContre courant équatorial

5 Caractéristiques de lécosystème sénégambien z3. Saisons marines - une saison froide à faible intensité (novembre à janvier). - une saison froide à forte intensité (février à mai) avec des vents forts (5 à 7 m/s) - une saison chaude homogène (juin-août) - une saison chaude instable (septembre-octobre)

6 IMPORTANCE DU SECTEUR DE LA PECHE z- Premier secteur dexportation z- Occupe une place centrale pour la fourniture de protéines animales z emplois indirects au Sénégal z-15% de la proportion de main doeuvre active z-Consommation annuelle de poissons 26kg/an/ha alors quau niveau de lAfrique la consommation est de 8.2kg /an/ha

7 PECHERIE z700 km de côte zUne pêche artisanale étant lune des plus importante de lAfrique zUne pêche industrielle avec une composante nationale et une composante étrangère opérant dans le cadre daccords de pêche

8 Apercu sur quelques contraintes du secteur z- Plus de dhabitants avec presque 50% de la population dans la zone côtière z- Pêcherie multispécifique et multiengins z- Conflits entre pêcheries et avec les pays voisins z- Surexploitation des ressources démersales côtières et raréfaction de certaines espèces z- Accès libre pour la pêche artisanale en croissance perpétuelle

9 Méthode zApproche développée par Christensen et Pauly (1992b) sera utilisée. Il sagira de modéliser un écosystème utilisant simultanément autant déquations linéaires quil y a de groupes fonctionnels. Un groupe peut être défini comme une ou plusieurs espèces

10 zLa relation suivante devra être vérifiée pour chaque groupe (i): yProduction de i = toute la prédation sur i + pertes de biomasses non liées à la prédation + captures par pêches du groupe i + autres pertes de biomasses comme lémigration.

11 zLa relation peut être traduite plus généralement par léquation suivante : zBi * Pi/B* EEi – Somme (Bj* Qj/Bj * Dcji) - Exi=0 z

12 zavec : zBi * Pi/B* EEi = Production de i zSomme (Bj* Qj/Bj * Dcji) = toute la prédation sur i z= Exi = autres pertes de biomasses dont pêches, émigration.... zBi = Biomasse de i zPi/Bi : rapport production sur biomasse de lespèce i qui dans certaines conditions représente la mortalité totale Z ; zBj = Biomasse du prédateur j ; zQj/Bj : Consommation annuelle relative cad la quantité consommée Q par unité de biomasse B ; zEEi : Rendement écotrophique qui est une fraction de la production totale dun compartiment consommé par tous les prédateurs au sein du système zDCji : Fraction de proies i en poids dans la moyenne de lalimentation du prédateur j ; zExi : somme des prises de i et de lémigration vers dautres écosystèmes.

13 zEn terme dénergie cette équation devient pour chaque groupe fonctionnel zConsommation= Production + Respiration +Nourriture non Assimilée.

14 Données de base du modèle z1.Définition de la zone 2 zPlateau continental sénégalogambien soit km 2 z2. Définition de la période zPeriode upwelling côtier soit de Novembre a Juin

15

16 z3. Définition des différents groupes z Oiseaux marins Mammifères marins Thonidés du large Thonidés côtiers Requins Raies Céphalopodes Démersaux cotiers Sardinelle ronde Sardinelle plate Autres pélagiques Zooplancton Meiobenthos Macrobenthos Producteurs benthiques Phytoplancton Rejets Détritus z

17 Introduction des données du modèle 1.Biomasse: Les contraintes du modèle imposent lintroduction de la biomasse en t\km2 soit les biomasses totales en tonnes obtenues par exemple lors des campagnes sont divisées par la superficie totale du plateau sénégambien.

18 Estimation des biomasses zGroupesBiomasse t/km2Sources zOiseaux marins0.118Littérature zMammifères marins0.039Littérature zThonidés du large2.540ICCAT zThonidés côtiers2.890ICCAT zRequins0.290Travaux CRODT zRaies0.112Travaux CRODT zCéphalopodes1.087 Travaux CRODT zDémersaux côtiers4.696Campagne chalutage zSardinelle ronde8.594Campagne décho-intégration zSardinelle plate Campagne décho-intégration zAutres pélagiques Campagne décho-intégration zZooplancton Littérature zMeiobenthos Littérature zMacrobenthos Littérature zProducteurs benthiques Littérature zPhytoplancton Littérature zRejets0.001 estimation zDétritus Littérature z

19 2. Rapport P/B: Les mortalités totales Z sont annuelles. Pour un groupe fonctionnel donné, une mortalité totale annuelle est estimée à partir de la moyenne de celles des espèces où cette valeur est connue. Des améliorations devraient donc être apportées à ces estimations: 3. Le rapport de la consommation sur la biomasse (Q\B dans le modèle) correspond au nombre de fois que le groupe consomme son propre poids durant lannée. Ces valeurs sont estimées pour les besoins du modèle à partir des estimations de "key fact" de Fishbase Les captures annuelles par groupes ramenées au km2 sont indiquées pour la totalité de la pêcherie. 5. La composition alimentaire par groupe fonctionnel est fournie à partir de la bibliographie disponible, des connaissances empiriques et des expériences.

20 Développement du modèle zLa mise en oeuvre du modèle donne des résultats dont lanalyse permet de se rendre compte de la situation déquilibre: Des ajustements sur les données dentrée (biomasse, mortalité et composition alimentaire) sont faits jusquà lobtention de valeurs EE (rendement écotrophique de chaque groupe) soit comprise entre 0 et 1.

21 Données dentrée

22

23 Résultats

24

25

26

27 CONCLUSION x- Teichmann, 1998 a réalisé la premiere étude dans la zone de lécosystème NW africain sous influence du courant des canaries. x- Mise en évidence de limportance et du rôle des poissons pelagiques principalement la sardine dans la structure trophique décrite. x- zone Sénégalogambienne les espèces dominantes sont les deux sardinelles. x- La modélisation fait apparaitre des similitudes avec nombres décosystemes mais un niveau trophique bas des captures en considérant les estimations dans dautres zones. x.

28 x- Cette zone détude connait une surexploitation de la plupart des especes démersales côtieres x x- un report deffort sur dautres espèces comme les sardinelles, dont labondance et la relative stabilité sont réguliérement mises en évidence par des campagnes de prospection acoustique, doit etre mieux analysé eu égard au rôle de ces espèces dans le maintien de la chaine trophique. x- Par ailleurs, nécessité de réactualiser au fur et à mesure de la disponibilite des données en matiere dévaluation des biomasses des espèces démersales. x- ce travail suggère limportance de collecter de nouvelles données et dentreprendre des travaux en vue daugmenter les groupes. x-Des investigations tenant compte du caractère migratoire de plusieurs espèces devront également être explorées

29 Modélisation ECOSIM z Dans le cadre de cette étude il est loisible dexplorer des schémas daménagement et danticiper sur les conséquences z A titre illustratif quatre scénarii sont présentés z - Le gel de leffort de pêche artisanal à son niveau actuel et un accroissement durant six ans de leffort de pêche industriel jusquà ce quil atteigne le double de son effort de pêche actuel (scénario 1). z - Le gel de leffort de pêche industriel à son niveau actuel et un accroissement durant six ans de leffort de pêche artisanal jusquà ce quil atteigne le double de son effort de pêche actuel (scénario 2). z

30 z - Le gel de leffort de pêche artisanal à son niveau actuel et une diminution durant six ans de leffort de pêche industriel jusquà ce quil atteigne la moitié de son effort de pêche actuel (scénario 3). z - Le gel de leffort de pêche industriel à son niveau actuel et une diminution durant six ans de leffort de pêche artisanal jusquà ce quil atteigne la moitié de son effort de pêche actuel (scénario 4).

31

32

33

34

35 Conclusion sur la simulation Les résultats de la simulation indiquent quil est indispensable de réduire leffort de pêche notamment artisanal en vue déviter leffondrement voire lextinction de certaines espèces comme les démersaux côtiers.

36 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Dynamique du Réseau Trophique de LEcosystème Sénégambien Par SAMB Birane (1) et MENDY Asberr (2) 1 CRODT, BP. 2241 Dakar Senegal 2 Fisheries Department,"

Présentations similaires


Annonces Google