La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

« La gestion dans lanticipation » DOCUMENT CONFIDENTIEL Cette présentation est destinée aux investisseurs professionnels et nest envoyée quà leur demande.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "« La gestion dans lanticipation » DOCUMENT CONFIDENTIEL Cette présentation est destinée aux investisseurs professionnels et nest envoyée quà leur demande."— Transcription de la présentation:

1 « La gestion dans lanticipation » DOCUMENT CONFIDENTIEL Cette présentation est destinée aux investisseurs professionnels et nest envoyée quà leur demande. Ce document ne représente ni une sollicitation ni un conseil destiné à linvestissement. Cette information nest pas publique. Il est demandé aux investisseurs de vérifier que le type de stratégie proposé est conforme au cadre dinvestissement auquel ils sont contraints. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Ateliers de léconomie et du patrimoine – 1 ère édition Janvier

2 Un nouveau régime économique se dessine … … entraînant un nouveau régime de valorisation pour les actifs financiers. « Nouveau régime » implique une absence de références pour les investisseurs. Les marchés (se) découvrent. De nouvelles politiques sont expérimentées. Lobsession monétaire des investisseurs est une caractéristique de ce cycle. Le vrai risque économique dans les pays développés : la stagnation économique et la déflation. Le cycle économique devient de moins en moins influencé par les autorités monétaires et budgétaires. Les marchés financiers le restent, mais au prix de mesures exceptionnelles : les investisseurs se sont faits peur : risque de positionnement. Résumé DOCUMENT CONFIDENTIEL 2

3 Les pays développés et les pays émergents doivent sadapter à un nouveau monde, issu de la crise économique globale de La croissance devient mois forte. Les politiques budgétaires et monétaires changent de paradigme. Croissance économique depuis 1994 dans le monde Un nouveau régime économique (1/3) DOCUMENT CONFIDENTIEL 3 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

4 Les pays émergents ne se désolidarisent point des pays développés. Les cycles demeurent synchronisés. Le changement de régime dans ces pays est peut-être plus fort quon ne le croit nétait-elle vraiment quune année de ralentissement de milieu de cycle? DOCUMENT CONFIDENTIEL 4 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg Un nouveau régime économique (2/3) Croissance économique dans le monde – Pays émergents vs. pays développés

5 La croissance économique est plus faible dans TOUTES les parties du monde. Il ny a pas DEUX Europe, le différentiel de croissance entre les « bons » élèves et les « mauvais » est insignifiant. Les Etats-Unis redeviennent la locomotive du monde, cest la source de stabilité car la véritable bonne nouvelle en ce début dannée Croissance économique en 2012 DOCUMENT CONFIDENTIEL 5 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg Etats-unisAllemagneFranceRoyaume-UniSuèdeBrésilChine 2,30,70,1-0,11,11,07,7 Un nouveau régime économique (3/3) LAllemagne, le bon élève ? avec 0,7% de croissance !!!

6 Dans un monde où la croissance est plus faible mais toujours positive, les profits des sociétés nont pas de raisons de seffondrer. Les entreprises cotées sont performantes, elles vont chercher la croissance là où elle se trouve. Pour les actions, la question porte plus sur le multiple de valorisation des résultats (Price-Earning-Ratio) plutôt que sur les profits. PER* des actions américaines – indice S&P 500 Le régime de valorisation des actifs DOCUMENT CONFIDENTIEL 6 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg * PER calculé sur les profits normatifs

7 Le « double-dip » a bien eu lieu, le scénario de « reprise en racine carrée » envisagé par certains en 2009 sest avéré finalement assez juste. En 2012, toute lEurope est retournée en récession. LEurope du Nord a fini par rattraper lEurope du Sud. Les derniers indicateurs restent très dégradés. Climat des Affaires en Europe LEurope – double récession en 4 ans DOCUMENT CONFIDENTIEL 7 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

8 La demande domestique est très déprimée en Europe et aucun signe damélioration nest en vue. Le « potentiel » du consommateur Allemand ne reste à ce jour quun « potentiel » et les consommateurs dans lEurope du Sud voient leurs revenus baisser. En dehors des conditions de crédit qui se sont améliorées, il ny a pas de facteurs de soutien pour la consommation. Ventes au détail en volume en Europe LEurope – une demande domestique très faible DOCUMENT CONFIDENTIEL 8 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

9 La reflation monétaire opérée depuis 2009 na pas véritablement eu leffet escompté. Le problème du crédit nest donc PAS un problème de prix mais de demande. Pour les ménages, le stock élevé de dette, labsence de perspectives positives en termes demplois et de salaires, limitent la demande de crédit. Pour les entreprises, cest labsence de débouchés qui freine la reprise du crédit. Croissance du crédit en Zone Euro LEurope – le multiplicateur du crédit est nul DOCUMENT CONFIDENTIEL 9 Source : OpenMind AM Research, BCE

10 Aux Etats-Unis, un équilibre économique a été retrouvé dans lequel offre et demande augmentent à un rythme modérément soutenu. En Europe, un équilibre sous-optimal a été atteint. Offre et demande baissent en continu, depuis La stagnation économique devient une réalité. LEurope va devoir démontrer en 2013 que ce climat nest pas une fatalité, quelle ne suit pas la voie du Japon. Offre et demande* globale aux Etats-Unis Le cercle vertueux est cassé en Europe DOCUMENT CONFIDENTIEL 10 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg Offre et demande* globale en zone euro * ventes au détail et production industrielle sont utilisés comme proxy

11 Pour de nombreux « experts », les problèmes de lEurope sont structurels et liés à de nombreuses formes de rigidités sur les marchés du travail et des biens&services. La mise en place de réforme structurelles serait LA solution à la crise de croissance européenne. LEurope du Nord serait moins sujette à cette problématique et donc structurellement plus vertueuse. Part du Secteur dActivité dans la Valeur Ajoutée – Zone Euro Les problèmes structurels de LEurope (1/4) DOCUMENT CONFIDENTIEL 11 Source : OpenMind AM Research, Eurostat

12 Le secteur financier est important pour tous les pays dEurope. Le secteur de la construction a vu son poids diminuer dans les pays les plus en crise. En Allemagne, après 15 ans de décroissance, la reprise de la construction résidentielle paraît très modeste malgré des conditions financières très accommodantes. Part de la Construction dans la Valeur Ajoutée – Zone Euro DOCUMENT CONFIDENTIEL 12 Source : OpenMind AM Research, Eurostat Part des Activités Financières et de lImmobilier dans la Valeur Ajoutée Les problèmes structurels de LEurope (2/4)

13 La désindustrialisation de lEurope est un fait. Le poids de lindustrie reste cependant encore très important en Allemagne et en Irlande. La France et lEspagne ont été les grands perdants de la mondialisation de la production de biens au cours des 20 dernières années. Le secteur public garde une part prépondérante dans tous les pays dEurope. Part des Administrations Publiques dans la Valeur Ajoutée – Zone Euro DOCUMENT CONFIDENTIEL 13 Source : OpenMind AM Research, Eurostat Part de lIndustrie dans la Valeur Ajoutée – Zone Euro Les problèmes structurels de LEurope (3/4)

14 Europe du Nord : Allemagne, Autriche, Belgique, Finlande, France et Pays-Bas. Europe du Sud : Espagne, Grèce, Italie, Irlande et Portugal. Les structures économiques de ces deux groupes de pays sont finalement très proches, il ny a pas de raison de les distinguer. Le problème de croissance est général à lEurope. DOCUMENT CONFIDENTIEL 14 Source : OpenMind AM Research, Eurostat Décomposition de la Valeur Ajoutée en Zone Euro par Secteur dActivités Les problèmes structurels de LEurope (4/4)

15 La mesure et donc la question de la compétitivité de lEurope est très complexe. Les exportations espagnoles ont augmenté plus rapidement que les exportations allemandes au cours des dernières années. Une dévaluation ordonnée serait clairement un élément positif pour la zone. Cest dailleurs la stratégie menée par de nombreux pays (à lexception de la zone euro). Importations et Exportations depuis 2004 pour lAllemagne et lEspagne La compétitivité européenne DOCUMENT CONFIDENTIEL 15 Source : OpenMind AM Research, Eurostat

16 Le Japon vit une période de stagnation économique depuis 15 ans, pour des raisons qui lui sont propres. Pour dautres raisons, lEurope est en train de flirter avec cette situation. En ce début dannée 2013, il ny a pas délément tangible dans léconomie réelle qui laisse penser que lEurope peut éviter un tel scénario. La faiblesse des pays du nord au deuxième semestre 2012 comme les Pays-Bas ou la Suède est inquiétante. Indices de Production Industrielle depuis 1975 LEurope dans la cour avec le Japon DOCUMENT CONFIDENTIEL 16 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

17 Un nouveau paradigme sest créé de facto suite à la crise économique et financière de Un plancher a été atteint pour les taux directeurs, et un plafond a été atteint pour lendettement publique. Toute politique de relance est désormais impossible car leffet « coup de fouet » disparaît. La mise en œuvre de politiques non-conventionnelles est alors lultime recours. Quel action politique possible? DOCUMENT CONFIDENTIEL 17 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg Politique monétaire et budgétaire aux Etats-Unis depuis 1968Variation sur 2 ans des taux directeurs et du déficit budgétaire aux USA

18 Le président de la Fed le dit clairement : il expérimente. Les achats dactifs et une communication agressive font partie de cette politique non-conventionnelle devrait rester comme des années de références en économie : les fonctions de réaction des banquiers centraux ont changé. Dans un monde structurellement en sur-capacité de production, linflation peut-elle vraiment déraper? Est-ce que les taux remonteront un jour à 5%? Courbe Forward des Taux Swap 1 mois Lexpérimentation de nouvelles politiques DOCUMENT CONFIDENTIEL 18 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

19 Si la structure de léconomie américaine na pas changé, le taux de chômage retrouvera son « équilibre » dici quelques années (5 – 6 ans ?). Si la structure de léconomie a changé suite à la crise (phénomène dhystérèse), le taux de chômage ne retrouvera plus jamais son équilibre davant-crise. Actuellement le discours officiel de la Fed est que rien na changé (chômage déquilibre entre 5,2% et 6%). Quel est le risque de ce diagnostic ? Taux Fed et écart de lemploi* La Fed et son obsession vis-à-vis de lemploi DOCUMENT CONFIDENTIEL 19 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg écart entre le niveau de lemploi instantané et sa tendance de long-terme (depuis 1971)

20 La BCE a capitulé en Face à la remontée dun risque systémique spécifique à lEurope, la banque centrale européenne sest reniée en acceptant de porter le risque des états européens sur son bilan. La croissance devient un élément clé de sa politique monétaire. La stratégie sur la devise européenne est le maillon manquant sera-t-elle lannée du changement? Changement de dogme monétaire DOCUMENT CONFIDENTIEL 20

21 Le nouveau premier ministre japonais annonce une politique volontariste de soutien à léconomie : plan de relance financé par la banque centrale et nouvelle stratégie de communication vis-à-vis dun objectif dinflation. Le Japon ne fait pas avancer le débat sur le seuil limite en matière dendettement dun état. La question reste ouverte : quelle est la limite? Le compte courant déficitaire devrait apporter du piment à cette année-clé pour le Japon. Compte Courant de la Balance des Paiements au Japon depuis 1985 Le Japon – « Tapis ! » DOCUMENT CONFIDENTIEL 21 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

22 La baisse du yen est souhaitée par le nouveau gouvernement qui considère que le yen fort pénalise la croissance économique. Le rêve devient réalité : depuis quelques semaines le yen baisse contre toutes les devises. Quelle est la limite à ce raisonnement? Décomposition du Compte Courant de la Balance des Paiements au Japon depuis 2005 Le Japon – dévaluation = croissance ??? DOCUMENT CONFIDENTIEL 22 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

23 Les marchés financiers ne sont que partiellement influencés par les développements dans léconomie réelle. Pour les marchés actions, les profits générés par les sociétés cotés représentent une donnée importante. Or il savère que la profitabilité des entreprises européennes est très sensible à léconomie Européenne. Le cas du Japon nous rappelle que les marchés ne sont pas totalement déconnectés de leur propre économie. Profits des sociétés de leurostoxx et production industrielle en zone Euro LEurope et les marchés financiers DOCUMENT CONFIDENTIEL 23 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

24 Probabilité implicite de défaut à 5ans sur le paiement de la dette – Espagne et Italie Les marchés financiers européens (1/2) DOCUMENT CONFIDENTIEL 24 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg Les marchés financiers se sont faits peur en Ils se sont inventés un scénario dexplosion de la zone euro avec notamment le retour de la Drachme en Grèce. Ce scénario chimérique était fondé sur des prophéties auto-réalisatrices liées à la hausse du coût de financement des pays les plus fragiles.

25 La BCE a dû intervenir pour casser ces prophéties auto-réalisatrices. Elle a menacé les investisseurs de jouer avec eux : « vous voulez vendre ? eh bien moi je suis prêt à acheter sans limite ». Cette simple menace verbale – sans 1 seul centime deuro dépensé – a entraîné une baisse considérable des taux de financement de ces pays. Probabilité implicite de défaut sur le paiement de sa dette - FRANCE Les marchés financiers européens (2/2) DOCUMENT CONFIDENTIEL 25 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

26 La valse des émotions dans la sphère financière na pas eu dinfluence dans léconomie réelle. Léconomie européenne a gardé la même trajectoire pendant toute lannée : la production industrielle a baissé, les ventes au détail ont baissé, le taux de chômage a monté et la dette publique sest accumulée. Au-delà du risque économique, il y avait donc un risque systémique important, perçu par les investisseurs. La neutralisation de ce risque systémique a permis le déclin des primes de risque sur lensemble des actifs. Et pendant ce temps, dans léconomie réelle … DOCUMENT CONFIDENTIEL 26 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg Offre et demande* globale en zone euro

27 Dans ce cycle – depuis lor a bénéficié dune convention très ancrée selon laquelle le métal jaune est un refuge contre la déflation, linflation et la baisse des devises. Cette convention semble être un héritage du siècle dernier lorsque le monnaie était garantie par un dépôt dor à la banque centrale (létalon-or). Aujourdhui lor est donc un actif financier, coté, qui se comporte potentiellement comme une devise et dont les « fondamentaux » ne peuvent pas véritablement expliquer les fluctuations. OR - offre et demande physique depuis 1990 Lor : un exemple de « risque de positionnement » DOCUMENT CONFIDENTIEL 27 Source : World Gold Council via Bloomberg

28 Le marché de lor présente des fondamentaux très dégradés. La demande de fabrication est en baisse constante depuis plus de 10 ans alors que loffre a poursuivi sa progression. En 2011 (dernières statistiques annuelles disponibles) loffre excédait la demande physique de 47%. La demande des investisseurs et des particuliers a été très forte dans ce cycle. Demande physique dor depuis 1989 Lor : des fondamentaux très dégradés DOCUMENT CONFIDENTIEL 28 Source : World Gold Council via Bloomberg

29 Depuis 1998 et la fin de la hausse de la demande de fabrication, les cours de lor ont été largement influencés par la demande dinvestissement. Les flux en provenance des investisseurs explique une grande partie de la variation des cours de lor depuis la fin des années 90. Variation sur 1 an des cours de lor et de la demande dinvestissement Lor : une convention dinvestisseurs (1/2) DOCUMENT CONFIDENTIEL 29 Source : World Gold Council, Bloomberg

30 Jusquen 2008, les cours de lor ont suivi les cours des matières premières. Ce nest quà partir de 2008 que la sur-performance a été marquée pour les raisons mentionnées : refuge contre linstabilité des prix, des devises et des actifs financiers. Explication du comportement de lor par 3 variables financières : risque financier, risque dinflation/déflation, risque devise DOCUMENT CONFIDENTIEL 30 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg Lor : une convention dinvestisseurs (2/2)

31 En 2012, lattention des investisseurs sest portée sur 3 thèmes : La crise des dettes publiques en zone euro Le risque de fort ralentissement en Chine Le risque sur la falaise budgétaire aux Etats-Unis en fin dannée *Buzz media en 2012 Le positionnement des investisseurs en 2012 DOCUMENT CONFIDENTIEL 31 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg * nombre de fois où les mots retenus sont mentionnés dans des articles repris ou écrits par lagence Bloomberg

32 Lidentification des risques en 2012 a empêché les investisseurs de se faire surprendre. Ces risques étaient assez factices, et surtout, très exagérés et dramatisés. Les investisseurs se sont inventés des histoires et se sont faits peur. Les accidents nont donc pas eu lieu à la baisse, mais à la hausse. 5 meilleures et 5 pires performance de leurostoxx50 en 2012 Les conséquences pour les marchés actions DOCUMENT CONFIDENTIEL 32 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

33 TOUS les marchés financiers ont été influencés par ces angoisses, entrainant un comportement moutonnier très marqué. Quel est le point commun entre la devise Russe, les taux des obligations détat espagnoles et les cours des métaux non-ferreux ? Les « fondamentaux » semblent assez différents, pourtant, pour les marchés financiers, cest la même chose : le même risque. Performance dactifs financiers en 2012 Les conséquences pour les marchés financiers DOCUMENT CONFIDENTIEL 33 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

34 La baisse de laversion au risque et le message très accommodant des banquiers centraux a créé le contexte rêvé pour les gestions diversifiées. Quelle que soit lallocation entre les obligations ou les actions, la performance minimale des références de la zone euro était de 17%. Performance dun portefeuille diversifié : 50% Eurostoxx / 50% Obligations dEtat de la zone euro >7 ans 2012 : année des gestions diversifiées DOCUMENT CONFIDENTIEL 34 Source : OpenMind AM Research, Bloomberg

35 Les classes dactifs se sont bien comportées. Au sein des classes dactifs, le comportement des titres a été plus difficile à appréhender. De ce point de vue, lannée 2012 restera comme lune des pires années pour les gestions concernées par l'arbitrage de titres au sein dune classe dactifs : année des classes dactifs DOCUMENT CONFIDENTIEL 35 Performance annuelle de lindice HFRX des fonds Equity Market Neutral Source : HFRX, Bloomberg

36 2012 a été à la fois binaire et peu binaire. Les périodes ne se sont pas ressemblées. La reprise des indices entre le début du mois de juin jusquà la fin novembre a vu une lutte pour le leadership avec à la fois des secteurs value et growth parmi les meilleurs performances. hausse jusquau 16 mars 2012 : thématiques sectorielles – indice Stoxx Europe DOCUMENT CONFIDENTIEL 36 baisse jusquau 4 juin reprise jusque fin novembrerallye de fin dannée Source : Bloomberg

37 Au final, malgré une performance des actions très positive en 2012, les thématiques sectorielles sont mélangées. La thématique « matières premières » fut la grande perdante (oil&gas et basic resources parmi les derniers) avec les secteurs défensifs dits domestiques (telecoms et utilities) : Bilan sectoriel DOCUMENT CONFIDENTIEL 37 Performance des secteurs Stoxx Europe en 2012 Source : Bloomberg

38 Les actions se sont comportées en 2012 comme sil sagissait dun début de cycle : hausse des cours dans lanticipation dun rebond à venir de la profitabilité des entreprises va devoir confirmer ces anticipations : les actions DOCUMENT CONFIDENTIEL 38 Source : Bloomberg CAC 40 – Performance boursière et croissance des profits depuis 2002

39 Les moteurs des marchés actions à moyen long-terme sont des thèmes macroéconomiques positifs très puissants comme : - la désinflation (années 80) - la mondialisation (années 90) - la naissance dun secteur dactivité (secteur Technologie à la fin des années 90) - le rattrapage des pays émergents (années 2000) A plus court terme, les moteurs des marchés actions sont des normalisations dangoisses exagérées : - sorties de récession (93-94, 2003, 2009) - contre-chocs financiers (95-96 suite au krach obligataire de 94 ou 1998 suite à la crise asiatique) Structurellement, les grosses angoisses limitent le risque de baisse : - « jobless recovery » et « twin deficit » ( ) - crise européenne ( ) Ce début dannée 2013 est inquiétant car il ny a : - plus dangoisses - Et pas de thèmes macroéconomiques positifs très forts pourrait ressembler à 2000 ou à 2007 Les moteurs des marchés actions DOCUMENT CONFIDENTIEL 39

40 Suite au « rallye du survivant », la question est de voir si la réalité économique va finir par valider les attentes gonflées des investisseurs. En 2012 les cycliques se sont comportées comme en début de cycle (hausse des PER, suite à la hausse des Prix – le P – et à la baisse des profits – le E). La logique voudrait quen début de cycle le style Value performe mieux puis ensuite le style Growth prend le leadership. Mais il ny a plus de « logique » dans ce nouveau régime de marché. En 2012, le style Growth sest bien comporté. La situation économique européenne influencera largement les financières européennes. La situation dans le reste du monde influencera les cycliques. La dynamique des devises pourrait aider certains compartiments. Les défensives domestiques ne devraient plus sous-performer significativement les défensives de croissance car « lhistoire est mûre ». La binarité cycliques/défensives devrait persister. Après une année exceptionnelle en 2012 pour les actions et les obligations, lannée 2013 est clairement « à risque ». Le deuxième semestre sera difficile pour les taux en USD. Les taux en EUR pourraient se « découpler » sur fond dabsence de reprise économique en Europe : thèmes à venir DOCUMENT CONFIDENTIEL 40

41 2013 : Rendements attendus des classes dactifs DOCUMENT CONFIDENTIEL 41 Source : OpenMind AM Research

42 En 2012, malgré de grandes incertitudes, les indices actions ont très bien performé. En 2013, les incertitudes diminuant, peut-on alors envisager une très bonne année pour les actions? -NON. Les marchés se placent dans lanticipation. Si lannée 2012 a été bonne, cest parce que les marchés ont parié sur une amélioration économique en Avant daller plus loin, les indices actions vont devoir valider dans un premier temps les espoirs placés dans cette amélioration économique. Les rendements obligataires sont très faibles, ils ne peuvent que monter. La sortie de capitaux des obligations devrait se faire à lavantage des actions, soutenant dès lors leur performance? -NON. Ce type de raisonnement na jamais fonctionné historiquement. Il ny a aucune corrélation entre flux sortant des obligations et flux entrant sur les actions. Les rendements obligataires sont faibles pour certaines raisons. Il faut que ces raisons disparaissent pour que les taux remontent. Concernant le « soutien aux actions », les investisseurs nachètent pas les actions « par défaut » mais par conviction ou pour certaines anticipations. Le cas japonais est très illustratif à ce sujet. La croissance dans les pays émergents reste forte, supérieure à celle des pays occidentaux. Cette croissance nest-elle pas un gage de sécurité pour les actions de ces pays? -NON, il ny a pas de corrélation qui tienne entre croissance économique et performance boursière. La corrélation entre les actions émergentes et développées est en revanche très forte. La question porte donc plus sur la classe dactifs actions et la devise, que sur les zones économiques au sein des actions. Il ny aurait donc pas dopportunités dinvestissement pour 2013 ? -Si! En ce début dannée 2013, après le rallye de toutes les classes dactifs, le bon sens incite à la patience pour chercher de meilleurs points dentrée. Les obligations détat en zone euro restent attractives car le risque est mesuré étant donné les difficultés économiques persistantes de la zone et le soutien affiché de la BCE. Le dollar présente également un intérêt en ce début dannée. Enfin, les stratégies de-corrélées sont à privilégier. Des Questions et nos Réponses DOCUMENT CONFIDENTIEL 42

43 Ce document est destiné à des clients professionnels. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par OpenMind Asset Management à partir de sources quelle estime fiables. OpenMind Asset Management se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. OpenMind Asset Management ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base dune information contenue dans ce document, ni de lutilisation qui pourrait en être faite par un tiers. L'ensemble des informations, textes, modèles, graphiques, tableaux, chartes, logos et photos (ci-après dénommées « les Informations ») contenues dans le présent document sont protégées par le droit d'auteur et plus généralement par la propriété intellectuelle. Elles sont la propriété exclusive dOpenMind Asset Management. Il est donc formellement interdit à tout tiers de reproduire et de diffuser les Informations, en tout ou en partie, notamment dans un but commercial, sans en avoir obtenu l'autorisation préalable et expresse en application des dispositions du Code de la propriété intellectuelle. Tout ou partie des Informations ne peuvent notamment pas être utilisées pour créer tout modèle, analyse et/ou indice dans le cadre du développement et de loffre de tout produit financier et/ou prestation de services dinvestissement. ©2013 OpenMind Asset Management. Tous droits réservés. Mentions Légales DOCUMENT CONFIDENTIEL 43 Société de gestion de Portefeuille Agréée par lAMF sous le n° GP Société par Actions Simplifiée au capital de RCS de Paris n° B Boulevard Haussmann Paris Tél:


Télécharger ppt "« La gestion dans lanticipation » DOCUMENT CONFIDENTIEL Cette présentation est destinée aux investisseurs professionnels et nest envoyée quà leur demande."

Présentations similaires


Annonces Google