La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Documentaire Audio/Diapo par Hervé Gilbert

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Documentaire Audio/Diapo par Hervé Gilbert"— Transcription de la présentation:

1

2

3 Documentaire Audio/Diapo par Hervé Gilbert

4 Le Carnaval ou « mardi- gras » demeure l'une des grandes manifestations socio- culturelles du peuple Haïtien. Ces festivités se déroulent suivant le calendrier catholique du jour des rois, de lÉpiphanie jusqu'au mercredi des cendres. C'est la manifestation sans retenue de la sensibilité du peuple haïtien, toutes classes sociales confondues.

5 Les multiples déguisements, les couleurs vives, mariés aux sons des tambours, des bambous, « bokal », « feray », « boutey » et des tempos les plus divers : rara, kata, rasin,Troubadou, Konpa, etc., font d'Haïti dans la région caraïbéenne, une exclusivité dans le carnaval.

6

7 Les marchandes feuilles « machan fèy », déguisées aux couleurs du bicolore haïtien

8 C'est l'époque de la désarticulation des hanches et des deux mains suspendues au-dessus de la tête, qu'on appelle dans notre créole « la gouyad ».

9 Le carnaval haïtien demeure une manifestation socio-culturelle et politique.

10 Le carnaval, expression culturelle des judéo- chrétiens, l'une des coutumes de l'antiquité romaine, a été introduit en Haïti durant l'époque coloniale par les Espagnols. Il offrit à tous une occasion de se défouler; cependant le port des masques restait un privilège exclusif des colons et des affranchis tandis que les esclaves n'avaient pas droit d'y participer.

11 Après l'Indépendance, le carnaval devint une vraie réjouissance populaire déambulant dans les rues. Au fil du temps, la tradition carnavalesque s'est installée partout dans le pays avec ses ramifications locales.

12 Une marée humaine déferlant devant le char de Djakout Mizik qui dégage une guerre de décibels assourdissants, soit environ 300,000 au Champs de Mars, 2003.

13 Slogans ou refrains de rues; mettant en exergue parfois les personnages indésirables, parmi lesquels, fut le général Charles Oscar Étienne, qui constitue jusqu'à aujourd'hui une tête d'affiche dans le défilé carnavalesque. Progressivement, le carnaval évolua en tableau d'exposition des moeurs et des méfaits de l'élite que la population tournait en dérision dans les

14 Charles Oscar Étienne connu sous le nom de « Chaloska » en créole est venu le tristement célèbre, suite à la répres- sion sanglante infligée à la population de Port-au-Prince, quand il assassina plus dune centaine de prisonniers politiques en 1915 peu avant la première occupation américaine.

15 Comme commandant de l'arrondissement de Jacmel, il eut à subir les moqueries de la population qui le représentait avec des effigies grotesques colorées de charbon vêtues de redingote, avec des dents monstrueuses. Le peuple se rendit justice plus tard quand il exécuta l'ignoble général, ainsi que son chef, le président Vilbrun Guillaume Sam. C'est sous ce prétexte que les yankees ont envahi et occupé militairement Haïti.

16 L'un des indigènes, en tête du défilé carnavalesque en 2003

17 Une femme haïtienne au regard chatoyant

18 Durant les événements de 1946, le secteur commercial boycotta le carnaval officiel et le gouver- nement d'Estimé dut s'appuyer sur des bandes ambulantes. Il risposta avec succès par une approche populiste, et en 1949, la tradition reprit ses droits dans un carnaval de nuit animé de sons, chorégraphies, chars, défilés, couleurs et costumes, les uns plus affriolants que les autres. Pour ce qui fut le plus beau des carnavals, les touristes affluaient, autant que diverses personnalités étrangères.

19 Les Indiens, une vue rapprochée des chapeaux montrant l'aspect féerique des couleurs.

20 Un char allégorique tournant les reines en spirale.

21 Une nuée de femmes déguisées en robes fauve et Kaki.

22 Le déguisement dans les bandes à pied varie parfois. Les nantis se déguisaient autrefois en personnages suivants : prince, roi, marquis ou Lucifer. Le déguisement

23 Les moins privilégiés choisissaient les professions : avocat, médecin, magicien, noble, militaire grotesque; au bas de l'échelle, on retrouvait indiens, boeufs, indigènes, arboriculteurs, travestis ou en une célébrité de l'époque.

24 D'autres femmes des banlieues déambulant les rues en prélude aux jours gras, offraient des surprises qu'on appelait « la mayote ». s'éparpillèrent dans les rues et s'habillèrent en moines, prêtres et évêques; certaines femmes se dégui- saient en « pré- cieuses ridicules », pour se moquer des autorités locales. Certains participants, fustigeant les autorités ecclésiatiques,

25 C'est la manifestation sans retenue de la sensibilité du peuple haitien, toutes classes sociales confondues.

26 Aux origines des Reines! En 1920, pendant l'occupation américaine, le carnaval fut récupéré par les affairistes qui l'affubla d'un caractère élitique, le gouvernement de Borno essaya de vider le carnaval de son contenu populaire, c'est ainsi que le major américain Butler mit la population en garde contre l'utilisation des termes jugés scandaleux.

27 Une reine des reines en 2003

28 Une de nos beautés haïtiennes au carnaval de 2006, on dirait une Reine Soleil !

29 Vers 1927, le gouvernement collaborationniste de Borno, modela le carnaval d'un style européen par l'intégration d'une reine au carnaval et il ordonna aux différents groupes de s'assembler en un seul cortège en excluant ceux considérés violents.

30 Président Borno a vu son carnaval de 1928 boycotté par les groupes populaires et de la population, qui ont préféré se cantonner dans les milieux des temples et des églises pour célébrer symbo- liquement l'enterrement de Borno : l'une des réactions servant de leçons aux succésseurs de Borno.

31 concession avec le retour du fameux groupe « ortophonique » « G.B » « pour gwo Bouzen », originaire du Portail Saint-Joseph, formé dans les années 1920 par Irame Dormévil, groupe considéré jusque dans les époques (Nemours-Sicot) comme le vrai « roi du béton ». L'année suivante, le gouvernement de Borno implanta le premier roi du carnaval ainsi que les reines d'honneur du défilé carnavalesque et a dut faire une

32 Les paysannes utilisant les parasols faits avec des roseaux.

33 La fin de la première partie Conception : Hervé Gilbert Réalisation Diaporama : Tonton Marcel Les photos sont une courtoisie du Ministère à la Culture Cliquez sur Haïti dOutre-Mer La musique est une musique de Ansy Derose Haïti Mélodie d'amour Pour mieux connaître la culture d'Haïti, visitez les sites suivants : Haiti Connexion Haiti d'Outre-Mer

34 Cliquez sur le lien pour voir les photos 2006 Carnaval haïtien


Télécharger ppt "Documentaire Audio/Diapo par Hervé Gilbert"

Présentations similaires


Annonces Google