La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Explications sur la crise financière et laffaire Kerviel.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Explications sur la crise financière et laffaire Kerviel."— Transcription de la présentation:

1 Explications sur la crise financière et laffaire Kerviel

2 Plan de lintervention 1.La crise du subprime – Le montage des opérations de titrisation – La crise – Ses conséquences possibles 2.Laffaire Kerviel – Les opérations réalisées (exemple simplifié) – Où sont passés les 5 milliards? – Qui est responsable? 3.Débats sur actions possibles

3

4 Le montage des opérations: Les acteurs Les ménages américains Les banques Les agences de notations Les investisseurs Les particuliers

5 Les ménages américains Prêt à des ménages pauvres ou déjà fortement endettés (prêts dits « subprime ») Caractéristiques des prêts : Pas de remboursement les premières années Taux fixe avec un taux plus faible les premières années ou taux variable Taux élevés car risque important pour les prêteurs Arguments de ventes utilisés Si problème : ils nauront quà vendre la maison dont le prix aura forcément augmenté

6 Les banques Soit financent directement les prêts à partir: De leurs dépôts Des refinancements (emprunts contre garanties) quils effectuent auprès de la FED (USA) ou BCE (zone euro) De leurs emprunts auprès dautres banques ou auprès des investisseurs Soit les transforment en titres (« titrisation »).Ces titres sont appelés ABS (Asset Back Securities= Titres adossés à des actifs en français) Largent récupéré par la vente de ces titres sera prêté aux ménages Ces titres pourront être achetés par tout investisseur.

7 Les banques Quest-ce quun titre? Titre matérialisé: Cest un morceau de papier qui nous donne un certain nombre de droits Une action est un titre qui nous donne le droit de toucher une partie du bénéfice de la société et le droit de voter à lassemblée générale Une obligation est un titre qui nous donne le droit de toucher un intérêt et dêtre remboursé par la société à qui on a prêté de largent (sauf si elle fait faillite) Un ABS adossé à des prêts accordés à des ménages est un titre qui nous donne le droit de toucher les intérêts et les remboursements effectués par les ménages (sils peuvent les payer) Les titres sont maintenant déposés sur des comptes titres ouverts dans les banques et on ne détient plus le morceau de papier. Pour pouvoir séchanger les titres, il faut quil y ait un acheteur et un vendeur. Les ABS ne sont pas cotés en bourse, ils séchangent librement (de gré à gré)

8 Les banques Le principe de la titrisation Supposons que la banque ait besoin de 10 millions (de dollars ou deuros) pour les prêter aux ménages américains. Elle va récupérer 10 millions auprès des investisseurs en leur vendant des titres Les titres sont de 3 types, exemple: – Titres « senior » (les moins risqués) pour 7 millions – Titres « mezzanine» (risque moyen) pour 2 millions – Titres « equity » (risque important) pour 1 million

9 Les banques Le principe de la titrisation Les titres « senior » rapporteront un taux dintérêt relativement faible mais en les achetant, on est quasiment surs dêtre remboursés car les premiers paiements des ménages leur seront affectés Les titres « mezzanine » rapporteront un taux plus élevé mais sont un peu plus risqués car pour être remboursés, il faut que plus de 70% des ménages aient remboursé leur emprunt

10 Les banques Le principe de la titrisation Les titres « equity» rapporteront un taux dintérêt très élevé mais le risque de ne pas être remboursé est fort car les défauts de paiement des ménages seront affectés en priorité à ces titres Si 10% des ménages ne remboursent pas leurs prêts immobiliers, ces titres ne seront pas remboursés du tout. La perte est totale pour linvestisseur

11 Les agences de notation Donnent une note aux différents titres Plus le titre a de chance dêtre remboursé, meilleure est sa note Les titres notés AAA sont supposés avoir une probabilité proche de 100% dêtre remboursés Les 3 agences les plus connues sont Standard and Poors, Moodys et Fitch Une bonne partie de leurs ressources provenaient des produits de titrisation que les banques leur demandaient de noter.

12

13 TITRE SENIORNOTE : VALEUR = 100 euros AAA TAUX DINTERET = 5% TITRE MEZZANINENOTE : VALEUR = 100 euros A TAUX DINTERET = 7% TTITRE EQUITYNOTE : VALEUR = 100 euros B TAUX DINTERET = 10%

14 2 millions en titres « mezzanine » : moyennement risqués, il rapportent 7%. Linvestisseur ne touchera 7% et ne sera remboursé que si moins de 10% des ménages ne font défaut Dés que les ménages en défaut dépassent 10% du total des ménages, on commence à ne plus verser les intérêts et les remboursements de ces titres. Les CDO Collateralized Debt Obligations Afin de diluer encore un peu plus le risque, les banques ont aussi mélangé plusieurs ABS pour créer des titres appelés des CDO. En achetant un CDO, on achète un mélange dABS différents On peut ainsi mélanger dans un même titre des prêts immobiliers aux américains et des prêts à la consommation aux espagnols…

15 Les investisseurs SICAV et fonds communs de placement français (donc indirectement particuliers…) Leurs équivalents internationaux (hedge funds, fonds de pension…) Compagnies dassurances Caisses de retraite…

16 Les investisseurs Les plus prudents étaient intéressés par les titres senior, notés AAA et donnant une rémunération meilleure que les autres titres classiques notés AAA (par exemple les titres émis par lEtat français) Dautres investisseurs appréciant le risque (hedge funds par exemple) ont acheté des titres « mezzanine » ou même « equities » Les banques ont aussi gardé une partie des titres les plus risqués.

17 Les investisseurs De nombreux investisseurs ont acheté ces titres sans vraiment savoir à qui ils prêtaient réellement Les renseignements sur ces titres étaient très difficiles à obtenir Les investisseurs faisaient donc totalement confiance à la notation des agences

18 La crise Elle commence au premier semestre 2007 Et saccentue au cours du mois daoût 2007 lorsque BNPParibas bloque les mouvements sur 3 de ses fonds

19 Les ménages américains Compte tenu de la hausse de taux et des types de prêts accordés, les ménages ont des difficultés à rembourser Les maisons sont saisies et vendues aux enchères Les prix de limmobilier baissent fortement Compte tenu de la baisse des prix, les montants à rembourser par les ménages dépassent souvent la valeur de leur maison

20 Les investisseurs Les produits de titrisation détenus par les investisseurs ont de plus en plus de risques de ne pas être remboursés Plus personne ne veut acheter ces titres et personne na une idée de leur valeur Les investisseurs qui ne sont pas obligés de vendre (compagnies dassurance, caisses de retraite..) attendent…

21 Les Particuliers ou Entreprises Les particuliers ou les entreprises qui avaient placé dans les fonds (SICAV…) prennent peur et veulent récupérer leur argent. Les gérants de fonds ne peuvent leur rendre leur argent puisquils ne peuvent pas vendre les titres faute dacheteurs.

22 Les banques Le 9 août 2007, BNPParibas annonce quelle bloque 3 fonds qui avaient investi dans les produits de titrisation concernés par la crise. Les investisseurs qui avaient placé largent dans ces fonds sont bloqués alors quils étaient censés pourvoir sortir leur argent des fonds à tout moment.

23 Les banques Le 9 août 2007, les inquiétudes sur la situation réelle des banques augmentent soudainement Le marché interbancaire (prêt-emprunts entre banques) est bloqué car les banques qui ont des liquidités ne veulent plus les prêter aux autres banques de peur de ne pas être remboursées Les banques qui ont besoin de liquidités narrivent pas à emprunter, même à des taux très élevés

24 La BCE Intervient pour fournir des liquidités aux banques emprunteuses. Les liquidités nont pas disparu… ce sont les banques habituellement prêteuses qui préfèrent les conserver sur leur compte à la Banque Centrale

25 BCE, FED, Banque dAngleterre Depuis août 2007, les banques centrales: Ont prêté aux banques lorsquelles avaient des problèmes de refinancement, mais toujours contre garanties Ont globalement prêté à plus long terme Ont accepté en garantie des titres plus risqués (par exemple certains produits de titrisation avec une note suffisante)

26 BCE, FED, Banque dAngleterre Quest-ce que ça coûte aux contribuables? Le fait que les banques centrales prêtent à certaines banques alors que dautres laissent les liquidités sur leur compte est neutre Les problèmes peuvent venir du type de titres que les banques centrales conservent en garantie. Si les banques ne peuvent pas rembourser leur emprunt à la banque centrale et que les titres déposés en garantie ne sont pas remboursés : la banque centrale ferait une perte, répercutée (pour la BCE) sur les banques nationales, donc les Etats

27 LLes conséquences possibles Risque de faillites bancaires (lEtat doit il sauver les banques ou laisser faire?) Risque sur les titres conservés en garantie par les banques centrales Difficultés pour obtenir des crédits et hausse de leurs taux Pertes possibles à venir dans différents organismes : compagnies dassurances, caisses de retraites… Risque de ralentissement économique…avec ses conséquences : chômage…

28 Laffaire Kerviel

29 Laffaire Kerviel, exemple dun marché dérivé : le contrat à terme sur indice CAC40 Le 24 mai A et B ont une opinion différente sur lévolution de lindice CAC40 A pense que lindice sera supérieur à 5000 fin juin Il achète un « contrat à terme » A pense que lindice sera supérieur à 5000 fin juin Il achète un « contrat à terme » B pense que lindice sera inférieur à 5000 fin juin Il vend un « contrat à terme» B pense que lindice sera inférieur à 5000 fin juin Il vend un « contrat à terme» Indice CAC 40 à fin juin est estimé en moyenne à 5 000

30 Laffaire Kerviel, exemple dun marché dérivé : le contrat à terme sur indice CAC40 Acheter un « contrat à terme» présente le même risque que lachat dun portefeuille dactions dont le prix serait de euros, mais on ne paie pas les euros et on ne détiendra jamais les actions. Vendre un « contrat à terme» permet de gagner si le prix des actions baissent. On na pas besoin de détenir des actions pour vendre. il sagit dun marché dérivé du marché des actions

31 Laffaire Kerviel, exemple dun marché dérivé : le contrat à terme sur indice CAC40 Dans ce « contrat » Si lindice est inférieur à 5000 à fin juin, A sengage à payer à B la différence entre 5000 et la valeur de lindice CAC40 à fin juin. Si lindice est supérieur à 5000, cest B qui paiera à A Si lindice est inférieur à 5000 à fin juin, A sengage à payer à B la différence entre 5000 et la valeur de lindice CAC40 à fin juin. Si lindice est supérieur à 5000, cest B qui paiera à A Si lindice est supérieur à 5000 à fin juin, B sengage à payer à A la différence entre la valeur de lindice CAC40 à fin juin et Si lindice est inférieur à 5000, cest A qui paiera à B Si lindice est supérieur à 5000 à fin juin, B sengage à payer à A la différence entre la valeur de lindice CAC40 à fin juin et Si lindice est inférieur à 5000, cest A qui paiera à B

32 Laffaire Kerviel, exemple dun marché dérivé : le contrat à terme sur indice CAC40 Fin juin Finalement, la valeur de lindice à fin juin est A qui avait acheté B qui avait vendu Lindice CAC 40 est à doit payer 500 à B, il a perdu 500 reçoit 500 de la part de A, il a gagné 500

33 Laffaire Kerviel, exemple dun marché dérivé : le contrat à terme sur indice CAC40 Le nombre de contrats pouvant être achetés ou vendus nest pas limité, il suffit quil y ait des acheteurs et des vendeurs daccord sur le prix pour séchanger les contrats. Kerviel avait acheté 10 millions de contrats Un acheteur de 10 millions de contrats à 5000 Un vendeur de 10 millions de contrats à 5000 Un vendeur de 10 millions de contrats à 5000 Indice CAC aurait perdu 500 x 10 millions = 5 milliards aurait gagné 500 x 10 millions = 5 milliards

34 Les contrats sur indice boursier Sur ces opérations, on peut aussi bien « jouer » la hausse de lindice CAC que jouer sa baisse Les opérations sont globalement à somme nulle. Largent gagné par les uns est équivalent à largent perdu par les autres On ne paie rien immédiatement (ou alors juste un dépôt de garantie faible), ce qui permet dengager des sommes très importantes

35 Les contrats sur indice boursier Les opérations peuvent se traiter de gré à gré entre opérateurs ou sur un marché organisé (officiel) – Pour les opérations de gré à gré, il ny a aucun enregistrement de lopération par un organisme extérieur. Les opérateurs se mettent daccord entre eux et échangent des confirmations dopérations, souvent par mail. – Sur marché organisé (officiel), toutes les opérations sont enregistrées et peuvent être surveillées facilement.

36 Les contrats sur indice boursier Si les prix sont différents sur les 2 marchés, on peut effectuer un « arbitrage » Exemple : – Achat de 10 millions de contrats sur marché organisé à 4999 – Vente de 10 millions de contrats sur marché de gré à gré à 5000 – Gain potentiel de 1 x 10 millions Les opérations darbitrages sont théoriquement peu risquées Kerviel nétait autorisé quà faire des opérations darbitrage.

37 Janvier 2008 : Découverte de la fraude Malgré plusieurs alertes sur limportance des positions de Kerviel sur le marché organisé, rien navait été fait Suite à un appel dune autre banque, la Société Générale saperçoit que: – Les opérations de gré à gré nexistaient pas réellement, elles étaient introduites dans les systèmes par Kerviel mais étaient sans existence réelle – Kerviel était donc acheteur de contrats pour un équivalent de 50 milliards deuros

38 Janvier 2008 : Découverte de la fraude La direction de la Société Générale décide de vendre les contrats sur le marché Les ventes sont effectuées en 3 jours et dégagent une perte globale pour la Société Générale de lordre de 5 milliards Compte tenu du fonctionnement des marchés dérivés, les 5 milliards nont pas été perdus pour tout le monde!!!

39 Qui sont les responsables? (Avis personnel) Kerviel – Il a falsifié les opérations – Il a dépassé les positions autorisées Sa hiérarchie directe – A vraisemblablement fermé les yeux sur les opérations de Kerviel en espérant quelles seraient gagnantes et rapporteraient un super bonus à lensemble du service La direction – Elle autorise ce type dopérations et ne donne pas aux contrôleurs lautorité suffisante pour simposer vis-à-vis des « Princes de la finance », les traders – Participe à la folie des bonus (« pour conserver les meilleurs »)

40 Débat sur les propositions envisageables Limiter le niveau dendettement des ménages (surtout aux US) et simplifier les caractéristiques des prêts (par exemple : pas de différé) Faire revenir les banques vers leurs métiers de base (collecte des dépôts et crédit) Interdire les rémunérations variables en fonction des résultats dans les banques et autres organismes financiers Supprimer lactionnariat salarié Réglementer laccès aux produits de marchés des organismes tels que les assurances, caisse de retraites, collectivités locales, … Rendre la banque de détail plus démocratique (commissions faibles prises pour les clients à faibles revenus … et pas le contraire … ) Augmentation des taxations ou création de taxes sur : – Résultats des sociétés (dividendes, plus values)? – Transactions?


Télécharger ppt "Explications sur la crise financière et laffaire Kerviel."

Présentations similaires


Annonces Google