La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Évolution des politiques et plans daction au Québec depuis 1960 État de la santé mentale en Haïti Hypothèse dun modèle organisationnel.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Évolution des politiques et plans daction au Québec depuis 1960 État de la santé mentale en Haïti Hypothèse dun modèle organisationnel."— Transcription de la présentation:

1 Évolution des politiques et plans daction au Québec depuis 1960 État de la santé mentale en Haïti Hypothèse dun modèle organisationnel

2 Approfondir un modèle de système de soins Prendre connaissance des axes majeurs qui lont structuré Prendre connaissance des enjeux sous-jacents à son élaboration Prendre connaissance de la dynamique de son évolution Réfléchir sur un système de soins possible en Haïti

3 Hospitalo-centrique Prédominance de la religion Peu de ressources professionnelles Conceptions de la maladie mentale Vidéo Vidéo Conception de la maladie

4 Situation économique différente Système politique et social différent Traditions et culture différentes

5 Les valeurs Le modèle organisationnel Le financement Les modalités dintervention Les services dans la communauté Les ressources humaines Les droits

6 Les valeurs La maladie mentale est incurable et doit être traitée dans un lieu asilaire. Le modèle organisationnel il repose sur un lieu qui offre tous les services. Le système est extrêmement centralisé. Il est autoritaire, carcéral, refermé sur lui- même mais sans activités ou très peu. Les conditions de vie à lasile sont déshumanisantes (aucune vie privée nest possible), et les procédures dhébergement dépersonnalisent les personnes. Le financement Le financement est inadéquat et ne permet pas de dispenser des services professionnels internes ou externes, et doffrir des lieux de soins physiquement adéquats.

7 Les services dans la communauté Les modalités de soins externes sont inexistantes. Les modalités dintervention Classement selon les comportements et non selon les diagnostics. Lintervention consiste à héberger les pensionnaires et à leur administrer diverses modalités thérapeutiques (lobotomie, électrochoc, etc…) Les ressources humaines les intervenants sont en nombre insuffisant (peu de psychiatres et de psychologues, etc…) et ne sont pas qualifiés. Par exemple, ce sont des gardiens qui font office dinfirmiers. Les droits les résidents nont aucun droit. Ils sont admis en très grande majorité en curatelle publique et fermée. VidéoVidéo Critique de lasile

8 Les valeurs Le modèle organisationnel Le financement Les modalités dintervention Les services dans la communauté Les ressources humaines Les droits

9 Les valeurs Jai une maladie mentale et jai droit « à la même qualité de soins dont jouit le malade physique ». Le modèle organisationnel Transformation des asiles en hôpitaux psychiatriques dans lesquels les responsabilités du corps médical sont reconnues; l'affirmation de leur rôle comme lieu de traitement spécialisé, et leur accessibilité dans toutes les régions du Québec; leur décentralisation par la création de départements de psychiatrie dans les hôpitaux généraux, etc. Le financement Le passage dun financement par per diem fixe à un budget annuel intégré au budget global de lassurance-hospitalisation.

10 Les modalités dintervention Une offre de services professionnels plus diversifiée, des activités occupationnelles en vue dun apprentissage, etc.; la création des centres de traitement de jour, de nuit, etc. Les services dans la communauté L'utilisation des ressources communautaires pour l'hébergement (telles que les pavillons, les résidences d'accueil, foyers de réhabilitation), et la réinsertion des patients au travail par des ateliers protégés, des ententes intersectorielles avec les Centres de main doeuvre. Assurer des services de prévention et déducation du public.

11 Les ressources humaines lengagement de psychologues, de travailleurs sociaux, dinfirmiers psychiatriques, etc. Les droits La formation de conseils de patients et le respect de leurs droits dont celui à la confidentialité. Ladmission des patients selon des critères semblables à ceux de lhôpital général, rendant exceptionnelles les admissions obligatoires ou sous curatelle publique. VidéoVidéo Recommandations de Bédard

12 Les valeurs Le modèle organisationnel Le financement Les modalités dintervention Les services dans la communauté Les ressources humaines Les droits

13 Les valeurs La personne est évaluée et diagnostiquée selon une maladie, sans tenir compte des autres aspects delle-même ou de son contexte. Le modèle organisationnel Il y a une répartition inéquitable des ressources entre les régions et à lintérieur des régions. Le rapport Harnois critique le fait que les ressources communautaires ne sont pas reconnues par le réseau de soins. On accorde peu de place « aux initiatives issues du milieu, le faible soutien qui leur est accordée et la reconnaissance toujours mitigée de leur contribution dans les solutions aux problèmes de santé mentale ». Le financement Les commissaires estiment que le financement du système est insuffisant.

14 Les modalités dintervention Il y a dépersonnalisation du patient du à lusage du diagnostic psychiatrique. Le traitement est centré sur les symptômes, non sur le potentiel des usagers et de son entourage. On ne tient pas compte de la globalité de la personne dans lévaluation de ses besoins, de son contexte de vie, de son cheminement, etc. Les modalités dintervention favorisent sa dépendance envers les services de soins. Les programmes de promotion et de prévention en santé mentale sont quasi inexistants. Il y a cloisonnement et fragmentation des services sans continuité.

15 Les services dans la communauté La réintégration des personnes dans la communauté nest pas planifiée. Laccès aux services communautaires et hospitaliers est inadéquat, et les ressources dans la communauté sont peu nombreuses. Il y a un fréquent recours aux familles sans leur fournir les informations et le soutien qui les impliqueraient dans le traitement. La concertation entre les ressources est inadéquate de même que la continuité des services. Les ressources humaines Il y a démobilisation des intervenants à cause des caractéristiques de la clientèle et de lorganisation inadéquate du travail. Il y a lutte entre les groupes professionnels pour sapproprier lexclusivité dans les champs dintervention. Les droits Les personnes ne sont pas informées sur leurs droits et sur les choix de traitement. VidéoVidéo Critique de la situation

16 Les valeurs Le modèle organisationnel Le financement La gamme de services Les services dans la communauté Les ressources humaines Les droits

17 Les valeurs La primauté de la personne (« Je suis une personne, pas une maladie ») assurée par un Plan de services individualisés et un système de promotion et de respect et protection des droits confiés à des groupes de défense des droits. Le modèle organisationnel Il vise à accroître la qualité des services et la décentralisation des services via lélaboration des plans dorganisation de services (PROS). Le financement il favorise léquité et la complémentarité entre les services par une meilleure répartition des ressources financières, entre les régions et entre les services dune région par un système de péréquation. Il permet le fonctionnement des comités de bénéficiaires dans les institutions.

18 La gamme de services Accès à une réponse adaptée à la situation, maintien et développement optimal de la santé mentale. Il y a cinq modalités: linformation, la promotion et la prévention, des services de base, un traitement spécialisé, un support aux familles et des services de réadaptation et de réintégration sociale. Les services à la communauté La recherche de solutions dans le milieu de vie des personnes grâce à la reconnaissance des organismes communautaires, et à des plans de désinstitutionalisation des hôpitaux psychiatriques.

19 Les droits La réaffirmation des droits prévus dans les chartes, des droits fondamentaux, dobtenir des services de qualité. Un système à trois paliers est prévu : a) un système de défense et de promotion des droits sera sous la responsabilité dorganismes communautaires, auquel sajoutent les comités de bénéficiaires dans les hôpitaux psychiatriques; b) recours aux conseils régionaux et c) recours ultime au Protecteur du citoyen. Vidéo 1 Vidéo 1 Création du comité Vidéo 2 Vidéo 2 Position envers les familles Vidéo 3 Vidéo 3 Stigmatisation Les ressources humaines Aux ressources humaines classiques, la politique ajoute les groupes de défense des droits, les organismes communautaires et les familles et proches.

20 Les valeurs Le modèle organisationnel Le financement La gamme de services Les services dans la communauté Les ressources humaines Les droits

21 Les valeurs La personne nest pas consultée pour les décisions qui la concernent et qui ont une influence sur son devenir. Le Plan de services individualisé est critiqué pour son manque de respect de la confidentialité et du libre choix de la personne. Le modèle organisationnel Le nombre de lits hospitaliers est trop élevé et les séjours dans les soins de courte durée sont trop longs. Cette politique diminue la possibilité de développer des services dans la communauté. Le financement Les centres hospitaliers, psychiatriques et généraux, accaparent la plus grosse partie du budget en santé mentale. Il sen suit un financement inadéquat pour les services dans la communauté. Il y a également une très grande variabilité dans la distribution interrégionale des ressources financières.

22 La gamme de services Les patients ne reçoivent pas les services requis à cause des déficiences dans la continuité, dans la coordination et lintégration des services. Dans plusieurs régions, seule lhospitalisation est offerte. Le plan de services individualisés na pas atteint les objectifs visés. Il ny a pas eu de diversification et dintensification des services dans la communauté. Les familles sont peu informées par les équipes de traitement, et le soutien est insuffisant. Les services dans la communauté Le développement des services est insuffisant dans certaines régions, comme les services de traitement spécialisés. Il y a concentration des ressources dans les institutions. Il manque des organismes communautaires dans certaines régions et essoufflement de certains dentre eux. La désinstitutionnalisation est devenue une transinstitutionnalisation. Il y a peu de plans formels de désinstitutionnalisation, et le groupe dexperts prévu na pas été implanté.

23 Les ressources humaines La situation des ressources psychosociales est précaire. Il y a encore concentration des effectifs dans les centres urbains et les établissements psychiatriques. «Les mesures de redéploiement du personnel du milieu institutionnel vers la communauté sont presque inexistantes». Les droits Les comités dusagers dans les établissements se voient souvent confinés à un rôle dorganisation de loisirs. Le service des plaintes prévu est incomplet. VidéoVidéo Critique de la politique

24 Les valeurs Le modèle organisationnel Le financement La gamme de services Les ressources humaines Les droits

25 Les valeurs Je mapproprie le pouvoir. Le modèle organisationnel « Organiser des réseaux locaux de services » par la mise en place de réseaux locaux de services pour la première clientèle ciblée. Instaurer des instituts universitaires dans certains hôpitaux psychiatriques. Pour suivre et soutenir la transformation, créer un groupe dappui aux changements. Le financement Laffectation de 60% des dépenses publiques du secteur de la santé mentale à des services offerts dans la communauté et 40% à lhospitalisation. Et garantir le financement de cette transition.

26 La gamme de services Cibler deux clientèles prioritaires : les adultes souffrant de troubles mentaux graves et les enfants et les jeunes souffrant de troubles mentaux. Pour les adultes souffrant de troubles mentaux graves, prévoir huit types différents: a) le suivi dans la communauté; b) lintervention en situation de crise disponible en tout temps; c) le soutien pour la réponse aux besoins de subsistance; d) le traitement dans la communauté; e) lhospitalisation (atteindre une norme de 0,4 lit par 1000 personnes pour les services psychiatriques de courte et de longue durée); f) lentraide; g) le soutien aux familles et aux proches et h) les loisirs, léducation, le développement des habiletés personnelles et lintégration au travail.

27 Les ressources humaines Assurer la formation des ressources humaines et adapter les modes de rémunération des médecins. Il faut sappuyer sur la recherche et lévaluation. Les droits Réaffirmation de la nécessité de la défense des droits des usagers comme fondement de lappropriation du pouvoir. Vidéo 1 Vidéo 1 Appropriation du pouvoir Vidéo 2 Vidéo 2 Les usagers

28 Les valeurs Le modèle organisationnel Le financement La gamme de services Les ressources humaines Les droits

29 Les valeurs Sapproprier le pouvoir nest pas suffisant Le modèle organisationnel Il y a absence de données suffisantes pour permettre un suivi adéquat des mesures de qualité et des services, incluant les organismes communautaires. Il y a répartition inégale des organismes communautaires. Laccès aux services médicaux est déficient. Le soutien à la première ligne est déficient à cause du développement de services spécialisés. Laccès aux services et leur continuité posent problème partout. Dans une optique de hiérarchisation des services, il y a surdéveloppement des ressources surspécialisées au détriment de la première ligne. La priorisation des personnes aux troubles mentaux graves a pour effet de négliger les personnes avec des troubles dépressifs et anxieux, malgré leur importance économique. Latteinte de standards nest réalisée dans aucune région.

30 Le financement La gamme de services Le nombre de suicides est trop élevé. Il y a négligence des services aux patients dépressifs et anxieux. Les services dans la communauté sont insuffisants. Il y a peu de promotion et de prévention. Lapport des ressources communautaires est reconnu comme essentiel. Il y a insuffisance de services dhébergement et de retour aux études et travail.

31 Les ressources humaines Il y a insuffisance du nombre de médecins Les droits

32 Les valeurs Le modèle organisationnel Le financement La gamme de services Les ressources humaines Les droits

33 Les valeurs Jai le pouvoir dagir pour me rétablir. Le modèle organisationnel Adaptation du système de santé mentale au développement des réseaux intégrés de services et aux CSSS. Création de réseaux intégrés de services Approche populationnelle (sectorisation) et hiérarchisation des services. Le financement Il y a trois modalités : injection de nouveaux fonds, péréquation interrégionale et redistribution infrarégionale.

34 La gamme de services On la différencie selon la clientèle Population en général: Services généraux de première ligne (médicaux et psychosociaux Services de crise Diffusion dinformation Promotion et prévention

35 Les jeunes en général - diffusion d'information - promotion et prévention - services généraux de première ligne - services de crise

36 Santé mentale optimale Trouble mental grave Handicap Mauvaise santé mentale Absence de maladie mentale Fonctionnement

37 Les adultes ayant un trouble mental - évaluation et traitement - hospitalisation - suivi intensif et variable - intégration sociale résidentiels - travail et soutien aux études - soutien aux familles et proches - promotion et défense des droits

38 Les enfants et jeunes ayant un trouble mental - évaluation et traitement - hospitalisation - services d'intégration sociale résidentiels - travail et soutien aux études - loisirs - soutien, services d'entraide et formation aux parents - répit-dépannage

39 Les droits Réaffirmation de la nécessité des groupes de défense des droits. Vidéo 1 Vidéo 1 Objectifs du plan daction Vidéo 2 Vidéo 2 Le financement Vidéo 3 Vidéo 3 Résistance sociale Vidéo 4 Vidéo 4 Traitement de la psychose Les acteurs Usagers, familles et proches, organismes communautaires, psychologues en cabinet privé, médecins généralistes et pédiatres, GMF, CSSS, CH généraux, universitaires, psychiatriques, instituts universitaires, partenaires intersectoriels

40 Définition de la santé mentale Les acteurs La stigmatisation et Responsabilité collective Valeurs

41 La santé mentale est envisagée comme un concept multiaxial composé de trois axes majeurs: la santé mentale positive, les troubles mentaux et le fonctionnement social. Quoique indépendants les uns des autres, ces concepts peuvent être aussi reliés entre eux et permettre une nouvelle vision de la santé mentale et du fonctionnement social.

42 Communautés religieuses, Psychiatres et usagers Professionnels, usagers, familles et proches, communautés, ministère. Usagers, familles et proches, organismes communautaires, psychologues en cabinet privé, médecins généralistes et pédiatres, GMF, CSSS, CH généraux, universitaires, psychiatriques, instituts universitaires, partenaires intersectoriels

43 « La psychiatrie est une discipline traitée en parent pauvre par l'État haïtien » (Dr. Malary). « à l'instar des malades mentaux, les médecins psychiatres font l'objet de préjugés même au niveau de leurs confrères… de là, un effet dissuasif sur les diplômés en médecine qui hésitent à s'orienter vers la psychiatrie » (Dr. Philippe). « Les malades sont nombreux et le manque de moyens logistiques paralyse la bonne marche de cette institution étatique (centre Mars et Kline). Il dénonce, par ailleurs, lexistence de médecins charlatans qui cherchent à « zombifier » les malades mentaux en se faisant passer pour des psychiatres. Ils senrichissent au détriment de ceux-là en déclarant quils sont frappés par des esprits diaboliques. Ces faux psychiatres sont souvent des « faux prêtres et faux pasteurs qui prétendent chasser les esprits déclarés mauvais » (Dr. Bastien).

44 Absence dune politique de santé mentale Aucun programme de santé mentale ni de planification de services Aucune législation en santé mentale Pas de contrôle du respect des droits des patients 1% des dépenses de santé sont consacrées à la santé mentale Services de santé mentale non couverts par la sécurité sociale

45 Présence dune autorité de santé mentale nationale au MSPP mais pas dévaluation de la qualité des services Répartition inégale des ressources entre les départements 67 structures ambulatoires sous le contrôle des ONG 14 équipes mobiles Absence de centre de jour, de structures résidentielles et dunités dhospitalisation dans hôpitaux généraux 2 hôpitaux psychiatriques pour un total de 180 places mais dans un état de délabrement avancé Offre dun médicament par classe (antipsychotique, antidépresseur, antiépileptiques) disponible

46 Médecins psychiatres : 27 Médecins généralistes : 14 Infirmières : 36 Psychologues : 194 Travailleurs sociaux : 82 Ergothérapeute : 1 Neurologue : 1 Consacrés dans la ville

47 Séminaires de formation après le séisme du 12 janvier Campagnes de sensibilisation Absence de campagne destinée aux corps policiers, officiers judiciaires

48 Aucune donnée recueillie par les intervenants Pas de collecte standardisée dans les hôpitaux psychiatriques Seulement 2% des publications en recherche portent sur la santé mentale Insuffisance du financement de la recherche Formation insuffisante dont en santé mentale (3% des cours concernent la santé mentale) Dévalorisation des métiers de psychiatrie et de psychologie Manque de documentation et de stages pratiques

49 Surpopulation, promiscuité et violence entre autres sexuelle Mixité des populations dont patients psychiatriques Absence dévaluation et de traitement des patients Maltraitance des prisonniers avec des troubles mentaux

50 Absence de dialogue entre la médecine classique et les tradipraticiens Consultation des tradipraticiens au lieu du psychiatre Méconnaissance des interactions médicamenteuses entre les remèdes naturels et les psychotropes Prise en compte des aspects culturels de la maladie dans le traitement

51 Les postulats L'être humain est un être biologique, et psychologique, imbriqué dans un réseau social. Il se construit à l'aide de ce réseau Définition Le réseau de soutien est constitué par l'ensemble des éléments du réseau social plus ou moins formalisés qui répondent aux besoins d'une personne selon son stade de développement.

52 Un réseau de soutien communautaire Le réseau social FormelInformel Les lieux des services AcadémiqueLe réseau protecteur Le réseau de soutien institutionnel Le réseau de soutien communautaire Le réseau de soutien naturel La description des lieux des services hôpital psychiatrique; les diverses structures intermédiaires; unité de soins dun hôpital; foyer de groupe ; appartement supervisé, etc. Public: clinique externe de psychiatrie; équipe de; suivi ambulatoire; urgence psychiatrique; Centre de crise, suivi communautaire; programme des premiers épisodes psychotiques, etc. Privé: clinique médicale; clinique de psychothérapie, Les ressources communautair es OSBL ONG La famille, l'ami, le milieu de travail, etc. Les caractéristique s 1. Lieu très structuré 2. Professionnels 3. Intervention de dernier recours 1. Lieu plus structuré 2. Profession nels ou non 1. Lieu peu structuré 2. Non- professionnels 3. Intervention de premier recours Les types de problèmes. 1 Graves et persistants Légers et temporaires HAÏTI: Les réseaux universitairehospitalierSoins primairestradipraticienscommunautairenaturel 1.À mesure qu'on suit la flèche, les problèmes deviennent plus graves et nécessitent une intervention plus spécialisée. 2.Le gras indique que ce service existe en Haïti. 3.Le docteur Jeanne Philippe a créé deux familles daccueil.

53 La promotion La prévention Identification des personnes en difficulté Intervention de crise Intervention spécialisée Sustentation

54 Réseau social formel Ensemble déléments de même nature relié les uns aux autres Structuré Rôle complémentaire Réseau social informel Ensemble de personnes qui sont en contact les unes avec les autres Peu structuré Responsabilité daider ses membres et de les soutenir

55 Familles, voisins, collègues de travail Rapports intimes, entraide

56 Ensemble des ressources communautaires qui ont émergé des actions des individus, collectivités, etc. Diversification des intervenants Créer ou améliorer les réseaux

57 Institutionnel Protecteur Universitaire

58 Implanté dans la communauté, voué à la santé mentale communautaire, cet organisme offre des services directs et les coordonne avec les services sociaux et de santé déjà présents sur un territoire.

59 Suivi dans la communauté Intégration au travail et aux études Accompagnement Soutien aux familles et aux proches Besoins de subsistance GROSAME Services résidentiels Promotion et défense des droits Services de crise Promotion Entraide Les 15 services offerts dans un réseau de soutien communautaire en santé mentale Écoute et références téléphoniques téléphoniques Formation dagents de changement de milieu Répit et dépannage Loisirs Prévention


Télécharger ppt "Évolution des politiques et plans daction au Québec depuis 1960 État de la santé mentale en Haïti Hypothèse dun modèle organisationnel."

Présentations similaires


Annonces Google