La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 - Avril 2004 - ENQUÊTE AUPRÈS DES ENSEIGNANTS, DES PARENTS DELEVES ET DES MAIRES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 - Avril 2004 - ENQUÊTE AUPRÈS DES ENSEIGNANTS, DES PARENTS DELEVES ET DES MAIRES."— Transcription de la présentation:

1 1 - Avril ENQUÊTE AUPRÈS DES ENSEIGNANTS, DES PARENTS DELEVES ET DES MAIRES

2 2 SOMMAIRE Méthodologie et profils des échantillons interrogés 3 1. Objectifs de lécole primaire et satisfaction des enseignants sur les conditions dexercice de leur métier 7 2. Opinions des enseignants sur les outils pédagogiques en général Les acteurs qui jouent un rôle dans le choix, le mode dutilisation et le financement des outils pédagogiques Léquipement de base Le financement obligatoire La photocopie27

3 3 Méthodologie et Profils des échantillons

4 4 MÉTHODOLOGIE Sondages réalisés pour SAVOIR LIVRE Enseignants : Dates de réalisation : Du 31 mars au 9 avril 2004 Sondage réalisé par téléphone, auprès de 420 enseignants du primaire (210 en CP et 210 CM1) et de 80 directeurs décoles primaires. Représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée à la variable suivante : du sexe. Elus : Dates de réalisation : DU 13 au 20 avril 2004 Sondage réalisé par téléphone, auprès de 300 élus : maire ou adjoint chargé de léducation et des affaires scolaires. Des quotas ont été appliqués sur la taille de commune. Léchantillon final a été redressé en fonction du poids réel des communes. Parents délèves : Dates de réalisation : Les 2/3 mars et les 6/7 mars 2004 Sondage réalisé par téléphone, auprès de 265 parents délèves scolarisés du CP au CM2, issus dun échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille, après stratification par région et catégorie dagglomération.

5 5 PROFILS DES ÉCHANTILLONS INTERROGÉS Poste actuel Enseignant CP Enseignant CM1 Directeur décole primaire Sexe Homme Femme Nombre de classes dans létablissement 1 à 5 classes 6 à 9 classes 10 classes et plus En % Ancienneté dexercice en école primaire Moins d1 an De 1 an à moins de 5ans ST MOINS DE 5 ANS De 5 ans à moins de 10 ans De 10 ans à moins de 15 ans De 15 ans à moins de 20 ans ST DE 5 ANS A MOINS DE 20 ANS Plus de 20 ans Ancienneté dexercice dans le poste actuel Moins d1 an De 1 an à moins de 5ans ST MOINS DE 5 ANS De 5 ans à moins de 10 ans De 10 ans à moins de 15 ans De 15 ans à moins de 20 ans ST DE 5 ANS A MOINS DE 20 ANS Plus de 20 ans En % ENSEIGNANTS

6 6 PROFIL DES ÉCHANTILLONS INTERROGÉS Fonction exercée Maire Adjoint au charge chargé des affaires scolaires Responsable des affaires scolaires, pédagogiques Secrétaire de mairie chargé des affaires scolaires Divers chargé des affaires scolaires Âge De 24 ans à 44 ans De 45 ans à 59 ans 60 ans et plus Ancienneté dexercice / du mandat Moins de 5 ans 5 ans et plus En % Taille de commune Moins de 700 habitants 700 à 5000 habitants Plus de 5000 habitants Positionnement sur laxe gauche/droite ST à gauche Très à gauche A gauche Au centre ST à droite À droite Très à droite NSP / Refus La situation des écoles de la commune Participation à un réseau intercommunal décoles Adhésion à un groupement scolaire En % ELUS

7 Objectifs de lécole primaire et satisfaction des enseignants sur les conditions dexercice de leur métier

8 8 CONSENSUS AUTOUR DE 4 PRIORITÉS POUR LECOLE PRIMAIRE Enseignants, parents délèves et élus saccordent sur 4 objectifs principaux pour lécole primaire, et confirment les priorités qui étaient données à lEcole dans le cadre du débat national sur lavenir de lEcole. A la question « Parmi les objectifs suivants, quels sont, pour vous, personnellement les 3 principaux objectifs de lécole primaire ? », ils répondent : (*) Total des pourcentages supérieur à 100 en raison des réponses multiples Cité en premier Total des citations (*) La transmission des connaissances Donner une chance égale à tous Prévenir lillettrisme Rendre les enfants citoyens. Autres. Ne se prononce pas En % Enseignants Cité en premier Total des citations (*) Parents Cité en premier Total des citations (*) Elus

9 9 SATISFACTION DÉTAILLÉE DES ENSEIGNANTS À LÉGARD DE LEXERCICE DU MÉTIER Les enseignants se montrent globalement satisfaits de leur métier (84%). Seul point noir : les moyens dont ils disposent, (64% dinsatisfaits). Assez satisfait Assez peu satisfait Pas satisfait du tout NSPTrès satisfait La relation aux enfants Lexercice de votre métier, dans son ensemble Lautonomie dans la fonction Le nombre délèves par classe Les moyens humains et financiers dont vous disposez Base : A tous ST Satisfait 96% 88% 84% 58% 36%

10 Opinions des enseignants sur les outils pédagogiques

11 11 OPINIONS DES ENSEIGNANTS SUR LES OUTILS PÉDAGOGIQUES Voici maintenant un certain nombre dopinions concernant les outils pédagogiques. Pour chacune delles, dites-moi si vous êtes tout à fait daccord, plutôt daccord, plutôt pas daccord ou pas daccord du tout ? Tout à fait daccordPlutôt daccord Il faudrait pouvoir renouveler les outils pédagogiques plus souvent Dune école à une autre, il y a trop de disparités dans les crédits pour léquipement pédagogiques des classes Il est indispensable de fabriquer soi-même ses outils, parce quon manque de moyens Jaime fabriquer mes outils moi-même Jaimerais être mieux formé et aidé pour choisir mes outils pédagogiques Base : A tous 89% 86% 85% 79% 72% ST Daccord

12 Les acteurs qui jouent un rôle dans le choix, le mode dutilisation et le financement des outils

13 13 CHOIX ET MODE DUTILISATION DES OUTILS SE DÉFINISSENT PRINCIPALEMENT ENTRE ENSEIGNANTS A la question : « Aujourdhui, qui intervient auprès de vous ou qui sollicitez-vous pour le choix et le mode dutilisation des outils pédagogiques ? », les enseignants répondent : % «OUI» Linspecteur de lÉducation nationale Le conseiller pédagogique Les collègues de lécole Le directeur de lécole Le responsable éducation ou le maire de votre commune Les parents délèves Le conseil décole Le responsable de la bibliothèque ou de la médiathèque locale Un/des responsables associatifs LIUFM Les éditeurs Personne Base : A tous

14 14 LA COMMUNE EST LE PREMIER ACTEUR SOLLICITE POUR LE FINANCEMENT DES OUTILS A la question : »Aujourdhui, qui intervient auprès de vous ou qui sollicitez-vous pour le financement des outils pédagogiques ? », les enseignants répondent : Base : A tous Linspecteur de lÉducation nationale Le conseiller pédagogique Les collègues de lécole Le directeur de lécole Le responsable éducation ou le maire de votre commune Les parents délèves Le conseil décole Le responsable de la bibliothèque ou de la médiathèque locale Un/des responsables associatifs Personne % «OUI»

15 15 Les élus sont 77% à penser que le financement majoritaire des écoles par les communes est justifié. A la question « Actuellement, les communes prennent en charge lessentiel de léquipement pédagogique des écoles primaires, notamment à travers lachat des fournitures et des manuels. En tant que responsable dune commune, trouvez-vous cette situation tout à fait justifiée, plutôt justifiée, plutôt pas justifiée ou pas du tout justifiée ? », ils répondent : Pas du tout justifiée S/T Positif 77% Tout à fait justifiée Plutôt justifiée S/T Négatif 21% Plutôt pas justifiée Base : À tous UN FINANCEMENT PAR LES COMMUNES PLUTôT BIEN ACCEPTÉ PAR LES ELUS

16 16 Pourquoi dites-vous cela ? En % (*) Cest la loi, cest le rôle des communes Permet légalité des chances La commune est proche des besoins des établissements L école publique est gratuite Pour venir en aide aux parents qui rencontrent des difficultés. Autres. Ne se prononce pas – Réponses spontanées – Base : 77% de léchantillon 5 RAISONS PRINCIPALES A CETTE APPROBATION PAR LES MAIRES

17 Léquipement pédagogique de base

18 18 ENSEIGNANTS, ELUS ET PARENTS DELEVES FAVORABLES A LA DÉFINITION DUN ÉQUIPEMENT PÉDAGOGIQUE DE BASE À LÉCOLE ÉLÉMENTAIRE Enseignants, parents délèves et élus sont favorables à la définition dun équipement pédagogique de base pour chaque enfant à lécole élémentaire (respectivement 72%, 92% et 75%). Question : « Seriez-vous favorable à la définition dun équipement pédagogique de base à lécole élémentaire ? » Pour chaque enfant Pour le professeur et la classe Plutôt favorable Plutôt opposéTout à fait opposé Tout à fait favorable NSP S/T81% S/T 26% Enseignants : S/T 75%S/T 26% Pour le professeur et la classe Pour chaque enfant Parents : Pour le professeur et la classe Pour chaque enfant Elus : S/T 93% S/T : 72%S/T : 26% S/T : 72%S/T : 26% S/T = 5% S/T : 92% S/T = 7%

19 19 LES OUTILS PÉDAGOGIQUES DEVANT FAIRE PARTIE DE LÉQUIPEMENT DE CHAQUE ENFANT Parmi la liste doutils pédagogiques suivante, quels sont ceux qui, selon vous, devraient absolument faire partie de léquipement de chaque enfant ? Un manuel de lecture ou de français Un manuel pour la grammaire ou la conjugaison Un manuel de mathématiques Un manuel dhistoire Un manuel de géographie Un manuel pour les sciences Un manuel déducation civique Un manuel pour les arts plastiques Un fichier de mathématique Un fichier de français Des fichiers dans dautres matières Du matériel didactique de manipulation Du matériel mathématique manipulable Des séries de livres ou dalbums Un dictionnaire Dautres ouvrages de référence Des CD-ROM Base : A tous % «OUI»

20 20 LES ACTEURS SUSCEPTIBLES DAIDER DANS LE CHOIX ET LUTILISATION DE LÉQUIPEMENT DE BASE Pour les enseignants, les parents délèves et les élus, le choix des outils pédagogiques relève avant tout de lEducation nationale. Mais parents et élus souhaitent y participer, alors que les enseignants sont peu favorables à cette ouverture. % «OUI» Les autres enseignants de lécole Les parents délèves Linspecteur de lÉducation Nationale Le responsable éducation à la commune/le maire Le directeur de lécole Le conseil décole Des conseillers pédagogiques Des associations culturelles et éducatives La bibliothèque ou médiathèque locale Personne IUFM 84% 85% 95% 76% 73% 85% 88% 76% 78% 75% 61% 62% 32% _ 42% 21% - 28% 60% 70% 27% 38% 66% 3% 37% 49% 7% 1%- - Question : « Le choix des outils pédagogiques est de la responsabilité de lenseignant. Sans remettre en cause cette prérogative, qui, parmi les personnes suivantes, pourrait mieux aider lenseignant à choisir et à utiliser cet équipement ? » Parents Elus Enseignants

21 21 LES ENSEIGNANTS PLEBISCITENT LA COMMUNE POUR LES AIDER ÀTROUVER LE FINANCEMENT DE LÉQUIPEMENT PÉDAGOGIQUE A la question « Qui, selon vous, pourrait vous aider à obtenir le financement de cet «équipement pédagogique ? », les enseignants répondent à 95% la commune. Mais ils comptent aussi à 50% sur les parents. % «OUI» Les autres enseignants de lécole Les parents délèves Linspecteur de lÉducation Nationale Le responsable de léducation à la commune ou le maire Le directeur de lécole Le conseil décole Des conseillers pédagogiques Des associations culturelles et éducatives La bibliothèque ou médiathèque locale Autres

22 Le financement obligatoire

23 23 ENSEIGNANTS, PARENTS DELEVES ET ELUS SONT FAVORABLES À LA DÉFINITION DUN CRÉDIT DE BASE NATIONAL PAR AN ET PAR ÉLÈVE À LÉCOLE ÉLÉMENTAIRE Pour assurer le financement de léquipement pédagogique de base, les enseignants, parents délèves et élus sont favorables àla définition dun crédit de base national par an et par élève à lécole élémentaire (respectivement 89%, 87% et 81%). S/T Positif 89% Très bonne idée Assez bonne idée S/T Négatif 8% Assez mauvaise idée Très mauvaise idée Enseignants Très mauvaise idée S/T Positif 81% Très bonne idée Assez bonne idée S/T Négatif 15% Assez mauvaise idée Elus Très mauvaise idée S/T Positif 87% Très bonne idée Assez bonne idée S/T Négatif 9% Assez mauvaise idée Parents délèves

24 24 LEGALITÉ ENTRE ENFANTS, PRINCIPALE MOTIVATION DES OPINIONS FAVORABLES AU CRÉDIT DE BASE NATIONAL Enseignants, parents délèves et élus sont favorables à la définition dun crédit de base par an et par élève principalement parce que cela favoriserait légalité entre enfants. Cest la réponse quils donnent à la question « Pourquoi dites-vous cela ? », dans respectivement 76%, 33% et 54% des cas. En % (*) Total des pourcentages supérieur à 100 en raison des réponses multiples Cela favoriserait légalité entre enfants Cest une garantie minimum de référence Permettra davoir un budget plus important, avoir plus de moyens Pour pouvoir renouveler le matériel, combler les manques Pour créer des conditions détude favorables pour les enfants Cest bien Cest normal quon participe, tout le monde devrait participer Permet une plus grande implication de lÉtat Permet de mieux cibler les besoins / évite les dérives budgétaires Cela déchargerait les communes. Autres. Ne se prononce pas – Réponses spontanées – Enseignants Parents Elus

25 25 LA PRISE EN CHARGE FINANCIÈRE DE LÉQUIPEMENT PÉDAGOGIQUE DE BASE : FORTES ATTENTES VIS À VIS DE LEDUCATION NATIONALE ET DES COMMUNES Enseignants, parents délèves et élus plébiscitent lEducation nationale et les communes pour le financement de léquipement pédagogique de base. Mais ils trouveraient aussi normale une contribution des conseils régionaux et généraux (résultat lié à la période électorale?). Enfin 59% des parents envisagent de participer à ce financement, ce quenseignants et élus ne souhaitent que peu (respectivement 14% et 22%). A la question : « Pour chacun des acteurs suivants, dites-moi si, selon vous, il devrait participer au financement de cet équipement pédagogique ? », ils répondent : Le Ministère de lÉducation nationale La commune La communauté de communes Le conseil général Le Conseil régional Les parents Autres 86% 83% 97% 93% 95% 45% 76% 83% 64% 84% 75% 46% 84% 63% 22% 59% 14% 8% 7% Elus Parents Enseignants

26 26 RÉPARTITION DU FINANCEMENT ENTRE LES ACTEURS Pour les enseignants et les élus, ce financement doit être réparti entre plusieurs acteurs : ils sont respectivement 76% et 67% à le penser. Parmi ceux-ci, la majorité met en avant les communes et lEducation nationale. A la question : « Et pour chacun des acteurs suivants, devraient-ils assurer la plus grosse part du financement ou bien simplement apporter un complément ? », ils répondent : Le Ministère de lÉducation nationale (base : 361 pers.) La commune (base : 368 pers.) Enseignants Le Ministère de lÉducation nationale (base : 178 pers.) La commune (base : 180 pers.) Elus Au-delà du premier réflexe de sollicitation de lEtat, les résultats de lenquête mettent en évidence la nécessité de trouver des modes de financement complémentaires entre le niveau local et le national, assurant légalité de léquipement des élèves. Assurer la plus grosse part du financement Simplement apporter un complément NSP

27 27 6. La photocopie

28 28 LA PARTICIPATION DES PARENTS AUX PHOTOCOPIES DANS LA CLASSE Vous a-t-on déjà demandé de faire des photocopies pour la classe ? Non Oui Base : A tous Base : en Ile-de-France

29 29 POUR LES ENSEIGNANTS, LA MISE EN PLACE DUN ÉQUIPEMENT DE BASE SERAIT LE MOYEN DE REDUIRE LUSAGE DE LA PHOTOCOPIE 61% des enseignants disent quils feraient moins de photocopies sils disposaient dun équipement de base. Question posée : « Si demain vous disposiez de cet équipement de base, selon vous, feriez-vous moins, autant ou plus de photocopies quactuellement ? » Plus de photocopies Autant de photocopies Moins de photocopiesNe se prononce pas Base : A tous


Télécharger ppt "1 - Avril 2004 - ENQUÊTE AUPRÈS DES ENSEIGNANTS, DES PARENTS DELEVES ET DES MAIRES."

Présentations similaires


Annonces Google