La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 TRONC CEREBRAL ET NERFS CRANIENS Dr Vercruysse Olivier 15 & 22 /11/2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 TRONC CEREBRAL ET NERFS CRANIENS Dr Vercruysse Olivier 15 & 22 /11/2011."— Transcription de la présentation:

1 1 TRONC CEREBRAL ET NERFS CRANIENS Dr Vercruysse Olivier 15 & 22 /11/2011

2 2 Structure de transition : fait la jonction entre la moelle épinière et le cerveau Compris dans lencéphale (situation intracrânienne) Situé dans la fosse postérieure avec le cervelet Il mesure 80 mm de hauteur, 12 à 30 mm dépaisseur LE TRONC CEREBRAL

3 3 Se subdivise en 3 parties, de bas en haut : – le bulbe prolongeant la moelle épinière, et sétendant jusquau sillon bulbo- pontique – le pont (ou protubérance) – le mésencéphale (partie antérieure = pédoncules cérébraux) Il est relié au cervelet par les pédoncules cérébelleux, il existe 3 paires de PC. Chacune associe le cervelet à un étage du TC : pédoncule cérébelleux inférieur le relie au bulbe pédoncule cérébelleux moyen, à la protubérance pédoncule cérébelleux supérieur, au mésencéphale LE TRONC CEREBRAL

4 4 Creusé de cavités : – laqueduc de Sylvius dans le mésencéphale (fait communiquer V3 et V4) – le 4° ventricule (pont et bulbe en avant, cervelet en arrière) Lieu démergence des 10 derniers nerfs crâniens : – émergence ventro- latérale – Seul le nerf trochléaire (IV) a une émergence dorsale LE TRONC CEREBRAL

5 5 Creusé de cavités : – laqueduc de Sylvius dans le mésencéphale (fait communiquer V3 et V4) – le 4° ventricule (pont et bulbe en avant, cervelet en arrière) Lieu démergence de 10 derniers nerfs crâniens sur 12 : – émergence ventro- latérale – Seul le nerf trochléaire (IV) a une émergence dorsale LE TRONC CEREBRAL

6 6 Vue antérieure du TC Pédoncule Protubérance Bulbe Chiasma optique Nerf IV LE TRONC CEREBRAL

7 7 Pédoncule Protubérance Bulbe Vue latérale du TC POST Nerf IV LE TRONC CEREBRAL

8 8 La substance grise du TC Noyaux des nerfs crâniens Centres relais de la moelle épinière (ex : le noyau de Goll et Burdach / gracile et cunéiforme) Centres relais vers le cervelet (ex : les noyaux du pont qui reçoivent toutes les fibres cortico- pontiques) LE TRONC CEREBRAL Substance grise

9 9 Noyaux moteurs du système extrapyramidal : – Ex: le locus niger (la substance noire/pigments mélanique) principale efférence vers le striatum (dopamine), impliqué dans la motricité (si altération : syndrome parkinsonien). Noyaux sensoriels de la lame colliculaire (font partie des voies auditives et des voies visuelles) Noyaux réticulaires LE TRONC CEREBRAL Substance grise

10 10 Comprend : – des faisceaux qui transitent sans relais, – des faisceaux débutant ou se terminant dans le tronc cérébral, – des faisceaux propres. LE TRONC CEREBRAL Substance blanche

11 11 Les faisceaux descendants, moteurs : – le faisceau pyramidal : 1) le tractus cortico-spinal :. groupé dans le pédoncule cérébral,. dissocié dans le pont,. regroupé dans les pyramides bulbaires,. décussation de la majeure partie à la partie inférieure du bulbe. 2) le tractus cortico-nucléaire : sépuise tout au long du tronc cérébral en envoyant des fibres, directes et croisées, aux noyaux moteurs des nerfs crâniens. – Le système extra-pyramidal LE TRONC CEREBRAL Substance blanche

12 12 Faisceaux ascendants, sensitifs et sensoriels : – le système extra-lemniscal, – le système lemniscal, – les tractus spino-cerebelleux (transit sans relais dans le TC), – les faisceaux issus des nerfs sensitifs des nerfs crâniens. Faisceaux propres du tronc cérébral : – Faisceaux de la formation réticulaire, – Bandelette longitudinale postérieure : intervient dans les mouvements oculaires horizontaux. LE TRONC CEREBRAL Substance blanche

13 13 LE TRONC CEREBRAL

14 14 Récepteurs = neurones situés dans la muqueuse nasale (contenant des cils sensibles aux molécules odorantes) Nerf olfactif = regroupement des axones des neurones en fascicule Trajet : traversée de lethmoïde (lame criblée), puis formation du tractus olfactif et des stries olfactives. Terminaison : Uncus (lobe temporal) Exploration de lolfaction : identification dodeurs les yeux fermés, narine après narine. Causes danosmie : affections nasales, traumatismes crâniens, tumeurs de la base du crâne. NERF OLFACTIF : I

15 15

16 16 Récepteurs visuels : – photorécepteurs au niveau de la rétine (neurones bipolaires intrarétiniens). – relais des cellules bipolaires vers les neurones ganglionnaires. Nerf optique – réunion des axones des neurones ganglionnaires. – A partie de leur émergence du globe oculaire, ces axones sont revêtus dune gaine de myéline. NERF OPTIQUE : II

17 17 NERF OPTIQUE : II

18 18 NERF OPTIQUE : II

19 19 Les cellules rétiniennes NERF OPTIQUE : II

20 20 Nerf optique : intra-orbitaire, puis intra- crânien (traversée du canal de lorbite) Chiasma optique : décussation partielle des fibres optiques : – champ nasal de la rétine bandelette optique homolatérale, – champ temporal bandelette optique controlatérale. Bandelette optique : du chiasma vers les corps genouillés externes. Corps genouillés externes (appartiennent au thalamus). Radiations optiques : du corps genouillé externe vers le cortex occipital. Cortex visuel : lobe occipital. NERF OPTIQUE : II trajet

21 21 NERF OPTIQUE : II

22 22 Sémiologie des lésions des voies visuelle : – baisse dacuité visuelle uni ou bilatérale, – anomalies du champ visuel : scotome : lacune dans le champ visuel dun œil hémianopsie : altération du champ visuel des 2 yeux: – hémianopsie latérale homonyme : amputation du champ visuel droit ou gauche des 2 yeux (lésions rétrochiasmatiques), – hémianopsie bitemporale (lésion chiasmatique) NERF OPTIQUE : II clinique

23 23 lésions rétiniennes : occlusion de lartère centrale de la rétine, thrombose des veines de la rétine, atteinte dégénérative, tumeur de la rétine,… lésions du nerf optique : compression du nerf optique par malformation vasculaire ou tumeur, inflammation (SEP), toxiques (alcool, tabac, médicaments),… lésions chiasmatiques : tumeurs de lhypophyse, lésions rétrochiasmatiques : AVC, tumeurs, …… étiologies NERF OPTIQUE : II

24 24 HLH gauche NERF OPTIQUE : II En pratique

25 25 Œil D D G Sup Inf NERF OPTIQUE : II

26 26 Œil G D G NERF OPTIQUE : II

27 27 Origine : mésencéphale Terminaison : 2 branches : – supérieure pour le muscle droit supérieur et le releveur de la paupière, – inférieure pour les muscles droit interne, droit inférieur, et petit oblique. fibres parasympathiques destinées à la pupille. NERF MOTEUR OCULAIRE COMMUN : III

28 28 La paralysie du III se manifeste par : – chute de la paupière (ptosis), – diplopie (vision double) – strabisme externe, – impossibilité de mobiliser le globe oculaire en haut, en bas et en dedans – dilatation de la pupille (mydriase) aréactive à la stimulation lumineuse NERF MOTEUR OCULAIRE COMMUN : III

29 29 Strabisme externe NERF MOTEUR OCULAIRE COMMUN : III

30 30 Origine : mésencéphale (face postérieure du tronc cérébral puis contournent le tronc cérébral vers lavant). Terminaison : muscle grand oblique. Paralysie du IV : diplopie (surtout dans le regard vers le bas et le côté sain). NERF TROCHLEAIRE: IV

31 31 Origine : protubérance Emergence : sillon bulbo-protubérantiel Terminaison : muscle droit externe La paralysie du VI : – strabisme interne de lœil paralysé – Abduction impossible au-delà ligne médiane – diplopie NERF ABDUCENS: VI

32 32 Strabisme interne Ligne médiane NERF ABDUCENS: VI

33 33 Cest un nerf mixte Cest le plus volumineux Innervation sensitive de la face : – Ganglion de Gasser = corps cellulaires des neurones sensitifs – Reçoit les 3 contingents sensitifs du nerf trijumeau : NERF TRIJUMEAU: V

34 34 NERF TRIJUMEAU: V

35 35 1) nerf ophtalmique de Willis (V1) : partie antérieure du scalp, front, orbite, œil (cornée), paupière supérieure, racine du nez. Mais aussi fosses nasales et sinus ethmoidaux et frontaux NERF TRIJUMEAU: V

36 36 2) nerf maxillaire supérieur ou maxillaire (V2) – paupière inférieure, – partie supérieure de la joue, – partie adjacente du nez et de la région temporale, – lèvre supérieure, gencive et dents du maxillaire supérieur, – muqueuse de la partie supérieure de la bouche et du nez et palais osseux et mou NERF TRIJUMEAU: V

37 37 3) nerf maxillaire inférieur ou mandibulaire (V3) – région temporale, – joue, – menton, – lèvre inférieure, muqueuse jugale, gencive et dents du maxillaire inférieur. – Sensibilité de la dure mère des étages antérieurs et moyens de la base du crâne NERF TRIJUMEAU: V

38 38 Nerf lingual (branche du maxillaire inférieur) – anastomose avec le nerf VII par la corde du tympan : – Sensibilité des 2/3 antérieurs de la langue (V) – afférences gustatives des 2/3 antérieurs de la langue (VII) Fibres parasympathiques (VII) : – destinées aux glandes sous-maxillaires et sublinguales, – destinées à la glande parotide NERF TRIJUMEAU: V

39 39 Innervation motrice : – Le noyau moteur du trijumeau : protubérance. – La racine motrice innerve les muscles masticateurs : temporal masséters ptérygoïdien Et muscles tenseurs du voile du palais muscle tenseur du tympan NERF TRIJUMEAU: V

40 40 Sémiologie sensitive du trijumeau : – douleurs ou paresthésies dans les territoires cutanés dinnervation sensitive (atteinte des 3 territoires ou isolée dun territoire), – hypoesthésie dans 1 ou plusieurs territoires du V, – diminution homolatérale de la sensibilité des 2/3 antérieurs de la langue, – diminution du réflexe cornéen NERF TRIJUMEAU: V clinique

41 41 Sémiologie de latteinte du trijumeau moteur : = absence de contraction des muscles masticateurs (temporal et masséters) quand on sollicite une forte striction de la mâchoire, utilisation « abaisse langue » à serrer entre les dents = « bouche oblique ovalaire » : déviation de la mâchoire inférieure vers le côté paralysé lors de louverture de la bouche clinique NERF TRIJUMEAU: V

42 42 Emergence : sillon bulbo- protubérantiel Trajet : – angle ponto-cérébelleux, en dedans du nerf auditif – conduit auditif interne – canal de Fallope, – sort du crâne par le trou stylo-mastoïdien – loge parotidienne (se divise en ses branches terminales) NERF FACIAL: VII

43 43 APC : angle ponto-cerebelleux NERF FACIAL: VII

44 44 Systématisation : – Les efférence motrices (++) (noyau moteur du facial) : VII. muscles de la face,. muscle de létrier. – Les fibres afférentes sensitives et sensorielles (corps cellulaire dans le ganglion géniculé, puis VIIbis tronc cérébral) :. fibres cutanées provenant du CAE, zone de Ramsay-Hunt. fibres gustatives des 2/3 antérieurs de la langue – Les efférences para-sympathiques (noyau salivaire supérieur) : innervation des glandes lacrymales, nasales, sous-maxillaires et sub- linguales (cf. sd de réinnervation abbérante…) NERF FACIAL: VII

45 45 Moteur Sensitif/ sensoriel Parasympathique (lacrymal, nasal) NERF FACIAL: VII

46 46 paralysie de lensemble des muscles de la face : – territoire facial supérieur et inférieur – au repos et lors des mouvements volontaires – asymétrie de la face avec rides du front effacées, élargissement de la fente palpébrale, impossibilité de fermeture des yeux (signe de Charles Bell : globe oculaire déporté vers le haut), effacement du pli nasogénien, chute de la commissure labiale – Impossibilité de sourire, de siffler, gonfler la joue du côté paralysé – dysarthrie paralytique NERF FACIAL: VII

47 47 PF Droite NERF FACIAL: VII

48 PF, de quel coté ?

49 49 hyperacousie douloureuse tarissement des glandes lacrymales et salivaire (homolatéral) hypoesthésie du CAE agueusie des 2/3 antérieurs de la langue (homolatérale à latteinte) NERF FACIAL: VII

50 50 NERF VIII (cochléo-vestibulaire) Récepteurs : – canal cochléaire (partie acoustique de loreille interne) avec organe spirale de Corti où se trouvent des cellules ciliées réceptrices et lorigine des fibres du nerf cochléaire nerf cochléaire – canaux semi-circulaire, utricule et saccule (labyrinthe membraneux postérieur) nerf vestibulaire

51 51 NERF VIII (cochléo-vestibulaire) Trajet : – CAI – angle ponto-cérébelleux – sillon bulbo-protubérantiel – Puis : les noyaux vestibulaires bulbaires les noyaux cochléaires (pédoncule cérébelleux inférieur)

52 52 NERF VIII (cochléo-vestibulaire) Syndrome vestibulaire périphérique : – vertige, intense, rotatoire, accompagné de vomissements, – déséquilibre, souvent massif à la phase aiguë avec impossibilité totale de la station debout ; puis chute latéralisée lors de locclusion des yeux, – nystagmus (succession dune déviation lente des yeux et dune secousse rapide de sens contraire (sens))

53 53 NERF VIII (cochléo-vestibulaire) Syndrome cochléaire : – Hypoacousie ou Surdité – Acouphènes

54 54 NERF IX (Glosso-pharyngien) Nerf mixte Trajet : – Bulbe – trou déchiré postérieur (accompagné par le X, XI). Systématisation : – fibres afférentes : ++++ fibres sensitives : CAE, amygdale, voile, pharynx, partie postérieure de la langue fibres gustatives (1/3 postérieur de la langue) – fibres motrices : muscle stylo-pharyngien (élévateur du pharynx ) – fibres sécrétoires : parotide

55 55 NERF IX (Sémiologie) agueusie du 1/3 postérieur de la langue Hypoesthésie/anesthésie unilatérale de lamygdale, du voile et du pharynx abolition unilatérale du réflexe nauséeux gêne à la déglutition

56 56 NERF X (Pneumogastrique) Trajet : – bulbe – trou déchiré postérieur, – Cou médiastin abdomen. Systématisation : – branches viscérales thoraciques et abdominales – rameau auriculaire avec IX (sensibilité du CAE) – rameaux moteurs pharyngiens – le nerf laryngé supérieur (innervation Se du larynx) – le nerf laryngé inférieur ou récurrent (innervation motrice du larynx sauf le crico- thyroïdien innervé par le laryngé supérieur)

57 57 Paralysie dun hémivoile avec voix sourde et nasonnée, Troubles de déglutition (les liquides reviennent par le nez) Paralysie unilatérale du larynx avec voix bitonale (timbre tantôt clair, tantôt voilé ). Examen : voile du palais asymétrique (luette déviée vers le côté sain) signe du rideau (paralysie de lhémipharynx) : la paroi postérieure du pharynx dévie vers le côté sain quand on fait « A » NERF X (Sémiologie)

58 58 moteur +++ constitué par la réunion de 2 racines : la racine bulbaire : noyau ambigu (bulbe), se réunit au spinal médullaire tronc du spinal trou déchiré postérieur division en 2 branches/ la branche interne qui rejoint le X NERF XI (accessoire ou spinal)

59 59 La racine médullaire (nerf spinal proprement dit) : naît de la corne antérieure (C2-C5) trajet ascendant dans le canal rachidien franchit le trou occipital sunit à la racine bulbaire traverse le trou déchiré postérieur forme la branche externe du spinal muscle sterno-cleïdo-mastoïdien et trapèze. NERF XI

60 60 Faiblesse de rotation de la tête vers le côté sain, Abaissement du moignon de lépaule, et faiblesse de lélévation de lépaule NERF XI (sémiologie)

61 61 Noyau : bulbe. Trajet : trou condylien antérieur face latérale de la langue. Systématisation : nerf moteur muscles de la langue, génio-hyoïdiens et thyro-hyoïdiens anse de lhypoglosse (anastomose avec celle du plexus cervical profond) muscles sous-hyoïdiens Sémiologie : paralysie de lhémilangue ipsilatérale, avec amyotrophie et fasciculations / lors de la protraction : déviation de la langue vers le côté paralysé. NERF XII (Grand hypoglosse)

62 62 Syndrome Pseudo-bulbaire Paralysie des muscles dinnervation bulbaire résultant dune atteinte supra-nucléaire. Lésions bilatérales des voies cortico-nucléaires (ces noyaux moteurs disposent chacun dun contrôle moteur bilatéral) Causes : AVC +++ (ischémies bilatérales, lacunes multiples)

63 63 Syndrome Pseudo-bulbaire Troubles de la phonation et de la déglutition (déficit bilatéral de la commande des muscles de la langue, du voile, du pharynx et du larynx) Absence damyotrophie et de fasciculations linguales. Peuvent sajouter :. une diplégie faciale et un déficit des masticateurs,. des phénomènes de libération de la mimique automatique : rire et pleurer spasmodique


Télécharger ppt "1 TRONC CEREBRAL ET NERFS CRANIENS Dr Vercruysse Olivier 15 & 22 /11/2011."

Présentations similaires


Annonces Google