La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rééducation et réadaptation en neurologie Carlo BERTONCELLI.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rééducation et réadaptation en neurologie Carlo BERTONCELLI."— Transcription de la présentation:

1 Rééducation et réadaptation en neurologie Carlo BERTONCELLI

2

3 Organigramme du Mouvement On peut mettre en évidence : 1 - lorigine corticale du mouvement global (aire 6) et du mouvement sélectif (aire 4). 2 - le réglage temporo - spatial du mouvement global, par boucle récurrente (cortico - ponto - corticale), régulée dans le cervelet (néo - cérébellum). 3 - le réglage tonique facilitant (+) et inhibiteur (-), avec régulation dans le paléo - cérébellum.

4 4 - la structure fonctionnelle hétérogène du Faisceau Pyramidal, dans le cerveau et le tronc cérébral. Il contient, à ce niveau, la voie cortico - réticulo - spinale inhibitrice (Tonus). Linterruption pathologique du Faisceau Pyramidal (quelque soit le niveau) est responsable de la spasticité, par suppression de la voie régulatrice inhibitrice et libération du puissant réflexe myotatique (détirement). 5 - la régulation de léquilibre général au niveau de larchéo - cérébellum (lobe flocculo - nodulaire), en fonction des informations périphériques vestibulaires. 6 - limportance fonctionnelle du Cervelet, dans lorganisation centrale de la fonction motrice.

5

6

7 La Motricité La motricité volontaire permet d'agir sur les muscles squelettiques sous le contrôle de la conscience, en synergie avec la sensibilité. La motricité automatique est hors du champ de la conscience. Elle implique les structures sous-corticales (moelle spinale, réticulée...) par exemple pour le ballant du bras pendant la marche, les mimiques et leur contenu émotionnel. La motricité réflexe assure des réponses rapides et inconscientes aux stimules externes ou internes

8 La motricité volontaire peut être : Axiale (tonique) : posture, attitude. Distale (phasique) : motricité fine, lente (mouvements de rampe) et rapide (mouvements balistiques).

9 Les phases et les structures mises en jeu au cours de mouvements volontaires : 1) intention et motivation, phase préparatoire, (aires associatives préfrontales et le système limbique). 2) initiation, planification du mouvement Se joue dans : la région prémotrice (aire 6, située en avant du gyrus précentral). lAire Motrice Supplémentaire, aire 6, extension de laire prémotrice sur la face médiale du lobe frontal.

10 Ces régions encodent les données spatiales et temporelles du mouvement. Les noyaux gris centraux jouent un rôle important dans ces phases préparatoires. Leur lésion entraîne des troubles de coordination bimanuelle

11 3) la réalisation de la tâche motrice. Elle dépend dune voie composée de deux neurones : le neurone central, c'est-à-dire la voie pyramidale située au niveau cortical, qui constitue lAire Motrice Primaire. le neurone périphérique sur lequel il s'articule le motoneurone. Il emprunte les racines, plexus et nerfs avant détablir une synapse avec le muscle cible.

12

13 La pathologie suit cette organisation, on distingue deux grands cadres: Le syndrome pyramidal : hypertonie (neurone central) Le syndrome neurogène périphérique : (atrophie du muscle, amyotrophie, aréflexie)

14 La voie pyramidale Comprend la: 1. voie corticospinale qui a pour cible les motoneurones spinaux. 2. voie corticonucléaire qui a pour cible: noyaux moteurs des nerfs crâniens.

15 Fx moteurs

16 Lorigine de la voie corticospinale est en réalité beaucoup plus large. Elle comprend: Le cortex prémoteur (aire 6 de Brodmann). Les lésions préfrontales altèrent la réalisation de mouvements complexes alternés (coordination interarticulaire). L'aire motrice supplémentaire (AMS). Activée en imaginant laction. Elle reçoit des informations du thalamus (noyau Ventral Antérieur, relais des noyaux gris centraux) et du cortex préfrontal. Les lésions de lAMS altèrent la coordination bimanuelle.

17 Le gyrus cingulaire situé à la face interne des hémisphères participe aux comportements moteurs sous langle des émotions et de la motivation. Le cortex pariétal donne aussi des fibres corticospinales.

18 2. Voie corticonucleaire ou géniculée: C'est la voie de la motricité volontaire qui commande les nerfs crâniens moteurs (motricité de la face). Origine : Partie inférieure du gyrus précentral (frontale ascendante) à la face externe du lobe frontal. Cette région répond à la somatotopie motrice de la face.

19 LES VOIES EXTRAPYRAMIDALES Elles forment un ensemble de voies issues pour la plupart de noyaux tels que : noyau vestibulaire, noyau rouge, etc. 1. Les voies réticulospinales >ces voies vont influencer les motoneurones. 2. La voie vestibulospinale : Les fibres descendent de ce noyau vers la moelle spinale en deux faisceaux : latéral et médial. 3. Les autres voies issues de structures sous- corticales et sous- thalamiques

20

21 Les voies extrapyramidales vont agir sur le tonus, sur l'activité des motoneurones (certains vont activer le tonus, d'autres vont l'inhiber). Le motoneurone est influencé par : la voie corticospinale, volontaire les voies extrapyramidales l'organisation synaptique locale

22 PATHOLOGIE : Si lésion médullaire : cela supprime l'influence supra segmentaire. On va donc retrouver l'activité élémentaire, liée à l'organisation des synapses locales. Dans un premier temps : l'activité synaptique est totalement sidérée (stade de paralysie flasque).

23 Puis, l'organisation synaptique locale, non contrôlée par les voies descendantes, fait apparaître un "syndrome pyramidal" : paralysie spastique (hypertonie élastique et réflexes très vifs). Pour le syndrome extrapyramidal, toute la voie est intègre. Les circuits de régulation du mouvement et du tonus sont déficients => hypertonie plastique.

24

25 Les troubles de la motricité volontaire et de la motricite semi-volontaire ou automatique

26


Télécharger ppt "Rééducation et réadaptation en neurologie Carlo BERTONCELLI."

Présentations similaires


Annonces Google