La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COURS n°2 DE PLONGEE NIVEAU II OBJECTIF DE FORMATION Connaître et reconnaître les accidents de décompression. Connaître leurs prévention et la conduite.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COURS n°2 DE PLONGEE NIVEAU II OBJECTIF DE FORMATION Connaître et reconnaître les accidents de décompression. Connaître leurs prévention et la conduite."— Transcription de la présentation:

1

2 COURS n°2 DE PLONGEE NIVEAU II

3 OBJECTIF DE FORMATION Connaître et reconnaître les accidents de décompression. Connaître leurs prévention et la conduite à tenir (CAT) en leurs présence. Cette compétence est nécessaire pour obtenir le N2 de plongée.

4 PLAN DU COURS Les variations de pression et la profondeur La loi de Mariotte La composition de l air Les pressions partielles La loi de Dalton L azote et l accident de décompression Le principe de l accident de décompression Reconnaître un ADD Conduite à tenir en présence d un ADD Toxicité des gaz sous pressions Loi de henry Dissolution des gaz

5 QUELQUES RAPPELS PRESSION (exprimée en BAR en plongée): C est une FORCE exercée sur une SURFACE 1 BAR = 1 Kg(force) exercée sur une surface de 1 cm² 1Kg 1 cm² PRESSION HYDROSTATIQUE, augmente de 1bar tous les 10 mètres Une colonne d eau de 1 cm² de surface sur 1000 centimètres de hauteur représente un volume de 1000 cm 3. Et 1000 cm 3 égalent 1 dm 3 soit 1 litre qui pèse 1 Kg PRESSION ABSOLUE = PRESSION ATMOSPHERIQUE + LA PRESSION HYDROSTATIQUE (ou pression relative) Pabs = Patm + Pr

6 LOI DE MARIOTTE

7 LES VARIATIONS DE PRESSION Dans une pompe la résistance du piston augmente d autant plus que l on comprime le gaz et la température du gaz augmente Expérience pratique n°1 avec une pompe à air V1 V2 F1 F2 V2 = V1 / 2F2 = F1 X 2

8 LES VARIATIONS DE PRESSION ET LA PROFONDEUR Expérience pratique n°2 avec de l eau et un récipient ouvert Profondeur 1 V1 V2 plus petit que V1 V2 Profondeur 2 V3 Profondeur 3 V3 plus petit que V2 Avec la profondeur la pression augmente et comprime les gaz dans les volumes souples. Le retour à la surface inverse le phénomène

9 LES VARIATIONS DE PRESSION ET LA PROFONDEUR Il doit bien y avoir un principe, une loi LOI DE MARIOTTE

10 Elle s exprime ainsi : LE VOLUME D UN GAZ EST INVERSEMENT PROPORTIONNEL A LA PRESSION QU IL RECOIT Son expression mathématique s écrit ainsi : PV = Cte Ou encore l équation suivante : P1 x V1 = P2 x V2 = P3 x V3 = Pn x Vn

11 LA COMPOSITION DE L AIR

12 Pour les calculs de plongée nous retenons les valeurs de : AZOTE = 80 %OXYGENE = 20% Les autres gaz ne rentrent pas en ligne de compte

13 LA LOI DE DALTON

14 LES PRESSIONS PARTIELLES Mise en évidence des pressions partielles, expérience de Bertholet On ouvre la vanne et les deux gaz entre en contact. Les pressions identiques préviennent la diffusion mécanique d un récipient vers l autre Deux récipients de même volume communicant par une vanne fermée contiennent à la même pression deux gaz différents. (hydrogène et gaz carbonique) Au bout d un certain temps on referme la vanne et on analyse le contenu de chaque récipient. Les pressions n ont pas changées. Dans chaque récipient les gaz se sont mélangés à l identique. Il y a 50% d hydrogène et 50% de CO². La pression de 1 bar est LA SOMME DES PRESSIONS PARTIELLES de chaque gaz: 1 bar = 1b x 50% = 0,5 bar pour H² + 1bar x 50% = 0,5 bar pour CO².

15 LES PRESSIONS PARTIELLES EN PLONGEE Pressions partielles des composants de l air en surface Pressions partielles des composants de l air à 10 mètres de fond Pressions partielles des composants de l air à 20 mètres de fond RAPPEL : AIR = 80% azote et 20% oxygène LOI DE DALTON

16 La pression absolue d un mélange gazeux est la somme des pressions partielles des gaz qui composent ce mélange Pour un volume donné la pression partielle d un gaz dans un mélange est la pression quaurait ce gaz s il occupait seul ce volume Pa x % = Pp LES ENONCES DE LA LOI DE DALTON ?

17 LA TOXICITE DES GAZ Notre métabolisme nous permet de respirer l air sous la pression naturelle qui règne à la surface de la terre, soit environ 1 bar. En plongée avec la profondeur maximum autorisé (40m de profondeur) un plongeur de niveau2 respirera de l air à une pression absolue de 5 bars. Pour des pression différentes le corps réagira aux pressions et aux natures des gaz respirés. A forte pression les trois principaux gaz qui composent l air ont des effets sur l organisme. L azote provoque une NARCOSE ou ivresse des profondeurs à + de 3,2b de pression partielle. L oxygène provoque des crises épileptiques allant jusqu'à la syncope à + de 1,6b de pression partielle. Le gaz carbonique provoque des crises de céphalée allant jusquà la syncope (se mesure en % de gaz). Les profondeurs concernées sont: De 30 à 40 mètres pour l azote, De 40 à 60 mètres pour l azote et le CO², Au-delà de 60 m pour tous les composants de l air, oxygène compris.

18 LOI DE HENRY

19 DISSOLUTION DES GAZ poids Après un certain temps d exposition à une pression et une température constante, une partie du gaz a intégré le liquide en s y dissolvant jusquà un point d équilibre. La quantité de gaz dissout dans le récipient étroit est plus petite. REGLE UN pour une même pression la quantité de gaz dissout dépend de la surface en contact avec le liquide. En abaissant la température la dissolution du gaz dans le liquide reprend jusquà un point d équilibre. REGLE DEUX les gaz se dissolvent plus facilement aux basses températures. Lorsque le point d équilibre est atteint le liquide est à SATURATION Quand la pression diminue le phénomène s inverse et le liquide libère plus lentement les gaz dissous. Quand la température augmente le phénomène s inverse et le liquide libère les gaz dissous.

20 LA LOI DE HENRI La loi de Henri s énonce ainsi : A température constante et à SATURATION la quantité d un gaz dissout par un liquide est proportionnelle à la pression subit par ce gaz au dessus du liquide. Les facteurs qui influencent la dissolution sont : Les variations de pression. Les variations de la surface d échange Les variations de température La nature des liquides

21 LES GAZ ET L ORGANISME

22 L ECHANGE GAZEUX DANS L ORGANISME L oxygène fournie l énergie. Le gaz carbonique résidu de combustion sert dans les transmission nerveuses. L azote, n est pas utilisé par l organisme. Il sert seulement de diluant des autres gaz.Tous les gaz sont évacués par la respiration. Notre organisme composé à 65% d eau dissout les gaz qui composent l air comme le font tous les liquides (fluides corporels, sang, lymphe…). La dissolution s arrête à la SATURATION de l organisme. Pour un plongeur, la température du corps est constante. La surface déchange dépend de sa capacité pulmonaire. Son rythme respiratoire et la pression de l air inspiré interviennent dans la saturation de l organisme par l azote. La saturation en azote est à l origine des ACCIDENTS DE DÉCOMPRESSION.

23 LA DECOMPRESSION ET SES ACCIDENTS

24 LA DECOMPRESSION 1 Lors de la descente La pression augmente et le plongeur se CHARGE en azote d autant plus que la profondeur est grande. 2 A profondeur constante la durée de la plongée augmente la CHARGE d azote. 3 lors de la remontée la pression diminue et le plongeur se DECHARGE de son azote. La vitesse de la DECHARGE est plus lente que la vitesse de CHARGE. Cette différence peut entraîner l exécution d un PALIER DE DECOMPRESSION. 4 Une remontée trop rapide ou le non-respect d un palier peut entraîner un ACCIDENT DE DECOMPRESSION (A.D.D.)

25 RECONNAÎTRE UN A.D.D.

26 Une DECHARGE d azote trop rapide va générer la formation de micro-bulles dans l organisme. Ces bulles vont venir bloquer la circulation sanguine entraînant l asphyxie des tissus en aval de la circulation. Les parties les plus touchées sont dans l ordre des fréquences : La moelle épinière : L oreille interne : Le cerveau : La surface cutanée, les articulations : Paralysie partielles ou totale, fourmillements continus dans le bas du tronc, impossibilité d uriner Vertiges alterno-bariques, bourdonnements, perte de l audition plus ou moins sévère. Hémiplégies gauche ou droite, trouble du comportement, de la parole, perte de connaissance. Douleurs des coudes, genoux…picotements cutanés, bulles palpables sous la peau.

27 Les hémiplégies droite ou gauche arrivent quand l hémisphère cérébrale opposé est atteint Les paralysies arrivent lorque la moelle épinière est atteinte RECONNAÎTRE UN A.D.D. LES ATTEINTES DU SYSTEME NERVEUX

28 LA PREVENTION DES A.D.D.

29 PREVENTION : AVANT LA PLONGEE N entreprenez pas une plongée dans des conditions de mer défavorables (houle, fort courant, vent fort). Ne plongez pas de suite après un long voyage, après un long effort (jogging, long parcours de natation). Ne plongez pas lorsque vous ne vous sentez pas prêt à le faire (état psychologique défavorable) Ne plongez pas en condition de santé défavorable (rhume, fièvre …) Ne plongez pas après avoir consommer de lalcool ou des stupéfiants.

30 PREVENTION : PENDANT LA PLONGEE Evitez l espace lointain autant que possible : Evitez les efforts inutiles Gérez votre durée de plongée et votre autonomie : Contrôlez votre vitesse de remontée Respectez les paliers de décompression Exécutez un palier de sécurité entre 3 et 5m de 3mn Les plus belles observations se font là où est la lumière entre 10m et 30m. Affinez votre lestage, ne remontez pas de charge, utilisez le courant sans le contrer. Contrôlez régulièrement votre consommation d air, prévoyez une réserve de sécurité Utilisez vos instruments de contrôle, suivez les petites bulles, prenez des repères d éloignement Exécutez complètement la durée de vos paliers et à la bonne profondeur. Tenez compte des FACTEURS FAVORISANT LES A.D.D.

31 PREVENTION : APRES LA PLONGEE Ne faites pas d efforts importants Evitez toutes consommations de stupéfiants ou d alcool Ne prenez pas l avion avant le délais autorisé Ne faites pas d apnée. Recherchez le calme et le repos. Les efforts charge l organisme en CO² et modifie la désaturation de l azote de façon notable. Ils perturbent la circulation sanguine et provoquent une décompression anormale non prévue par les tables et ordinateurs de plongée. Les plongées successives ne pourront plus être calculées sérieusement. La dépression à bord des avions risque d être à l origine de la formation de bulles circulantes pathogènes. Pendant l apnée votre désaturation est arrêtée et peut même s inverser. Au repos le rythme cardiaque baisse, les bulles circulantes risquent moins de se regrouper.

32 PREVENTION : FACTEURS FAVORISANTS LES A.D.D. L âge L obésité Les antécédents d accidents de plongée Les stupéfiants ou médicaments La déshydratation La mauvaise condition physique ou psychique Les essoufflements et ventilations anormales Le froid Les plongées à remontée multiples Les plongées successives Un mauvais lestage Réalisation difficile des paliers Les plongées à profils dangereux Au delà de 40 ans le système circulatoire est moins performant Les graisses fixent plus facilement l azote Constat statistique Ils modifient et altèrent la circulation sanguine Un sang moins fluide évacue moins bien l excès d azote Prédispose aux A.D.D. Attention aux remontées à deux sur 1 embout Il agit sur notre ventilation et réduit l élimination de l azote Les calculs de paliers peuvent être faussés Le risque est augmenté d après les statistiques Rend difficile l exécution des paliers, provoque des efforts inutiles Conditions de mer « durs » Rend les calculs des paliers inappropriés

33 CONDUITE A TENIR

34 Vous êtes niveaux 2 et vous plongez toujours encadré dans la zone lointaine. Votre encadrement est formé pour ces accidents. En présence d un symptôme d un A.D.D. votre premier réflexe doit être : Avertir la surface d un problème sérieux en exécutant le signe de détresse. Ramener autant que possible la victime au bateau. Le déséquiper et aider à la montée de l échelle. Les A.D.D. arrivent au retour en surface dans un délais de 15 mn à 12 heures (voir plus) Sur le bateau si vous soupçonnez une victime d A.D.D. votre DEVOIR est de la signaler immédiatement au directeur de plongée.

35 CONDUITE A TENIR Dans le cas d une sortie dans un club d accueil Dans tous les cas - Prévenir immédiatement les secours.(voir procédure RIFAP) - Allonger la victime. - Effectuer après un bilan les gestes de réanimation selon le cas et l état de la victime. - Administrer de l oxygène pur à un débit de 15 L/mn, a l aide d un masque faciale. - Encourager la victime à boire au moins 1L/heure d eau plate - Faire prendre jusquà 500 mg d aspirine non effervescent avec l accord de la victime (sauf allergie, nausée, vomissement, traumatisme viscéral) - Rassembler le matériel de la victime en vue d expertise (ordi, bloc, lest…) - Surveiller les autres membres de la palanquée. Prévenir immédiatement le directeur de plongée, rassembler les autres membres de la palanquée pour une surveillance plus importante. Rassembler le matériel de la victime. Assister les secouristes ou les plongeurs compétents dans les geste de secours dans le domaine de ses compétences. CONNAISSANCES TRES UTILES AUX PLONGEURSLE RIFAP

36 Merci pour votre attention Rédacteur Jean Claude HAESINGER MF1 n° 14905


Télécharger ppt "COURS n°2 DE PLONGEE NIVEAU II OBJECTIF DE FORMATION Connaître et reconnaître les accidents de décompression. Connaître leurs prévention et la conduite."

Présentations similaires


Annonces Google