La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Geneviève CONFORT – SABATHE Membre associée CRREF (EA4538)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Geneviève CONFORT – SABATHE Membre associée CRREF (EA4538)"— Transcription de la présentation:

1

2 Geneviève CONFORT – SABATHE Membre associée CRREF (EA4538)

3 Migration Aujourd'hui Et composition culturelle Europe, Amérique du Nord, Asie Guyana Surinam Brésil Amérique du Sud Haïtiens Composition ethnique: (25 groupes ethniques) -Noirs et créoles = 66% -Européens = 12% -Amérindiens = 11% -Asiatiques = 01% -Autres = 10% + Clandestins = 12 à 24%

4 Guyane Comparaison de la structure démographique entre la Métropole et la Guyane (2010) métropole 0 – 20 ans 44% 20 – 64 ans 52% 65 ans et plus 4% 0 – 20 ans 23% ans 58% 65 ans et plus 19%

5

6 Par-delà les inégalités sociales (1), la variabilité dadhésion à la réussite scolaire (2), les « effets détablissement » (3) léchec scolaire de masse en Guyane serait-il dû à une « incompatibilité idéologique », entre un modèle dominant denseignement et des expressions idianthropologiques dapprentissage. Par-delà les inégalités sociales (1), la variabilité dadhésion à la réussite scolaire (2), les « effets détablissement » (3) léchec scolaire de masse en Guyane serait-il dû à une « incompatibilité idéologique », entre un modèle dominant denseignement et des expressions idianthropologiques dapprentissage. (1)La cécité aux inégalités sociales condamne et autorise à expliquer toutes les inégalités, particulièrement en matière de réussite scolaire, comme inégalités naturelles, inégalités de dons. (Pierre Bourdieu, Les Héritiers, 1964) (2)… les choix dorientation … sont variables selon le niveau économique et culturel : on croit dautant plus à lutilité des diplômes et on en désire dautant plus pour son enfant quon est soi-même instruit ou de milieu social élevé.(Marie Duru-Bellat, Les inégalités sociales à lécole: genèse et mythes, 2002) (3)Lexistence d"effets établissements" en matière dorientation, cest-à-dire de différences dorientation pour des élèves strictement comparables scolairement et socialement, est démontrée depuis les années 80. (Ibidem)

7 Idianthropologie. n.f, de idios, grec, (particulier, propre), anthropos, grec, (homme) et logos, grec, (science, discours) Méthode danalyse qui se donne pour objet létude de lêtre humain en tant quélément atomique et unique, agissant en interaction avec un ensemble ou lensemble des éléments de la communauté humaine. Idianthropologie. n.f, de idios, grec, (particulier, propre), anthropos, grec, (homme) et logos, grec, (science, discours) Méthode danalyse qui se donne pour objet létude de lêtre humain en tant quélément atomique et unique, agissant en interaction avec un ensemble ou lensemble des éléments de la communauté humaine. Idiorrythme. n.m, de idios, grec, (particulier) et rhuthmos, grec, (rythme) Nous employons ce concept dans le sens dun temps singulier de lindividu, inscrit dans le temps universel. Idiorrythme. n.m, de idios, grec, (particulier) et rhuthmos, grec, (rythme) Nous employons ce concept dans le sens dun temps singulier de lindividu, inscrit dans le temps universel. Idiosphère. n.f, de idios, grec, (particulier) et sphaira, grec, (surface) Nous employons ce concept dans le sens dun champ singulier de lindividu, inscrit dans lespace global. Idiosphère. n.f, de idios, grec, (particulier) et sphaira, grec, (surface) Nous employons ce concept dans le sens dun champ singulier de lindividu, inscrit dans lespace global. Idiosyncrasie. n.f, de idiosugkrasia, du grec, (tempérament particulier) de sugkrasis (mélange). Nous employons ce concept dans le sens dune énergie singulière de lindividu, inscrite dans lénergie générale. Idiosyncrasie. n.f, de idiosugkrasia, du grec, (tempérament particulier) de sugkrasis (mélange). Nous employons ce concept dans le sens dune énergie singulière de lindividu, inscrite dans lénergie générale.

8 Visuel IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps est découpé par morceaux de longueur irrégulière, par plans sans relation de continuité. Structuration planifiée des savoirs. Lespace est perçu de manière positive. Bonne orientation. Tendance à choisir des emplacements précis. Lénergie est liée aux couleurs, à la lumière. Difficulté à développer ses idées, à discriminer les sons. Respiration haute. Le temps est dans une solution de continuité, par rapport au rythme des événements. Structuration chronologique des savoirs. Perception aisée des temps forts et faibles. L'espace est mal appréhendé. Mauvaise orientation. Difficulté à discriminer les changements dans lespace proche ou lointain. Lénergie est liée au son. Capacité d'analyse, rapidité de compréhension. Difficulté à travailler avec des images. Tendance à détailler. Respiration moyenne. Le temps se structure autour du « faire ». Lenteur dans la conception et dans lacquisition des savoirs. Rapidité dans la réalisation et dans la restitution. Lespace intime ou proche est souvent privilégié par rapport à lespace lointain. Difficulté à rester en place. A l'aise dans la reproduction de schémas. Lénergie est liée aux rapports sociaux, aux contacts physiques. Besoin d'agir pour comprendre plutôt que de lire ou écouter les consignes. Respiration basse. Auditif Kinesthésique

9 5 questions pour chaque expression idianthropologique (le VAK plus les 14 expressions associés ) Un questionnaire binaire de 50 questions (réponses: oui = 1; non = -1) Analyse par croisement des données à partir du logiciel Sphinx et de tableaux croisés dynamiques Les réponses étant comprises entre « 0 et +5 », nous avons considéré quune expression était significative à partir du score « +3 » Chaque groupe et genre sont ramenés à une base de 100

10 272 Personnes interrogées 48 lycéens (2 classes de 2 nde Lycée de Rémire-Montjoly ) 71 collégiens (2 classes de 3 ème Collège de Cayenne ) 104 étudiants (1 ère année de licence économique Université de Cayenne ) 26 étudiants ( IUT 2 ème TC de Cayenne ) 23 adultes en formation ( IUFC ) 39 garçons 32 filles 26 garçons 22 filles 42 garçons 62 filles 8 garçons 18 filles 2 garçons 23 filles

11 VAK Echantillon Global = 27229,7%32,6%37,7% Garçons = 11729,8%31,1%39,1% Filles = 15529,7%33,2%37,1% Analyse: -Pas de différence significative de distribution du VAK par genre. -Le groupe Kinesthésique plus important (garçons et filles). -Le groupe Visuel moins important (garçons et filles).

12 Visuel Guyanemétropole 29,7% 65% 32,4%30% 39,7% 5% Auditif Kinesthésique Analyse: -Visuel guyanais = - 35,3% / métropole. -Kinesthésique guyanais = +34,7% / métropole

13 VAK Echantillon Collégiens (3 ème ) 23,1%32,25%44,65% Lycéens (2 nde ) 26,8%37,1%36,1% Etudiants (IESG) (1 ère année de licence) 28,4%34,2%37,4% Etudiants (IUT TC) (2 ème année de DUT) 38,5%34,6%26,9% Enseignants (IUFC) (Adultes en formation) 59,3%18,5%22,2% Analyse: -Tendances Visuels et Kinesthésiques inversées. -Différence importante entre enseignants, dun côté, et de lautre, lycéens, étudiants (IESG) et surtout collégiens. -Résultats des étudiants et des lycéens, très proches.

14 VAK Echantillon (garçons) Collégiens (3 ème ) 27,1%35,5%37,4% Lycéens (2 nde ) 26,7%35,5%37,8% Etudiants (IESG) (1 ère année de licence) 29%30,65%40,35% Etudiants (IUT TC) (2 ème année de DUT) 46,15%30,75%23,1% Enseignants (IUFC) (Adultes en formation) 66,7%33,3%0% Analyse: -Tendance à laugmentation Visuels par rapport au niveau détude. -Décalage très net entre enseignants, dun côté, et, de lautre, collégiens, lycéens, étudiants IESG. -Expression des étudiants de lIUT proche de celle des enseignants.

15 VAK Echantillon (filles) Collégiennes (3 ème ) 20%30,6%49,4% Lycéennes (2 nde ) 26,9%38,5%34,6% Etudiantes (IESG) (1 ère année de licence) 28%36,55%35,45% Etudiantes (IUT TC) (2 ème année de DUT) 35,9% 28,2% Enseignantes (IUFC) (Adultes en formation) 58,3%16,7%25% Analyse: -Diminution des Kinesthésiques en fonction du niveau détude. -Augmentation des Visuelles, en fonction du niveau détude. -Décalage très important entre enseignantes et collégiennes.

16 VAK Echantillon Global23,1%32,25%44,65% Garçons27,1%35,5%37,4% Filles20%30,6%49,4% Analyse: -Prédominance Kinesthésique surtout chez les collégiennes. - Garçons un peu plus Visuels et Auditifs que les filles.

17 VAK Echantillon Global26,8%37,1%36,1% Garçons26,7%35,5%37,8% Filles26,9%38,5%34,6% Analyse: -Prédominance Auditif et Kinesthésique. -Kinesthésique reste élevé. -Différences en genre peu significatives.

18 Global28,4%34,2%37,4% Garçons29%30,65%40,35% Filles28%36,6%35,5% Analyse: -Kinesthésique le plus significatif. -Auditives plus présentes. -Visuel moins important.

19 VAK Echantillon Global38,5%34,6%26,9% Garçons46,15%30,75%23,1% Filles35,9% 28,2% Analyse: -Visuel plus présent. -Autant Visuelles quAuditives. -Kinesthésique nettement plus faible par rapport aux niveaux détude inférieurs.

20 VAK Echantillon Global59,3%28,5%22,2% Garçons66,7%33,3%0% Filles58,3%16,7%25,% Analyse: -Enseignants très nettement Visuels. -Aucun Kinesthésique chez les garçons. -Auditifs quasiment deux fois plus nombreux que les filles.

21 Analyse: - Tous les groupes « dépendants du champ », « réflexifs », « guidage fort » et « accentuateurs ». -Visuels plus « tolérants à lincertitude ». -Auditifs plutôt « intolérants ». -Kinesthésiques plus « consommateurs ».

22 Analyse par niveau -Enseignants très nettement « dépendants du champ». -Etudiants IUT très « balayeurs » et plutôt « producteurs ». -Collégiens « centrés ». -Lycéens « consommateurs » Analyse par niveau -Enseignants très nettement « dépendants du champ». -Etudiants IUT très « balayeurs » et plutôt « producteurs ». -Collégiens « centrés ». -Lycéens « consommateurs » Analyse par genre -Garçons bien plus « dépendants du champ » et en demande de guidage fort. -Filles plus « balayeuses » et plus « consommatrices ». Analyse par genre -Garçons bien plus « dépendants du champ » et en demande de guidage fort. -Filles plus « balayeuses » et plus « consommatrices ».

23 Analyse par niveau -Lycéens « indépendants du champ » et « consommateurs ». -Enseignants IUFC très « tolérants à lincertitude ». -Etudiants IUT très « accentuateurs ». Analyse par niveau -Lycéens « indépendants du champ » et « consommateurs ». -Enseignants IUFC très « tolérants à lincertitude ». -Etudiants IUT très « accentuateurs ». Analyse par genre -Garçons plus « producteurs ». -Filles plus « dépendantes du champ ». -Garçons IUT très « accentuateurs » -Filles lycéennes « consommatrices ». Analyse par genre -Garçons plus « producteurs ». -Filles plus « dépendantes du champ ». -Garçons IUT très « accentuateurs » -Filles lycéennes « consommatrices ».

24 Analyse par niveau -Etudiants de lIUT peu de « guidage » et « intolérants à lincertitude ». -Enseignants et étudiants IUT fortement « balayeurs » et « accentuateurs ». -Etudiants IESG et lycéens plutôt « consommateurs ». Analyse par niveau -Etudiants de lIUT peu de « guidage » et « intolérants à lincertitude ». -Enseignants et étudiants IUT fortement « balayeurs » et « accentuateurs ». -Etudiants IESG et lycéens plutôt « consommateurs ». Analyse par genre -Garçons plus « centrés » et « consommateurs ». -Filles plus « réflexives et « dépendantes du champ ». -Garçons IESG « tolérants à lincertitude » -Filles IUFC « balayeuses». Analyse par genre -Garçons plus « centrés » et « consommateurs ». -Filles plus « réflexives et « dépendantes du champ ». -Garçons IESG « tolérants à lincertitude » -Filles IUFC « balayeuses».

25 Balayage versus centration balayagecentration 55/272 personnes57/272 personnes IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps est susceptible dallongement ou de sauts. Le Kaïros embrasse le Chronos. Lespace est très large, polymorphe. Lespace intime est calqué sur lespace lointain. Lénergie est multiforme, mais peu intense sur un point précis. IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps est uniforme, comporte assez peu daccents. Le Kaïros est plutôt autonome par rapport au Chronos. Lespace est plutôt étroit, orienté vers une seule direction. Lespace intime est supérieur à lespace lointain. Lénergie peut être intense, concentrée. Elle aura du mal à être protéiforme.

26 VAK Echantillon Global (61p.) 20,7%41%38,3% Garçons (20p.) 13,4%52,5%34,1% Filles (41p.) 23,1%37,3%39,6% Intolérance à l incertitude E S O 61/272 personnes IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps des réponse est accidenté. Le Kairos subit le Chronos. Lespace est irrégulier, voilé, plutôt saillant. Lespace lointain peut représenter un danger Lénergie est indéterminée, plutôt excentrique. Analyse: -Nombre d « intolérants » = 22,4% -Auditifs plus « intolérants » -Visuels plutôt « tolérants à lincertitude »

27 38/272 personnes Collégiens production Tout corps plongé dans un fluide au repos, entièrement mouillé par celui-ci ou traversant sa surface libre, subit une VAK Echantillon Global (20p.) 20,5%33,6%45,9% Garçons (9p.) 19,4%25%55,6% Filles (11p.) 20,9%37,2%41,9% Analyse: -Nombre de « producteurs » = 28,2% -Kinesthésiques nombre très élevé. -Visuels nombre assez faible. IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps est sous tension. Le Kaïros ne semble jamais assez grand. Lespace intime prend le pas sur lespace lointain. Lénergie est en permanence élevée. Elle est liée à une intense activité.

28 Lycéens Réflexivité 136/272 personnes IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps de réponse est long. Le Kairos succède au Chronos. Investit lespace proche avec des gestes mesurés. Lespace est intégré avant de créer une réponse. Lénergie est retenue. Mouvements plutôt continus. Calcul. VAK Echantillon Global (30p.) 20%40% Garçons (12p.) 18,8%37,7%43,5% Filles (18p.) 20,7%44,1%37,8% Analyse: -Nombre important de « réflexifs » = 62,5% -Visuels 2 fois moins réflexifs -Auditives et garçons kinesthésiques plus « réflexifs »

29 étudiants IESG Tolérance à lincertitude 61/272 personnes IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps de réponse est continu, sans accident. Le Kaïros accompagne le Chronos. Lespace est uniforme, clair, plutôt sphérique. Lespace lointain ne représente pas un danger Lénergie est affirmée, plutôt uniforme ou sans accents incontrôlés. VAK Echantillon Global (23p.) 23,1%31,5%45,4% Garçons ( 12p.) 34,7%24%41,3% Filles (11p.) 7,3%41,8%50,9% Analyse: -Nombre de « tolérants » = 22,1% -Kinesthésiques, nombre important -Auditifs et surtout Visuelles, nombre faible

30 étudiants IUT Dépendance à légard du champ IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps est polychrone, découpé. Le Kairos est en décalage avec le Chronos. Lespace proche est très influencé par lespace lointain qui est très coloré. Lénergie est orientée vers lextérieur du sujet. Peu dintrospection. 94/272 personnes VAK Echantillon Global (13p.) 43,4%39,4%27,2% Garçons (3p.) 38,9% 22,2% Filles (10p.) 39,6%35,2%25,2% Analyse: -Nombre important de « dépendants » = 50% -Visuels et Auditifs prédominants -Rapport en genre plutôt équilibré.

31 Enseignants IUFC Guidage Fort 106/272 personnes IdiorrythmeIdiosphèreIdiosyncrasie Le temps est dépendant déléments extérieurs. Le Kairos est dominé par le Chronos. Lespace est délimité par des contraintes extérieures. Lespace proche est plutôt étroit. Lénergie est dépendante dimpulsions, dinjonctions externes. Peu autonome. VAK Echantillon Global (8p.) 76,7%23,3%0% Garçons (2p.) 66,6%33,3%0% Filles (6p.) 83,3%16,7%0% Analyse: -Nombre de « demandes de guidage » = 34,8% -Visuels très prédominants -Le peu de « Kinesthésiques » (22,2%) semble complètement autonome.

32 Différence dexpression idianthropologique entre les genres: -Visuels les étudiants IUT 46,1%, étudiantes 35,9% (=-10,2%) -Auditifs les étudiantes IESG 36,6%, étudiants 30,6% (=-6%) -Kinesthésiques les étudiants IESG 40,3%, étudiantes 35,5% (=-4,8%) les collégiennes 49,4%, collégiens 37,4% (=-12%) Des différences sont significatives: par rapport au VAK ( Intolérance à lincertitude: Auditifs = 41%, Visuels = 21,8% Consommation: les lycéens Kinesthésiques = 68%) par rapport au genre (Dépendance à légard du champ: garçons = 45,2%, filles = 33,2%) Pourcentage des Kinesthésiques : collèges + lycée = 40,4% Pourcentage des Visuels: enseignants = 59,3% Le numérus clausus des étudiants IUT TC guyanais sélectionne des étudiants à profil Visuel alors que commerce = -communication orale (Auditifs) -empathie non verbale (Kinesthésiques).

33 Poursuite de cette étude basée sur un questionnaire: -par létude du non-verbal -par la mise en place dentretiens pédagogiques individualisés Poursuite de cette étude sur une population plus importante: -en outremer -ailleurs (notamment dans les banlieues « dites » difficiles) Poursuite de cette étude sur lensemble des enseignants (dont la proportion féminine en Guyane est denviron 50%). (Rappel: Enseignants IUFC de Guyane forte majorité féminine et très fortement Visuels.) Poursuite de cette étude par lanalyse du rapport entre les expressions idianthropologiques et le taux de réussite aux examens (baccalauréat et licence universitaire) (Rappel: Kinesthésique ultramarin inversement proportionnel au niveau détude.)

34 Validation par dautres études complémentaires: du VAK, des expressions idianthropologiques Interrogation légitime sur la validité des données idéologiques anglo-saxonnes (et de la PNL). (Rappel: Kinesthésique de notre corpus guyanais bien plus important que résultats communément admis) La « distalisation » ou léviction idéologique? - Kinesthésique vers Visuel = transformation psychobiologique du corps humain? - Hégémonie du Visuel dans les sociétés modernes?

35 Létude de lexpression idianthropologique participe de la lutte contre léchec scolaire en donnant des renseignements pour: -une individualisation (meilleure connaissance de lélève en difficulté) -une personnalisation de lenseignement (travail en groupe) Dans le cadre de la refondation de lenseignement: -Analyse des prérequis idianthropologiques ( élèves, étudiants). -Formation des enseignants sur les typologies des variables idianthropologiques (apprenants, enseignants)

36 2 – Lécole est encouragée à reproduire et valoriser un modèle étalon et à éliminer les expressions idianthropologiques hétérodoxes ou hétéromorphes. Le système scolaire agit « comme un algorithme de classification objectivé » il tend à distribuer les individus en « classes aussi homogènes que possible » et en groupes de «trajectoires probables » aussi convergentes que possibles. (Pierre Bourdieu, Noblesse détat, 1989) Le système scolaire agit « comme un algorithme de classification objectivé » il tend à distribuer les individus en « classes aussi homogènes que possible » et en groupes de «trajectoires probables » aussi convergentes que possibles. (Pierre Bourdieu, Noblesse détat, 1989) 1 - Le système denseignement secondaire et universitaire, planifié et sectorisé, valorise les « Visuels » au détriment des « Auditifs » qui ont besoin de liens et des «Kinesthésiques» qui ont besoin de construire et reconstruire leur savoir. Léducation est un processus de concentration, dunification, dintégration qui saccompagne dun processus de dépossession puisque tous les savoirs, les compétences associés à des diversités locales sont disqualifiées. (Pierre Bourdieu, Sur létat. Cours au Collège de France, Seuil, 2012) Léducation est un processus de concentration, dunification, dintégration qui saccompagne dun processus de dépossession puisque tous les savoirs, les compétences associés à des diversités locales sont disqualifiées. (Pierre Bourdieu, Sur létat. Cours au Collège de France, Seuil, 2012) L'absence de formation des jeunes enseignants est « absolument injustifiable ». Les élèves sont tellement différents, souvent éloignés de la culture scolaire, et on peut même dire que dans les établissements scolaires, parfois, on ne parle pas le même langage, au sens propre et au sens figuré. Par conséquent, les professeurs ont besoin aujourd'hui d'une formation qui les prépare à communiquer avec leurs élèves, à les intéresser, à gérer l'hétérogénéité des classes. (Bernard Toulemonde, Inspecteur général honoraire de lEducation Nationale, le Monde.fr, 15/09/2010) L'absence de formation des jeunes enseignants est « absolument injustifiable ». Les élèves sont tellement différents, souvent éloignés de la culture scolaire, et on peut même dire que dans les établissements scolaires, parfois, on ne parle pas le même langage, au sens propre et au sens figuré. Par conséquent, les professeurs ont besoin aujourd'hui d'une formation qui les prépare à communiquer avec leurs élèves, à les intéresser, à gérer l'hétérogénéité des classes. (Bernard Toulemonde, Inspecteur général honoraire de lEducation Nationale, le Monde.fr, 15/09/2010) 3 – Le manque de formation des jeunes enseignants, notamment quant à la diversité des expressions idianthropologiques, VAK et autres, empêche ces derniers de pratiquer une pédagogie (relation enseignants – apprenants) et une didactique (variabilité des supports) adaptée à la population ultramarine. Rappel: 51% des enseignants guyanais contre 15,5% en France métropolitaine ont moins de 30 ans Les enseignants métropolitains représentent une forte proportion des enseignants guyanais 3 – Le manque de formation des jeunes enseignants, notamment quant à la diversité des expressions idianthropologiques, VAK et autres, empêche ces derniers de pratiquer une pédagogie (relation enseignants – apprenants) et une didactique (variabilité des supports) adaptée à la population ultramarine. Rappel: 51% des enseignants guyanais contre 15,5% en France métropolitaine ont moins de 30 ans Les enseignants métropolitains représentent une forte proportion des enseignants guyanais Notre étude a montré que léchec scolaire de masse en Guyane pourrait être la résultante dune incompatibilité, dans lacte pédagogique, entre les procédures mises en place par les enseignants et les processus dapprentissage et de mémorisation des apprenants. Le 18/05/2012


Télécharger ppt "Geneviève CONFORT – SABATHE Membre associée CRREF (EA4538)"

Présentations similaires


Annonces Google