La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les transgressions scolaires et professionnelles : variations selon le sexe et le métier Catherine Marry, sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs (Paris)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les transgressions scolaires et professionnelles : variations selon le sexe et le métier Catherine Marry, sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs (Paris)"— Transcription de la présentation:

1 Les transgressions scolaires et professionnelles : variations selon le sexe et le métier Catherine Marry, sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs (Paris) Les mercredis de Créteil 8 janvier 2014

2 Plan de lexposé 1. Le sexe des études et des métiers : une dynamique inachevée vers légalité 2. Les interprétations des sociologues et des psychologues 3. Les ingrédients de la transgression 4. Coûts et plaisirs de la transgression du côté des femmes : ouvrières, techniciennes, informaticiennes, femmes policiers 4. Une transgression plus facile pour les hommes ?

3 Une dynamique inaboutie des progrès de léducation des filles Le renversement historique de la réussite scolaire au profit des filles est un fait social majeur, observé dans tous les pays. Le diplôme est un levier essentiel de la dynamique de féminisation des professions qualifiées Cette dynamique dégalité est inaboutie : les orientations scolaires des filles restent moins rentables et les bénéfices plus limités en terme de carrière.

4 Lémancipation civile et civique des femmes : quelques repères historiques 1944 Droit de vote et déligibilité accordé aux femmes 1946 Principe de légalité des droits entre hommes et femmes dans le Préambule de la Constitution 1965 La femme mariée nest plus considérée comme une mineure. Réforme des régimes matrimoniaux 1966 La femme peut exercer une activité professionnelle sans lautorisation de son mari 1967 Loi Neuwirth sur la contraception 1970 La puissance paternelle est remplacée par lautorité parentale, suppression de la notion de chef de famille 1974 Création dun secrétariat dEtat à la condition féminine 1975 Loi sur le divorce et la dépénalisation de ladultère 1975 : Loi Veil dépénalise lavortement 1981 Création dun Ministère des droits des femmes 2000, 2007 : Lois sur la parité sur les listes électorales

5 Lois sur légalité scolaire et professionnelle 1924 : Identité des programmes détudes secondaires pour les filles et pour les garçons 1946 : Les femmes obtiennent le droit de se présenter aux examens de la magistrature : Accès des femmes au notariat 1966 : Mixité de droit de toutes les formations professionnelles et techniques 1972 : Loi sur le principe « à travail égal, salaire égal » 1972 : Ouverture de LEcole polytechnique. Anne Chopinet est reçue 1ère : Accès des filles à HEC 1973 : Ouverture du concours de commissaire de police 1975 : Interdiction de discriminer en fonction du sexe dans lemploi 1983 : Loi sur légalité professionnelle. Double signature obligatoire sur les déclarations dimpôts : Fusion des ENS dUlm et de Sèvres 2001 : Obligation pour les entreprises de négocier les plans dégalité

6 Lois sur la conciliation vie familiale/vie professionnelle 1909 : Loi sur le droit des femmes à retrouver leur emploi après laccouchement 1913 : Congé payé de maternité de 4 semaines 1930 : Assurance maternité de 12 semaines pour la femme salariée et prise en charge médicale de la conjointe 1932 : Généralisation des allocations familiales 1966 : Interdiction de licenciement dune femme enceinte 1977 : Création du congé parental déducation 1985 : Création de lAllocation Parentale dEducation (APE) pour le3e enfant de moins de 3 ans 1993 : APE ouverte dès le 2e enfant ; création de lAGED (Allocation de garde de lenfant à domicile) 2002 : Congé paternel de 15 jours rémunérés pour la naissance dun enfant (ou adoption) 2003 : Loi sur la garde alternée après séparation des parents 2004 : lAPE devient Complément de Libre Droit dActivité (CLCA), ouvre le congé dès le premier enfant pour une durée de six mois.

7 Succès scolaire des filles : une inversion historique des inégalités sexuées En matière de scolarisation, le XIXe siècle est celui dun enseignement spécifique et dévalorisé des filles par rapport à celui des garçons. Le XXe siècle consacre leurs avancées (Baudelot et Establet, 1991). Lévolution de laccès au baccalauréat est emblématique de cette inversion historique des inégalités sexuées à lécole

8

9

10 Une meilleure réussite toujours dactualité En 2008, on dénombre 65% de bacheliers dans une génération, 70% chez les filles, 56% chez les garçons Le taux de réussite au baccalauréat est supérieur pour les filles dans toutes les sections, y compris scientifiques : 82% contre 77% A luniversité, les étudiantes dépassent en nombre lensemble des étudiants en 1981, ceux de 3e cycle en En 2010 elles représentent le tiers des promotions de lENA, la majorité des élèves de lInstitut National dAgronomie, de lEcole Nationale de la Magistrature et de lENSAE

11 Les femmes au cœur des évolutions de lemploi ( ) Croissance de la population active Salarisation : 75% à 91% (92% des femmes, 84% des hommes). Tertiarisation : 75% des actifs de lEurope des 15 en 2010, 66% des H, 87% des femmes. Progression des catégories qualifiées, diminution des ouvriers et ouvrières mais progression des emplois non qualifiés dans les services, très féminisés.

12

13 Taux de féminisation des Catégories socio- professionnelles de 1954 à 2007 (INSEE, Recensements) Agriculteurs41,538,433,737,136,93429,1 Artisans, commerçants 37,235,332,733,631,830,127,7 Cadres, prof. intellectuelles sup 13, 3 16,321,824,830,634,437,9 Professions intermédiaires 36, 7 33,937,640,34246,151,5 Employés52,866,47172,476,17676,2 Ouvriers22,719,620,620,719,119,618,8 Ensemble34,834,437,440,742,444,747

14 Des inégalités tenaces : la domination masculine résiste Des orientations scolaires et professionnelles moins rentables Sur-chômage, sous emploi, temps partiel, inégalités de salaires Une plus forte concentration des femmes dans des métiers moins valorisés Plafond de verre Coût de la transgression (pour les femmes dans des mondes professionnels virils)

15 Des orientations plus professionnalisées mais toujours moins rentables Les filles ont pour partie délaissé les Lettres et les arts dagrément pour le droit, léconomie, la gestion, les écoles de commerce Mais elles restent très minoritaires dans les filières professionnelles et techniques industrielles et dans les grandes écoles scientifiques

16

17 Après le bac : les filles vont plus souvent à luniversité et moins dans les filières sélectives (source : Regards sur la parité, INSEE, 2003) GarçonsFilles Université6266 IUT128 STS89 Classes prépas1310 Autres (vie active, écoles infirmières…) 1,25,7

18 % de filles en 2008 Ecoles dingénieurs27 Ecoles de commerce48 IUFM71 Architecture45 Ecoles sup art60 Ecoles paramédicales85 Ecoles métiers du social77 Universités57

19 Les 5 professions qui occupent plus de la moitié des femmes actives (taux de féminisation) Employées administratifs d'entreprises (secrétaires) 82,2% Employées fonction publique (catégorie C)88,1% Personnels de service aux particuliers (femmes de ménage) 86,2% Employées de commerce (vendeuses, caissières) 75,6% Infirmières, assistantes sociales74,3% Total des 5 professions80,4% Toutes professions45,6

20 Les 8 professions qui occupent la moitié des hommes (% dhommes) Ouvrier qualifié de type artisanal (mécaniciens autos, maçons, bouchers) 90 Ouvrier qualifié de type industriel (mécanique, chimie…) 84 Ouvrier non qualifié de type industriel63 Techniciens87 Ingénieurs et cadres techniques86 Cadres administratifs et commerciaux dentreprises65 Chauffeurs95 Artisans76

21 Quelques explications sociologiques et psychologiques du sexe des métiers 1. Une socialisation différenciée selon le sexe Des « qualités » prétendument « naturelles », biologiques ou psychologiques, sont imputées aux hommes et aux femmes Force, courage, créativité, agressivité, maîtrise des techniques, intelligence du côté des hommes Faiblesse, docilité, sensibilité, altruisme, patience, minutie, du côté des femmes. Ces « qualités » sont inculquées tout au long de la vie par les parents, lécole, les pairs et maintiennent la domination masculine. Cette socialisation nest pas immuable : rapprochement des ambitions parentales et plus grande marge de liberté des filles, dans la construction de leur identité (Baudelot et Establet, 2007) Les filles feraient des choix plus libres que ceux des garçons car elles seraient moins soumises au diktat de la réussite (Ferrand, Imbert, Marry, 1999)

22 La psychologie de lorientation : projection et affirmation identitaire Cest le besoin vital de reconnaissance « qui fournit les bases de la dignité et de lestime de soi sans laquelle nous ne saurions vivre » ( Alain Caillé, 2005, p. 5) qui alimente la force du genre sur nos conduites ( Françoise Vouillot, Travail, genre et sociétés, 18/2007, « Lorientation aux prises avec le genre », p. 95). Lexigence de reconnaissance par lautre sexe est primordiale à ladolescence, âge des premières relations amoureuses

23 2. Une exclusion active des femmes par le monde professionnel Les professions se défendent activement contre larrivée des femmes : exemple des syndicats ouvriers de limprimerie (les typographes) (Maruani et Nicole, 1989) lors de lentrée des clavistes ou de linterdit, jusquà la fin du 19 e siècle, daccès à luniversité et aux grandes écoles ou aux ateliers de nu des écoles des Beaux-Arts (Marry, 2004; Trasforini, 2007). Des quotas perdurent dans certains métiers (commissaires de police). Les entreprises mettent en place des mécanismes de ségrégation professionnelle : les femmes sont cantonnées à des segments moins valorisés de la profession (ressources humaines versus les finances par ex.) et sont exclues des positions de pouvoir

24 Des études et des emplois qui changent de sexe : exemple des informaticiennes Depuis le milieu des années 1980, la part des filles diminue dans les filières de formation en informatique, à tous les niveaux après avoir progressé depuis les années 1970 Pourquoi ? Emergence de la figure du hacker (Isabelle Collet) Transformation des conditions demploi et de travail (Hélène Stevens)

25 Le coût de la transgression (Marie Duru-Bellat, Lécole des filles, LHarmattan, 1990, 2004) Filles et garçons tendent à se conformer aux attentes sociales liées à leur sexe pour être mieux acceptés, intégrés et séduire lautre sexe. Celles qui dérogent se heurteraient à de nombreuses difficultés (hostilité, isolement…). Leur choix pour des métiers « féminins » est donc « raisonnable » et raisonné Elles seraient contraintes à labandon, à la résignation amère ou à une féminisation de leur pratique professionnelle

26 Variations du coût et des plaisirs de la transgression selon le métier, lhistoire familiale et le parcours professionnel Les ouvrières : mécaniciennes, menuisières, conductrices de poids lourds Les techniciennes de lindustrie Les femmes policiers Les ingénieurs : du plaisir à la lassitude et perte de confiance : le cas des informaticiennes

27 Proportion de mécontentes selon les métiers exercés ( Source : D. Epiphane, enquête Céreq 2001) Ouvrières qualifiées en électricité électronique 62 Ouvrières non qualifiées en électricité électronique 40 Police, agents de sécurité (employées)33 Police, armée (cadres)25 Ingénieurs informatique17 Chauffeurs16 Total professions « masculines »33%

28 Le degré de mécontentement est lié aux conditions objectives dinsertion : les plus mécontentes sont les plus mal payées et les moins promues (relativement aux hommes); crispations virilistes des hommes les plus dominés (ouvriers non qualifiés) Et subjectives : méfiance, hostilité, brimades Pas de relation linéaire selon la hiérarchie des métiers : lexception des femmes chauffeurs : Le « plus » du masculin (rejet de la routine des métiers de femmes et de lenfermement domestique) en dépit dhoraires de travail de plus en plus longs Intérêt de lapproche ethnographique (M. Buscatto, femmes du jazz, 2007)

29 Variations familiales Variations selon lhistoire familiale Linscription dans des lignées de femmes fortes : une transgression par étapes Brouillages des rôles dans le couple parental

30 Variations selon les générations et au fil de la vie des individus Des pionnières aux générations de la parité : trois générations de femmes dans les métiers dhommes (Marry Catherine, Les femmes ingénieurs. Une révolution respecteuse, Belin, 2004) Des retournement inattendus : lexemple de femmes ingénieurs de Bull (Stevens Hélène (2007), « Destins professionnels des femmes ingénieurs. Des retournements inattendus », Sociologie du travail, vol. 49, n° 4, p ).

31 Les atouts pour le changement Des atouts familiaux et sociaux : lignées de femmes fortes, éducation égalitaire; soutien des enfants (le cas dAnnie, conductrice de poids lourds) Le frère « manquant », défaillant ou nanti Le soutien des enseignants Ambition et excellence scolaire pour les femmes dans les professions prestigieuses Un mari ou compagnon solidaire et puissant (Zarca, 2006, les mathématiciennes; Marry et Jonas, 2005, les biologistes du CNRS) Les mentors Les lois, le féminisme

32 Des transgressions masculines moins coûteuses ? Pascale Molinier, Clotilde Giujuzza (1997), Violence des patients, souffrance et défenses des infirmiers en psychiatrie : lénigme dune virilité sans gloire, Actes du CIPPT, vol. 2, p Clotilde Lemarchant (2007), « La mixité inachevée. Filles et garçons minoritaires dans lenseignement technique », Travail, genre et sociétés, n° 18, p

33 Bibliographie Couppié Thomas, Epiphane Dominique (2008), Hommes et femmes minoritaires dans la profession : le bonheur à quel prix ? », in Guichard-Claudic Yvonne, Kergoat, Danièle & Vilbrod Alain (dir.), 2008, Linversion du genre : Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Rennes, Presses universitaires de Rennes Dafflon-Novelle A. (2006), « Davant à maintenant, du bébé à ladulte : synthèse et implications de la socialisation différenciée des filles et des garçons », in Dafflon-Novelle A (dir.), Filles et garçons. Socialisations différenciées ?, P.U.G., Coll. « Vies sociale », p

34 Bibliographie (suite) Duru-Bellat, Marie, 1990, réed. 2004, Lécole des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris, LHarmattan. Epiphane Dominique, 2008, « Education et formation des filles » Van-Zanten A. (dir.), Dictionnaire de léducation, Paris, PUF, Quadrige. Ferrand Michèle (2004), Féminin Masculin, Editions La Découverte, Coll. Repères (chap. 2)

35 Bibliographie (suite) Löwy Ilana, Marry Catherine (2007), Pour en finir avec la domination masculine, Les Empêcheurs de penser en rond/Seuil (cf. en particulier les mots maths, pionnières, transgression, transmissions maternelles…). Monnot Catherine, Petites filles d'aujourd'hui. L'apprentissage de la féminité, Paris, Éditions Autrement (coll. Mutations), 2009 Vouillot Françoise, coordinatrice du dossier de la revue Travail, genre et sociétés, sur « Formation et orientation, lempreinte du genre », n° 18, 2007

36 1. Ouvriers/ouvrières Lemarchant Clotilde (2007), La mixité inachevée. Filles et garçons minoritaires dans lenseignement technique, Travail, genre et sociétés, n° 18 p Hamelin Patrick, Rodrigues Anne-Catherine (2005), « Conducteurs et conductrices de poids lourds », Recherche Transports Sécurité, n° 87, p Kergoat Danièle (2001), « Le syllogisme de la constitution du sujet sexué féminin, le cas des ouvrières spécialisées », Travailler, n°6, p

37 2. techniciennes et ingénieurs Daune-Richard Anne-Marie, Marry Catherine (1990), « Autres histoires de transfuges ? Le cas de jeunes filles inscrites dans des formations masculines de BTS et de DUT industriels », Formation-Emploi, n° 29, janvier- mars, p Larguèze Brigitte, 1995, « Statut des filles et représentations féminines dans les rituels de bizutage », Sociétés Contemporaines, n° 21, p Marry Catherine (2004), Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Paris, Belin. Stevens Hélène (2007), « Destins professionnels des femmes ingénieurs. Des retournements inattendus », Sociologie du travail, vol. 49, n° 4, p

38 3. Autres professions Achin Catherine, Levêque Sandrine (2007), Femmes en politique, La Découverte, Repères. Buscatto Marie (2007), Femmes de jazz. Musicalités, féminités, marginalités, Paris, Editions du CNRS Mennesson Christine (2004), Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris, LHarmattan. Pruvost Geneviève (2007), Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Editions de la MSH. Zarca Bernard (2006), « Mathématicien : une profession élitaire et masculine », Sociétés Contemporaines, n°64, p Zolesio Emmanuelle, 2012, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier dhommes, PUR, Rennes, coll. « Le sens social »,.


Télécharger ppt "Les transgressions scolaires et professionnelles : variations selon le sexe et le métier Catherine Marry, sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs (Paris)"

Présentations similaires


Annonces Google